Portfolio de ma saison 2020 – 2021

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Portfolio de ma saison 2020 – 2021

De la station, des pics, des sommets, des faces sans assistance d’ascension. Une très belle saison de slow ski dans les Pyrénées Ouest
Portfolio
yrlab
Texte :
Photos :
Aurélien Labry
Cet article est issu du mag communautaire skipass.com, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de montagne. Publiez la votre !

De l'exceptionnel au printemps avant l'heure

La saison a démarré étonnamment en septembre 2020 avec une première couche suffisante pour sortir les spatules rangées depuis quelques mois. Cette anomalie s’est répétée régulièrement en octobre et puis l’or blanc a disparu des Pyrénées jusqu’à fin novembre. La première quinzaine de décembre a placé nos contrées dans le top des enneigement français, ça brassait déjà copieusement avant l’arrivée du Père-Noël ! Janvier 2021 a été incroyablement hivernal avec encore de belles chutes de cristaux mais surtout avec un enneigement skiable et un isotherme constamment bas. La suite n’a pas été à la hauteur mais n’a pas empêché de réaliser de belles sorties et de cocher quelques nouveaux sommets. 

Il a fallu en prévoir des plans A, B, C.. Avec un brin d’expérience des massifs des Pyrénées Atlantiques et des Hautes Pyrénées et de bons amis montagnards locaux ou pas, nous avons plutôt bien réussi. Je me suis aussi employé à ne rater quasiment aucun powder day !

Retour mois par mois sur cette saison historique pour l’absence de remontées mécaniques mais aussi pour les kilomètres (240) et le dénivelé positif réalisés à ski (60000) ! A part une montée en benne en octobre et comme beaucoup, j'ai passé tous ces mois en randonnée. Cette saison si catastrophique pour le monde de la montagne aura été une formidable aubaine pour découvrir nos chères montagnes à la force des jarrets et quelque part, un sacré accélérateur de conquête de nouveaux sommets pour ma part.


Octobre magique

On vient à peine de passer en automne et bing, le dernier week-end de septembre, il faut déjà préparer le sac et les skis pour aller se balader sur la station de Barèges ! Les locaux septuagénaires et les cyclistes n’en reviennent pas de devoir poser le pied avant le col du Tourmalet.

La tempête Alex en remet une couche et le 5 octobre, le GR conduisant au pic du Midi de Bigorre est déjà bien platré. Ce début d’automne est vraiment exceptionnel

du côté des Pyrénées cette fois où près de dix chutes de neige touchent tout ou partie de la chaîne entre le 20 septembre et le 20 octobre

Thomas Blanchard

La limite pluie-neige redescend encore et le 12 octobre, c’est de la fraîche dès 1700 m. Les chardons ont plié et nous nous faisons plaisir à tailler des courbes sur les hautes routes touristiques de la Haute Bigorre. Nous avons même le privilège de toucher des matelas de télésiège fraîchement insatallés et de voir une remontée en fonctionnement !

Les quelques jours suivants, les compteurs s’affolent encore et le vendredi 16 octobre, c’est poisson une belle couche de poudre 30-40 cm. Seul au monde, je gravis le pic du Midi de Bigorre (2877m, 1200 D-/+) skis aux pieds et jusqu’en haut ce qui est du jamais vu dans la mémoire d’un bigourdan ! Les remontées mécaniques fonctionnant, je traverse le Grand Tourmalet pour retrouver la précieuse benne et me remettre un deuxième run bien copieux ! Je ne me doutais pas que c’était ma première et dernière montée sans efforts de ma saison.

Décembre, gavage du Sud-Ouest

Novembre est très sec et je commence à m’inquiéter, payerions-nous ce mois d’octobre hallucinant pour les amoureux de la neige ?

Le manteau blanc fait son retour la première semaine du mois syndicalement puis le 7, c’est déjà un matelas d’un mètre passé qui fait patauger n’importe quel aficionados du D +. Le Béarn a des allures japonaises !

Bella

Après une bonne quinzaine plutôt sèche mais sans ennui pour les spatules, l’année se termine très bien avec des chutes conséquentes (O.M.G., plus d’un 1m20 !). On remercie le papa Noël mais surtout la tempête Bella. Les remontées ne tournent toujours pas mais on y croît pour les vacances de février..

Janvier, ski porn sauvage !


« Neige en abondance, skiabilité à 900 m, temps (très) froid et anticyclonique..what else ? », ce fut jubilatoire du début à la fin du mois. Que de belles découvertes de sommets, de pics et de face en toute exposition avec les potes powtes ! Le pic de Barassé et les faces Ouest et Sud du pic du Montaigu font partie du top 5 de la saison. Vraiment de la belle glisse, bien méritée.

Février, le pain noir !

Après tant de gavages, retour à une triste réalité sèche en précipitations avec un mois plutôt sec et même très doux certaines semaines. Aussi, première des trois chutes de pluie sableuse qui marqueront sévèrement les reliefs. Une paire de fenêtre de chute de neige a permis tout de même de retrouver une glisse hivernale et douce mais ce n’était plus la folie. Je me suis tout même bien baladé.

Mars, ensablé !

Il faut monter assez haut pour trouver de la neige blanche, les conditions deviennent vraiment printanière, l’après-midi c’est souvent de la bonne moquette. De la course classique à une belle découverte de spot entre la France et l’Espagne, je ne me suis pas ennuyé. J’avais tout de même besoin d’un pèlerinage annuel dans les Alpes. Et je n’ai pas regretté la semaine de dépaysement mais toujours sans R.M, pas de craquage !

Avril, confinement et expédition

C’est toujours la misère côté neige fraîche et encore plus côté vie privé-mobilité, enfin pas pour tout le monde.. Quand on est montagnard, on a une liste de rêves, d’ascensions souhaitées plus que tout…le Mont-Perdu (3355 m) était forcément sur ma to do list.

Mai, fait ski te plaît !


Les conditions ont été telle un mois de juin, limite de skiabilité qui remonte à 2000 et en nord. Journée chaude avec pas de regel nocturne en altitude, portage déjà conséquent (et mortel pour les trapèzes) pour certains 3000 emblématiques. Ce n’est pas cela qui nous arrêtent surtout avec quelques petites chutes pour remettre une dose d’excitation dans les spatules. Après un joli but 150 m sous le pic du Balaïtous (3144 m), Gavarnie m'a encore offert une très belle journée de ski-pyrénéisme. 

Et puis à un moment donné, il faut bien savoir ranger tous ce matos d’ultra randonneur à skis pour passer en mode estival et changer de type de corde et d'activités ! Oui, c'est la fin d'une saison si particulière, merci les amis pour tous ces excellents moments de découverte et de partage. 

Adishatz

yrlab
Texte yrlab
"Ascensionner, sentir, écrire"
Henri Béraldi
2 commentaires
NobruDude
Statut : Gourou
inscrit le 25/04/13
Stations : 19 avisMatos : 44 avis
Plein de bons souvenirs :) :D :P
yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 03/01/16
Stations : 6 avis
Oui, nous n'en manquons pas, malgré/grâce à notre Gouvernement, on s'en est pas trop mal sorti :)
1
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.