Test Black Crows camox freebird 2016

40 tests Black Crows camox freebird.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,3/10
pbanco

Entre Randonnée (chiant) et Freerandonnée (pas chiant)

Black Crows Camox freebird
Avis sélectionné
Profil du testeur : 30 ans | 1,80m | 70kg | Expert | Meylan
Taille testée : 178
Acheté : 450€ en magasin
Conditions du test : Lourde, légère, dure, trafollée, cartonnée etc etc...

Points forts

Bien équilibré
Bien réactif
Presque un ski de freerando

Points faibles

Lourd (mais pas tant...)
Pas un ski de freerando

Après deux saisons avec le dernier modèle du Camox Freebird (changement de shape entre 2015 et 2016) je pourrai vous parler de ce ski qui m’a accompagné lors de longues et chiantes journées de ski de randonnée (bah ouais c’est de la randonnée, c’est chiant à mourir cette activité et en plus c’est fatiguant, et en plus tu ne peux même pas aller aux Folies Douces avec)

Le Camox Freebird, le ski où tu sais que même si tu skies comme une bille, tu pourras en mettre plein la vue aux autres sur le parking au départ de la randonnée (bah ouais quand t’es randonneur t’as pas la télécabine pour susciter la crainte aux autres avec tes belle lattes). Rien que le fait d’avoir un Black Crow, tu poses (au Vieux Campeur de Paris je veux dire).

Le Camox Freebird est lourd, comparé aux autres skis de randonnée. Malgré son noyau paulownia peuplier pour alléger la bête, on se retrouve quand même avec 1650g et des brouettes pour un ski taille 178cm. Du coup on dit quoi ? Ils ont fait des carres en plomb ? Disons plutôt que c’est un ski entre la randonnée et la freerandonnée (amis de la sémantique bonsoir) avec des caractéristiques qui permettent d’avoir un ski entre l’alpin (attention les oreilles sifflent) et un ski de randonnée (à comprendre, un ski léger, fin et mou). Du coup il n'est pas si lourd que ça comparé à ses performances. Lors de la montée avec les peaux cela ne posera pas trop de problèmes, mais dès que vous allez les mettre sur votre sac à dos, vous allez sentir la différence, surtout si vous êtes partis pour faire 500 mètres de StepMaster dans un couloir en poudreuse.

Le Camox Freebird a un bon flex. C’est à dire ? C’est à dire qu’il est relativement rigide comparé à ses petits copains de randonnée d’autres marques, mais plutôt flexible comparé à des skis de freerando (plus lourds du coup). C’est normal, on ne peut pas avoir le poids, la rigidité et le cul de la crémière. Personnellement mon utilisation se fait principalement dans de la pente qui commence à se raidir. J’ai donc besoin pour arriver jusqu’au parking vivant, d’un ski sur lequel je puisse réceptionner des virages sautés sur de la neige potentiellement dure (mais avec bon grip diront certains pour se rassurer). Pour être un mauvais skieur qui peut survivre en faisant des virages jusqu’en bas d’un 5.3, ces skis font clairement l’affaire. Après, si on veut parler d’autres conditions, je peux vous dire que si vous les lancez sur de la neige traffolée cartonnée à pleine vitesse, ou sur une piste vitrifiée de station à MAC 14 (il n’y a pas de petits plaisirs) il va falloir avoir des cuisses et des appuis bien solides. Les rockers vont commencer à claquer, et les skis vont se faire tous légers sous vos pieds, et c’est dans ces moment-là où vous vous direz qu’il fallait acheter un vrai casque homologué pour le ski et pas une bouse pour de l’alpinisme (pour info j'ai des Plum Guide et des Atomic Backland Carbon). N’allez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenu. 

Le Camox a une jolie shape. Ouais il a un petit rocker (mais ce n’est pas la taille qui compte), qui permet de te filer un petit coup de main quand il faut déjauger et que tes cuissots commencent à te faire défaut. Ouais il a 97mm au patin, juste ce qu’il faut pour te respecter un peu toi même dans ce monde de collants pipettes, et il se maintient bien dans la poudreuse, étonnamment bien même. Après tu n’es pas sur du double cambre inversé hein, va pas nous faire des butter à tout va sur ta première sortie après une grosse chute, sinon tu vas multiplier ton nombre de skis par deux, et diviser leur taille par deux aussi. Une chose à remarquer, pour toi amateur de belles pentes, c'est qu'avec 97mm au patin, tu ne seras pas trop limité dans les belles traversées vitrifiées et un peu déversantes lors de la montée. Non, respecte toi un peu, t'es pas au CAF, tu ne sors pas tes couteaux. Soit avec tes peaux, soit avec tes crampons. Sinon pour parler plus sérieusement c’est un ski facile à faire tourner, réactif (surtout depuis qu'ils ont refait les talons entre 2015 et 2016) avec surtout un bon équilibre. Je retourne sur ma petite fixette, mais sur du virage sauté, quand t’es une quille comme moi, avoir un ski bien équilibré te permet de ne pas te retrouver à faire des têtes pieds jusqu’à la première série de barres (après c'est plus du ski mais du base jump).

Le Camox Freebird a un visuel pas trop poussé. Bah ouais, c’est ce qu’on disait. Fait chier vu la gueule des autres Black Crows. Après vu que tu vas croiser 2 personnes à tout casser sur toute ta journée ça aurait été un peu gâché. Petit con va.

Le Camox Freebird semble résistant. Après deux saisons, les semelles ne semblent pas trop usées, et les virages sautés dans de la neige lourde ne l'ont pas fait trop craquer. Par contre les carres sont fines et l'affutage doit se faire avec parcimonie. 

Pour qui ?

Pour tous ceux qui veulent avoir un ski de randonnée qui ressemble à un vrai ski bien réactif

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire