Test Völkl Confession 2017

9 tests Völkl Confession.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 7,2/10
Prorider74

De l'importance du centrage de la fixation

Völkl Confession
Avis sélectionné
Profil du testeur : 25 ans | 1,81m | 70kg | Expert | Grenoble
Taille testée : 193
Acheté : d'occasion
Conditions du test : Tout type

Points forts

Rigide, sécurisant, adaptable au type de skieur (fort)

Points faibles

La piste / le dur

[Profil du testeur] : Habitué au gros fat, double rocker, skiant depuis plusieurs années sur un rocker² 122 maintenant bien poncé, et depuis 3 ans sur un Volkl Two. En ski plus traditionnel possesseur également d'un Prorider 100 de 2010. La grosse barre à mie n'est pas mon trip, j'ai toujours envoyé gros avec des double rocker skiant bien plus centré qu'en appuis languette.


Bon, nous y voila, LE test du confession. Il faut dire que cela fait un an que je suis monté dessus, que je l'ai depuis mis janvier sur mon rack à ski, et qu'il y a tellement de choses à en dire que ce n'est pas facile à organiser.

Commençons par résumer directement : le ski est bon, très bon. Pour les details classiques (défonce trafolle, tire bien droit, gros cuissaut demandé) je vous laisse vous référer au test de Killa qui l'a bien entendu poncé dans tout les sens du terme (je le sais c'est le mien, les requins dont il parlent j'en ai vu le résultat ;-) )

Bref venons en à la particularité de ce ski, et de ce test : l'utilisation d'un jester démo. Qui dit Jester démo dit modification facile du point de centrage. Et c'est la que ce ski est formidable. Mettez le en "0" et la team des bucherons sanglier mangeur de derby sera la plus heureuse du monde tant qu'elle a bien ses chaussures en 130 de flex pour tenir la bête. Maintenant passez en "+2", et la magie, vous avez un ski qui pivote, plus "joueur", que vous pouvez mettre en dérive. Ça n'en devient pas un Two, c'est certain, mais vous pouvez le skier un peu plus centré ! L'écart en 2cm du point de montage est extrêmement flagrant, et me permet à moi, fan de double rocker, de prendre plaisir sur ce ski.


Bien entendu cette petite particularité ne fait pas à elle seul toute la valeur du ski (mais est à prendre en compte lors du montage). Skier avec ceux-ci aux pied est extrêmement agréable. Sauter une barre, tant que vos ski sont droit à la pose aucun souci pour continuer (sauf si vous dessus n’êtes plus droit). En trafolle rien a dire, tout s'écrase, pareil dans la soupe. Ses limites flagrantes sont sur le dur. La ou un R² passe a peu près partout, skier sur les pistes dures ou la trafolle dur avec le confession ne vous apportera qu'un déplaisir immense. D'un point de vue solidité le topsheet est un peu fragile sur les champ, par contre la semelle et la couche de titane est particulièrement agréable face au pierres !

Dernière remarque : mesurant 1m81, skiant habituellement en 184-186, je les ai en 193 et c'est bien agréable.

Pour qui ?

Le très bon skieur cherchant une belle arme pour ses journée de freeride en toute neige, sachant auparavant son type de ski pour adapter le montage de la fixation

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire