L'hiver du siècle ?
2000*1045px

L'hiver du siècle ?

Bilan météorologique de l'hiver 2017-2018
Texte Thomas Blanchard, Loïc Giaccone
Photos Vignette : La Rosière - Espace San Bernardo, Header : earth.nullschool.net
Texte Thomas Blanchard, Loïc Giaccone
Photos Vignette : La Rosière - Espace San Bernardo, Header : earth.nullschool.net
Bilan météorologique de l'hiver 2017-2018

Thomas Blanchard, météorologue indépendant, écrit pour skipass.com depuis trois hivers les fameux bulletins neige qui prédisent avec précision les chutes hivernales. Pour aller au-delà des impressions et de la totale subjectivité des skieurs quand on parle de quantités de neige (sans parler des rivalité entre massifs ou stations...), il a analysé les données issues des relevés avant de les remettre dans le contexte des hivers précédents. Voici son bilan.

Stations remplies de neige jusqu’au toit, épisode neigeux galère à Paris, chutes de neige historiques dans le Midi, photos et vidéos d'avalanches spectaculaires qui ont submergé la toile : les phénomènes météorologiques ont fait souvent la une cet hiver, et continuent d'ailleurs de faire parler d'eux en ce mois de juin. 

Mais alors, deux mois après la fermeture des stations de ski et tandis que certaines se permettent de ré-ouvrir depuis quelques jours : comment était-il vraiment cet hiver ? Nous vous proposons un bilan le plus exhaustif et le plus objectif possible. Il se divise en trois parties : une première chronologique, une seconde géographique, par massif, et enfin la conclusion. 

Chronologie

Novembre-Décembre : enfin un bon début !

Après les premières chutes de neige en altitude durant le mois de novembre, l'hiver décide de s'installer à la toute fin du mois avec du froid et des épisodes neigeux jusqu'en basse-montagne. Une situation qui tranche clairement avec les années précédentes où les espoirs étaient vite douchés par la sécheresse, la douceur et un très mauvais enneigement.

Le mois de décembre va même tenir toutes ses promesses puisque la situation devient particulièrement dynamique à partir du 8 et jusqu'au 18. Durant cette période, on rencontre notamment un épisode neigeux remarquable dans les Alpes du Sud, autour du 10-11 décembre avec près de deux mètres de neige fraîche en haute-montagne dans les Écrins. A retrouver en détails dans nos articles : Point neige du 12 décembre et Bilan météorologique du 21 décembre

On note déjà au cours de cette période un anticyclone aux abonnés absents, contrairement à l'hiver dernier (voir la carte ci-dessous, archive 11 décembre, meteociel.fr). Ancré autour des Açores (couleurs rouges et pressions autour de 1030 hectopascals), il restera alors bien en recul durant les mois suivants. Un calme relatif s'installe à partir du 18 décembre, mais seulement pour quelques jours.

Ajoutez des photos (2020px)

Janvier-Février : la confirmation

Dès le 26 décembre, un courant perturbé d'Ouest fait son retour. Il se maintient jusqu'au 4 janvier avec des perturbations très actives qui se succèdent (notamment la tempête Eleanor). Les chutes de neige sont abondantes sur l'ensemble des massifs de l'Est du pays en haute-montagne. Plus bas, les périodes de pluie abondantes alternent avec de fortes chutes de neige.

Très vite, un phénomène météorologique très intense vient prendre le relais. Un retour d'Est touche une large partie du Sud-Est de la Savoie et le Queyras, secteurs où l'enneigement devient historique. Voir notre article Retour d'Est, le bilan du 9 janvier. 

Le courant de Nord-Ouest, perturbé et actif, fera son retour en milieu de mois avec toujours les Alpes du Nord en ligne de mire. Au final, janvier sera extrêmement humide sur les massifs de l'Est du pays (et exceptionnellement doux globalement) après un mois de décembre déjà bien arrosé (source Météo France) :

Ajoutez des photos (2020px)

En février, les Pyrénées tirent leur épingle du jeu avec un courant de Nord favorable au massif et qui lui permet de récolter de bonnes chutes de neige. Partout ailleurs, l'enneigement se stabilise ou s'améliore un peu. En toute fin de mois une situation météorologique atypique entraînera de remarquables chutes de neige sur le Sud du massif-central et l'Est des Pyrénées, le tout accompagné d'un bon coup de froid. Les -20 degrés sont souvent atteints dans les hautes stations des Alpes.

Mars-Avril : une fin relativement plus calme

Durant le mois de mars et jusqu'à mi-avril, des épisodes neigeux modérés mais réguliers continuent de se manifester, notamment sur les massifs du Sud du pays (Pyrénées, Alpes du Sud, Corse…). Les dépressions ont effet pris pour habitude durant cette période de plonger sur le proche-Atlantique et faire remonter des masses d'air humides en provenance de Méditerranée.

Bien évidemment à la fin du mois le soleil commencera à faire son œuvre et radoucir le manteau neigeux y compris en moyenne-montagne. 

Un matin à l'Alpe d'Huez, mi-mars :

Ajoutez des photos (2020px)

Enneigement par massif

Nota Bene : La plupart des données évoquées ici sont mises en relations par rapport à celles disponibles depuis 1980. Certains hiver très enneigés (mais dont on manque de valeurs) des années 60 et 70 ne sont donc pas pris en compte.

Alpes du Nord

Il peut être qualifié de très bon sur l'ensemble de la saison, notamment à moyenne et haute-altitude. De bon en basse-montagne en raison des redoux pluvieux qui ont dégradé le manteau neigeux, notamment en janvier : les cumuls y ont été importants, mais la hauteur au sol n'a jamais été véritablement remarquablement élevée.

Il peut même être qualifié d'historique et exceptionnel sur certains secteurs à certaines périodes :

- Une large moitié Est de la Savoie, exemple ici à la Plagne où autour du 22-01 on est sur une hauteur au sol record pour la période :

Ajoutez des photos (2020px)
- La situation en Haute-Tarentaise et en Haute-Maurienne confirme cette saison historique. Le retour d'Est et les tempêtes de janvier y ont souvent apporté des cumuls de l'ordre de 2-3 mètres en une semaine au-dessus de 1800/2000 mètres :
Ajoutez des photos (2020px)
Les autres stations de ski très fréquentées ne sont pas à plaindre :
Ajoutez des photos (2020px)

Ailleurs, notamment en Haute-Savoie, l'enneigement était bel et bien record pour la période autour du 20-25 janvier, mais par la suite cet hiver est finalement devancé par 1994-1995 et 1998-1999.

Il est fort probable que les hivers 1965/1966 et 1969/1970 ont également fait bien mieux, mais on ne peut l'affirmer pour les raisons évoquées en en-tête de ce chapitre.

En basse-montagne (sous 1300 mètres) sur la majeure partie des Alpes du Nord, il faut remonter aux hivers 2011-2012 et 2012-2013 pour trouver trace d'un meilleur enneigement.

Quelques cumuls :

- 932 cm à La Plagne (73) à 1970 mètres du 1er novembre au 17 mai.

- 660 cm à Arêches (73) à 1209 mètres du 1er novembre au 7 avril.

- 607 cm à Pralognan la Vanoise (73) à 1420 mètres du 1er novembre au 30 avril.

- 574 cm à Megève (74) à 1080 mètres du 1er novembre au 30 avril.

- 546 cm à la Clusaz (74) à 1180 mètres du 1er novembre au 30 avril.

- 563 cm aux Gets (74) à 1180 mètres du 1er novembre au 30 avril.

La barrière des 10 mètres a souvent été dépassée au-dessus de 2200/2300 mètres. Notons par exemple un cumul de 11 mètres reporté par les pisteurs de Val d'Isère (73) à 2400 mètres entre le 1er décembre et le 13 avril (poste de la Cantonière) :

Ajoutez des photos (2020px)

Alpes du Sud

Avec un mois de décembre particulièrement perturbé, comme évoqué précédemment, l'enneigement est très vite devenu abondant. Ainsi au 1er janvier les hauteurs au sol correspondaient à celles que l'on rencontre généralement au maximum de la saison, à savoir en février/mars.

Globalement, les hauteurs et cumuls de neige observés cette année se retrouvent en moyenne un hiver sur 10. Ce fut le cas plus tardivement du coté du Mercantour, qui a vite comblé son retard au mois de mars.

Quelques courbes pour illustrer tout cela :

Ajoutez des photos (2020px)

Ces deux stations ont des caractéristiques climatiques bien différentes (ce ne sont pas exactement les même flux météorologiques qui les touchent) et pourtant, au 1er mars, elles flirtaient toutes les deux avec les records pour la saison.

Quelques cumuls :

- 482 cm à Isola (06) à 1860 mètres du 1er décembre au 20 avril.

- 428 cm à Ceillac (05) à 1665 mètres du 1er novembre au 7 avril.

Pyrénées

Au fil de la saison, et grâce à des chutes de neige régulières, l'enneigement s'est amélioré considérablement. Dès le mois de février il est devenu remarquable, déjà supérieur aux moyennes, puis il peut être qualifié de "très excédentaire" au début du mois d'avril sur l'ensemble de la chaîne. Et c'est important d'insister là-dessus : que ce soit côté Atlantique, Méditerranée, versant français et même côté espagnol (où les chutes de neige ont d'ailleurs été records) tout le monde a été copieusement servi.

Prenons par exemple la station de Cauterets (65) qui, à 1920 mètres, enregistre un cumul de neige de 886 cm. Globalement, dans les Pyrénées françaises au-dessus de 1800/2000 mètres, il s'agit de la deuxième année la plus enneigée de ces 25 dernières années derrière l'historique hiver 2012/2013.

Voici quelques graphiques qui indiquent les hauteurs au sol côté Ouest et côté Est de la chaîne tout au long de l'hiver :

Ajoutez des photos (2020px)

Vosges et Jura

Grâce à un mois de décembre favorable pour ces massifs aux altitudes relativement modestes, l'enneigement était très satisfaisant à la toute fin d'année 2017.

Puis durant le mois de janvier, de nombreux redoux se sont produits. Le manteau neigeux a alors souffert, mais il augmentait considérablement avec l'altitude restant très correct au-dessus de 1200 mètres durant les mois de février et mars. Enfin, l'enneigement a rapidement régressé pour disparaître totalement durant le mois d'avril.

Une synthèse très intéressante de la saison qui s'est écoulée sur le massif du Jura :

Ajoutez des photos (2020px)

Massif-Central et Corse

Comme pour la plupart des massifs, l'enneigement a été extrêmement variable en fonction de l'altitude tout au long de l'hiver. Il peut être qualifié de globalement correct, conforme aux moyennes, sur ces deux reliefs.

Notons que sur le Massif-Central l'hiver avait très bien débuté puis les redoux pluvieux du mois de janvier jusqu'aux plus hauts sommets ont fait du mal au manteau.

Le Lioran (Cantal), le 18 février :

Ajoutez des photos (2020px)

Un hiver avalancheux

Qui dit hiver bien enneigé et perturbé, dit hiver potentiellement très avalancheux. La conjugaison de multiples facteurs météorologiques a entraîné de nombreuses avalanches, tout au long de la saison. En particulier dans les Alpes du Nord.


Ajoutez des photos (2020px)

Dès le début de l'hiver des avalanches de neige poudreuse se sont produites. Puis des avalanches de neige lourdes et humides ont pris le relais en janvier lorsque des fortes pluies se sont abattues jusqu'à plus de 2000 mètres sur le manteau neigeux. Elles ont parfois endommagé des infrastructures (routes, domaines skiables…), des avalanches de plaques ont également été observées. Tout cela a nécessité le déclenchement d'une vigilance météo rouge le 08 janvier (carte ci-dessus), la première de l'histoire dans les Alpes. Des mesures de confinement ont alors été mises en œuvre dans certaines stations de ski. 

C'est à la suite de cet épisode début janvier que la route de Bonneval-sur-Arc (Savoie) a été coupée par une très importante avalanche, demandant plusieurs jours de travail avant de pouvoir la ré-ouvrir (photos Alain Duclos, data-avalanche.org)

Ajoutez des photos (2020px)

A la même période, une importante avalanche a occasionné des dégâts à Val d'Isère. La photo de droite ayant été prise plus récemment en mai, à la fonte (Pisteurs Secouristes de Val d'Isère)

Ajoutez des photos (2020px)

Par la suite, les conditions sont restées dangereuses tout au long de l'hiver en montagne. Une saison pouvant être un peu frustrante pour les amateurs de poudreuse : beaucoup de neige mais aussi beaucoup de risques, et une météo capricieuse. Le début du mois de mars verra le décès d'une dizaine de personnes lors de plusieurs accidents d'avalanche (voir l'article Avalanches, série noire)

Le bilan provisoire de la saison, en attendant celui complet de Fred Jarry cet automne, fait état de 36 décès lors de 26 accidents mortels, sur un total de 64 accidents répertoriés : c'est légèrement supérieur à la moyenne annuelle, qui tourne autour d'une trentaine de décès.

Le coup de douceur, brutal et notable, mi-avril sur un manteau consistant a ensuite conduit à des avalanches de fontes d'ampleurs rarement observées ces dernières années (voir les images impressionnantes sur data-avalanche.org)

Enfin, ce printemps, les photos parfois assez récentes d'ouvertures de cols ou routes fermées durant l'hiver témoignent des quantités de neige monstrueuses observées cet hiver :

Ajoutez des photos (2020px)

Conclusion

Y en a eu pour tout le monde

Durant toute la période de novembre à mars, des situations météorologiques très différentes, provoquant des flux d'axes différents, se sont succédé : ainsi, tous les massifs ont pu être servis.

Nous avons eu des flux d'Ouest et Nord-Ouest favorables aux massifs de l'Est du pays, de nombreux (et parfois copieux !) retour d'Est favorables aux secteurs frontaliers, des blocages en flux de Nord favorables aux Pyrénées, des flux de Sud et Sud-Ouest favorables aux Alpes du Sud et au Sud du Massif-Central, etc. Personne n'a été laissé pour compte.

Alors ?

Pour autant, peut-on parler d'hiver du siècle ? Dans certains secteurs des Alpes du Nord oui (Haute-Tarentaise et Haute-Maurienne au-dessus de 2000 mètres). Sur la majeure partie du massif alpin, on parlait d'hiver du siècle (et même record depuis le début des relevés) au mois de janvier, mais l'arrière saison a été un peu décevante.

Beaucoup de secteurs ont connu un très bon hiver, comme les Pyrénées, les Alpes du Sud mais il est difficile de parler d'hiver "exceptionnel". Une constante cependant : une élévation très rapide des quantités de neige avec l'altitude, signe d'un hiver particulièrement agité et dont on se rappellera.

En résumé

Quelques valeurs à l'échelle de la France :

Températures : +0,6°C par rapport à la moyenne, avec notamment un mois de janvier très doux (+3,1°C/moyenne, battant les précédents records), suivi d'un mois de février bien froid (-2,3°C/moyenne).

Précipitations : excédentaires de plus de 40% par rapport à la moyenne, troisième hiver le plus pluvieux (ex-aequo avec l'hiver 1994-1995) sur la période 1959-2018.

Ensoleillement : environ 30% de déficit par rapport à la moyenne. 

Merci aux données fournies par MétéoFrance (voir leur bilan complet de l'hiver) et les pisteurs des différents domaines skiables qui ont permis la rédaction de cet article.

18 commentaires

SKGV
Statut : Expert
inscrit le 18/09/13
Matos : 1 avisPhotos : 2 photos du jour
Niveau quantité de neige, soit, mais niveau qualité et surtout niveau ski ? Vous avez trouvé que c'était une année si exceptionnelle que ça, vous ? Au final, j'ai souvent trouvé la neige (dans les Alpes du Nord) assez lourde, pas forcément toujours agréable à skier, dangereuse (comme l'article l'a mentionné;) et les fenêtres de ski étaient quand même souvent réduites par la météo. Franchement, le nombre de sortie de rando qui ont sauté à cause de la météo, c'est assez fou. Et ça continue avec les orages, en ce moment...
Prorider74
Statut : Gourou
inscrit le 13/09/09
Stations : 3 avisMatos : 23 avis
Autant si sur la qualité je ne suis pas tout a fait d'accord (quesque j'ai mangé comme poudreuse cette année), j'approuve sur les fenêtre de rando plus que limité si on visait des pentes un peu marrantes.
1
mere_michele_prod
Statut : Expert
inscrit le 16/02/11
Stations : 2 avisMatos : 1 avis
Même ressenti que SKGV, j'ai pas l'impression d'avoir eu un hiver exceptionnel en popow.
Après je pense que les créneaux ont existés mais qu'il fallait être dispo sur le champ pour les saisir car ils étaient de courte durée
1
klyxt
Statut : Expert
inscrit le 09/11/08
Photos : 1 photos du jour
Je te rejoins également, il y a eu quelques belles journées pour se gaver mais pas de quoi s'éclater hors des pistes sur de belles pentes nord comme il y a 2-3 ans. D'ailleurs cela se voit par le nombre d'avalanches spontanées, la qualité des minages et le nombre de morts selon les périodes
1

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Prorider74
Statut : Gourou
inscrit le 13/09/09
Stations : 3 avisMatos : 23 avis
Si y'en as qui s'ennuie (personne je suppose, mais bon on sait jamais) des petites comparaisons sur les vitesses de fonte de cet important manteau neigeux serait intéressant également. Ya des zones qui déneigent super vite et d'autres beaucoup moins j'ai l'impression. Dans tout les cas y fait super chaud depuis 2 mois, les regel sont particulièrement galère à prévoir pour le ski de rando.
le roy
Statut : Expert
inscrit le 29/03/00
Stations : 1 avis
Je suis assez d'accord... vu les quantités qu'il y avait en fin de saison je trouve que ça a malgré tout fondu assez vite... la faute aux rinçages incessants par les orages ? ou autre chose ?
0
klyxt
Statut : Expert
inscrit le 09/11/08
Photos : 1 photos du jour
Dans ma région le dernier gros névé à fondu il y a un peine un mois car le soleil tapait fort. Dans un autre coin à l'ombre il y a encore facile plus de 2m de neige!
0

Connectez-vous pour laisser un commentaire

jojoski
Statut : Confirmé
inscrit le 05/12/03
Belle synthèse , les courbes de MF qui commencent en 1981 c'est un peu ballot vu que les 1978 et  1980  étaient de très gros clients  mais qui resteraient en dessous de 2018 en couche moyenne au sol sur janvier à avril pour les gagnants de cette année de Vanoise / Tarentaise à 2000 m et plus et très probablement Haute Maurienne aussi
j'ai la flemme de faire le boulot pour les vitesses de fonte et je n'ai pas assez de données sur mai juin en France , plus à l'est c'est pas beau à voir, une vraie cata ..
mere_michele_prod
Statut : Expert
inscrit le 16/02/11
Stations : 2 avisMatos : 1 avis
Vanoise gagnant en couche moyenne au sol >=2000m entre janvier et avril ?
1

Connectez-vous pour laisser un commentaire

jojoski
Statut : Confirmé
inscrit le 05/12/03
jojoski
Statut : Confirmé
inscrit le 05/12/03
je parlais donc bien de gagnant pour l'année qui est record dans le coin de la Vanoise aussi pour cette moyenne.
Je ne voulais pas dire Vanoise gagnant en SD moyenne sur les autres régions, les fan clubs d'Avoriaz et Flaine ou autres me tomberaient vite dessus ;)
Au Saentis il y a eu pile 500 cm de moyenne de janvier à mars mais 2012 et 5 autres années ont eu plus que ça depuis 1978 -> rien d'exceptionnel là bas
1
mere_michele_prod
Statut : Expert
inscrit le 16/02/11
Stations : 2 avisMatos : 1 avis
Alors dans ce sas je te rejoins tout à fait ! J'ai pas souvenir d'avoir connu des saisons aussi enneigées au dessus de 2000m que cette dernière
0

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Cedski
Statut : Confirmé
inscrit le 10/11/01
Salut Nico,
L'explication n'est pas compliquée à trouver, depuis début mai, il a fait très doux en altitude, et très humide (à part 3/4 jours). Les regels nocturnes ont été très limités, même très haut. Mais oui ça a fondu vite... Même s'il reste plus de neige que les 3 précédentes années particulièrement sèches et douces.
jojoski
Statut : Confirmé
inscrit le 05/12/03
En 2016 après la cata historique de début de saison, ça n'a pas été si sec que ça , et pour l'enneigement aACTUEL, l'avantage de mi juin 2018 sur juin 2016 est réduit à des zones très restreintes dans les zones mesurées donc sous 3000m . cf archives nivoses pour la France
coté suisse à la frontière, la station Slf de l'écreleuse qui avait explosé ses records cet hiver et qui avait le plus d'avance sur 2016 n'a plus que 5 cm de plus qu'en 2016 ,(190 cm de plus début avril ) les voisines sont toutes très en dessous à part vers Zermatt
cf cartes duel du 19 juin 2016 VS 2013 en Bas Valais
http://www.skipass.com/forums/enmontagne/meteo/sujet-129850-650.html
2018 est largué par 2016 et 2013 sur la plupart des balises SLF
https://www.slf.ch/fr/bulletin-davalanches-et-situation-nivologique/valeurs-mesurees.html#opened
(et je ne parle pas de l'est de la Suisse où le naufrage de 2018 est bien pire )
2
le roy
Statut : Expert
inscrit le 29/03/00
Stations : 1 avis
Merci pour l’explication Ced ;)
1
mere_michele_prod
Statut : Expert
inscrit le 16/02/11
Stations : 2 avisMatos : 1 avis
J’espérais (comme beaucoup sûrement) pouvoir skier facilement jusqu'à juillet au moins grâce aux cumuls de l'hiver et au final la saison de ski de rando tend à toucher à sa fin et aura été très délicate tout du long...
1

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Mathouf74
Statut : Confirmé
inscrit le 24/01/12
Matos : 1 avis
Je rejoins et plussoie les remarques qui ont étés faites au niveau de la rando: on pouvait s'attendre à un printemps/été sans fin et puis le printemps frais le matin/bon l'aprem a duré moins de deux semaines, fin avril, pour le massif de Belledonne. Il a fallu monter tout de suite haut pour avoir de (très) bonnes conditions. Du coup les accès étaient vite horribles.

Au final je constate surtout que si au niveau des précipitations on a eu un hiver historique, toutes les stations ne s'en sortent pas à bon compte, loin de là. Toutes les stations avec un front de neige en dessous de 1500 ont connu de très sévères douches dès le mois de janvier. A Areches ou aux 7L que j'ai assidûment ponçés cet hiver, ça a été particulièrement significatif avec en partie haute des terrains parfaits et dès qu'on passait sous 1800 c'était souvent très dangereux (beaucoup de pièges de terrain). C'est dans ces endroits de transition frais/chaud que les avalanches ont fait tant de victimes j'ai l'impression. Je pense au papa d'un copain.
Le vent a aussi soufflé très fort dans des orientations que je ne connaissais pas. A La Grave, pendant une grande partie de la saison le haut du vallon de Chancel comptait moins de 50cm, laissant plus ou moins apparaître des bancs de requins très surprenants. J'y ai laissé une carre, un jour.

Connectez-vous pour laisser un commentaire

NobruDude
Statut : Gourou
inscrit le 25/04/13
Stations : 19 avisMatos : 4 avis
Bon résumé cet article, comme d'hab ;) Mon ressenti perso, avec a peu près 50 jours dans les pattes, presque moitié/moitié Tarentaise-Pyrénées, c'est que c'était une saison d'opportuniste : il y a eu énormément de précipitations, donc peu de fenêtres de grand beau pour aller dézinguer la pow. Il fallait donc, soit être sur place et bouger rapidement, soit avoir de la moule :) :) Au final, et même si on a ramassé ou annulé qq fois, on s'est quand même bien gavé, et au moins ça n'a pas couté cher en crème solaire. ;)
Ce qui fout les jetons maintenant, c'est qu'est-ce qu'on va avoir la saison prochaine, parce qu'on s'habitue vite (à noter par exemple qu'au moment de s'occuper des lattes avant de les ranger pour l'été, je me suis rendu compte que je n'avais pas touché un seul requin de toute la saison... si ça c'est pas extraordinaire !!!???!!!).

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire