Test Salomon Shift 2019

32 tests Salomon Shift.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Inak64700

Pour s'approcher 

Profil du testeur : 34 ans | 1,79m | 75kg | Expert | Hendaye
Conditions du test : Deux saisons, 60 j par an

Points forts

Tout dans son programme

Points faibles

Stop skis et serrage pour les "gros "skieurs

Cette fixation est à utiliser en station, programme freeride combiné à un peu d'approche. 

A ne pas choisir pour un combo randonnée, il existe des fixations low tech light pour cela.

Pendant la période "station ouverte" , je ne fais pas de rando, simplement des approches de une heure grand max, retour au télésiège compris dans le timing. C'est tout bon pour moi, sur le programme évoqué, me reste encore pas mal de jus pour profiter de la descente et de mon matériel.


Montées sur des Rustler 10 en 188 et Rustler 11 en 192, chaussures Tecnica Cochise 130 avec chausson injecté Pu race de chez Sidas

On gagne un peu de poids et on préserve le flex au patin du ski sans la plaque, comparé à une Marker Baron ou Guardian 13.

On perd un peu de poids mais on gagne une butée et talonnière de fixation alpine en skiant, comparé à une Fritschi Vipec 12.

Deux bémols :

- les stops skis pas terribles, un peu fin

- le serrage pour les "gros " skieurs dans tous les sens du terme.



Conclusion : Pour monter peu et descendre beaucoup

Pour le moment, en version 1, une fixation à monter sur un Fat ou Mid Fat entre 3,5 Kg et 4,5 Kg.  Si possible avec les chaussures freerando les plus rigides que vous pouvez skier, pour profiter au maximum du combo monté/descente. 






commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire