Test Whitedot The Redeemer 2013

7 tests Whitedot The Redeemer.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 9,3/10
ERICFR73

Le bulldozer !!!

Whitedot The Redeemer
Avis sélectionné
Profil du testeur : 31 ans | 1,90m | 80kg | Avancé
Taille testée : 190
Conditions du test : Durée : 2 saisons pleines | Neige : toutes neiges
Après avoir adoré les DIRECTOR 2013, j’ai pu avoir une paire de Redeemer 190, et ça n’a pas été pour me déplaire…

Ses capacités à travailler toutes les neiges m’ont vraiment surpris malgré leur gabarit relativement imposant (127mm au patin).

Etant donné la facilité de ride ressentie sur les director, je me tourne naturellement vers le 190cm, en toute logique… J’ai passé deux saisons à les sortir en freeride, au début je ne les prenais que lorsqu’il y avait grosse poudre, et puis petit à petit… Je ne sors plus que ça dès qu’il s’agit de prendre un télésiège (on est d’accord, je ne fais pas de piste).

La finition glossy est du plus bel effet, et elle ne marque pas tant que ça. Après une cinquantaine de sorties, les skis restent propre. C’est du beau matos, bien fini, et costaud. Noyau peuplier, semelles haut de gamme (avec diecut magnifique, un ski noir/blanc et un ski blanc/noir), carres épaisses.

Le Redeemer, sans que cela nous paraissent étonnant est une arme de flottaison. En fait, il flotte déjà à l’arrêt… Hors mis peut être dans une neige japonaise, il va falloir chercher avant de trouver les conditions de poudre dans lesquelles on pourrait se dire « il me manque encore de la surface » !

Le ski reste facile, accessible, se prend très vite en main. En revanche, de part son poids, il est forcément un peu physique à conduire sur une grosse journée, quoique… Mais c’est là où la version carbonlite prendra tout son sens pour les skieurs qui n’ont pas la caisse.

Il permet aussi de prendre facilement de la vitesse, sans surprise. Le rayon assez élevé donne envie d’aller vite, toujours plus vite… C’est une arme pour déchirer un champ de poudre à mach12, et cela dans une décontraction impressionnante.

On ne peut s’empêcher de le comparer au BlackCrows Nocta, ils sont exactement sur le même programme, des skis très newschool, qui permettent, sans avoir un niveau de pro-rideur, de prétendre à des vitesse folles dans la neige fraiche. Son petit plus par rapport au Nocta : la côte inverse plus prononcée en spatule qui casse encore plus facilement les neiges plus dures, et les traces des copains qui se sont levés plus tôt.

Les rockers avant et arrière rendent le ski facile à pivoter, même à basse vitesse ; ajoutez à cela les spatules qui « s’affinent » sur sa fin, vous obtenez une maniabilité irréprochable, on ne se sent pas du tout gêné par des cm de trop, ou de lourdes spatules à faire bouger. Et ces spatules… quelles beautés ! Bien carrés, elles sont splendides.

Les rockers permettent de beaucoup moins se soucier de la balance avant/arrière, le ski aide vraiment en fraiche, en réception de saut, c’est très appréciable. En revanche, pour ceux qui affectionnent les talons « classiques », vous pouvez passer votre chemin ; la cote inverse + le rocker donnent un caractère très slideur, très fat newschool.

Sur piste : Si la neige est souple, on peut presque prétendre à un semblant de conduite coupée, dur à croire n’est-ce pas avec ses 127mm au patin ; mais si, c’est possible. Après, sur une neige plus dure, ou à canon, vous oubliez de skier, c’est mode survie, et vivement le prochain siège pour aller attraper la barre repérée lors de la dernière descente ! Le patin reste très costaud et donc capable d’accrocher. Sur piste en neige dure, on se retrouve finalement avec un ski de 1m10 (longueur de carre effective), qui côte 27m de rayon. Presque marrant l’exercice de tenter des courbes géant avec ct’affaire… En fait, il faut oser aller vite !

Un point très important, le Redeemer est certe un FAT newschool de plus sur le marché, mais sa construction et son shape le rende unique en son genre. Exit les rockers flappy qui peuvent effectivement bien marcher en fraiche vierge, mais qui vous balladent dès que les traces des copains se font trop présentes, ou que la neige a transformé. Ici les rockers sont bien prononcés, font bien leur boulot d’absorption du terrain, mais restent costauds !

Coté poids : 4,6kg et 5kg selon la longueur, c’est raisonnable pour son demi m² de surface (plus que pas mal de snowboards de freeride !)
10/10
Accessibilité & confort
Performance grandes courbes
Performance petites courbes
Performance trafole
Aptitudes piste
Aptitudes freestyle

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire
.