Test Völkl Blaze 94 2022

2 tests Völkl Blaze 94.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8/10
nantraldam

Des freerandos performants pour tailler de la grande courbe

Völkl Blaze 94
Avis sélectionné
Profil du testeur : 37 ans | 1,80m | 72kg | Avancé | Paris
Taille testée : 179
Conditions du test : Test sur 1 journée principalement sur piste, quelques virages en poudreuse
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés de Skipass permettant à nos lecteurs de recevoir du matériel pour un test longue durée. Inscrivez-vous !
Test Privé Expérience - Weekend freerando & Marker Duke PT 16

Points forts

Performance en grandes courbes
Stabilité
Accroche

Points faibles

Accessibilité

J'ai eu la chance de tester ces tout nouveaux Völkl Blaze 94 à l'occasion du Test Privé des tout aussi nouvelles fixations hybrides Marker Duke PT, lors d'un super weekend à Tignes (et j'en profite pour placer un n-ième merci à Skipass et Völkl/Marker pour cette super expérience!). L'objectif de ce week-end Test Privé était avant tout de découvrir et d'essayer les Marker Duke PT, mais ces fixations étant montées sur les Blaze, nous avons fait d'une pierre 2 coups en testant également ces nouveaux skis de la gamme Freeride de Völkl.


Les Blaze 94 sur le papier


Dans la gamme Völkl, les Blaze sont des skis de Freeride light permettant une utilisant freerando. Ils sont proposés en taille 165cm, 172cm, 179cm et 186cm. C'est le modèle 179 que j'ai eu entre les mains et sous les pieds.

Le sidecut est identique sur toutes les longueurs : 134-94-116. Côté cambre, on est sur un cambre classique avec un rocker en spatule et également un léger rocker en talon. Les bords de la spatule et du talon intègre aussi un matériau élastomère (suspension tip and tails) qui doit fonctionner comme un amortisseur pour absorber les chocs et rendre le skis plus stable et plus confortable.

Les Blaze 94 ont un triple rayon : 31m-17m-38m sur le modèle 179cm. Les rayons longs en spatule et talon doivent permettre de tailler de la grande courbe à grande vitesse tandis que le rayon court en milieu de ski est sensé faciliter la conduite en virages plus courts à vitesse moyenne.

Sur la balance, les Blaze 94 sont annoncés à 1570g le ski, pour la taille 179cm.


Découverte et prise en main


On découvre les Blaze au local à skis de l'hôtel Les Suites qui nous a accueilli pour le week-end de test, alors que Célia de Völkl/Marker nous fait la démonstration du fonctionnement de la fixation Duke PT.

A la main, c'est relativement léger, mais pas autant que mes randos habituels K2 Wayback 96 (1.35kg/ski). Mais pour la défense des Blaze, je pense que l'écart de poids ressenti est surtout du aux fixations Duke PT 12, nettement plus lourdes que les fixations G3 Ion 10 de mes K2.

Côté flex, sans être des barres à mine, je trouve les Blaze assez raides. Il faut dire que je n'ai pas particulièrement l’habitude de skier des planches très rigides (Black Crows Navis, K2 Wayback 96 en rando, Atomic Access en télémark). D'ailleurs, au fut et à mesure des échanges avec les autres skipasseurs sélectionnés pour le test, je me rends compte que les avis divergent : certains trouvent les Blaze plutôt souples.

Et pour le look, on est un ski qui fait sérieux plus que fun. Mais sur ce critère plus que sur tous les autres dans un ski test, chacun a son avis, qui ne vaut que pour lui !


En piste ! (faute de bonnes conditions en dehors...)


Forcément, un essai de ski mi-novembre ça se passe surtout sur la piste, même pour un ski freeride/freerando. Surtout quand la responsable marketing de la marque est là et surveille qu'on aille pas tester les capacités en ski-cailloux de ses belles planches toutes neuves !

Völkl présente les Blaze comme des skis de freeride légers et faciles à skier. Plus faciles à skier que les purs freeride de la marque comme le Mantra peut-être, mais les Blaze restent des skis sportifs ! Dès les premières descentes sur piste, on sent que les skis sont beaucoup plus faits pour tailler des grandes courbes rapides que pour les virages serrés ou le cruising tranquille. Même à haute vitesse, les skis restent stables, on se sent en sécurité et on a même envie d'accélérer encore ! L'accroche est impressionnante (il faut dire qu'on avait des skis tout neufs avec des carres impeccables). Par contre pour les faire tourner court, il faut quand même se faire chauffer les cuisses!

Sur les quelques virages hors-piste qu'on a pu faire pendant le week-end de test, les Blaze m'ont paru un peu plus maniables en poudreuse que sur la neige dure des pistes. Même sans commencer par tirer un grand tout droit pour prendre de la vitesse, les skis tournent assez facilement. Et quand le terrain est plus chahuté, ils restent assez confortables et on se fait pas trop secouer (efficacité du "suspension tip and tails"?). Malheureusement, il aurait fallu de meilleures conditions pour vraiment pouvoir tester les capacités en freeride de ces Blaze.

Au bout du compte, on est bien sur un ski de freeride polyvalent et performant, assez léger pour l'envisager en freerando, mais pas si accessible que ça. Je pense qu'il faut quand même être bon skieur et avoir une bonne condition physique pour se faire vraiment plaisir avec les Blaze, et pouvoir exploiter tout leur potentiel. Ceux qui veulent privilégier la polyvalence et limiter le poids préfèreront sans doute les Blaze 94, tandis que ceux qui cherchent de la portance pour la poudreuse iront plutôt sur les Blaze 106. Vu le comportement des skis, un montage avec des fixations hybrides comme les Duke PT parait très cohérent, mais ceux qui comptent beaucoup utiliser les peaux privilégieront peut-être des Kingpin.

(Merci Jérémy Pancras pour les photos!)


Pour qui ?

Les skieurs sportifs qui cherchent des skis freeride assez légers pour monter en peaux, mais surtout performants pour tailler de la grande courbe

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire