Test Fischer Hannibal 96 Carbon 2021

3 tests Fischer Hannibal 96 Carbon.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,7/10
yrlab

Grand randonneur freerider !

Fischer Hannibal 96 Carbon
Avis sélectionné
Profil du testeur : 43 ans | 1,90m | 84kg | Expert | Gélos
Taille testée : 183
Acheté : 430€ en ligne
Conditions du test : Une douzaine de journées de randonnée avec toutes les neiges

Points forts

Homogène, talon sportif et pivot sain, déjaugeage, accroche sur neige dure, top sheet, stabilité

Points faibles

Un peu léger en neige trafollée, insert sur spatule, maniabilité à faible vitesse

Randonnant avec des skis freerando plutôt lourd mais aussi assez larges (patin 100 mm) depuis quelques années, je souhaitais transférer mes fixations sur une nouvelle paire de ski plus ou moins aussi large. En postulant pour la Fischer Transalp, j’ai découvert ces Hannibal 96 Carbon qui me semblait être parfait pour le type de ski que je recherchais. Après les avoir bien tester, voici mon retour sur ce modèle peu connu de la gamme Fischer Touring.


Caractéristiques/spécifications :


Technologie :

  • Aeroshape : Construction spéciale particulièrement légère pour une stabilité extrême en
  • torsion.
  • SW-Sidewall : Noyau bois combiné à des chants ABS dans une construction Sandwich classique, pour un flex harmonieux et un rebond parfait.
  • Tour rocker : Les 3 à 4 mm de ROCKER et la géométrie de spatule spécifique évitent au ski de trop s’enfoncer dans la neige. Pour tracer à la montée et glisser à la descente dans des conditions optimales.
  • Fibres de titanal et de carbone, bases frittées, Paulownia Core
  • Le modèle est décliné en 4 tailles : 162, 169, 176 et 183 cm.

Les caractéristiques du modèle en taille 183 cm :

Largeur du patin : 97 mm

Largeur spatule : 128 mm

Largeur talon : 115mm

Rayon : 22 m

Poids : 1,450Kg

Les skis sont montés avec des fixations Dynafit ST Rotation 12. L’ensemble pèse 4,1 Kg pour la paire avec ces fixations. Pour la montée, ce sont des peaux Colltex découpée sur mesure et avec simplement l’attache à l’avant.


Mon expérience :


La première prise en main fait mal aux yeux mais j’ai vite aimé l’alliage de ce bleu et orange fluo. Avec 1,45 kg par ski pour du 97 au patin et en 183 cm, le poids atteint est surprenant de légèreté. Le ski nu, le test du flex fait ressentir un talon énergique et une spatule assez progressive.

Ascension

Le ski étant plutôt droit, le talon est sécurisant sur tous les terrains. Les carres étant plutôt épaisses, on peut faire de bons rails avec des coups en latéral pour de pas glisser sur la sous-couche glacée voire sablée comme cette année. J’aime bien la rigidité au niveau du patin Je ne me suis jamais mis en défaut. Le comportement en montée est très sain, sécurisant et j’ai pris confiance de suite sur des passages exposés.

Habitué à un plus gros rocker précédemment, la tenue est meilleure dans la pente avec ces Hannibal. Au niveau des conversions, les 183 cm ne m’ont pas gêné, les abducteurs travaillent bien et ça tourne !

Le rocker est parfait pour glisser à la montée, on ne perd pas d’accroche et la légèreté est bien appréciable pour les grandes bambées.

Glisse

Les premiers virages confirment le ressenti du flex : le talon est bien sportif tandis que la spatule est bien plus souple. C’est un ski qui aime aller vite et s’exprime davantage sur des longues courbes que du virage sauté. La spatule montre un peu ses limites dans les neiges changeantes ou dures sinon c’est vraiment polyvalent et parfaitement adapté pour de grandes journées de randonnées.

Sur neige trafollée/dure

La spatule, bien que contenue (128 mm), passe les grosses irrégularités du terrain mais devient un peu moins sûre à haute vitesse, il faut être vigilant. La spatule ne tape jamais mais elle aurait pu être un peu plus rigide.

Sur du béton armé, les carres sont très efficaces, on a vite confiance dans la tenue. L’accroche ne fait défaut à aucun moment, il reste uniquement le psychologique pour les passages exposés. Le rebond du talon est assez bien dosé, les virages sautés se font bien.

Sur neige poudreuse

La progressivité du rocker est parfaite car avec une spatule de moins de 130 mm, les skis déjaugent toujours bien. Le plaisir de glisse est excellent, on peut charger sur l’avant et garder un bon appui sur la fraîche. Les courbes s’enchaînent avec facilité. J’aime bien le pivot de ces skis même si les petites courbes ne sont pas ses préférées ! Le cambre classique est moyen et offre un peu de pop pour les prises d’impulsions.

En neige fraîche profonde, la spatule fonctionne toujours au démarrage et avec peu d’inertie. Dans une forêt assez serrée, les skis sont assez maniables mais il faut y mettre un plus d’énergie que d’autres skis de même gabarit

Durabilité

Chez Fischer, la qualité des semelles ne déçoit pas, la résine est dure et résiste aux passages sur les minéraux. Après une douzaine de sortie avec la paire, les marques de passages sur cailloux sont superficielles. Au niveau du top sheet, le revêtement est vraiment résistant aux chocs et rayures. Les rayures sont peu visibles de loin et c’est bien appréciable. La seule déception est la perte de l’insert de fixation pour les peaux sur une de spatules au bout de cinq journées d’utilisation.

Qualité/Prix 

Avec une bonne réduction, cette paire est abordable et la qualité semble au rendez-vous. A confirmer dans quelques saisons de ski !


Verdict !?


Un ski sportif et super stable qui aime aller vite plus que les slaloms en fôret. Avec ses lignes classiques, le plaisir est présent dans presque toutes les neiges. Efficace à la montée avec son poids très contenu, les courbes s’enchaînent facilement même s’il faut rester vigilant dans les neiges trafollées. Un modèle parfait pour les grandes bambées et pour ceux qui aiment prendre de la vitesse. C'est la paire "rando" unique à avoir dans le quiver.



Pour qui ?

Randonneur freerider

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire
.