Test Blue Ice Harfang 2022

3 tests Blue Ice Harfang.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,3/10
siewicz

Blue Ice donne des ailes... avec ses crampons légers.

Avis sélectionné
Profil du testeur : 31 ans | 1,80m | 65kg | Expert | Aime
Acheté : 104€ en magasin
Conditions du test : 1 saison de ski de rando : neiges variées, mixte, quelques pas de glace

Points forts

Légers
Compacts
Efficaces
Faciles à utiliser

Points faibles

Réglage à contrôler régulièrement

Contexte

Très heureux de mes Petzl Vasaak en toutes saisons, je me suis demandé si je ne pouvais pas gagner quelques grammes en hiver sur les crampons. Le tout acier pour faire juste de la neige est un peu exagéré. Les crampons alu (si vous êtes quelqu'un de raisonnable et ne faites que de la neige) ou hybride alu-acier (si il y a un peu de mixte, de glace, ou que comme moi, vous sortez surtout quand il y a un risque de taper la roche sous la neige) sont tout à fait indiqués si vous ne passez pas tout votre temps en mixte.

Depuis cette année Blue Ice propose les Harfangs. Une gamme de crampons à la construction légère avec matériaux au choix : Alu, acier ou hybride. Le prix correct (126e/fév 2022) moins la réduc CAF chez le Vieux fini de me décider.

Aujourd'hui ils ont une bonne saison dans les dents, soit une dizaine de couloirs remontés, une belle arête en mixte (c'était pas prévu mais 2022 était sec comme les cors de ma grand mère) et le double de sorties portés pour rien dans le sac.


Caractéristiques

  • 419g annoncé / pesé à 444g + 25g de pochette = 469g
  • 10 pointes : 4 à l'avant en aciers, 2 au milieu de alu, 4 alu derrière
  • Jonction par sangle UHMWPE et HTPE (du Dyneema en fait)
  • Réglage micrométrique à l'arrière
  • Antibot fournis
  • Pochette de transport
  • Réglage du 35 au 47
  • Automatique ou semi-automatique (non fourni)

La concurrence se compose des Petzl Irvis Hybride et du Dynafit Mezzalama. Tous 10 pointes hybride, le Petzl est plus lourd, le Dynafit est moins lourd et plus cher.


Prise en main

Il est important de connaître son matériel avant de sortir avec. Le système étant nouveau pour moi, je m'arme de la vidéo tuto proposée par la marque pour comprendre le réglage et comment les enfiler. 

Rapide résumé : il faut régler la sangle dyneema pour que le talon soit 15mm plus court que la chaussure (et non plus long comme sur les photos de cet article d'alpinemag, narrant la perte un crampon lors d'une course. Normal...) puis régler la boucle micrométrique de manière à ce qu'il y ai déjà une bonne tension avant de fermer le clapet arrière. Ce dernier doit claquer quand on le ferme. Pour finir, on passe la sangle autours de la cheville. Celle-ci se crochète dans la boucle de serrage et on tire pour serrer.

J'apprécie particulièrement ce dernier point. Plus besoin de faire passer toute la sangle dans la boucle comme le Vasak. 


Sur le terrain

Faire les manips chez soi assis à la table de la cuisine est aisé. La même chose par -10°, dans un couloir plein de poudre avec des gants est une expérience différente. Et pourtant.

Je suis bluffé de la facilité de manipulation de ces crampons. On pose l'avant du crampon on sol, on passe sa chaussure dans le Fil à l'avant  et -parce que l'ensemble est souple- on déroule le crampon d'une main en le tenant par le clapet arrière et on l'accroche d'un geste. La sangle de sécurité est aussi ultra rapide à mettre puisqu'il ne faut pas la faire glisser dans la boucle.

Après seulement 2-3 manips, j'ai mis moins de temps à les passer aux pieds que mes Vasaks, handicapés dans les manips par le poids et la rigidité.


Une fois aux pieds, rien à redire. En neige RAS. Ça ne botte pas, ça ne glisse pas. En mixte je me suis senti plus agile qu'avec les 12 pointes. Ils sont plus légers et moins encombrants, ça joue. Enfin, j'ai pu les poser sur la glace dans le ressaut d'un couloir. Seules les pointes avant on servit. Rien à redire non plus, ça tient, on se sent en confiance. 

Le crampon ne bouge pas le temps d'une sortie. On m'a conseillé de vérifier la tension de la sangle régulièrement, ce que j'ai fait la veille de chaque sorties. J'ai du les resserrer très légèrement 2 fois sur l'hiver. A surveiller donc, mais rien de laborieux.


Dans les choses que j'ai noté, la boucle de la petite sangle gèle par grand froid. C'était déjà le cas avec Vasak dont le système semble plus "solide", j'ai donc plus de réticence à y aller en force sur le Harfang mais avec des petits gestes et un peu de patience on fini toujours par débloquer le système.

La forme de rangement demande aussi 2-3 essais de pratique mais on fini par y arriver, même avec les gants. En pratique je le "referme" rapidement en sortie et je le refait bien à la maison après séchage (en l'entourant tout bien avec la sangle, toussa toussa). Au passage, la compacité du bazar est folle. 


Loin de les avoir rincés en une saison, je ne serais pas en mesure de parler réellement de durabilité. Tout ce que je constate c'est que les pointes sont en bon état. Le passage improvisé en mixte a fait sauter un peu de peinture. Comme les Vasak il faut les sécher rapidement si l'on veut éviter la rouille mais pas d'usure prématurée même de l'alu. La sangle dyneema, elle, n'a quasiment pas touché le rocher et je ne vois aucun signe d'abrasion dessus. 


Pistes d'amélioration

  • Le poids annoncé. 25g de différence + 25g de pochette, c'est 12% de plus que le poids annoncé... Pas ouf comme tolérance de mesure...
  • Le Dyneema c'est blanc et ça se salit facilement... (ok, je sais qu'on peut rien y faire)
  • Comme pour Petzl, donner le réglage en cm pour les chaussures de ski serait un plus.
  • Une version française de la vidéo de tuto. Après tout c'est une marque française !
  • Et pour finir, j'aurais été intéressé par une recommandation de réglage pour la partie centrale. Je n'ai pas trouvé.


Conclusion

Sortir avec le Harfang demandera un peu plus d'attention qu'un crampon classique. Que ce soit à la maison (réglage, séchage) ou sur le terrain (déploiement, attache, rangement), si vous êtes du genre calme et posé, tout se passera bien. Si vous avez le sang chaud, que vous vous énervez facilement et qu'utiliser vos doigts c'est pas votre truc, passez votre chemin.

De mon côté je suis convaincu. Ils ont pris leur place dans mon sac en hiver. Leur légèreté et compacité sont incroyable. Je les trouve facile à utiliser et je n'ai rien à redire sur l'accroche. Un sans faute ? Je vois la durabilité et j'vous dis quoi.

Pour qui ?

Tous pratiquants de ski de rando avec de la pente

Commentaires

Aucun commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire