Test Völkl revolt 121 2020

2 tests Völkl revolt 121.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Völkl Revolt 121
bihjichou

La douceur d'un rêve de FSBC associée à l'énergie freeride d'un révolté.

Avis sélectionné
Profil du testeur : 32 ans | 1,83m | 77kg | Avancé
Taille testée : 184
Conditions du test : peuf tombée la veille, mais du vent et une visibilité mauvaise le samedi. Je suis passé par le classique Stash, et j’ai tourné autour des sapins du prolay et de chaux fleurie. Dimanche réchauffement mais de belles éclaircies. Quelques drop testés sur Brochaux et du snowpark. Neige testée : trafolle, des virages de poudre limité à 20cm max sur cumuls de vent, de la piste dammée, et de la slush ( 10° à 1800m le dimanche !) Mon poids est de 77 kg et taille 1m83. Fixation : marker griffon, montées en alpin position recommandée.

Points forts

c'est une merveille en powpow, ça flotte, ça vole, ça procure de l’orgasme. Le vrai plus est ce flex joueur, que j’avais trouvé chez mes fats préférés : les Magic J, les CT5.0 ou encore les Pescado. Le poids est correct pour un fat. Parfait dans répertoire backcountry, excellent en freeride, fun en park, et maniable sur la piste, bref polyvalent.

Points faibles

le prix. Le coté drogue dure : il peut vous rendre addict. Vous l’aurez compris, je n’arrive pas à lui reprocher grand chose. Je dirais qu’il a des limites : pas fait pour de la neige verglacé, ni une journée 100% piste à mach3 (et encore), mais qui ose faire encore ça de nos jours ?

Ski testé lors des ski test à Avoriaz les 14 et 15/12/19 sur une durée de deux fois 2H00


  • Résumé/Conclusion, pour le lecteur pressé : Revolt 121 = arme officiel de Markus Eder, dernier vainqueur du freerideworldtour, stou. Ça calme, je sais. C'est un FSBC dans l’âme avec les atouts techniques d’un freeride. On est sur un patin à 121mm. Ce ski m’a marqué par ses videos de promotion, notamment le « Build together » mais également par le côté freestyle des images. Ai-je encore été trop aveuglé par ce marketting bien mené ? et bien non, mon avis est que ces skis sont vraiment dingues et sont d’ores et déjà une référence dans le freeski. La recette pour ce ski magique ? l’alliance entre le coté ski engagé et le coté fun. Pour exploiter le ski il faut être très bon skieur certes, mais à partir de là, j’ai ressenti que son accessibilité et sa polyvalence donnent l’impression d’être pro. La construction parait relativement classique mais efficace : un rayon en trois parties, notamment rayon court sous un patin large, pour du fun en grosse condition associé à de la maniabilité. Et d'autre part des gros rockers avec un rayon plus long en spatule et en tail. Un dosage parfait, à mon gout, qui met en avant d’une part un caractère fiable pour du ski engagé avec un rayon allongé en rocker, et d’autre part un pop joueur pour garder de la polyvalence. Clairement je ne me suis jamais ennuyé avec ce ski. Et c’est ce que j’ai adoré. Il existe en trois tailles : 177, 184 et 191cm ( j’ai testé les deux dernières). C'est un fat, twintip non totalement symétrique, à double rockers et avec des particularités qui justifient d’attirer votre attention chers skipasseurs.


-défauts: le prix. Le coté drogue dure : il peut vous rendre addict. Vous l’aurez compris, je n’arrive pas à lui reprocher grand chose. Je dirais qu’il a des limites : pas fait pour de la neige verglacé, ni une journée 100% piste à mach3 (et encore), mais qui ose faire encore ça de nos jours ?

-qualités : c'est une merveille en powpow, ça flotte, ça vole, ça procure de l’orgasme. Le vrai plus est ce flex joueur, que j’avais trouvé chez mes fats préférés : les Magic J, les CT5.0 ou encore les Pescado. Le poids est correct pour un fat. Parfait dans répertoire backcountry, excellent en freeride, fun en park, et maniable sur la piste, bref polyvalent.




  • Contexte , Le Revolt 121 a été travaillé avec des athlètes tels que Fabio Studer, Paddy Graham, Markus Eder (si vous ne les connaissez pas, il est temps de sortir :-)) qui ont eu l’opportunité d’échanger et rendre leurs avis pour des ajustements sur un an, en collaboration avec les ingénieurs de la marque. Evidemment quand un mec gagne le FWT on regarde ses skis, et personnellement j’adore la manière de skier de Markus qui est un athlète complet, et clairement une inspiration pour moi. Cela fait donc bien un an et demi que je lorgnais des ski tests pour approcher ces Revolt121. Je vais essayer de vous donner des points de comparaison avec le Magic J d'Armada, les Pescado de Line, et les CT5.0 de Faction pour que vous vous en fassiez un bon avis. 
  • Un petit mot concernant ce ski test : ouverture officielle d'Avoriaz, Rock on snow, avec une météo mitigée (ski test annulé le vendredi car trop de vent alors que la peuf tombait à foison). Enormément de marques présentes comme d’habitude. Seulement la moitié du domaine ouvert malgré les efforts de la station. Snowpark shapé ( il y avait plus de neige en 2019 qu’en 2018 en ce début de décembre). J’ai découvert que Avoriaz allait proposer le même concept pour la fermeture de sa saison fin avril, et je pense faire, à l’avenir, plutôt le we de fermeture que le we d’ouverture car moins de requins en fin de saison, ce qui permet de lâcher les chevaux sur les ski tests et ne pas être sur la retenu par risque de bousiller le matos en hors piste. Chez Volkl le stand est super cool, c’est la même équipe qu’au High five, qu’aux autres ski test du début de saison, et à chaque fois bon conseils et sourire au rdv, malgré une lassitude qui pourrait être présente. J'ai pu garder la paire 2 h (normalement c'est moins de 2h) une fois le samedi en 184cm et également 2h le dimanche en 191cm.




  • Condition du test : peuf tombée la veille, mais du vent et une visibilité mauvaise le samedi. Je suis passé par le classique Stash, et j’ai tourné autour des sapins du prolay et de chaux fleurie. Dimanche réchauffement mais de belles éclaircies. Quelques drop testés sur Brochaux et du snowpark. Neige testée : trafolle, des virages de poudre limité à 20cm max sur cumuls de vent, de la piste dammée, et de la slush ( 10° à 1800m le dimanche !) Mon poids est de 77 kg et taille 1m83. Fixation : marker griffon, montées en alpin position recommandée.



  • Fiche technique :

-shape twintip non symétrique

-cambre classique avec 2 rockers qui donnent du bonheur. (cf photo 1 et2). Du cambre sous le pied « légère courbure sous la fixation pour un peu de pression et de conduite en virage en plus » (cf photo 3)

-technologie triple radius Sidecut qui est une ligne de côte à 3 rayons : un rayon plus long au niveau des deux rockers spatule et talon pour de la stabilité à haute vitesse et en freeride. Et un rayon plus court sur le centre du ski pour la maniabilité et faciliter les pivots en petite courbe (cf photo 4)

-un construction « tough Box » qui apporte un noyau en bois multiplis (Multilayer woodcore ). Le but ? rendre le ski résistant pour les besoins du freeride, notamment avec du bois « hard » sous la fixation. (Cf photo 5)

-Spatule nose à 143mm (cf photo 6)

-Spatule Tail à 135mm (cf photo 7)

-Rayon de courbure : 19,2m pour la taille 184cm et 21,7 m pour la taille 191

-Taille testée 1m84 et 1m91

-patin : 121mm (plus mince que les CT5.0 à 122<Pescado à 125<Magic J 126)

-poids : 2,330kg le ski en 184cm. 2,410kg pour le 191cm. On voit ici que le ski est plus lourd que les Pescado, les CT5.0 et même les Magic J en 190cm.

-Semelle P-Tex 3000 : qui est un niveau de cohésion entre les polymères qui constituent la semelle, et plutôt de bonne qualité (j’ai vu des Ptex à 4500 et d’autres à 2100.. si vous avez d’autres infos je suis preneur)




  • Sur trafolle : majorité de mon test. Rocker très généreux permet de rider engagé et être assuré. Je me rappel de Markus Eder disant qu’il devait être bon même sur de mauvaises neiges. Et bien avec un relief irréguliers, on a un sentiment de sécurité avec les Revolt121. On ne va pas planter le nose, on peut skier agressif. Avec peu d'effort, on peut écraser le relief en étant légèrement en arrière ou bien ricocher en popant facilement. L’accessibilité est ici à remarquer (pour un skieur confirmé, tout de même). Le ski inspire de la confiance, on se sent d’aller plus vite que d’habitude, très comparable aux Magic J.




  • Sur Poudre : 121 au patin, comparable aux Nocta, et aux CT5.0 sur le papier, plutôt qu’au Pescado ou Magic J. Je n’ai pas eu de grosse pente raide pour juger de la différence de caractère entre ces skis mais l’évidence est là : on flotte, et c’est le bonheur. J'ai eu au maximum des cumuls de 25cm soufflés et il faudrait un test dans 50cm pour comparer en profondeur, mais je peux vous assurer que je n’ai eu aucune mauvaise surprise. Ça déjauge super facilement, on est tenté de faire des butters immédiatement. Ce qui m’interessait : réception de drop. J’ai pu sauter 2m50 sur Brochaux. Et bien c’est le gros kiff ! j’ai eu cette sensation de contrôle au moment de poper : on sent qu’on peut facilement nose press et se jeter en avant avec agressivité et précision. La réception est incroyable, stable, on ne s’enfonce pas, on continue de voler. J’ai ressenti de la vivacité et un caractère d’avantage freeride que fun. En comparaison avec la grosse spatule avant des Pescado ou le flex joueur des Magic J, les Revolt sont d’avantage stables et rigoureux, bien qu’ils restent très joueur. La nuance est ici d’apres moi. Un FSBC avec du caractère. J'aurais vraiment voulu les tester en pente plus raide. Pour rappel j’ai testé les 191cm le lendemain , et je me suis dis tout de suite que je préférais les 184 cm, moins lourd, plus maniable pour m’amuser plus facilement (je mesure 1,83). A vous de choisir les nuances de votre programme



  • Sur piste : je mettais en avant sa polyvalence en intro, et bien on en reparle ici. Ce n'est pas son programme mais on peut quand même se marrer sur piste. On switch facilement, on carve avec aisance avec ce rayon court sous le patin, on garde de la maniabilité. Bon, en petite courbe, on galère, c’est quand même pas aussi fluide qu’avec les Pescado. Le patin est large et on lutte pour passer rapidement d’une carre à l’autre, mais c’est possible. Sur grande courbe on peut appuyer sur les carres et envoyer du lourd, on taille facilement les courbes, mais j’ai trouvé une limite similaire au Magic J : à haute vitesse, la spatule avant tape plus vite que ce que j’aurais pensé, et on ressent de l’instabilité. Probablement le prix à payer pour garder le caractère fun du ski, choix global qui me convient absolument.



  • En park : Retour au Stash avec le smile jusqu’aux oreilles ! le ski a un pop qu’on ne lui soupçonne pas ! Autant avec les CT5.0 on s’imagine un vrai potentiel FSBC qui est d'ailleurs présent; autant là jpensais pas pouvoir lancer des ollie à tout va et même déformer le ski , à l’image du mythique butter 3 au sommet d’une cliff de Verbier (bien que c’était avec des Revolt 124). Et pourtant le flex renvoie vraiment de l’energie à condition d’y mettre les quadri et de serrer les fix. Avec un patin à 121 je ne m’attendais pas à avoir autant de fun. Bon tout de même je n’irai pas shredder toute une journée avec les revolt mais, sur les quarterpipe en bois, ou même sur les woodrails on envisage des sorties 240 ! Park de La Chapelle shapé avec 3 kickers M et des rails. Premiere rotation stable et équilibrée, réception switch en 540 un peu forcée. Le ski est tout de même plus lourd que d’habitude, mais se déforme agréablement sur des récep nose heavy. ça pardonne. Pour rider en switch pas de souci, spatule arrière bien relevée, c’est confort autant sur piste qu'en trafolle.



  • Style : On doit le graphisme orange blanc bleu ciel à l’artiste Ken Griffen de NZ, qui a voulu exprimer ce qu’on ressent lors d’un powderday. Pour moi c’est fluffy, doux, rêveur et on ressent ce côté Art authentique universel. Ça m’a plu.



  • Prix : 750 euros, aouch, ça nous sort du dream là.



  • Pour la note, je met un 9,5/10. Globalement comparable aux CT 5.0, donc un ski FSBC d’exception à mon sens. Joueur certes, mais avec des atouts freeride (rayon allongé au rocker saptule, matériaux plus lourd). Si je devais faire de la pente raide avec un FSBC je choisirai les Revolt121 plutot q'un autre. Le choix du double rocker marqué me semble judicieux et la qualité du pop n’est pas celle des Pescado mais on butter volontiers. Mes critères ne sont pas les mêmes que ceux fixés par le test skipass. Effectivement l'accessibilité pour un ski à 121 au patin, c'est difficile de juger quand on n'est plus débutant... je met 10-0,5 =9,5 car la limite à haute vitesse que j’ai ressenti n’a pas été contrebalancée par la magie de la spatule avant des Pescado par exemple ou le coté fusionnel avec la poudreuse des MagicJ. Bon j’étais pas loin de mettre 10/10. On peut retenir cette qualité de polyvalence que je trouve également dans les CT5.0, mais chez ces derniers, c’est le cambre plat et l’accessibilité qui m’avaient surpris pour que je note 10/10. ça reste un ski superbe, qui fait rêver par son programme freeski, dans mon top 4, vous l'aurez compris.

Pour qui ?

pour les fans du freerideworldtour, pour les "skieurs free", pour le skieur passionné
9/10
Accessibilité & confort
Performance freeride
Performance freestyle
Aptitudes piste

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire