Test Arva Reactor 2021

22 tests Arva Reactor.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,5/10
nantraldam

Modulable, confortable, fiable, formidable!

Avis sélectionné
Profil du testeur : 36 ans | 1,80m | 72kg | Avancé | Paris
Acheté : 589€ en ligne
Conditions du test : En ski de rando (fermeture des remontées oblige...) dans tout type de conditions

Points forts

Très bien compartimenté
Très bien accessoirisé
Modularité
Prise en main du système Reactor
Confort
Rapport poids/volume
Et tout ça conçu et fabriqué en France

Points faibles

Prix des cartouches

Voilà plusieurs saisons que je me pose la question du sac airbag. Est-ce que c’est vraiment efficace ? Est-ce que l’efficacité justifie le prix très élevé ? Et est-ce que me mettre ce genre de sac sur le dos va me pousser à jouer avec le feu ?

Renseignements pris, les sacs airbags semblent bel et bien efficaces pour limiter le risque d’ensevelissement en cas d’avalanche. Et connaissant mon caractère plutôt prudent, je ne vais pas me jeter dans la pente sans réfléchir sous prétexte de porter un airbag. Reste le problème du budget, qui m’a longtemps rebuté. Mais comme certainement beaucoup d’utilisateurs de sacs airbags, j’ai fini par me dire que 500 ou même 1000 €, ça n’est pas du tout à l’échelle des conséquences d’un accident dans une avalanche. Maintenant que j’ai passé le cap, c’est même une évidence !

Alors depuis le début de la saison, je sors avec un sac Arva Reactor 40 sur le dos. Et j’adore ce sac !


Pourquoi un Arva Reactor 40 ?


Aujourd’hui, il y a tellement de modèles, de système de déclenchement, de formes de ballons différents que c’est un peu difficile de faire un choix.

J’ai fait plusieurs séjours freeride et freerando avec des guides qui utilisent des sacs Arva Reactor et leurs retours étaient supers positifs. A contrario, j’ai eu des retours un peu mitigés sur les sacs Scott, Mammut et les Avabag de Ortovox (peut-être des avis isolés, mais ça refroidit quand même un peu…). Donc rapidement, je me suis tourné vers la marque ARVA, mais aussi vers PIEPS et son système JetForce qui permet des gonflages multiples, qui se dégonfle tout seul pour donner une poche d’air à la victime ensevelie, et qui permet de s’entraîner sans claquer des cartouches. Mais le poids des sacs JetForce (3 kg !) et leur prix m’ont dissuadé. Finalement, c’est de voir que ARVA développe et fabrique ses produits en France qui a fini de me décider.

Côté litrage, je voulais un sac qui me permette de partir en rando avec un peu de matériel de montagne et/ou en raid. Je me suis donc tourné vers les sacs ARVA Reactor 32L et 40L. Le sac 40L ne pèse que 100g de plus que le 32L, et je préfère avoir un sac à moitié vide qu’un sac plein à craquer qui déborde dès qu’on l’ouvre. Donc j’ai opté pour le 40L. J’ai regagné les 100g de trop en choisissant une cartouche carbone plutôt qu’une cartouche acier (140€ pour la cartouche carbone contre 70€ pour la cartouche acier, mais avec un sac payé plus de 500 €, j’étais plus à ça près…)


Description


Le sac est très compartimenté. Il se compose d’un grand volume principal, une grande poche pour le matériel de secours pelle + sonde, une poche frontale assez grande mais très plate et une poche pour masque. Il y a aussi un chapeau amovible qui ajoute une 5ème poche et quelques litres. Il y a encore une 6ème petite poche latérale sur la ceinture. L’accès au compartiment principal peut se faire soit par la jupe en haut du sac, soit par un zip latéral. Toutes les autres poches sont fermées par des zips. Le système Reactor et la cartouche sont situés directement dans le grand volume principal et protégé dans une poche zippée (encore une !) spécifique.

Le système ARVA Reactor fonctionne avec une cartouche unique et utilise un grand ballon de 150L divisé en 2 chambres symétriques qui se déploient sur les côtés et le dessus du sac. Le ballon se gonfle derrière la tête mais pas autour comme chez d’autres marques. Le déclenchement est un système mécanique : un câble relié à la poignée actionne un percuteur qui libère le gaz de la cartouche. La cartouche permet de gonfler directement les ballons mais aussi d’activer en venturi qui complète le gonflage avec de l’air extérieur (la cartouche ne contient pas les 150L). Le sac est équipé d’une sangle sous-cutale en plus des sangles ventrales et de poitrine pour éviter que le sac ne remonte tout seul en cas d’ensevelissement.

La poignée de déclenchement et son câble peuvent être positionnés indifféremment sur les 2 bretelles, pour s’adapter aux droitiers et aux gauchers, ou juste aux préférences de chacun. Il y a 2 positions possibles sur chaque bretelle pour ajuster la hauteur de la poignée, selon les morphologies. La poignée de déclenchement est pliable, avec un petit cran de sécurité pour la bloquer quand elle est repliée, pour éviter les déclenchements involontaires. Il y a même une petite housse en néoprène pour protéger la poignée quand on ne l’utilise pas.

Le système de déclenchement se réarme grâce à une petite clef en plastique à visser à la place de la cartouche. Pour dégonfler les ballons, il faut clipser une petite pince en plastique sur le venturi pour libérer l’air. Ces 2 petits accessoires viennent se loger dans 2 emplacements spécialement prévus à l’intérieur de la poche du système Reactor.

Le dos est muni de pads en mousse entre lesquels le sac est ventilé.

Côté accessoires, c’est hyper complet :

  • Portage diagonal des skis (interchangeable gauche ou droit)
  • Portage frontal pour le snowboard ou les raquettes
  • 2 porte-piolets
  • Portage de corde
  • Passants pour fixer un porte-casque (ou autre chose !)
  • Passants pour utiliser un camel bag
  • Sifflet de secours
  • Etc.

Toutes les sangles de portage et la sous-cutale peuvent être cachées/rangées (voire même amovibles) pour éviter d’avoir des bouts de ficelle qui pendent partout sur le sac. C’est super bien pensé !

Côté poids, on est à 2.180kg pour le sac sans cartouche + 320g de cartouche carbone (490g pour la cartouche acier). Sur la balance, le poids réel est conforme au poids annoncé par Arva. De tous les sacs airbags de 35L ou plus que j’ai vu, c’est le plus léger.


Prise en main du système Reactor


Concernant le système airbag, heureusement pour moi, je n’ai jamais eu à tester le sac en conditions réelles d’avalanche. Pourvu que ça dure ! Je n’ai pas non plus gonflé les ballons dans mon salon, car à 70€ la cartouche acier ou 140€ la cartouche carbone, ça fait un peu cher l’essai. Par contre le système de déclenchement mécanique permet de s’entraîner à tirer sur la poignée sans la cartouche. Ça permet de vérifier le bon positionnement de la poignée par rapport à sa morphologie et de bien connaître la sensation du déclenchement et l’effort de traction que ça nécessite.

Une fois qu’on a bien ajusté la position de la poignée et réglé les bretelles du sac à dos, le geste pour tirer la poignée est intuitif, on atteint tout de suite la poignée, qui est bien orientée pour tirer immédiatement. Il faut tirer assez fort sur la poignée, et le déclenchement est très franc : on sent bien et on entend le claquement du percuteur. Il faut absolument essayer « à vide », mais une fois qu’on connait cette sensation et l’effort à exercer sur la poignée, on ne peut pas se planter !

Compte tenu de l’effort à exercer sur la poignée pour gonfler les ballons, il y a peu de risque de déclenchement accidentel. Mais le système de poignée pliable avec un cran de sûreté est quand même très appréciable pour les remontées mécaniques, ou pour skier dans une forêt très serrée où on risque d’accrocher la poignée dans une branche. On peut même glisser un petit étui de protection sur la poignée (mais je ne l’utilise pas pendant les sorties, seulement pour transporter le sac).

Je trouve que la forme des ballons est un bon compromis entre les 2 ballons latéraux de chez ABS, et les ballons qui se gonflent très haut derrière, voire autour de la tête (chez Alpride, BCA, Mammut, etc.). Après utilisation, le repliage des ballons en accordéon pour les re-ranger dans le sac demande d’avoir le coup de main, mais on chope vite le truc et ça se fait très bien


Et sur le terrain ?


Sur le dos, le sac est super confortable et proche du dos. Le dos est assez rigide, donc le sac garde bien sa forme et avec les pads en mousse, il reste confortable quels que soient son chargement et sa configuration. Je n’ai encore jamais trouvé un sac avec lequel je ne transpire pas du dos. Celui-là n’est pas miraculeux mais l’aération est plutôt du bon côté de la moyenne. Evidemment c’est plus lourd qu’un sac à dos sans airbag, mais ça ne me gêne pas. J’avais aussi un peu peut que la sangle sous-cutale me gêne, notamment pour marcher à la montée, mais elle se fait vite oublier.

Concernant le contenant, j’adore le compartimentage qui permet de bien organiser son chargement. Le compartiment principal est facile à gérer grâce aux 2 accès possibles, soit par la jupe en haut, soit par le grand zip latéral. Le système Reactor est très compact et il ne gêne pas pour accéder et ranger ses affaires.

La poche spécifique pour le matériel de secours avalanche est juste assez haute pour le manche de ma pelle (Pieps Shovel C660), mais ça passe bien. 2 élastiques permettent de maintenir la sonde et le manche de la pelle bien droit dans le sac pour les sortir très rapidement en cas de besoin. Simple et efficace. La poche est assez grande et j’y rentre facilement mes peaux de phoque quand elles sont mouillées, pour éviter de tremper le reste de mes affaires.

Je n’utilise pas beaucoup la poche frontale, mais elle est pratique pour ranger le sac des peaux pendant la montée. Sinon je l’utilise pour ranger la carte papier quand j’en ai une, ça permet de la sortir très facilement sans ouvrir le sac.

La poche masque n’est pas très grande, j’y range mon écran de rechange, mais pas le masque entier. Je préfère utiliser cette poche facilement accessible pour plein de petits objets : le téléphone, les clefs, un couteau, des lunettes de soleil, etc. Ça évite de perdre tout ça dans le grand volume de la poche principale ! J’aime bien aussi la petite poche sur la ceinture, qui permet de garder des choses à portée de main sans retirer le sac de son dos.

Je n’utilise quasiment pas le chapeau amovible, car le sac est déjà bien assez grand avec assez de poches. Je garde le chapeau pour une utilisation en raid pour avoir un peu plus de volume. Je craignais pour l’étanchéité du compartiment principal sans le chapeau, mais le petit rabat qui se referme avec un crochet par-dessus la jupe est efficace. Il faut juste bien replier la jupe en la fermant (testé et éprouvé sous la pluie dans des conditions horribles !)

L’accessoirisation est top, elle permet un usage très complet du sac dans plein de configurations différentes, et toutes les sangles ont leur petit rangement quand on ne les utilise pas. Super bien pensé ! C’est sans doute too much pour les adeptes de l’ultralight minimaliste, mais je doute que ces gens là se collent un sac airbag de 40L sur le dos. C’est très bien adapté au public visé. En portage de ski (diagonale), le confort reste top.


L’essayer c’est l’adopter !


Pour le ski de rando ou le hors-piste, je ne me pose même plus la question, c’est devenu le sac de toutes les sorties. C’est évidemment très grand pour partir à la journée, mais j’arrive à garder le sac bien rangé même à moitié vide, et le poids ne me gêne pas. Au départ, je voulais racheter un autre sac Arva compatible plus petit, et de transférer les ballons et le système Reactor d’un sac à l’autre, mais finalement j’ai abandonné l’idée : je n’en ressens pas du tout le besoin et ça m’évite de re-débourser 150 ou 200 € pour un sac Reactor de 18 ou 24L sans l’airbag.

Je n’ai pas encore pu tester le sac en raid avec un peu plus de poids, mais je compte bien continuer à porter l’airbag même si ça sera un peu lourd. C’est quand même pour ça que j’ai choisi le 40L !

Pour qui ?

Pour freerider et freerandonneur à la recherche d'un sac airbag de grand volume très complet et léger pour son grand volume

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire