Test Rossignol Escaper 97 Nano 2022

2 tests Rossignol Escaper 97 Nano.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 9/10
NobruDude

Parfait compromis rando/freeride !

Rossignol Escaper 97 Nano
Avis sélectionné
Profil du testeur : 51 ans | 1,70m | 62kg | Avancé | Fonsorbes
Taille testée : 177
Conditions du test : Toutes les neiges, et un peu tous les temps !
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés de Skipass permettant à nos lecteurs de recevoir du matériel pour un test longue durée. Inscrivez-vous !
Test Privé - Skis Rossignol Escaper 97 Nano

Points forts

Rigidité
Equilibre pour les conversions
Rayon qui permet de tourner sans déraper
Talon
Très stable
Spatule vibre peu
Fabriqué en France

Points faibles

Capacité virage court / forêt
Topsheet pourrait être plus fun
Usure spatule avec étriers des peaux à surveiller

Avant toute chose, il me faut remercier tous les gens sans qui ceci n’aurait pas été possible… un peu à la manière des Oscars, merci surtout à Skipass, et à Rossignol pour la confiance !!! En effet, cet avis a été possible grâce aux Tests Privés, et en l’occurrence, j’ai reçu et pu tester les skis de rando Rossignol Escaper Nano 97. Je vous livre ci-dessous mon retour sur ces lattes.

Au 1er abord, je dois avouer que j’étais, non pas sceptique, mais dubitatif, en effet ce segment rando n’est pas vraiment là où Ross a le plus d’expérience. Je pense que la tendance des dernières années, accentuée par l’effet Covid et le fait que les stations de ski soient restées Castex-ées (comprendre fermées pour raison gouvernementale) toute la saison dernière, tout ça a sûrement contribué à inciter Ross à étoffer l’offre rando… peut-être aussi une petite influence de Rancho, va savoir ?! Toujours est-il que, forts de leur longue expérience à faire des skis de toutes sortes, ils ont donc développé ce Nano Escaper, un pur rando super léger à 97mm au patin !

Alors comme je n’avais pas de fixs de rando dispo sous la main, j’ai dû me battre un peu pour en trouver sans avoir à craquer mon PEL. C’est sur l’équivalent Suisse de LBC, à savoir Anibis.ch (je vous le recommande) que j’ai trouvé des Dynafit ST Rotation neuves, exactement ce qu’il me fallait. J’ai retaillé mes peaux Colltex (qui étaient aux dimensions de mes Majesty, donc même longueur mais peu plus large) et j’avais déjà les couteaux Dynafit, y’avait plus qu’à !!

J’ai reçu les lattes vraiment très rapidement juste avant Noël (ce qui m’a permis de les mettre au pied du sapin, voir photo), je les ai skiées depuis, un peu partout, aux Arcs, à Tignes/Val d’Isère, et bien sûr dans les Pyrénées, en rando classique, mais aussi sur les pistes et/ou en freerando afin de les challenger au maximum…. J’avais aux pieds des pompes assez rigides, soit les Fischer Ranger Free 130, soit les Lange XT3 Tour Pro 130.

Les principales caractéristiques de ces planches en 177cm (à savoir qu’elles sont dispo aussi en 161, 169, et 185cm) sont les suivantes :

  • Un patin à 97mm ce qui est intermédiaire dans l’absolu, mais assez large quand on parle ski de rando (par contre, pour comparaison, les skis que j’utilise d’habitude en rando sont à 103 au patin),
  • Une spatule de 126mm que je qualifierais de modérée, avec un rocker là aussi « intermédiaire »,
  • Un talon plat de 116mm qui sent le sérieux,
  • Un rayon de 19m au final qui, j’y reviendrai ci-dessous, aurait pu être un poil plus court
  • Un flex assez rigide (difficile à quantifier, je crois avoir lu 7/10) qui donne au ski un côté sérieux et sécurisant, sous le patin notamment, et en talon. Apparemment, il y a un peu de titanal dans le sandwich, ceci explique cela.
  • Un poids vraiment très léger pour un ski de ce gabarit, 1,3Kg par latte, c’est un des plus légers si on exclut les allumettes des mangeurs de graines (voir photo, j’ai mesuré 1,36Kg exactement sur la balance, si on considère que la fix Dynafit est donnée pour 600g… moins de 2kg par pied, avec ça, on peut voyager).

A la montée

Ce qui caractérise le plus ces skis, c’est leur poids. En effet, avec 1,3Kg (en 177cm) sur la balance, on est sur un des plus légers avec cette largeur au patin. Bien sûr, on ne peut pas comparer ça à des skis de rando alpinisme, on est plus ici dans le freerando pour pouvoir bien s’appuyer sur le patin à la descente et éventuellement envoyer du lourd. Ross a obtenu ce résultat avec un cœur en pawlonia avec des renforts en basalt. Ils ont aussi travaillé sur la spatule qui a elle aussi été allégée. Au final, on a donc un super compromis poids/gabarit qu’on apprécie bien à la montée pour éviter de se fumer les cuissots rapidement.

A noter aussi que, comme dit ci-dessus, je les ai aussi utilisé en freerando, à savoir en marchant avec les skis sur le sac pour aller chercher les meilleures lignes. Et là, évidemment, le poids est un atout majeur qui encore une fois permet de ne pas se cramer à la montée.

Un autre point que j’ai apprécié, c’est l’équilibre du ski, en particulier pour les conversions : la répartition du poids fait que, lors de la conversion, avec des fixs montées centrées à la marque, le ski bascule tout seul la plupart du temps, et on n’a même plus besoin de claquer le talon. Ça peut paraître un détail mais quand la sortie nécessite beaucoup de conversions (terrain penché), au final c’est encore une économie d’énergie tout à fait appréciable.

Au niveau des traversées en dévers, celles que l’on passe en serrant les fesses parce qu’on a la flemme de mettre les couteaux, le fait que le ski soit assez rigide permet de bien tenir au parquet, c’est assez sécurisant. Je pense aussi que ça doit venir du shape du ski et notamment du talon, un bon point. On oubli carrément les 97 au patin qui ne gênent en rien.

A la descente

Un truc à faire hurler un CAFiste, j’ai commencé par skier ces lattes en station sur des pistes damées, et le truc qui m’a frappé le plus, c’est la très bonne accroche de ces planches. Je les ai volontairement poussé le plus possible (comprendre « j’ai carvé comme un bourrin »), et ça ne bronche pas, j’étais moi-même assez étonné de ce qu’on arrive à faire avec des lattes de rando … et les gens autour aussi !

La légèreté ne gêne en rien une fois qu’on s’est habitué ; évidemment les fans des barres à mine de 4kg auront un temps d’adaptation un peu plus long, mais force est de reconnaitre que malgré le poids plume, on peut skier vite, et même sur des terrains un peu minés. Alors bien sûr, ça ne gomme pas le terrain comme un gros fat bien solide, mais on peut quand même envoyer en baissant un peu le centre de gravité quand le sol se complique.

Dans la poudre (j’ai pu croiser 20-30cm max dans les accumulations), ces lattes sont très faciles à skier. La spatule avec son rocker (voir photos) sort immédiatement (en plus, je suis léger, 65Kg max tout mouillé) et du coup il n’y a plus aucun effort à faire. J’ai lu sur un avis sur le Net qu’ils n’étaient pas adaptés à la vitesse dans la profonde, je ne suis pas d’accord, j’arrive à accélérer et à cruiser sans avoir à me battre pour m’équilibrer (dans exactement la même neige, à savoir le même jour, même expo, je pilotais beaucoup mieux avec les Escaper qu’avec mes ATO Blog à 110 au patin !!).

Dans la forêt ou dans les bosses (sur les pistes, même si, je sais, ces skis ne sont pas fait pour ça), je les ai trouvés un peu plus difficile à tourner. Le rayon pas très court fait que ça ne tourne pas immédiatement, il faut un peu charbonner, je pense que ce n’est pas là que ces skis s’éclatent le plus.

Sur la neige béton, la rigidité globale, notamment au niveau du talon, aide beaucoup à tenir debout. Je ne les ai pour l’instant jamais mis en défaut, ça tient au parquet ce qui a un effet très rassurant.

Au niveau du look, on remarquera (voir photos) que c’est assez sobre ; perso, je ne suis pas trop fan, mais plusieurs personnes autour de moi les ont trouvé très beaux, chacun se fera son idée ! Comme j’utilise des peaux Colltex, donc avec un étrier avant (et non pas des peaux Ross qui s’enquillent dans l’encoche prévue à cet effet sur la spatule avant… pour la modique somme de 169€ !!), j’ai remarqué que l’avant avait déjà un peu chargé (frottement), à voir comment cela évolue dans le futur (voir la photo ci-dessous).

Rapport à l’argent, ils sont de base à 750€ la paire (Février 2022) mais ce n’est pas difficile de les trouver autour de 550/600€, ce qui est le prix à peu près « normal » pour ce genre de lattes.

Résumé / wrap-up

J’ai vraiment énormément apprécié ces lattes, tellement que je les skie parfois en station. C’est un super compromis entre un ski de rando, et un pure freeride, la taille du patin intermédiaire leur donne une super polyvalence, ça accroche la neige dans toutes les conditions, et le patin à 97 et la spatule généreuse permettent de se faire plaisir à la descente, voire même quand on accélère. On peut donc dire que Ross a réussi son pari, il faudra maintenant convaincre les habitués des marques de rando « classiques » que leur Escaper Nano vaut largement la comparaison, voire même plus !

Pour qui ?

Pour celles/ceux qui cherchent un super compromis facilité à la montée, gros ski à la descente.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire