Test Salomon S/max 130 carbon 2019

1 test Salomon S/max 130 carbon.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Mathouf74

Une chaussure incroyable pour le freeride

Avis sélectionné
Profil du testeur : 25 ans | 1,82m | 700kg | Expert
Acheté : 380€ en magasin
Conditions du test : Météo nuageuse à beau temps, neige changeante de printemps partiellement décaillée

Voilà déjà 5 saisons avec que je ponçe des Ghost 130 et, depuis une saison et demi dans un programme freerando/haute montagne, des Quest 130, de la marque annécienne Salomon - pour anticiper mon profil et ma pratique vous pouvez consulter mes tests de ces deux modèles !


Explication du besoin du programme recherché

A l'issue du Derby de Balme 2019 - un très bon cru, je reviendra- j'ai constaté avec peine que mes chaussons tiraient sérieusement la tronche et que les pivots des coques avaient tendance à se dévisser régulièrement, au point d'avoir perdu l'un des pivots pendant la compétition. C'est fou l'état intellectuel dans lequel on peut se mettre car je ne m'en suis pas du tout aperçu.

Devant ce constat cinglant, je ne me voyais pas finir la saison uniquement avec mes Quest 130, efficaces et très confortables en randonnée mais manquant sérieusement de rigidité sur l'arrière du collier - la faute au mode marche, de réactivité et globalement pas assez précises pour ce que je souhaite faire à la descente.

Autre constat, il devient aujourd'hui difficile chez n'importe quel constructeur de trouver des chaussures désignées pour le freeride SANS MODE MARCHE. Je fais en effet partie de la ligue des mode-marcho-scpetiques, une communauté d'abrutis persuadés que le mode marche sur une chaussure déglingue obligatoirement son flex, en particulier le flex de l'arrière de la chaussure - vraiment impactant car en freeride la balance des appuis avant/arrière est hyper importante.

Au terme d'une tournée dans les magasins réputés pour leur bootfiting sur Grenoble (Ekkosport, Au Vieux Touriste, Espace Montagne Grenoble, Barthelemy, Adrenaline), c'est E.M. qui emporte l'appel d'offre avec une promo énorme sur les seules S/Max 130 Carbon qui leur restait. Je précises que d'autres chaussures, peu-etre plus typées Freeride, avaient retenu mon attention : les Cochise Mach 1 130 LV - Technica, les Recon 130 - K2, et les Krypton 130 - Dalbello. Thermoformage illimité inclus et semelle SIDAS offerte car c’était mon anniversaire, merci !

Pas de mode marche, et en plus bien légère, ça me va, c'est parti pour un thermoformage de la coque et du chausson (deux fois consécutives pour ce dernier, j'avais encore un point dur au cou de pied après le premier thermoformage).


First Look comme y disent

  • Merde. Les semelles ne sont pas interchangeables, donc gaffe à l'usure sur les approches. Pas moyen non plus de "convertir" ces pompes en Low Tek pour les utliser avec des Shift ou équivalent.. à priori.. On va y réflechir.

Le constructeur a fait en sorte de ne mettre que très peu de coutures pour assembler ces chaussons, de manière à éviter toute sensation/douleur parasite. C'est mes paluches qui vont être ravies. J'apprécie aussi la finesse de la mousse, toujours signe de précision.

Le fit est digne d'une chaussure de course ou au moins d'une chaussure typée "très très perf". Cela signifie qu'un jour de froid elle est compliquée à enfiler. C'est normal pour une chaussure de cette gamme mais je tiens à signaler que pour rien au monde je ne sacrifierais de la performance pour pouvoir enfiler mes chaussures plus confortablement.

La largeur de meta inque un 98mm. Mes pieds sont plutôt entre 98.5-99mm avec un cou de pied très fin mais le bootfitting ayant été fait très sérieusement, je n'ai aucune gène. Mon pied remplit tout l'espace dont il a besoin, sans plus, sans douleur. 


Essai / neige

Menu du jour : Salomon Q-115 188 accompagnées de Guardian 16 montées au trait classique. Servies avec leurs peaux de phoques.

Premiers constat après les premiers runs effectués directement en freeride : je n'ai jamais eu une telle confiance, une telle précision dans la transmission des appuis, un tel BONHEUR aux pieds. C'est simple: c'est encore plus précis qu'une Ghost équipée d'un Strap, aussi réactif et en même temps plus "confortable" en un sens. On sent que le pied est entouré de peu de matière (utilisation de carbone au lieu de l'habituel plastique dense) mais que ce qui là est d'une efficacité absolue. C'est sincèrement grisant.


Plus tard dans la journée - passage à la #Freerando
(et réflexion de stratégie commerciale)

En bas des premiers runs n'ayant nécessité qu'un accès à pied sur une crête, notre équipe se dirige vers un objectif plus loin du domaine, nécessitant de brancher les peaux pour environ 40 minutes sur un parcours peu technique mais avec quelques dévers sur neige dure.

Eh bien, l’absence du mode marche oblige simplement à caler les crochets judicieusement (pas trop serré, pas trop desséré) et c'est parti. Et ça marche très bien comme ça, pas d’inconfort sur cette courte approche. Je me mets alors à réfléchir (je déteste, ça me fout la migraine à chaque fois)... les 3.4kg de cette présente paire sont plus légers que plusieurs modèles freerando chez la concurrence.. 3.4kg c'est d'ailleurs le poids équivalent à quelques dizaines de grammes que mes Salomon QST 130 que je haïs tant sur piste ! 

C'est quand même un comble, on a chez le même constructeur une chaussure vendue pour la piste/course qui est aussi légère que la chaussure de vendue qu'il vend pour le freeride, tout en étant évidemment plus réactive, plus rigide, plus progressive également !


A noter au passage

  • Le strap (serrage à boucle, sans scratch) peut venir s'enrouler sur l'arrière du chausson plutot que sur l'arrière de la coque, de manière à donner plus de progressivité au flex. Vue la rigidité du bestiau je préfère le mode progressif, surtout en utilisation freeride (balance avant/arrière vous vous rappelez?)
  • La partie avant haute de la coque est constituée de plastique plus souple. J'imagine que cela a pour but de faire venir épouser la coque au chausson sur une plus grande surface. Dans la pratique cela ne change rien au serrage du crochet haut et je ne rends pas cette technologie responsable d'une sensation particulière (bonne ou mauvaise).
  • La semelle SIDAS est équipée d'une zone en silicone (façon Nike TN t'as vu tu sais) sous le talon. Très bon point pour amortir les chocs car la S/Max, carbone et proximité ski/pied obligent, est assez radine en matière amortisseuse comparée à la Ghost. 

En Conclusion

Quel objet incroyable la célèbre marque à créé cette fois-ci. La fine équipe annécienne a construit d'abord une chaussure très personnalisable grâce à son thermoformage coque/chausson sans couture, grâce à son strap " 2 modes" et enfin grâce ses vis arrières modulables permettant de de rendre le flex arrière plus souple. La qualité de transmission n'a pas franchement d'équivalent si on la met seule face a tous les modèles freeride de la concurrence, alors que cette chaussure répond TRES BIEN A CE PROGRAMME, je tiens à le préciser.

Un mot sur le prix. 650€ c'est 150€ de plus qu'à peu pres toutes ses concurrentes réelles; sans une méchante offre je n'aurais jamais choisi ce modèle particulier. Malgré tout ce modèle semble avoir trouvé ses pieds dans le marché car la plupart des shops qui les proposaient avaient écoulé leur (petit?)stock avant le mois de mars.

Pour ma pratique, il ne lui manque que deux chose pour etre une tueuse de chaussures FR : des inserts Low Tek moulés dans la masse (que je compte bien installer à terme, c'est physiquement possible) et un grip de semelle type Vibram (difficile de s'en procurer mais je vais travailler là-dessus cet été). Le résultat paraîtrait aberrant pour une partie du public mais pour les gros freerideurs/derbyistes qui jurent uniquement par la Ghost (on les voit encore aujourd'hui aux pieds des meilleurs skieurs hors-piste de la planète alors qu'elles ne sont plus vendues depuis 2 saisons), cette chaussure serrait la digne héritière.


Pour qui ?

Pour le skieur expert et le "racer" souhaitant une chaussure plus confortable qu'une chaussure de course très étroite, tout en gardant un très haut niveau de perf. Pour le freerideur lassé du manque de perf sur ses chaussures dû au mode marche et souhaitant une chaussure hyper reactive.
9/10
Facilité de chaussage
Confort
Serrage/Manipulations
Précision
Style/Look
Finition du produit
Solidité/Durabilité
Rapport qualité/prix

Points forts

Performance sans compromis
Légèreté / agilité
Pas de mode marche

Points faibles

Changement de pad/semelle impossible

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire