Test Dynastar CHAM 87 2015

57 tests Dynastar CHAM 87.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 7,6/10
Goby
Par Goby

Le ski

Dynastar Cham 87
Avis sélectionné
Profil du testeur : 32 ans | 1,74m | 63kg | Avancé | Aix-en-Provence
Taille testée : 178
Acheté : 400€ en ligne
Conditions du test : Toutes conditions possibles: du carrelage au 30 cm de poudre froide en passant par la neige de printemps

Points forts

Accessibilité,
polyvalence,

Points faibles

Souplesse
La vitesse.

Afin de bien comprendre mon avis sur les skis, je pense que décrire ma pratique et mon background est nécessaire.

Je suis un skieur de 32 ans poids plume : 1.74m pour 63 kg. J'ai un profil "touriste" relativement confirmé/avancé. Je pratique un peu plus de 15 j par an et je n'hésite pas à poser une journée de RTT pour pouvoir monter le lendemain de grosse chute.

Coté Matos, je suis un touriste ignare, car ayant repris le ski en 2013/2014 après quasiment 15 ans de snowboard, j'avais commencé par succombé aux sirènes du marketing en prenant les fameux cham 87. J'ai vraiment skié ces ski pendant 2 saisons avant de prendre des QST et surtout avant de pouvoir tester des skis plus sérieux.


Le modèle: j'ai pris le modèle en 178 cm fixé en Marker Squire.


Les conditions: j'ai eu la chance pendant environ 2 saisons de pouvoir skier sur à peu près toutes les conditions. Du carrelage au 30 cm de poudre légère.


Le test des skis en lui même: J'ai eu envie de rédiger ce test car je viens récemment de les donner à un pote qui en fera (un bon) usage. 


La rencontre:

Après quelques années à avoir les pieds attachés sur une board et surtout à la suite d'une session bien pourrie à Font Romeu où il fallait constamment déchausser pour pousser, je me suis décidé à retenter ma chance sur des skis.

Lors de ma dernière session de la saison 2013 en neige de printemps, j'avais loué des Cham 87, histoire de me rappeler à mes lointains souvenirs. Force est de constater qu'après quelques balbutiements, le retour sur les deux planches ne s'est pas avéré si compliqué que ça. Bien entendu, il a fallu se remémorer les techniques de l'époque (à l'époque où j'avais arrêté, les skis droits étaient encore très majoritaires), mais globalement les réflexes sont vite revenus et surtout j'ai commencé à retrouver des sensations de carving que j'avais avec le snowboard.  De plus, le hors piste en poudreuse, que j'avais tant aimé en snowboard, mais qui me rebutais à l'époque des skis droits, m'étais désormais accessible.

En gros, conquis par ce retour sur des skis, je profitais d'une promotion pour m'acheter ma première paire de skis.


L'idylle :

Pendant deux ans, j'ai pu progressé avec ce ski:

- la spatule énorme permettait de déjauger facilement à faible vitesse  rendant accessible la plupart des bords de piste,

- le rayon assez court et le talon plat permettait de skier en petites courbes et de me régaler. En moyenne et grandes courbes, le ski faisait également le taff, mais je n'y trouvais pas forcément de rebond.

- A faible ou moyenne allure, tout était très facile: Fun en poudreuse et neige de printemps, relativement accrocheur une fois sur les languettes.... Mais peut être trop facile, car avec le recul, je pense que ce ski ne m'encourageait pas à me sortir les doigts pour me mettre en danger et progresser.


En effet, le ski était un régal pour rester dans ma zone de confort, mais en creusant un peu plus, quelques défauts apparaissent:

- Dès que le rythme et la vitesse augmentent, toutes les qualités citées s'envolent. La spatule tape, on se fait beaucoup secouer en trafolle, le ski décroche de la spatule en carving à haute vitesse (me suis fait quelques sueurs froides à cause de ça).

Bien entendu, reprenant le ski depuis peu, je me suis dit que le skieur était au moins aussi fautif que le matériel... c'était sans compter un événement qui m'a forcé à tester de nouveaux skis (en gros, un pote m'est rentré dedans en abimant un bout de topsheet: du coup j'ai laissé les skis au skiman pour la journée en louant une autre paire. Au final j'ai tellement aimé les autres skis que je n'ai récupéré mes cham qu'en fin de semaine au moment de repartir!).


L'usure de la routine, la tentation et la séparation

En effet, j'ai pu tester des QST99 et des Mantra. Cela a été une sorte de révélation et cela m'a permis de voir les défauts, ou tout du moins, ce que le cham 87 n'avait pas. En fait, la facilité n'était pas la solution pour progresser. Il fallait plutôt se faire malmener (plutôt avec les Mantra). A haute vitesse, la conduite floue des Cham87  était bien plus nette et précise avec les Mantra et les QST.

Bref, Après cette saison là, j'ai acheté les QST99 qui me semblait le meilleur compromis entre la facilité des Cham et l'exigence des Mantra. Les Cham sont restés à la cave depuis ce temps.


Récemment, avant de céder mes Cham87, je me suis forcé à retirer la poussière qui s'était accumulée et à faire l'entretien. Le fart d'hivernage était là depuis des années....

J'ai profité d'une des rares journées de Janvier cette année avec des conditions favorables (vu la neige on aurait plutôt dit du ski de printemps) pour les ressortir une dernière fois dans les hautes Alpes. A titre de comparaison j'avais pris mes monster88... L'écart ne pouvait être plus grand... Les Cham se sont révélés affreusement mous... sans vie et limite instables avec la vitesse sur la neige gelée du matin et complètement brouillons dans les paquets de l'après midi.

A titre personnel, ça a été en même temps une grande satisfaction de voir le chemin parcouru et ma progression depuis ma reprise du ski.

Je me suis décidé à donner ces bons vieux Cham à un pote qui a envie de découvrir les petits HP et bords de piste.


Conclusion:

Même si nous nous sommes séparés, je considère que les Cham87 étaient les skis qu'il me fallait pour pouvoir reprendre le ski.

Ils m'ont permis de progresser et d'accéder très rapidement aux zones auxquelles j'avais accès avec mon snowboard (sans cela je pense que je n'aurai pas persisté). Dans l'avantage de ces skis réside également son plus grand défaut: ils sont polyvalents et faciles. Il sont parfaits pour une découverte du freeride, mais montrent rapidement leurs limites dès que la vitesse s'accélère. Un excellent ski pour celui/celle qui veut s'initier au HP ou celui qui veut skier à moyenne vitesse.


Pour qui ?

- Skieur qui veut découvrir le freeride - skieur à la recherche d'une paire polyvalente jusqu'à moyenne vitesse.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire
.