Météo du jeudi : Quel enneigement pour le début des vacances ?
2000*1045px

Météo du jeudi : Quel enneigement pour le début des vacances ?

Tour d'horizon, et c'est loin d'être parfait partout
Texte Thomas Blanchard
Photos vignette : villard de lans
Tour d'horizon, et c'est loin d'être parfait partout
Texte Thomas Blanchard
Photos vignette : villard de lans

A la veille du début des vacances, la neige est là sur nos reliefs. Oui, mais pas partout. La situation est même délicate par endroits. Cet article est donc l'occasion, pour nous, de vous proposer un tour d'horizon massif par massif et de vous permettre de savoir si vous avez fait le bon choix et ce qui vous attend une fois en station.

La Météo du Jeudi

Tous les jeudis, nous vous exposons la situation météo et les conditions d'enneigement des différents massifs pour que vous puissiez organiser au mieux vos sorties du weekend. Nous faisons de même tous les lundis pour les chanceux qui peuvent profiter hors weekends.

Ces articles précisent et complètent les prévisions automatiques, station par station, massif par massif, de notre Météo Skipass bien connue.

Pourquoi ce type de conditions ?

Avant de vous proposer un état des lieux détaillé sur le lieu de vos vacances, il nous apparaît important de vous expliquer d'où l'on vient et pour quelles raisons. En clair, de vous faire comprendre quelles conditions météorologiques ont marqué les deux tiers de l'hiver (en météorologie, l'hiver se termine le premier mars) et leurs conséquences sur l'enneigement. 

Un hiver particulièrement doux :

Difficile d'y échapper, il fait très doux depuis le début de la saison hivernale. Au 1er février, MétéoFrance classait d'ailleurs cet hiver deuxième au rang des hivers les plus chauds derrière celui de 2015-2016. Prenons plusieurs cartes et graphiques pour illustrer cette situation :

La première carte témoigne de l'écart à la moyenne de la température sur la période "Décembre-Janvier" en France. Cette anomalie dépasse fréquemment les +1 degré voire les +2 degrés par endroits. La deuxième carte, de droite, nous montre clairement que nous ne sommes pas les seuls à subir cette douceur. Il s'agit là-aussi de l'anomalie de températures par rapport à la moyenne (seulement pour le mois de janvier) à l'échelle de l'Europe cette fois. Le résultat est le même : le rouge domine largement. 

La raison de cette douceur se joue principalement à une échelle météorologique. Le placement des centres d'actions, que sont anticyclones et dépressions, permettent cela. En effet, nous sommes constamment soumis depuis le mois de décembre à un vortex polaire (les dépressions, et masses d'air froid qui circulent autour des pôles) très concentré. Il peine à s'abaisser en latitude et donc nous envoyer plus souvent sa masse d'air, plus fraîche, associée. Le courant dominant, sur l'Europe Occidentale, depuis des semaines est un courant d'Ouest nous apportant de la douceur en provenance de l'océan voire des Tropiques. 
C'est d'ailleurs dans ce contexte que de très nombreux records de chaleurs mensuels ont été battus il y a quelques jours alors que nous sommes seulement au début du mois ! C'est également dans ce contexte que la limite pluie-neige s'est élevée à plus de 2600 mètres par endroits le weekend dernier. 
Enfin, le changement climatique (et donc la hausse globale du mercure à l'échelle du globe) accentue encore plus ces épisodes de douceur. 

En montagne :

C'est, là-aussi, un hiver record par endroits. Le froid n'arrive pas à s'installer depuis le début de la saison. Les températures sont très fréquemment supérieures aux moyennes de saison avec cette impression d'être tantôt en automne et par moments au printemps mais jamais vraiment au coeur de l'hiver. Cette impression est tout à fait véridique puisque à en croire les graphiques présentées ci-dessous :
- il n'avait jamais fait aussi doux à Chamonix (74) depuis le début des relevés (graphique de gauche).

- la température n'a jamais plongé sous les -15 degrés à Bessans (73) à 1730 mètres depuis le 1er novembre ... fait inédit depuis l'ouverture de la station là-aussi.

Fort heureusement pour certaines stations, cette douceur n'est pas forcément liée à un temps très sec depuis novembre. Au contraire, des perturbations ont très fréquemment circulé en novembre/décembre puis depuis la fin du mois de janvier. Vous ferez le lien aisément à l'aide de ce que l'on évoqué depuis le début d'article : la différence d'enneigement est donc particulièrement marquée en fonction de l'altitude. 

La neige est rarement tombée en basse-montagne (sous 1200 mètres), tombe relativement fréquemment plus haut (1200/1800 mètres) mais subit parfois des phases de fonte durables remarquables au cœur de l'hiver, comme c'était le cas le weekend dernier. En clair, la sous-couche ne s'est constituée nulle-part en-dessous de 1100/1500 mètres en fonction des secteurs et des versants. 

Etat des lieux par massifs :

Alpes du Nord :

Il n'y a pas de secrets ; globalement plus on monte en altitude, plus le manteau neigeux est correct voire tout à fait convenable pour la saison à partir de 1800/2200 mètres en fonction des secteurs ... en pentes Nord. En pentes Sud, l'enneigement demeure un peu faible pour la période même vers 1700/1900 mètres (fonte plus rapide dès que le soleil sort avec la douceur).

Autre distinction à faire, certains massifs sont traditionnellement plus abrités durant les phases de redoux (Mont-Blanc, Beaufortain, Haute-Tarentaise, Haute-Maurienne ... ) à l'inverse d'autres massifs qui prennent les redoux de plein fouet (Vercors, Chartreuse et Bauges notamment). C'est essentiellement sur ces derniers massifs pré-cités que les conditions d'enneigement sont délicates. Même si le haut des domaines profitent parfois de bonnes quantités, les liaisons vers les fronts de neige étaient parfois impossibles ces derniers jours. 

La couche de neige tombée mardi a redonné une belle ambiance ... mais suffira t'elle à sauver le début des vacances sur les coins qui souffrent du manque de neige ? Pour quelques jours peut-être mais cela va être difficile de tenir sur la durée si de nouvelles chutes de neige conséquentes en basse-montagne ne se mettent pas en place. 

Plus globalement, sous 1500 mètres, la saison avait plutôt bien démarré en décembre puisque nous étions autour des moyennes en terme d'enneigement. Depuis, les redoux font mal (malgré quelques chutes de neige) avec un manteau neigeux qui peine à s’accroître franchement. Les graphiques ci-dessous témoignent de cette situation sur deux sites au climat un peu différent (le premier au cœur des Préalpes, et l'autre en massif beaucoup plus interne). 

Terminons sur une bonne note : sur l'immense majorité des domaines skiables des Alpes du Nord les vacances vont très bien démarrer et il y a de la marge en terme d'enneigement. C'est sur que si vous avez choisi une station avec un front de neige à 970 mètres et un sommet de pistes à 1700 mètres ... ça risque d'être un peu plus compliqué. 

Alpes du Sud :

C'est un peu le même type de situation que pour le voisin du Nord que l'on rencontre sur ce massif. Les stations d'altitude (avec un front de neige au-delà de 1500/1800 mètres) ou celles très abritées au cœur des Hautes-Alpes notamment profite d'un enneigement correct sur la majeure partie de leur domaine skiable mais parfois déficitaire sur le bas des domaines (notamment sous 1400/1600 mètres). 

Ailleurs, la situation est très délicate sur les stations de basse-altitude les moins bien exposées. La photo de droite, issue d'une capture de webcam, représente bien cette ambiance déjà plus printanière qu'hivernale sur les pentes de la station de Laye (05) dans le Champsaur. 

L'illustration de gauche, représentant l'enneigement en Mercantour, montre elle que, sur ce massif, la limite d'enneigement est fortement remontée en pentes Sud (1900 mètres !) en raison de l'absence de chutes de neige depuis plusieurs semaines et d'une douceur hors-saison durable.

Pyrénées :

... c'est pas la joie.  Si c'est bien ce massif, du moins l'Est de la chaîne, qui a connu le plus gros épisode neigeux de l'hiver : la situation est très loin d'être idyllique en prenant un peu de recul sur l'ensemble du massif. 
Pas plus tard que lundi, la station du Mourtis communiquait sur son impossibilité d'ouvrir le domaine ces prochains jours. Si la saison avait très bien débuté avec d'abondantes chutes de neige en novembre, les semaines et mois suivants ont bien donné quelques chutes de neige mais cela n'a pas suffi à compenser la fonte apportée par les périodes de redoux ou là-aussi les épisodes pluvieux parfois jusqu'à haute-altitude. Tandis que les domaines des Pyrénées-Orientales et d'Andorre ont bien profité  de cet épisode historique de fin-janvier pour proposer du ski sur la plupart des domaines skiables, les limites d'enneigement (naturel) sont souvent remontées très haut partout ailleurs. Elles se situent parfois vers 1500/1700 mètres en pentes Nord et 1800/2000 mètres en pentes Sud. 
Il faut alors saluer le travail des services des pistes et de damage qui permettent la pratique des sports d'hiver parfois sur de simples bandes de neige.

Vosges, Jura, Massif-Central :

Evidemment, l'altitude n'aide pas. Ces massifs ne dépassant pas les 1700/1800 mètres voire 1424 mètres pour les Vosges. Fort logiquement, la neige est donc moins fréquemment tombée que plus haut en altitude sous les passages perturbés ( il a même bien plus souvent plu que neigé) et les redoux font encore plus de mal à ces altitudes relativement basses.

La situation n'est donc pas bonne avec un enneigement clairement déficitaire à toutes altitudes. Certaines stations ne peuvent ouvrir la totalité de leur domaine par manque de neige. Le Jura, plus froid, s'en sort le mieux mais la couche n'est tout de même pas très épaisse.

Quelle évolution ?

Soyons clairs : le froid durable ou des offensives neigeuses à basse-altitude ne sont absolument pas envisagées ces jours prochains.

La raison ? Elle est toujours la même. Comme nous l'évoquions lundi, un profond et rapide courant d'Ouest très durable va se mettre en place à partir de dimanche. La carte ci-dessous, modélisant les vents en altitude en début de semaine prochaine, est claire : la masse d'air va rester d'origine océanique et donc majoritairement douce. Plusieurs conséquences en termes d'enneigement donc :

- les températures, souvent douces, vont largement limiter les possibilités de production de neige de culture. 
- elles vont également entraîner une fonte, au moins partielle, du manteau neigeux en basse-montagne en raison des passages nuageux (mauvais rayonnement nocturne et donc moins bon regel) voire de la pluie. 

- les épaisseurs de neige pourraient grossir, mais plutôt en moyenne et haute-montagne. 

Bref, l'écart entre les stations d'altitude et celles de basse-montagne devraient continuer de se creuser. Et nous ne sommes pas franchement optimistes quant au devenir de la couche de neige sur ces dernières d'ici le milieu de semaine prochaine (même si on n'est jamais à l'abri du bonne surprise) ... nous serons alors mi-février à deux semaines du printemps météorologique et l'hiver ne se sera alors jamais vraiment installé sous 1300/1500 mètres.

Le temps attendu :

Tout va dépendre de l'abaissement de la zone dite "barocline", pour parler plus clairement : du courant perturbé. En effet, l'anticyclone ne sera pas si loin vers l'Espagne et le Portugal. Il pourra alors protéger fréquemment certains massifs, en particulier les Pyrénées qui seront sous la douceur et le soleil (et donc des conditions d'enneigement qui vont continuer de se dégrader ...) mais également les Alpes du Sud. 
A partir de dimanche soir ou lundi, les perturbations devraient en revanche gagner à nouveau les Vosges, le Jura, les Alpes du Nord et le Nord du Massif-Central. Le temps sera alors souvent maussade, très fréquemment nuageux avec des précipitations attendues (mais de la neige au-dessus de 1800/2200 mètres ... seulement, dans un premier temps). Elle pourrait gagner des altitudes un peu plus raisonnables mardi/mercredi mais c'est encore loin pour l'affirmer clairement. 

Plus concrètement, la meilleure journée sera celle de vendredi (demain donc) où le soleil dominera aisément sur l'ensemble des massifs avec une neige encore très agréable là où elle est tombée en début de semaine. Samedi ne devrait pas être trop mal puisque ce sont simplement quelques passages nuageux élevés épars qui sont majoritairement attendus. 

On vous donne rendez-vous dès lundi pour un nouveau point sur la situation et l'évolution, en espérant donc vous annoncer une limite pluie-neige progressivement en baisse. Bon ski !

6 commentaires

le roy
Statut : Expert
inscrit le 29/03/00
Stations : 1 avisMatos : 5 avis
Pfff... merci pour l'état des lieux relativement complet... mais ça fait vraiment pas rêver :(
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 03/01/16
Stations : 6 avis
On est en famine dans les Pyrénées Ouest , Jean -Michel travaille trop peu cet hiver !
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Dams DEERE

inscrit le 01/04/18
Merci pour ces points neige très bien documentés! Le modèle s’affole pour le 14,15,16 ???? Plus de 2m en Maurienne?
BarellRider

inscrit le 11/12/18
J'ai peur que ce soit sous le coup d'une tempête, d'ouest qui plus est donc température relativement douces pour la basse montagne
0
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.