Test Salomon Shift 2019

33 tests Salomon Shift.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,5/10
hypee

Pas encore convaincu, j'attends la v2 avec impatience

Avis sélectionné
Profil du testeur : 30 ans | 1,75m | 65kg | Avancé | Annecy
Conditions du test : Tester en station pour une 1/2 après-midi rando

Points forts

Malheureusement, je n'en n'ai pas vraiment trouver, bon comportement à la descente peut-être?

Points faibles

Beaucoup de manipulation pour le passage en mode Rando

Avant propos:

Je tiens à tirer mon chapeau aux équipes Salomon pour avoir répondu à Marker de façon différente avec une autre approche. Le résultat est très intéressant, on voit le travail derrière & la réflexion qui a conduit à la Shift 👏


Condition du test

J'ai testé cette fixation dans le cadre d'un test matos en station, sur des Black Crows Ferox. Je voulais essayer cette fixation pour la comparer à mes Kingpins, qui fixe la majorité de mes paires free-rando maintenant.
Je suis tout de même parti avec un à priori par rapport à ceux que j'ai pu entendre & droite à gauche. Peut-être que mon test n'est pas si neutre.

A la descente

On sent que la fixation a d'abord était conçu pour garder tous les avantages d'une fixation alpine, le résultat sur la buter avant montre tout l'effort fait par Salomon pour apporter une solution. Le chaussage se fait donc à l'identique d'une fixation alpine. Les sensations sur piste & sur tout type de neige est le même, rien à redire là-dessus. Apparemment la butée avant est compatible avec toutes les semelles du marché tant qu'elles sont normées, ayant des Salomon MTN Explore, aucun souci pour ma part.

Pour résumé, grande précision à la descente, transfert de poids & appuis sont niquel, c'est pour moi le point fort.

A la montée


Aux premières impressions, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de manipulation à faire pour passer en mode Rando. Apparemment, je dois être trop habitué au chassage des pins classiques, car j'ai trouvé peu pratique à devoir manipuler l'ouverture des pins pour insérer sa chaussure. Il doit se faire avec les mains où un bâton, certains disent que c'est un avantage lorsque le terrain est compliqué.
Le principe des cales n'est pas top, il arrive souvent que la cale "saute", c'est assez chiant pour être honnête, car quand ça arrive plusieurs fois, il faut à chaque fois refaire la manip. Je préfère largement le système des Kingpins, on enclenche la fixation et les cales sont au-dessus du talon.

Et puis on arrive aux détails qui fâchent:
- Construction plastique principalement: je lui donne pas une grande durée de vie
- Si vous êtes habitués à retirer la neige de vos chaussures sur la butée avant, attention à ne faire repasser la fix en mode ski involontairement. Du coup, attention la butée arrière est faite de plastique. Typiquement le genre de fixation où il faut utiliser correctement le petit trou pour le bâton, afin de préserver sa durabilité.

Je n'ai pas évoqué les couteaux car pas testés, mais selon des dires, les couteaux pour la Shift doivent être adaptés en raison du faite que la butée avant ait une place de déchaussage.


Petits détails qui à son importante, sur le modèle testé, il est devenu presque impossible de lire le DIN sur la butée avant & arrière en raison de gouttelette d'eau à l'intérieur. Étrange, car c'est une partie qui devrait être maitrisée à la perfection depuis déjà bien des années.

Pour le coup je n'arrive pas vraiment à situer la Shift sur le marché, je vois type de profil distinct:
- le randonneur très occasionnel

- le randonneur expérimenté qui trouvera son compte sur les quelques défauts, peut-être celui qui fait de courte approche, comme on faisait avec des Marker Tour/Baron ou Salomon Guardian.

Une chose est sur, c'est une bien meilleure solution que les fixations rando à plaque qui rigidifie le ski sous le pied, perso je déteste.


Conclusion

Je pense que Salomon a beaucoup réfléchi pour sortir une super fixation, mais j'ai comme une sensation de v1 qui nécessite des améliorations sur plusieurs choses. Comme je disais, beaucoup de manipulation à faire & construction plastique. J'attends avec impatience la version 2, en attendant je continue à skier avec mes Kingpins.

Par ailleurs, Marker aurait-il déjà contré la shift avec la Duke PT ?

Pour qui ?

Ceux qui sortent en rando vraiment de manière occasionnelle sur une paire de ski unique donc

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire