Test Scott Scott Patrol E1 30 2020

3 tests Scott Scott Patrol E1 30.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 7,3/10
N.i.c.o

Système au top, sac beaucoup moins.

Avis sélectionné
Profil du testeur : 40 ans | 1,83m | 81kg | Expert | Eckbolsheim
Acheté : 800€ en ligne
Conditions du test : Freeride station, quelques sorties en Splitboard avec de nombreux portage

Points forts

Système qui corrige tous les inconvénients des systèmes à cartouche

Points faibles

Sac Scott qui n'a visiblement pas été prévu pour le ski de rando et encore moins pour le snowboard.
Portage snowboard mal conçut.
Pas de solution pour la poche à eau.
Sac inconfortable sur de longues montées

Test en deux parties, une pour le système et une pour le sac car je pense qu'il faut distinguer les deux

Le système Alpride E1

J'ai choisi le système Aplride E1 pour ses nombreux avantages :

- la recharge se fait via usb, donc pas la peine de racheter une cartouche en cas de déclenchement

- deux piles AA permettent de maintenir la charge du condensateur pendant plusieurs mois (donc cout réduit par rapport au prix d'une cartouche gaz)

- on peut le transporter en avion sans soucis (certificat dispo sur le site Alpride)

- le poids reste raisonnable 1280gr

- on peut le réutiliser plusieurs fois d'affilées dans la même session

En pratique :

Le système est simple d'utilisation. On charge le condensateur via un cable usb en 20mn, mais comme y a une perte de charge en continue, il se vide de lui même en quelques heures.

Pour maintenir la charge, deux piles AA viennent compléter le dispositif en empêcher cette perte ou recharger le condensateur en cas de déclenchement.

J’utilise le sac depuis deux mois sans en avoir sorti les piles et l'indicateur de charge est toujours à son max donc on dispose d'une belle autonomie en cas de raid de plusieurs jours.

Pour amorcer le sac, il faut l'ouvrir pour accéder au condensateur, ouvrir la protection de celui ci et enclencher le mécanisme. (amorçage impossible de manière involontaire)

Le moteur effectue alors un test et un voyant témoin indique que le sac est chargé. A noter que ce voyant est visible de l’extérieur du sac (led verte si tout est ok).

L'accès au mécanisme ne se faisant pas sans ouvrir le sac, il est préférable de l'amorcer en avance. Toutefois la large ouverture du sac permet d’accéder au système sans être obliger d'en sortir toutes les affaires.

La poignée de déclenchement est rangée dans la bretelle de l'épaule du sac avec un zip, il impossible de le déclencher par inadvertance si celle si est rangée. Donc on peut sans hésiter garder le sac amorcé toute la journée.

Test de l'ABS :

Il faut tirer assez fort sur la poignée pour le déclencher, donc je suppose qu'on peut faire un plat ventre dans la neige sans gonfler l'ABS par inadvertance.

Le sac se gonfle instantanément avec un fort bruit de soufflerie.

On le dégonfle à l'aide d'une valve située sur le haut du condensateur (manipulation impossible par inadvertance).

On repli le sac en respectant le schéma de pliage imprimé à l’intérieur du sac et c'est reparti.

Bilan du système :

note : 5/5

Que des avantages par rapport aux systèmes classiques



Le sac Scott Patrol:

Alors autant j'ai été convaincu par le système Alpride E1, autant je le suis beaucoup moins du sac proposé par Scott.

Déjà le choix de la couleur (blanc/gris) est discutable pour du matériel de sécurité... pas très visible en montagne. Si l'ensemble est plutôt sympa à regarder il est également très salissant.

Au niveau du sac le contenance de celui-ci est 30L ce qui est suffisant au regard de l'utilisation que l'on va en faire (voir plus loin). Perso dedans j'ai réussi à mettre pelle/sonde, peau, couteaux, crampons, deux litres d'eau, le masque et une micro doudoune, plus deux trois bricoles, ce qui fait largement pour la journée.

Au niveau accessoires on est dans le minimaliste : une poche à masque spacieuse avec un joli duvet pour ne pas rayer celui, un poche pour la pelle dans le sac, une poche pour les petites affaires également dans le sac, sangles porte ski/snow et portes piolets, porte casque (amovible).

Personnellement je déplore que rien ne soit prévu pour la poche à eau, d'autant que les deux bretelles sont équipées d'un zip pour ranger la poignée. Du coup si on fait le choix de la poche à eau, il faut faire passer le tuyau par l'ouverture du sac, et on ne peut pas bloquer celui ci sur la bretelle du sac faute de quoi il pourrait gêner le déploiement du ballon.

En pratique :

Pour une journée en station le sac est bien, mais par contre pour une course en rando il trouve vite ses limites.

Le dos du sac est très (trop) rigide et devient inconfortable au niveau des lombaires au cours de la montée, d'autant plus si il fait chaud et que l'on a peu de couche de vêtements pour amortir.

La sangle de ceinture est minimaliste et n'améliore pas le confort de portage.

Les portes skis font le job, mais le porte snow par contre c'est la cata : comme les sangles pour le fixer ne sont pas celle prises au niveau du dos mais sur le dessus du sac, la planche bouge beaucoup, il faut vraiment bourrer le fond du sac pour qu'il soit plus large que la poche du condensateur sinon la planche viens taper dans l'arrière des genoux. Et ce qui m’inquiète aussi c'est que du coup le poids de la planche force en continu sur les zip du sac et en plus, on perd le bénéfice de les utiliser pour comprimer le sac quand il est quasi vide.

Deuxième problème, comme la planche bouge un peu, les carres viennent frotter en permanence sur le dessus du sac et comme il n'y a pas de renfort à la longue c'est probable qu'il va y avoir de l'usure.

Bilan :

note : 1/5

Bon sac freeride, par contre randonneurs et surtout splitboarders il faudra en accepter les défauts pour profiter du système Alpride E1

Pour qui ?

Freeride station, approche et courte rando

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire