Test Elan Ripstick 116 2019

2 tests Elan Ripstick 116.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 9/10

Grosse polyvalence, grosse performance

Elan Ripstick 116
Avis sélectionné
Profil du testeur : 21 ans | 1,92m | 85kg | Avancé
Taille testée : 193
Acheté : d'occasion
Conditions du test :

Points forts

Sain avec de la vitesse
Polyvalence (grip en neiges travaillées ET performances en neiges fraiches)

Points faibles

Marketing ;)
Neiges compliqués + espaces exigue

CONDITIONS DU TEST


Testés sur la saison 2020-2021, 30J de rando 1J de station, toutes neiges imaginables (Aravis ; Haute-Ubaye)

Montés en Marker KingPin 13 à -0.5 de la marque recommandée

Skiés en Atomix Hawx 130 Ultra XTD

Skis achetés à Jordan Bricheux (tape sur YT ça fait peur), qui avait deux paire de 116 à vendre, l’une plus lourde et solide que l’autre

Le ski est donc loin des 2060g mesurés par Blister, puisqu’ils sont à peine en dessous de 2400g avec un flex sérieux pour un ski de cette largeur, mais pas barre


SHAPE


Taille réelle : 1900

Rocker AV : 420

Rocker AR : 280

Cambre : 3

Rayon annoncé : 23.3m

Un outline à mon goût, une spatule un peu carrée avec un talon plat + encoche pour les peaux

Elan ont un truc bien à eux sur les rockers, ils sont « vrillé » on a donc plus de rocker d’un coté du ski par rapport à l’autre (on y reviendra mais c’est que du blabla commercial), et donc un ski droit et un ski gauche bien identifié


PERFORMANCE NEIGE FRAICHE


115 au patin, c’est son domaine : c’est un ski un peu exigeant dans le sens ou il fonctionne vraiment à 100% une fois une certaine vitesse atteinte, mais il n’est pas pour autant ancré au sol à vitesses plus réduites, les rockers quand même imposants permettent de pivoter facilement, mais toujours bien sur l’avant.

Le ski est plus à l’aise en espace bien ouvert avec de la visibilité, mais les forêts ne sont pas impraticables pour autant : elles deviennent vraiment drôles à partir d’une 30aine de centimètre sur fond « progressif », pour pouvoir vraiment lâcher les chevaux et s’arrêter rapidement lorsque ça va trop vite.

Car ça ira trop vite : le ski dégeauge vivement dès qu’on a un peu de vitesse et le moindre relief bien appuyé permet d’accélérer franchement.

J’ai malgré tout été parfois surpris par la spatule qui avait tendance à « revenir vers moi » sur le ski extérieur dans des freinages un peu (beaucoup) urgence, bizarre mais c'est heureusement rare 

On sent que la rigidité (pas poutral mais notable tout de même) du ski fait perdre un peu de dégeaugage/flotabilité à basse vitesse.


PERFORMANCE NEIGE TRAFOLLEE


Vraiment convainquant en neiges travaillées, ce Ripstick m’a surtout plu pour ce coté ci, sans le mettre au même niveau que des skis à construction Titanal, il filtre bien le relief, sans tout gommer comme un tractopelle.

Toujours à condition d’avoir un peu de vitesse et un bon appui, on peu carver dans des neiges très travaillées, la fermeture de Balmes 2021 était un bon exemple, j’ai passé une super journée dans des conditions ou d’habitude j’aurais sorti un 100/105 un peu rigide.


PERFORMANCE NEIGE DURE/PISTE


Pas de pistes cette année, mais en neiges dures/glacées, il a l’air de s’en tirer mieux qu’un Anima par exemple, sur l’angle avec un bon appui, il garde la plupart du temps le cap. Ca reste un 115, si c’est patinoire ca fini quand même en hématome.

J’ai le mauvais souvenir d’un couloir raide avec 5cm de neige croutée sur fond bien dur dur, les virages sautés en 115 c’est pas fantastique, mais ca aurait été la même chose avec n’importe quel 115 à ma connaissance.


COUILLONERIES DIVERSES


Pas énormément de barres cette année, je me suis tout de même senti bien supporté en réception lors de petits backslap en neige épaisse, et avec un ski qui amorti très correctement les impacts en neige dure, ça ne remonte pas droit dans les talons comme sur des skis plus léger/carbonnés.

Le ski est relativement centré (marque à 897 du talon ~46.5%) il doit donc correspondre sans soucis aux freestyleurs backcountry qui chargent bien.


MODLAFIN


Excellent ski, une vraie réussite sans aucun doute, c’est ce que j’attends d’un ski de freeride moderne en 115, je n’aurais pas boudé une taille à peine plus longue.

Je vais réessayer cet hiver, mais il parait plus performant (mais plus exigeant) que mon Anima 194.

J’ai inversé le ski droit et le ski gauche dans beaucoup de conditions différentes pour voir s’il y avait un changement : il n’y en a pas ;

Dans la trafolle on est suffisamment occupé par le relief pour sentir quoi que ce soit de diffèrent, et dans la poudreuse, je n’ai pas senti de ski plus performant d’un côté que de l’autre : c’est à mon sens uniquement marketing, comme leur histoire de tube de carbone dans le noyau

J’aime ce(/le) ski, pas le bullshit marketing autour :)

Si je devais le repercer j’essayerais quelque chose comme -1/-1.5

Pour qui ?

Freerider moderne qui charge quand même dans beaucoups de conditions différentes

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire