Test Rossignol Rossignol Ride Free Tour 2022

1 test Rossignol Rossignol Ride Free Tour.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
siewicz

Blackops Matter.

Avis sélectionné
Profil du testeur : 30 ans | m | Aime
Conditions du test : Tempête de ciel bleu ! Neige béton partout.
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés de Skipass permettant à nos lecteurs de recevoir du matériel pour un test longue durée. Inscrivez-vous !
Test Privé Expérience : Blackops, Enak et Tomorrowland

Vendredi 25 Février 2022, je reçois dans ma boite mail un courrier d'Alexandre-de-chez-Skipass-en-face me demandant si je suis partant pour aller faire, le Samedi 5 Mars, le test privé "expérience" Rossignol x Blackops, une journée de ski-test à l'Alpes d'Huez avec quelques athlètes freeride Rossignol.

Plus qu'un "test", voici le récit de cette belle journée.


Arrivée à l'alpes d'Huez


Le rendez-vous était à 9h sur le front de neige, la tente Rossignol un peu sur le côté fourmillait déjà avec les autres participants. Je suis reçu par Enak, déjà aux petits soins, qui propose le thé, le café et des viennoiseries. 

L'équipe est déjà là à faire le pitre pour Instagram et on se présente en attendant les autres arrivants. Avec les autres Skipasseurs, la team Rossignol, quelques autres heureux sélectionnés, nous seront (au moins) 16 à skier ! J'ai perdu le compte exact.

Présentation rapide des skis de la gamme que nous pourrons tester. EN GROS, on avait les Gamers en 118, les Sender Ti en 106, les Sender 106 (sans titanal), les équivalents en versions femmes (noyau moins épais) et des autres trucs moins larges mais personne n'a écouté.

Enak nous a tout de suite déconseillé les 118, la neige d'aujourd'hui ayant un coefficient de dureté supérieure au diamant. Je prend donc les 118.


Le ski


Et z'est bartiiii ! On s'envole pour le sommet de la station, le groupe et l'équipe Ross en mode détendu. On savait qu'on allait pas faire du grand ski alors autant s'amuser. 

Déjà, les athlètes envoient du lourd. Les petits jumps, butters et transferts s'enchainent sur les bords de piste. On essaie de suivre. Ou pas.

D'ailleurs je ne les ai pas présenté. On a avec nous Hugo Laugier et Axel Le Palabe, freestylers retraités de la compèt, prêts à en découdre pour faire des belles images pour Rossignol et leurs projets perso (Lalodge TV), et bien sur le "Capitaine", Enak Gavagio toujours en cannes, icône du ski dans toute sa largeur.

Le neige est dure, les skis vont bien, le ciel est bleu. On s'arrête régulièrement pour laisser à Arthur ou Thomas capturer un trick d'Hugo ou Axel. Ca balance des vannes, on s'amuse bien.

Retour à la tente à mi-matinée. Voyant tout le monde content des Blackops Sender Ti, mon indécision est forte. Je change finalement de skis pour passer sur des 106 au patin. Je me sens tout d'un coup comme un collant pipette !

Et c'est parti pour une nouvelle boucle. Cette fois on trouve en chemin une belle pente Nord pas trop tracée. La neige y est potable vu les condi. On a droit un petit instant backflip et 3-6 de Hugo et Axel, la joie !

Grosse descente de piste, ça bombarde dans tous les sens. On a l'impression qu'il y a du monde sur les pistes mais en fait c'est parce qu'on est à 16 de front. On a du effrayer quelques vacanciers qui se sont fait doubler par notre meute  à fond de balle.


Tentative de freeride


L'heure du déjeuner approche. Soit on refait quelques pistes, soit on tente une descente hors piste. Deux groupes se forment : ceux qui ont du discernement et les autres. On se retrouve à 8 "autres" pour partir sur des pentes gelées, croûtées, ventées... pour aller chercher un petit canyon ultra tracé. C'est du ski pourri, c'est du ski Bon Ap... RideFree. Sur le chemin, on y trouve une contre-pente sud, ce sera les 3 meilleurs virages de la journée, l'occasion de prendre de belles photos pour tout le monde. 

Le canyon se passe. No comment. Et en bas on retrouve 3 excellents virages de poudres. 12 pour Enak qui vante la godille pour faire plus de virages quand on manque de neige. Sage homme.

On retrouve sur le chemin du retour les invariants du freeride : pas du patineur, escalier, déchaussage, trop chaud, trop froid, et l'équipe qui se laisse totalement distraire en passant à côté du bordercross que l'on fera 2 fois. Encore des fous-rires...

Dernier stop avant resto : le "couloir du câble" (pas celui de l'Aiguille du Midi), l'occasion pour certain de montrer qu'ils en avaient encore sous le pied.


Le resto


On ne peut malheureusement pas tout dire sur un article public comme celui-ci. Disons qu'on a bien ri et bien bu.


Le dessin


Fort de quelques tournées de génépi (que l'on a pas demandé), le retour au pied des piste est à l'appréciation de chacun. On enchaîne avec un cours de dessin façon Thomas Gachet, graphiste de Rancho.

Difficile de raconter. Ça n’intéresse personne de raconter sa vie (oui je sais c'est ce que je fais depuis le début). Là, il faut le vivre. Encore une bonne partie de rigolade ;).


Quelques mots sur les skis.


On a pas skié assez pour faire un test détaillé. Il faut avouer que les conditions étaient mitigées. Le temps est extraordinaire mais neige est, elle, extraordinairement dure. Bonne mais dure sur piste. Dure et travaillée en HP.

Blackops Sender TI 106 / 187cm

Incroyablement adaptés aux conditions d'aujourd'hui. Il sont raides et il renvoient dans les courbes. Ça demande du physique, mais en même temps, quand on voit les tricks que passent Axel et Hugo on comprend qu'il en faut sous le pied. Un ski pour cruiser à Mach balle qui ne fait pas sa largeur au patin : on a la sensation d'un ski beaucoup plus fin. 

Attention tout de même, le renfort titanal en fait un ski au tempérament "sérieux". La faute pardonne peu. Beaucoup se sont retrouvés à 1 pied en tentant de ramener l'autre sur le sol suite à une faute... heureusement peu de chutes, le niveau était excellent !

Blackops Gamer 118 / 186cm

Je ne les ai pas eu longtemps aux pieds... juste assez longtemps pour me rendre compte du potentiel du ski. Si mon ressenti est exact, ces skis, c'est no limit. Cette fois on sent bien les 118 au patin mais ils sont d'une agilité folle. Même sur neige dure ça tourne tout seul et on peut maintenir une conduite coupée sans se scier les jambes. Ils font leur poids et ça joue probablement sur l'absorption du terrain qui est superbe dans ces conditions HP dégeu (c'était pas du beau ski pour autant...). Comme les Senders, bagage technique indispensable.

Cette fois, le sérieux n'est pas omniprésent. On sent que le ski est ludique quand on veut s'amuser mais il est capable de faire volte face pour devenir une arme de derby. Je valide à fond. Tellement a fond que j'ai fais suer tout le monde à répéter que j'aurais du garder les Gamers au lieu de switcher. Désolé. 


L'épilogue


Grand grand merci à toute l'équipe Rossignol et à Skipass pour cette journée. Merci pour la prépa des skis au poil, merci pour l'accueil aux petits soins et l'ambiance bienveillante. C'était une journée forte en émotions, rires et joie, en toute simplicité et en toute sincérité ! 

Long live RideFree ;)

10/10

commentaires

1 commentaire
yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 03/01/16
Stations : 6 avisMatos : 75 avis
Yes bon retour sur cette belle journée !
0
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire