Test Petzl vasak 2020

5 tests Petzl vasak.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,6/10
siewicz

Les crampons de monsieur et madame Tout-le-monde

Avis sélectionné
Profil du testeur : 31 ans | 1,80m | 65kg | Expert | Aime
Acheté : 90€ d'occasion
Conditions du test : Neige, glacier, rocher

Points forts

Polyvalence
Efficacité
Poids (pour un 12 pointes acier)
Durabilité
Prix

Points faibles

Rouille si pas séché correctement

Contexte

La série continue ! Dans les incontournables de la montagne, le moment où les crampons deviennent nécessaire arrive plus vite qu'on ne le pense. Emprunter les vieux "crabes" du CAF (tout acier et pas automatiques), ça va bien une fois. Alors pour un premier achat de crampons, la logique veut qu'on aille vers des crampons qui allient efficacité et polyvalence, pour un budget et un poids raisonnable.

Au passage, le choix de crampons d'alpinisme classique était également motivé par une utilisation aussi bien hivernale en ski, qu'estivale en glacier ou mixte (où les modèles alu et hybrides s'usent très vite). Spoiler : c'était le bon choix.

Dans mes recherches, après comparatif des 10 et 12 pointes acier, le Vasak s'illustre sur le papier comme le meilleur rapport polyvalence-poids-prix. Grivel, Black diamond et Camp font plus lourd ou plus cher. C'est Petzl qui l'emporte, la quête commence et immédiatement je tombe sur une paire d'occaz à 90e qui n'a jamais servi. Je ne me fais pas prier : je vais les chercher 5 jours avant le confinement de 2020...

Caractéristiques

  • 842g (auto) /872g (semi-auto) annoncé / pesé à 866g (semi auto)
  • 12 pointes en acier
  • réglage du 36 au 50
  • Automatique ou Semi-automatique
  • Antibot fournis
  • Pochette de transport

Prise en main

Au déballage, c'est beau, ça brille, c'est pointu et bien affûté. On a qu'une envie, c'est de les tester. Manque de pot, dans 5 jours, c'est confinement. Il aura fallu attendre deux mois... Le temps pour moi de tester les réglages.

Le réglage de la longueur est simple et intuitif (et il y a pleins de vidéos qui montrent comment si utiliser vos main c'est pas votre truc). Passer les crampons aux pieds à la maison permet d'éviter les mauvaises surprises en montagne où il est moins aisé de les régler.

J'en ai profité pour raccourcir la sangle, très longue. Les chutes m'ont permis de faire des petites dragonnes légères pour mes bâtons...

Enfin la seule manip moins facile est le changement de auto à semi-auto (et inversement). L'astuce est d'utiliser la sangle des crampons : vous la passez autours du "FIL", au plus proche de son ancrage et cela permet de tirer dans l'axe pour le faire sortir. Évitez les dos de cuillère ou autres instruments pour faire levier, c'est la galère et ça raye le crampon.

Sur le terrain

  •    En neige/pompes de ski

Prendre ces crampons pour ne faire que de la neige c'est venir avec un char d’assaut à un combat de couteau. Le combo chaussures de ski et crampons acier est très efficace. L'accroche dans la neige d'un 12 pointes et d'une semelle rigide est la meilleure que l'on puisse espérer.

On les choisira si l'on envisage de faire du mixte régulier ou comme paire polyvalente été/hiver. Si leur seule utilisation est la neige, allez voir chez les hybrides et les alu, inutile de porter du poids pour rien.

  •    En glacier et mixte/chaussures d'alpi

C'est là que les choses deviennent intéressantes. L'acier résiste bien mieux à l'abrasion du rocher ou de la glace que l'alu. En alpinisme où le terrain est changeant ils seront donc tout indiqués. C'est d'ailleurs dans la description de Petzl : "pour l'alpinisme classique".

Je les utilise en semi auto sur des Ribelles. Je serre raisonnablement pour ne pas qu'ils bougent mais également pour ne pas me couper le sang. Ils tiennent très bien, je n'ai jamais perdu de crampon. L'accroche sur neige dure est top, ils gèrent également la glace sans souci et -bien qu'il faille un temps d'adaptation- on est bien équilibré dans les passages rocheux.

Au passage, j'ai testé d'enlever les Antibot pour voir la différence... j'en ai conclu que je ne retirerais plus jamais mes antibot. Voila.

Après passages sur rocher, la peinture noire part. Rien de grave, c'est de la peinture. En revanche, l'acier, ça rouille ! Il faut donc bien sécher les crampons après usage. Si la rouille apparaît, un petit coup d'éponge abrasive la fait vite disparaître. Affûter si nécessaire et c'est reparti.

Pistes d'amélioration

Pas grand chose à redire à part que donner la plage de réglage en centimètres plutôt qu'en pointure peut-être utile pour le choix de grandes et petites tailles (surtout en chaussures de ski).

Conclusion

Aujourd'hui ils sont moins beaux, ils brillent moins et ils sont un peu moins bien affûtes. Mais ils ont vu de belles choses et c'est parti pour continuer. Ayant affiné mon matériel, je suis passé à des crampons hybrides pour la neige et je garde les Vasak pour toutes les courses qui verront du rocher. L'aventure continue !

Pour qui ?

Utilisation polyvalente neige, glace, roche.

commentaires

Aucun commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire