Test Nordica Enforcer Free 104 2020

6 tests Nordica Enforcer Free 104.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 9/10
Yeahdemen

Don't be foolled, the Enforcer 104 frees your mind and makes you going straight!

Nordica Enforcer Free 104
Avis sélectionné
Profil du testeur : 30 ans | 1,79m | 75kg | Avancé
Taille testée : 186
Conditions du test : Piste, neige dure et printanière (merci le réchauffement hivernale) Poudreuse froide et trafollée sur fond dur
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés de Skipass permettant à nos lecteurs de recevoir du matériel pour un test longue durée. Inscrivez-vous !
Test Privé : skis Nordica, Enforcer 104

Points forts

Ski freeride solide et stable sous le pied, tient bien la cadence peu importe les conditions
Petit coté surfy qui donne envie de jouer avec le terrain

Points faibles

Peu pour le programme
Pas adapté aux néophytes
On évitera de faire des grandes montées avec

Test du Nordica Enforcer 104 Free obtenu via les Test privés, merci Skipass !

Sur le papier :

Le Enforcer 104 free est un nouvel entrant dans la famille Enforcer qui a été relancée par Nordica en 2016 après un arrêt de sa production pendant plus de 5 ans. La série Enforcer a toujours été caractérisée par des skis freeride plutôt solides et directifs. Les Enforcer 93 et 100 ayant été plébiscités par beaucoup de tests et n’ont pas à pâlir devant les plus fameux couples du secteur Volkl Kendo/Mantra ou Blizzard Brahma/Bonafide. Les Enforcer 110 et Pro étant quant à eux beaucoup orientés poudre avec double rocker plus prononcé mais toujours avec une construction solide propre à cette gamme.

Pour ce qui est du Enforcer 104 free, Nordica a souhaité garder cet esprit freeride puissant et stable de la gamme mais en voulant le rendre un peu plus joueur, maniable, à vous de voir... Ce serait donc un mix du Enforcer 100 et 110. Pour cela, ils ont gardé le même type de noyau Peuplier/Hêtre/Balsa mais ils l’ont étendu un peu plus vers les extrémités du ski et ont réduit considérablement l’épaisseur de l’ABS en spatule. On a toujours les deux plaques titanal sur toute la longueur caractéristiques à la série Enforcer mais cette fois un rocker arrière plus prononcé que sur les Enforcer 100 et 93. Le renfort en carbone de la structure permet de réduire le poids du ski de 35%.

En main :

Esthétiquement les skis sont beaux et le design est réussi. Ils pèsent quand même leur petit poids, autour des 2250gr par ski en 186cm. Donc plus adaptés au freeride en station et courtes montées que pour de la vrai freerando. La longueur réelle des skis est très proche des 186 annoncés. Les rockers sont prononcés et particulièrement le rocker arrière si on le compare à d’autres skis ayant le même programme (Rustler 10, Atris…). Le flex du ski est costaud avec une certaine homogénéité le long du ski. La spatule avant est un poil plus souple mais rien d’aberrant comparé à d’autre marques. Malgré le relevé de spatule arrière on ne ressent pas un manque de flex sur cette partie. J’ai monté à la marque (-8,8cm du centre) une paire de Salomon Warden 13 et j’ai préparé les carres à -1/88 comme sur tous mes skis.

On va dire que le shape est assez particulier pour moi qui ai l’habitude de skier des skis plutôt orientés freeride (Corvus, Navis, Kabookie, Brahma, Bushwacker) et qui ai été particulièrement déçu par des modèles plus new school comme le Atris, Anima et autres K2 Pinnacle.

Sur le terrain :

Malheureusement je n’ai pas pu passer beaucoup de temps sur les skis du à cette saison plutôt bizarre où j’ai plutôt dû utiliser les peaux pour aller chercher les bonnes conditions. A ceci s’ajoute ce fameux virus… J’attendais principalement la mi-mars pour les tester dans des neiges mixtes de printemps qui sont idéales pour ce type d’engin. Je les ai donc skié en tout et pour tout 4 jours ! 3 jours en neige dure le matin et molle/printemps aprèm. Et une journée en poudreuse très froide sur fond dur.

Premiers virages sur piste, on oublie son look new school ! Le ski reste intuitif mais on ressent bien la rigidité. Ça tient bien la courbe pour la largeur, l’accroche est très bonne ! Ça carve plutôt très bien en conditions de neige dure (pas glacée) et on pourra vraiment allonger la courbe et atteindre des vitesses élevées dès que la neige ramollit. Pour raccourcir la courbe il faudra bien jouer du cuissot et de l’angle. La mise en dérive du ski est là aussi assez facile. Par contre pour le coté joueur je n’ai pas vraiment ressenti la relance/le pop que je pouvais avoir sur un Atris. J’ai trouvé son comportement beaucoup plus neutre et proche d’un Corvus (2017 avec early rise). On a donc au final un ski stable avec lequel on pourra varier les rayons au plaisir du moment qu’on lui rentre un minimum dedans.

En hors-pistes, en les skiant bien centré, cette rigidité/stabilité m’a permis de me faire plaisir malgré des conditions de neige plutôt médiocres. Il y a des tonnes de skis qui permettront de skier plus vite dans ces conditions mais pour mon gabarit et mon niveau je n’ai senti aucune réelle limite. C’est notamment en dehors des jalons que j’ai ressenti son côté un peu plus joueur. Dans les bosses, croutasses ou petits couloirs, il est confortable à skier et on peut facilement le mettre en travers. Dès que le terrain s’ouvre on peut lâcher les chevaux sans problème et le ski encaisse bien. L’avantage est que l’on a un ski qui permet de charger fort sans pour autant nous demander d’être à 150% tout le temps. Son petit côté joueur, pardonnant, rassurera dans les situations qui deviennent plus difficiles, ou tout simplement avec la fatigue. En belle poudreuse bien froide, on a là aussi un ski qui déjauge très bien et apporte un petit côté surfy qui me manquait sur un Corvus. Gros bonheur de dégommer des faces vierges à grande vitesse, je n’ai pas eu le souci d’équilibre que je peux avoir sur certains doubles rockers et de spatule avant qui sature et freine la cadence. De même dans la traffolle ou le ski absorbe bien les chocs et reste très confortable à mener.

Donc malgré uniquement 4 jours sur ces engins, j’ai bien apprécié tirer des belles grandes courbes sur piste ou en dehors et c’est un sérieux concurrent au plus freeride Mantra ou Bonafide. On a quand même un ski costaud qui demande un minimum de condition physique pour se faire plaisir dessus. Les personnes qui souhaitent plus de facilité pourront se pencher sur les fameux Rustler 10, QST 106…

Conclusion :

Ski vraiment intéressant pour une personne cherchant un bon ski de station à tout faire et qui ne veut pas avoir 50 paires au garage. Pourquoi ne pas mettre une SHIFT ou TECTON dessus pour faire quelques approches ? Nordica a gardé l’ADN sérieux de l’Enforcer 100 tout en y ajoutant une petite dose de ‘surfabilité’ provenant du 110. On a donc un ski qui permet d’envoyer dans beaucoup de conditions pour peu que l’on ait un minimum de physique et de technique. Seuls les très forts skieurs au style classique en trouveront les limites. Mais on est là aussi dans cette fameuse frontière entre un ski qui essaye d’allier un côté alpin et joueur à la fois. Bref, une réussite pour tout skieur de niveau intermédiaire à très élevé !

Pour qui ?

Freerider de station, Prof de ski, Guide freeride
9/10
Accessibilité & confort
Performance grandes courbes
Performance petites courbes
Performance trafole
Aptitudes piste
Aptitudes freestyle

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire