Jubilatoire !

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Jubilatoire !

Quand les planètes s'alignent..
Pyrénées
yrlab
Texte :
Photos :
Aurélien Labry, Benjamin
Cet article est issu du mag communautaire skipass.com, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de montagne. Publiez la votre !

Conditions de rêve

La tempête et les dernières journées de cette sacrée année 2020 ont permis de rayer les montagnes dans une neige presque cinématographique. Malgré la Bella’ttitude, c’est le soleil qui a manqué pour éclairer les vagues poudreuses. L’alignement des planètes met constamment notre patience à l’épreuve mais, lorsqu’il se manifeste comme en ce premier dimanche de janvier, on coche d’une croix le calendrier de nos souvenirs indélébiles.

L’astre indispensable à la vie était annoncé et bien ponctuel pour le rendez-vous de ce tout début d’année. Une nouvelle couche d’une dizaine de centimètres était venue compléter le matelas pyrénéen déjà très confortable. Cette fenêtre anticyclonique a fait chuter le mercure dès le samedi, avec un saisissant -10°C à la station de La Mongie (1800 m) et une limite pluie-neige à 100m. 

Aussi, le risque avalancheux devenait moindre et autorisait l’exploration du territoire hors des sentiers partiellement damés. Avec Nobrudude, Benji et Pierre, nous sommes partis dans un secteur que l’on skie habituellement en y accédant par une petite grimpette de 150 D+. Mais mon pov’ monsieur, ce temps est révolu ; on ne peut plus poser son postérieur sur un télésiège sinon sur un banc, certes confortable mais immobile ! 

Blubirday

8h45 : l’atmosphère au sortir de la voiture nous rendit efficace : 10 min suffirent pour quitter la civilisation et gagner le fond d’un grand vallon aux nombreuses possibilités de pentes, pics et couloirs.

La montée des mille premiers mètres de dénivelés s’est faite dans une ambiance de glacière hermétique. Le vent était quasi inexistant et pourtant nous perdions des doigts à chaque pause photo. C’est la première journée de la saison où les écoutilles sont restées fermées ; l’aération du visage et des doigts suffisait à se sentir vivant !

Descentes indécentes

Après avoir doublé le premier groupe, la trace de la veille était bienvenue pour optimiser le timing mais aussi corsée dans certaines pentes avec une géométrie de virages une peu furieuse (CAFistes ?). Le dernier dôme à grimper pour gagner la crête, trônant à 2700 m, nous glaça les doigts lors du rangement des peaux mais la sublime vision périphérique était à ce prix ! L’un des points de vue que j’affectionne le plus sur le domaine du Grand Tourmalet-Pic du Midi. La brise légère et le léger ressenti à -15/-17°C n’aura pas permis la chaise longue ni le sandwich, aussi dur qu’une semelle en P-Tex 6000. Qu’importe.

Dans ces pentes Nord, la neige était d’une légèreté à faire déplacer des cohortes de barbus alpins. La succession des dômes à rider était principalement dans l’ombre mais le soleil offrait un contraste de lumières si caractéristiques des Pyrénées.

12h 30 : 700 mètres négatif plus tard, les possibilités de remonter un couloir ensoleillé étaient multiples. Nous choisîmes une belle pente Nord-Ouest un peu tracée mais vierge une centaine de mètres avant un trio de couloir. Après une bonne demi-heure de remontée, on découvrait le pic du Midi de Bigorre sous un autre angle, voire avec un certain penchant (cf photo). Bonheur total de sentir la douce chaleur du soleil, sans vent, avant d’accéder au pic de Pène Guilhemteste (2410 m).

Aujourd’hui, si la montagne avait été une femme, elle aurait pris beaucoup de plaisirs

Nobrudude

Le couloir central était coiffé par un gros dôme alimenté par un plateau de fraîche sans fond ; une pataugeoire d’altitude.

Bruno eût l’excellente idée de creuser une plateforme au départ du couloir large d’une trentaine de mètres. Nous avons été stupéfaits de la cohésion de la neige. Sur presqu’un mètre de coupe, aucune couche n’était distinguable, pas de gobelets ; rassurant pour l’ouvreur d’un couloir bien penché ! Autant dire que le passage de 4 paires de skis ont laissé peu de places pour d’éventuels successeurs.

14 h : Les 300 derniers mètres à descendre n’ont pas démérité puisque la neige était tout aussi divine que précédemment. On avait encore tout le loisir de lâcher quelques grosses courbes avant de regagner la voiture. 

1400 m de dénivelé positif, 2 descentes ; Pour ma part, la journée se clôturait par un sentiment partagé entre des instants ô combien magiques, proche d’une larme à l’œil, et l’insuffisant nombre de courbes au vu des conditions monstrueuses. Le souvenir des remontées mécaniques est encore trop proche, cela ira mieux dans quelques semaines ; les jarrets seront encore plus puissants et on arrivera peut-être au double d’ascensions et de descentes par jour !

yrlab
Texte yrlab
"Ascensionner, sentir, écrire"
Henri Béraldi
21 commentaires
NobruDude
Statut : Gourou
inscrit le 25/04/13
Stations : 19 avisMatos : 44 avis
C'était vraiment un monstre gavage... pas si souvent qu'on a une neige d'une telle qualité, mais bon, faut y laisser qqs doigts :P :D
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Minizapi2
Statut : Expert
inscrit le 13/02/13
Stations : 1 avis
Ca c'est une sortie panoramique. Les photos sont justes sublimes.
yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 03/01/16
Stations : 6 avis
Merci! Mes doigts s'en souviennent ! :)
1
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Clarapaloise

inscrit le 09/01/21
"Aujourd’hui, si la montagne avait été une femme, elle aurait pris beaucoup de plaisirs" quelle honte votre commentaire, comment pouvez-vous une seconde imprimer un tel gâchis sur un récit qui par pourtant, faisait rêver ? Honteux de s exprimer ainsi en 2021!
acrobatic
Statut : Confirmé
inscrit le 16/11/99
Je me suis aussi dit quel lourdeau peut désormais écrire cela humour ou pas
1
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

NobruDude
Statut : Gourou
inscrit le 25/04/13
Stations : 19 avisMatos : 44 avis
La citation vient d'un film, c'est pas de moi, désolé de vous avoir choquée... Néanmoins, être un fervent défenseur de la cause féminine n'empêche pas d'avoir un peu d'humour,. Encore une fois désolé, et bon ride, en espérant se croiser dans la montagne.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

mathilde_rusty
Statut : Gourou
inscrit le 04/11/02
Stations : 1 avisMatos : 3 avis
"Le souvenir des remontées mécaniques est encore trop proche" Ah Ah! J'ai adoré cette phrase (beaucoup plus également que celle sur les femmes, humour certes, mais un peu gras, surtout au milieu de cette douce poésie).
Pour ma part, je ne regrette pas la fermeture des remontées mécaniques: au moins il y a toujours de la place pour faire sa trace, même 2 heures après une chute de neige, même plusieurs jours!!!!!!!
yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 03/01/16
Stations : 6 avis
Bien d'accord, toujours de la place et encore plus zen de choisir une face par jour :)
0
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Zenji

inscrit le 01/11/20
@Clarapaloise et @acrobatic : la métaphore, l'humour et son fidèle ami le 2nd degré sont LA preuve d'une belle ouverture d'esprit. Suis sûr que vous en avez, cherchez bien. On est en 2021, pas en 1955...
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Clarapaloise

inscrit le 09/01/21
ben , justement , c'est bien ça le problème, il y a des choses qu'on ne dit plus en 2021, on l'aurait pardonné à notre grand-père ou à notre oncle, mais plus maintenant, ça fait horriblement macho :)
sur ce, je laisse la montagne reprendre ses droits et surtout sa beauté!
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Minizapi2
Statut : Expert
inscrit le 13/02/13
Stations : 1 avis
Vaste sujet ... Mais point de vue toujours intéressant. selon la personne qui prononce la phrase, la signification n'est pas la même, ni selon le personne qui écoute.

J'aurai préféré que tu rajoutes à ta remarque une réflexion plus humoristique. Du style : Malheureusement,la montagne t'a complètement ignorée car ce ne sont pas quelques caresses trop appuyées d'un homme qui déclenche les frissons du plaisir. ????
Ceci dit, j'ai déjà fait la même réflexion pour taquiner des amies présentes ???? ...

Allez tous à la montagne pour laisser une signature éphémère sur la neige.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

acrobatic
Statut : Confirmé
inscrit le 16/11/99
Si la montagne avait été un homme, il aurait pris beaucoup de plaisir, ah bin on se poile ;)
yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 03/01/16
Stations : 6 avis
Et pourquoi pas :)
0
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.