Test Black Crows camox freebird 2018

33 tests Black Crows camox freebird.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Black Crows Camox Freebird
siewicz

Comme ton chien qui réclame sa sortie

Avis sélectionné
Profil du testeur : 28 ans | 1,80m | 62kg | Expert | Aime
Taille testée : 183
Acheté : 550€ d'occasion
Conditions du test : Toutes conditions : de 60cm de fraiche jusqu'aux pentes les plus verglacées, en passant par la neige de printemps, la colle, la trafolle douce ou gelée...

Points forts

- Le big smile à la descente
- Facile en toute condition
- Absorbe et accroche

Points faibles

- Un poil lourd : modèle 2018 à 3,2kg la paire
- Un poil souple
- Sur une crête en plein vent on peut s'envoler

Ah la polyvalence ! On a tous eu cette réflexion : "Oui, mais si il est un peu bon partout, il est excellent nul part". Et on s'est tous aussi rendu compte que choisir son matériel de rando, c'était faire des compromis. 

Je viens de faire une année avec le BC Camox Freebird : un ski polyvalent qui est excellent... dans ce qu'il propose comme compromis en rando.


Contexte :

J'aime le ski, le hors piste, la pente, la poudre fraiche et je me suis mis à la rando il y a 2 ans pour aller chercher tout ça. Après quelques essais de matos de loc' ou de copains "light" je suis rebuté : "c'est quoi ces merdes ?". Vous savez ces skis, pas trop longs, pas lourds, mais qu'on subit à la descente. Je décide donc de chercher une vraie paire de ski. Mini 90 au patin et autours de mon mètre quatre-vingt

Février 2019, coup de chance, une paire quasi-neuve de Camox est à proximité en occaz. Modèle 2018, 183cm, 3,2Kg, montée en dynafit speed radical. Je fonce !

Niveau chaussures, j'ai/j'ai eu du rando (salomon slab xalp) et du Freerando (dynafit khion, nordica strider, salomon mtn slab). Au vieux campeur et à ekosport on vous dira qu'on ne peux pas avoir 97 au patin et des chaussures autre que des enclumes de 4kg la paire. C'est faux.

Autre précision : le Camox a été fortement allégé en 2019 puis renforcé en 2020. D'un test que j'ai pu trouver sur le net, ces modèles auraient un peu perdus de leur peps... difficile à confirmer de toute manière, mais j'imagine qu'il faut passer du temps avec chacun d'eux pour se faire une vraie idée.


Présentation :

Première prise en main... ils sont un peu lourd quand même... forcément, sur mes précédentes allumettes il n'y avait pas assez de matière pour faire du petit bois pour le feu. Les deux skis, fix et peaux on est à un peu plus de 5kg.

D'un autre côté... ils sont beaux ! C'est un détail qui n'as pas beaucoup d'intérêt une fois sur la neige. Mais ce sont de beaux objets. Très belle finition, ça brille, c'est tout rouge, on a envie de les utiliser.

La qualité est au rendez-vous. Je suis ravi ! Avec leur design flashy j'avais un peur que BC soit une marque de fan boys, mais pas du tout ! Côté solidité : après un an il commence à y avoir quelques petits coups sur la déco, les bords du top sont un peu effilochés. Rien d'anormal de ce côté là. Niveau semelle j'ai pris quelques requins et cailloux mais les rayures restent très superficielles. Bon point. Je pense que la durabilité sera au rendez-vous : comme tout bon ski de rando la semelle et les carres sont plus fins que des skis de station mais suffisant pour quelques années de tranquillité.

Enfin j'ai fait repercé les fix' avant pour mes chaussures light (plus courtes) : aucun signe de faiblesse. D'ailleurs, le centrage d'usine est assez en avant, ce qui donnait un talon un peu trop présent. Je dois être environs 2-3cm en arrière du centrage maintenant, c'est beaucoup plus équilibré à mon goût.


En montée :

Crevons l'abcès tout de suite. Je confirme, c'est un poil lourd. Mais c'est pas si terrible. On parle de 400g de plus qu'une paire d'Ubac 95 de même taille et même année. On s'en remettra. On va dire que c'est bon pour la forme physique. Jusque là je ne me suis pas senti limité en dénivelé : 1000m sans travail particulier, plus de 2000m en travaillant une condition correcte, ça passe. J'ai bien l'intention de les emmener encore plus loin.

Pour ce qui est du confort de montée, RAS sur les parties normales. Petit bémol sur les dévers glacés où j'ai expérimenté plusieurs déchaussages en tapant ou simplement en perdant l'accroche. Trop large pour avoir tout le poids sur une carre ? La faute des fix' ? Je n'ai pas la réponse.

Niveaux conversion, je les ai peut être pris un peu grand. Ça passe bien de manière générale, mais quand on commence à fatiguer, on a vite fait de louper une conversion. Si c'était à refaire je les prendrais peut être moins grand (178 ?) : c'est ce que je me dis à chaque fin de montée... et puis après la descente je n'ai plus envie de changer...

En tout cas ces skis vous emmènerons là où vous voudrez.


En descente :

Si ce pavé test est une rando, vous venez d'arriver au sommet. C'était long mais on arrive à la partie intéressante. Je vous laisse dépeauter, croquer un bout de saucisson et passer en mode ski.

A la descente la récompense est double. Il y a la descente en elle même... Et il y a le regard de vos potes du CAF qui sont en galère. Vous faites mine de pas comprendre pourquoi. "Elle est très bonne cette neige". "Un peu travaillée, mais ça passe bien !". Mais ça c'est parce que vous avez une arme secrète sous vos pieds.

Les Camox sont des machines tout terrain. La poudre, ça déjauge, ça tourne tout seul, grande ou petite courbe, lent ou à grande vitesse, c'est stable, le plaisir est partout. Quand la neige s'alourdit on garde le contrôle. En ajoutant un peu de puissance le ski ne se laisse pas faire par la neige. En conditions de trafolle, on ne subit pas. Oh non. C'est tellement bon de ne pas subir. On écrase la languette et ça passe au travers. Quand la neige est dure, ça accroche ! Ils accrochent vraiment bien, on est en confiance en permanence. Si la pente se raidie : même délire (je suis allé jusqu'à des passages à 50° en neige tassée, c'est stable, c'est tellement agréable). Enfin, sur terrain difficile ; venté, tracé, verglacé... certes c'est jamais idéal, mais ça passe : les skis absorbent beaucoup.

En bonus, il est même joueur. Une fois lancé, ça pop dans les virage. On peut même carver en petites courbes sur piste -même si c'est pas fait pour-, ça renvoie bien et ça en jette pour les touristes !


Conclusion :

Les champs de poudreuses sur une face de 1000m ça se trouve que sur Youtube. Dans la vraie vie, c'est gelé en haut, poudre/humide/tassée au milieu -quand c'est pas les trois- et lourde en bas dès que le printemps se pointe. Ces skis, c'est la promesse d'avoir un big smile de tout en haut jusque tout en bas dans des conditions réelles.

On peut trouver mieux sur certains critères : ZéroG plus rigides, Ubac pour de la rando plus tranquille, une paire d'Amplid pour le swag... 

Pour ma part, le Camox répond parfaitement à l'équilibre que je cherche sur un ski de rando avec une plage d'utilisation de la freerando/rando jusqu'à du ski alpinisme "gentil".

Merci !


Pour qui ?

Tout le monde sauf : - Les aficionado du gramme en moins - Les freerandonneurs/freeriders qui voudrons du 255mm au patin. Minimum.

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire