Test Atomic Backland carbon 2020

8 tests Atomic Backland carbon.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 7,5/10
UbacMedia

Un excellent rapport légèreté / rigidité, et ce débattement !!!

Avis sélectionné
Profil du testeur : 39 ans | 1,70m | 60kg | Expert | Grenoble
Acheté : 489€ en magasin
Conditions du test : Grand beau, très chaud au sud, vent de folie sur les sommets, rencontré un peu toutes les neiges

Points forts

Poids, débattement, rigidité, faible volume

Points faibles

Fragilité du chausson à la friction (importante), risque de pincement de la petite guêtre

Contexte


Mon profil : 1,70m pour 60kg, 98% skieur de rando jusque de la gentille pente raide dans le 5.2, ski Völkl VTA 98, style plus fin que bourrin

Profil de pied : mollet peu volumineux, cheville fine, avant pied super large (103mm). Jusqu'à présent je ne rentrais que dans les chaussures les plus larges du marché, les Scott Cosmos 3, et encore après 3 déformations de coque c'était limite.

Ça faisait donc longtemps que je cherchais des chaussures légères pour les grosses bambées, les goulottes que l'on approche en ski et autre joyeusetés en haute montagne. Etant habitué au maintien d'une chaussure 4 boucles, j'étais frileux à l'idée de skier avec des chaussures trop molles.


En magasin


Cette année j'étais à deux doigts de craquer pour les Fischer Travers CC (réputées pour le volume d'avant pied important) mais j'ai trouvé le degré de finition insuffisant. Je trouve que la forme de cette feuille de carbone et sa "rusticité" en font une chaussure fragile. Et puis je n'étais pas séduit par le degré de maintien après plusieurs essais en magasin, trop mou.

En essayant cette Atomic Backland carbon 2020, marque je ne connaissais pas du tout, j'ai été très agréablement surpris par la rigidité ressentie, aucun rapport avec la Fischer Travers CC ! La forme convient très bien à un arrière pied fin, on sent que le talon et la cheville sont bien tenus, et j'ai senti qu'il y avait du potentiel sur l'avant pied. Pour bien tenir mon mollet j'ai dû décaler la boucle de l'unique crochet d'un cran vers l'arrière (3 sont possibles).

Je les ai faites déformer sur l'avant pied, et utilisé sur une seule sortie de 2000m de D+ pour le moment. Ce sont mes sensations à chaud que je voulais partager.


Le test


Type de neige rencontrée : soupe, béton, traffolle, croûte pente jusque 40 - 45.

MONTÉE : génial ! Non seulement le gain de poids de seulement 350g est vraiment sensible (notamment en traçant un couloir), mais j'ai été bluffé par le débattement. Sur le papier mon habituelle Scott Cosmos 3 propose 66°, contre 74° sur cette Backland carbon 2020, soit peu d'écart. Sur le terrain il y a un monde entre les deux, on sent bien en bout de course que sans y mettre d'énergie supplémentaire la foulée est significativement plus longue. Quand la trace est très raide c'est en flexion dorsale (en allant sur l'avant) que l'on sent le gain en débattement, qui là encore rend le mouvement plus ample et plus confortable. En dévers un peu gelé pas de souci notable avec 98mm au patin et une cheville un peu souple. Je n'ai par contre pas senti le gain d'avoir une semelle plus courte (298 contre 306mm) même si d'un point de vue biomécanique l'influence d'un moindre bras de levier a forcément un impact. De là à le sentir ...


DESCENTE : excellentes sensations pour une chaussure de ce poids. Alors oui c'est un brin plus souple que mes 4 boucles Scott Cosmos 3 mais franchement pas tant, surtout au regard du gain de poids. Je crois avoir pu skier aussi vite avec mes Völkl VTA 98. Même si j'ai cru sentir un effort musculaire plus important et une gestion de l'équilibre avant / arrière sensiblement plus subtile, ça pardonne un peu moins et il faut être plus présent quand la neige se complique ou que l'on veut envoyer un peu plus.

C'est un détail mais avec 4 repeautages j'ai apprécié de ne pas avoir 4 boucles volumineuses et un strap à régler pour passer en mode descente. L'association du boa sur l'avant pied, de l'unique boucle et du strap font bien le boulot pour tenir le pied (et j'aime être très bien tenu dans mes chaussures).


MARCHE (portage) : un rêve, top en montée et vraiment différent en descente, un confort de locomotion au top.


Conclusion

Au final, je suis très satisfait de mon investissement qui répond parfaitement à mes attentes. Je pense ne même pas avoir besoin de faire thermoformer les chaussons et j'ai enfin trouvé ma chaussure pour 95% de mes sorties.


NB : en réglant mes fix le vendeur a été très surpris de la difficulté à chausser en mode ski sur des Marker Alpinist, c'est presque impossible "à l'épaule", un autre utilisateur a rencontré le même problème. Sur le terrain ça se passe très bien, j'ai réussi à chausser le ski dans la main en pente un peu raide dans de la neige très souple, et surtout je n'ai rencontré aucun problème à déchausser sur une chute.

Pour qui ?

Le skieur qui a l'habitude d'envoyer et veut un modèle léger sans (trop) abandonner en rigidité, les petits gabarits qui veulent s'alléger.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire