Test Tecnica Zero g tour scout 2020

4 tests Tecnica Zero g tour scout.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,8/10
quent.bch

Le parfait compromis

Avis sélectionné
Profil du testeur : 21 ans | m | Expert
Acheté : 435€ en magasin
Conditions du test : Toutes

Points forts

Légèreté
Solidité
Rigidité
Maintien
Polyvalence

Points faibles

Chausson qui n'est pas à la hauteur du reste

Ayant une paire de Cochise pour le freeride et freerando (jusqu’à 1000m d+), je cherchais une nouvelle paire de chaussure qui soit plus confortable en montée (poids et débattement) mais qui offre une précision digne d’une vraie chaussure.

Etant très content de mes Cochise pourquoi pas continuer chez Tecnica ?

Je pars donc pour des Zéro G Scout donné à 120 de flex pour 1.45 et 55° de débattement.

Ayant le pied fin ce que j’ai tout de suite aimé c’est la possibilité de customer au maximum les boucles de serrages (coté boucle et attache) ainsi qu’un réglage en tournant cette fameuse boucle.

Condition du test :


J’ai skier ses chaussures sur toutes mes rando ainsi qu’en station pour vraiment les pousser. Une 30ène de sortie avec je pense.

Principalement avec des Faction Prime 2.0 (98 au patin en 179) et Fischer ranger 108 ti (110 au patin pour 188).

Pour les fix cela se passait tout chez Marker (kingpin et alpinist)

J’ai effectué jusqu’à 2600m de d+ avec.

Prise en main :


Putain c’est pas lourd ! Si ça descend aussi bien que sur la papier on à la une vraie chaussure de freerando.

Le vert en deux teintes est assez sobre (pas comme les Lange Xt), globalement c’est très bien fini

Le levier à l’arrière respire la solidité et possède deux points d’attache. Très rassurants ainsi que le fait qu’il soit à l’extérieur permet de vérifier visuellement son bon fonctionnement.

De plus il est remplaçable et permet de réglé l’angle de la chaussures.

Au pied :


La chaussure s’enfile assez difficilement, surtout par temps froid. Il faut vraiment s’employer à bien ouvrir les deux coques mais une fois le coup de main ça fait.

Problème classique des chaussure portefeuille me direz-vous.

Une fois dedans on se sent bien maintenu de par le chaussant précis de 99, la pince talon est aussi très bonne, parfait pour être caler quand la vitesse augmente et les appuis sont plus francs.

Pas de point de compression, j’en ai rarement vu la finesse de mon pied.

4 crochets si ce n’est pas beau sur une chaussure de moins de 1.5 kg.


Bien pensés et faciles à manipuler même avec des gants, ils assurent un maintien parfait et ajustables à tous les pieds.

Constitués de cablettes type dynafit pour le serrage celles-ci non pas bouger.

Je regrette juste le chaussons trop fin et pas assez précis.

Même en y ajoutant des lacets et un thermoformage, mon pied ne s’y fait pas (changement cette saison par un autre).

Malgré tout il est très léger et bien respirant.

En montée :


Venant de la Cochise avec 2kg et 40° de débattement comment vous dire que ça change la vie.

Une fois basculer en mode hike avec le levier extérieur, très pratique à manipuler grâce au petit ficellou, la chaussure se transforme en vrai rando.

Je ne détache que les deux boucles du haut ainsi que le strap en montée pour éviter d’attraper des ampoules et évite de faire rentrer de la neige dans la coque.

Boucle desserré elle se monte étonnement efficace à chaque pas : le débattement est bluffant, on peut se permettre d’allonger et on ne vient pas taper en butée que ce soit sur l’avant et l’arrière.

Le pied bien calé dans la chaussures la cheville travail naturellement. La légèreté permet une sacrée économie sur chaque pas.

Toujours se chaussons pas top, qui se ballade et qui frotte beaucoup, j’ai des ampoules dedans à partir de 1800m de montée).

J’ai ajouté des patch vendu par Sidas qui sont assez efficace et limite les frottements avec le pied malgré tout la sensation d’un chaussons qui ne fait pas qu’un avec la chaussures.

Seul le starp type booster se ballade quand il est desserré ainsi la pièce métallique tape contre les chaussures ce qui assez désagréable.

Mais bon après 300m, le gout du sang dans la bouche et le champ de vision qui a rétrécis de 99% on n’y prête plus attention.


Les skis sur le dos et crampons au pied, leur légèreté est un avantage non négligeable.

Les crampons automatiques sont parfaitement adapter est avec des Irvis hybrides cela proposent un montage cohérent entre technicité et légèreté.

Sur le rocher la Vibram est pas une référence pour rien, on se sent en sécurité et l’accroche est monstrueuse même s’il y a un peu de glace ou que le rocher est mouillé.

Après c’est un pas une des chaussures les plus légères et les passages mixtes doivent pas durer longtemps. Le poids est encore élevé pour une longue traversée, vos mollets les sentiront assez vite sur les pas techniques.

Ce n’est pas dans leur programme non plus.

La descente :


Après avoir regretté la raclette et les bières de la veille viens le temps de descendre.

On bascule en mode ski, les deux loquets sont pris, c’est bon.

On sent tout de suite la rigidité, qui comme toutes les chaussures de rando est sûr estimé.

Mais en serrant fort les crochets et le strap c’est bien rigide.

Les appuis sont moins précis qu’une alpine mais très qualitatifs pour une rando.

Moins progressif que la Cochise, on vient en butée si on tape une bosse pleine balle par exemple.

Testé avec mes freeride, elles manquent de précision et de maintien pour tenir la largeur (110) mais elles se défendent tout de même très bien.

Même en terrain compliqué, on garde des sensations dans le pied, quand ça tabasse.

La chaussure est très cohérente par rapport à son programme, à savoir une montée efficace et confortable avec une conduite très qualitative et des sensations au rendez-vous.


Optimal pour des skis entre 90 et 105 au patin.

On notera aussi leurs résistance à l’usure malgré des coups de carre, crampons et des heures de ski elles sont toujours en très bons état, un produit conçu pour durer.

Désoler que des photos en utilisation mais ca montre la polyvalence du produit ;)

Pour qui ?

Tout ceux qui veulent faire le minimum de compromis entre montée et descente

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire