Test Apo Ron 2014

12 tests Apo Ron.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,1/10
yrlab

Un freeride backcountry trop pataud et exclusif !

Apo Ron
Avis sélectionné
Profil du testeur : 39 ans | 1,90m | 85kg | Expert | Gélos
Taille testée : 190
Conditions du test : Une journée principalement en hors-piste et avec 25 cm de neige froide et légère

Points forts

Stabilité et fluidité en grandes courbes

Points faibles

Déjaugeage, maniabilité, ludisme, skiabilité sur piste

Après un gros refroidissement, la neige tombe sans discontinuer depuis 48 h sur les massifs des Hautes Pyrénées. La session du lendemain s’annonçant bien poudreuse, ces skis Apo Ron me font de l’œil dans un shop de location. Connaissant un skieur propriétaire très satisfait de ses joujoux, je décide de les louer pour une journée afin de les tester véritablement

Du côté technique :

  • Concernant la construction, nous sommes avec un noyau PB Performance Core renforcé avec deux bandes de hêtre et de multiples couches de fibre 2 D afin d’avoir un ski robuste et nerveux avec des prise de carres stables et dynamiques. Le rajout de fibres est justifié pour obtenir un ski assez léger avec un parfait équilibre en torsion.
  • Les semelles sont en Sintered 8000 qui est vendu pour être « le nec plus ultra de la glisse, la formule 1… ». Elles sont finies à la pierre et donnant ainsi de fines structures afin d’avoir plus de déperlance sur les neiges humides.
  • Les chants « minicap » ont un angle double (10° et 60°) qui est censé réduire les dégâts occasionnés par les impacts.
  • Le shape freeride est bien directionnel avec une spatule de 140 mm, un patin à 120mm et un talon à 130 mm. Le déroulé de spatule est bien plus long que le talon. Ce dernier est relativement souple et a été conçu ainsi afin de bien boucler les courbes. En taille 190 cm, la longueur de carre effective est de 135 cm et le rayon est de 27.7 m. Dans cette taille, les paire affiche un poids de 4.76 kg.

Mon expérience :

  • Montés avec des Salomon S12, la première sensation lors du portage est un peu lourde : de bons skis nautiques mais qui font leur poids. Une fois chaussés, j’aime toujours taper du pied pour tester la rigidité du rocker avant : le résultat pour ces skis est que la spatule vibre pas mal sur la neige dure ; ce que je me doutais car la souplesse est de suite ressentie dès lors qu’on les plie à la main.
  • Premier télésiège sur Barèges et première descente hors-piste dans 25 cm de fraîche, j’ai senti un ski un peu pataud qui a besoin de vitesse voire même de beaucoup. Le déjeaugeage se fait assez progressivement malgré une spatule de 140 et puis, on a un bon sentiment de flottaison. J’ai trouvé un très bon pivot pour l’enchaînement des courbes. A haute vitesse, c’est un ski qui se tord difficilement et le talon hors rocker est assez rigide et fait donc bien son travail lorsque l’on appuie fort en sortie de courbes. Ces skis ont vraiment une grande stabilité en poudre et encore plus lorsque la vitesse augmente. Ces caractéristiques m’ont de suite donné envie de tester leur aptitude au saut et là, je n’ai pas été déçu. Avec une bonne vitesse, les réceptions de barres sur un matelas poudreux se passent merveilleusement bien et même si on a décollé un poil déséquilibré.
  • Après une première descente, une piste de retour pour enchaîner une seconde rotation et verdict : sur un chemin plat, la simple vitesse fait tapoter constamment le rocker avant et là, je me suis dit que mes premières intuitions se confirmaient. C’est un ski de freeride typé un peu Old School qui est très bon en poudreuse mais qui n’a vraiment pas les caractéristiques suffisantes pour être agréable sur les surfaces dures. Un plus tard dans la journée, me voilà en transfert sur une piste rouge bien damée et bosselée par les skieurs : les gros rockers avant et arrière deviennent handicapant avec leur souplesse trop généreuse et vibrations permanentes. Les courbes que l’on taille sont forcément longues et l’accroche est très limitée sur piste. Je me suis vraiment fait secouer les cuisses et vouloir aller vite sur pistes relèvent un peu du rodéo : on est vraiment hors-programme et on languit de retrouver la fluidité ressentie dans la neige fraîche.
  • Sur neige trafollée souple, la taille et la rigidité de la longueur de carre effective permet de tout traverser avec pas mal de facilité mais le comportement devient d’autant meilleur que la vitesse augmente.
  • Après une journée principalement en mode hors-piste, ces skis m’ont donné du plaisir avec de la vitesse dans la poudre : on peut vraiment charger sur les languettes et envoyer de grandes courbes sans limites . Dans la forêt, ce ski n’est pas ludique et pataud au regard de son grand rayon : il faut vraiment user de toute sa musculature pour faire du slalom entre les arbres.
  • Côté durabilité de la semelle, elle me semble bien dure car je suis passé sur quelques roches à haute vitesse et les dommages se sont limités à des rayures superficielles.
  • Le top sheet de cette édition n'est pas très joyeux même si le graphisme est original. Les touches de jaune apportent de la luminosité mais pas assez à mon goût.


Je considère donc ces Ron comme étant de belles armes pour les grands champs de neige vierge mais leurs caractéristiques n’ont font pas des skis backcountry/freeride polyvalent du tout. Cher Apo, les rockers avant et arrière sont trop souples pour se permettre de les emmener partout et notamment dans les pentes raides et dures. Ce sont des skis trop exclusifs si on habite pas dans un spot où les cumuls de neige sont réguliers et conséquents.

Pour qui ?

Skieurs expérimentés en freeride cherchant des skis nautiques exclusifs
7/10
Accessibilité & confort
Performance grandes courbes
Performance petites courbes
Performance trafole
Aptitudes piste
Aptitudes freestyle

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire
.