Test TRYONIC Feel 2015

1 test TRYONIC Feel.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Traipan

Solide mais epais

Avis sélectionné
Profil du testeur : 26 ans | 1,95m | 87kg | Avancé | Lyon
Acheté : 130€ en ligne
Conditions du test : Toutes conditions sur plusieurs activités (Ski, moto, velo)

Points forts

Protection, Maintien

Points faibles

Epaisseur, Forme qui peut abimer les vestes

Tryonic Feel 3.7

Achetée en 2015, la tryonic feel 3.7 est une protection dorsale que je porte en parallèle d’un gilet dorsale Dainese suivant les couches, le sac, l’humeur..

L’avis qui va sortir de ce test est essentiellement orienté par une utilisation Freeride avec un port constant de sac abs, également sur piste des fois sans sac (apprentissage Télémark) mais aussi par d’autres sports nécessitant une dorsale (Moto, velo..).

Protection : Critère prépondérant lors de ma recherche d’une nouvelle dorsale à bretelle, la protection du dos est au rendez-vous avec cette dorsale qui s’est longtemps ventée d’être la meilleure du marché en terme d’absorption de la force d’impact avec une transmission résiduelle de force de 4,8 kN (et non les 3,7 que le service marketing veut nous faire avaler, valeur réelle de transmission diffusée sur les tests et sites de motos).

De facon un peu plus pratique, on voit que cette dorsale n’est pas qu’un chiffre sur une spec, munie d’une couche extérieure bombée en polypropylène et doublée par d’épaisses lâmes de polystyrène (EPS), on est sur une technologie qui me rappelle les casques.

Le dos est couvert sur une très grosse surface allant des omoplates au bas du dos (voir en comparaison avec la dorsale Dainese).

J’ai eu la chance de ne pas encore avoir à mettre cette carapace à l’épreuve mais le sentiment de protection est bien présent lorsqu’on a la « bête » entre les mains.


Maintien : Une coque aussi protectrice se doit d’être bien fixée sur le dos pour ne pas vriller et amplifier un drame, c’est pourquoi la Tryonic est équipée d’un système de réglage plutôt efficace pour un système à bretelle, je vous épargne les noms pompeux des technologies que Tryonic a breveté pour montrer qu’ils font du bon boulot.

- On a donc deux bretelles pour le maintien autour des bras avec plusieurs points d’attaches don un sur pivot pour ne pas gêner les mouvements, et une boucle facilement réglable qui tient bien mais qui est extrêmement mal placée (on verra ca dans le paragraphe des sacs)

- La ceinture est assez fastidieuse à régler car elle prend en compte un réglage optimal pour fiter au maximum sur tout types de morphologies. En plus d’une ceinture classique à scratch assez large et élastique, on a deux autres lanières à scratcher sur les flancs de cette même ceinture, qui vont mettre en tension la dorsale pour que celle-ci se plaque parfaitement au corps sans avoir à serrer la ceinture comme un âne et écraser la tartiflette de la veille.

Une fois le Bazard bien réglé, on sent vraiment que contrairement à une ceinture classique qui joue uniquement sur son élasticité pour épouser les formes de l'utilisateur, ici on garde un maintien très proche du corps sans pour autant comprimer le ventre.


Confort : Là par contre, difficile d’être indulgent avec la tryonic bien qu’elle soit assez confortable et légère (pesée à 850 gr en L), le fait de porter une dorsale sous forme de gilet à côté me fait bien penser qu’il y a deux mondes en question de confort.

La dorsale étant bombée et articulée en plusieurs bloques, on obtient un confort correct avec une coque qui épouse parfaitement la forme du dos (merci la ceinture décrite plus haut) sans pour autant bloquer les mouvements.

Lorsque je me mets en boule, je reste bluffé par la capacité qu’a la dorsale à continuer d’épouser la forme de mon dos, on l’oubli alors très vite une fois portée quand il s’agit de se mouvoir.

Concernant la chaleur/ventilation, il est vendu que celle-ci est munie de canaux de ventilation dans la couche externe et que les bloques de protections ainsi que le tissu maillé en contact avec le dos sont tels qu’on a une excellente ventilation.. Moi j’ai toujours chaud de toute façon, mais effectivement je ne transpire pas plus dans le dos qu’ailleurs donc ca doit marcher.


Sac : Gros point faible de cette dorsale, la position des boucles de réglage des bretelles font qu’on se retrouve avec une épaisseur rigide qui s’enfonce dans les épaules, les clavicules ou les pecs (suivant le réglage) à cause des sangles du sac qui sont en appui dessus.

Le deuxième point incommodant est l’épaisseur de la dorsale (57 mm) qui repousse pas mal le sac en arrière s’il est muni d’une face en mousse rigide (comme la plupart des sacs de ski), ce n’est pas non plus horrible je trouve mais certaines personnes peuvent y être sensibles je pense.


Solidité et Finition : La qualité globale du produit est très bonne, on est sur du matériel de protection haut de gamme, le scratch aux picots très fins et petits est bien étudié et n’éclate pas la ceinture (aucune bouloche en 2 ans d’utilisation presque quotidienne)

La légende parle également d’une dorsale conçue pour garder ses propriétés mécaniques même à -20 °C, ca donne aussi une idée du soin apporté aux matériaux la constituant, je n’ai pas pu le vérifier heureusement mais il est vrai que d’aspect, elle fait vraiment solide et peux faire passer pas mal d’autres dorsales pour des jouets.

Et bien le logo (absent sur les photos) n'a pas résisté au premier coup de froid et s'est brisé en deux, la colle ne suivant pas non plus, j'ai eu la chance de les retrouvé collé à l'intérieur de ma veste.. pas super rassurant bien que ça ne soit qu'un cas isolé (mes potes munis de la même dorsale n'ont aucun souci avec depuis des années).


Point décevant : Son épaisseur ainsi que sa forme « assez pointue » ont créés une surface de contact suffisamment réduite entre mon sac et ma hardshell qui ont généré un frottement assez important pour un peu cramer le tissu à force (ca fait un effet patiné, voir photo). C’est donc un peu agressif comme forme pour le coup, gaffe aux vestes !


Pour résumer : Excellente dorsale pour la pratique du ski, sa capacité de protection est son gros point fort mais il faut pouvoir assumer la contre partie d'avoir une carapace de presque 60 mm sur le dos bien que celle-ci se fasse oublier très vite grâce à son très bon maintien et son articulation flexible.

Pour les accros des chiffres et de LA meilleures dorsale en terme de protection, sachez que celle-ci n’est plus la meilleure et que Knox l’a doublée avec un produit encore plus impressionnant, je vous laisse le plaisir de regarder ça sur votre moteur de recherche favoris.

Le test du gilet Dainese est également rédigé sur Skipass : http://www.skipass.com/tests/protection-dorsale/dainese_dainese-waistcoat-s7/2007_18075.html

Pour qui ?

Tout le monde qui tient à son dos
9/10

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire