Test Blizzard Bonafide 2020

70 tests Blizzard Bonafide.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Blizzard Bonafide
Marie Lacharme

L'ascenseur emotionnel !

Avis sélectionné
Profil du testeur : 30 ans | 1,69m | 55kg | Expert | Pau
Taille testée : 173
Conditions du test : Les pyrénées comme on les aime : désertes, ensoleillées et gavées de peuf

Points forts

Stabilité à toute épreuve
Réactivité, vivacité
Rebond génial

Points faibles

Il faut rentrer direct dedans, ne pas skier en retenue. C'est pas un point faible du ski, c'est au skieur de ne pas être faible avec lui !

Ce test, je ne le rédige pas pour vanter la polyvalence des BONAFIDE : 60 autres m'ont précédée. On l'a lu partout, c'est du très bon, c'est du "4x4 des neiges", du "tout terrain", de "la machine à trancher la neige".

Sauf que tous ces tests avis ont été rédigés par des athlètes, de la brute de 90kg au garrot. Où sont les femmes?

J'ai loué ces lattes en confiance toute confiance, et je me suis pris une sacrée baffe ! J'ai détesté. Puis j'ai adoré !


Explications :

Je cherche la perle rare, l'unique paire de mon quiver de skieuse pyrénéenne du dimanche. Suffisamment fat pour une bonne portance hors les sentiers battus, rigide et un talon plat pour aller chercher le rebond dans la peuf, qui tienne sur pistes les jours où l'or blanc n'est pas au rendez-vous.

Dans cette difficile quête, après mon ennuyeuse paire de SIN7, j'ai testé pèle-mèle les MANTRAS, les CAMOX, DICTATOR 2.0 de FACTION... tous bons, mais le coup de coeur n'y était pas.

Chez BLIZZARD, j'étais partie pour m'essayer aux RUSTLER, mais il n'étaient plus dispo à la boutique. Tant pis, à défaut de grives mange-t-on des merles, je me rabats donc sur le BONAFIDE.

Un petit tour sur les avis skipass: "de la bombe" etc. Les skipasseurs avaient l'air content, donc go !

La météo ce jour là : parfaite ! Il était tombé 30 bons centimètres de neige bien sèche, grand soleil glacial de janvier, la mer de nuage en vallée donc personne en station, le bonheur !

J'ai les lattes qui me démangent, c'est parti. Je commence prudemment sur une petite rouge damée pour me mettre en jambes, petite godille élégante : ça marche pas, je boucle mal, le talon qui rape. Qu'à celà ne tienne, au vu des côtes, ils sont pas faits pour ça. J'envoie en conduite coupée : quand ça veut pas, ça veut pas, je ne sais plus skier. Mur de bosses, mon péché mignon : pas plus à l'aise. J'abandonne les pistes pour un mur de fraîche : quel gâchis, je me fais balader par ces lattes, je ne les comprends pas... Plus je me concentre et moins ça marche.

Puis finalement, je m'adapte au ski. Je vais de plus en plus vite, j'appuie languette, je charge, j'engage. Et c'est la révélation ! Les cares tranchent la piste, ça carve parfaitement et sans flancher même dans les angles les plus osés, ça renvoie en sortie. La large semelle permet de flotter en poudreuse, et le flex autorise une conduite bondissante. Impitoyable avec la trafolle, ils ne se laissent pas dévier d'un iota et la spatule ne bronche pas. Le test ultime, je les envoie sur un petit couloir bien étroit bien pentu, un bon 60% : le cambre permet un bon contact, l'accroche est excellente, ils sont vifs, ils sont réactifs, ça passe sans peur et proprement !

Je sors de cette journée rincée mais euphorique. Après avoir douté des skis et de mes compétences de skieuse, je me retrouve finalement avec des bijoux de précision et j'ai le sentiment de mieux skier.

Je crois que ma quête est achevée, j'ai trouvé le Graal !


Moralité, comme dirait l'autre, c'est pas l'homme qui prend le BONAFIDE, c'est le BONAFIDE qui prend l'homme. En l’occurrence, la femme !




Pour qui ?

Aux filles aussi ! Je ne suis pas lourde, je ne déforme pas autant la latte qu'un bonhomme d'un quintal et pourtant...

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire