Test Atomic Bent Chetler 2012

84 tests Atomic Bent Chetler.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,8/10

Une Banane pour la Chantilly !

Atomic Bent Chetler
Avis sélectionné
Profil du testeur : 32 ans | 1,87m | 85kg | Avancé | Lyon
Taille testée : 192
Acheté : 545€ en ligne
Conditions du test : Sortie poudreuse (>15cm) uniquement. Par beau temps, sous la neige, variable,... Sur des pentes freeride accessible depuis stations avec profils variés: couloirs, pentes large et dégagée, du raidillon, du sapin.

Points forts

La montagne devient votre terrain de jeux.
On peut skier des neiges sans fond !

Points faibles

Un manque de rigidité en talon (? mais en même temps ce manque ne fait-t-il pas parti de son programme FSBC?)
Un manque de "securité" sur des pentes dures et raides.

Profil du testeur (vous pouvez passer cette partie mais ça peut aider à comprendre mes points de comparaison au long du test):

Skieur assidu par le passé, le travail et la famille m’oblige à me « contenter » d’une quinzaine de sorties par an. Cela veut dire que je privilégie mes sorties lorsqu’il y a beaucoup de poudreuse, dans les sapins lorsqu’il pose encore des pizzas, sans oublier une ou deux sorties au printemps lorsqu’il fait doux. Je skie principalement en station mais privilégie l’aspect backcountry/freeride dès que je peux.

Mes paires de skis sont :

- Dynastar Big Trouble 186cm (les tout premiers) – paire dite de « tous les jours » et cailloux vu l’âge !

- Des Salomon Suspect (me souviens plus la taille) de l’époque où je faisais encore des journées 100% park

- Viennent se greffer cette année des Armada Zero 96 TI en 184cm, mais pas encore skier assez pour utiliser comme point de comparaison


Alors oui le titre pourrait laissé penser qu'on est sur le forum de "Cerise et Potiron" et que je laisse mon avis sur la dernière Chiquita bio...non c'est bien de ski qu'on va parler ! 


Déco :

Commençons pas le plus important, la déco ! A l’époque où je les ai achetés c’est ce qui m’a fait pencher pour ces skis. Une déco qui « pop », qui ne passe pas inaperçue. Outre le top-sheet, la semelle est aussi très colorée. Bref c’est une déco clivante : soit on adore / soit on déteste. Et puis ca rend bien sur les photos quand tes lattes claque sur le fond blanc du "face-shot" (virage carte postale pour les fans BA ;) ).


Skis :

Les fiches techniques sont plus précises que moi mais pour résumé on est sur du 120+ au patin, twintip avec double rocker. On reste quand même sur du cambre normal ce qui est pas plus mal pour la piste (voir plus bas).

Son programme annoncé est le Freestyle BC.

Lorsqu’on déballe le carton, les yeux humides de l’émotion bien sûr, on se dit « mais comment je vais tourner ça ». 

Montés avec des Marker Griffon 13 sur le marque « Factory recommended » (le prix payé comprend les fixs)

Attention aussi: on parle bien de la mouture 2011/2012 puisque je crois qu'Atomic à fait évoluer le ski sur les saisons suivantes !


Au pied :

Les premiers virages poudre avec un tel ski sont choquants, surtout si vous n’avez jamais ridé de « fat » auparavant. Le ski déjauge instantanément et on se retrouve à flotter, glisser, pivoter sur la neige même si y’a pas de fond ! C’est jouissif et on ne peut s’empêcher de tirer des grandes courbes avec. Le changement de carres est facile malgré la largeur au patin…l’effet double rocker qui réduit fortement la zone contact avec la neige…d’où le titre de mon test ! On se retrouve plus sur un style de ski « en rebond », les sensations venant surtout lorsque l’on pousse le ski sous la neige dans un virage, avant que son énorme rocker ne le fasse émerger telle une baleine à bosse dans le St. Laurent ! (encore une fois avis perso, d’autres préféreront peut être envoyé des tout-droit pour les sensations !)

Les premières descentes feront surement aussi apparaitre les premières chutes si l’on skie à « l’ancienne » en poudreuse (c.a.d. légèrement en arrière). En effet le gros rocker arrière, le twintip et la faible rigidité du talon font qu’on n’a moins de maintien si l’on se penche trop, ça peut rapidement partir en zipette ! Il faut le skier droit, comme si l’on était sur une piste. 

Néanmoins je pense que ce ski sublime la technique ski de poudre du skieur; un skieur moyen en poudre se retrouverait bien plus à l'aise avec ses skis. Des débutants complets auraient par contre du mal à juger le point de conduite avant/arrière je pense. 

C’est un ski pour journée à grosse conditions (>20cm pour exploiter son potentiel) et où l’on est confiant qu’on aura de quoi tracer jusqu’à la fin de la journée. Un ski pour « jouer » avec les reliefs de la montagne, sauter ici et là. 


Il atteint ses limites lorsque l’on s’engage vraiment sur du ski Big Mountain où les conditions peuvent être un peu moins uniformes principalement dû à une accroche moyenne sur neige très dure.

Moins sécurisant lorsque la neige n’est pas uniforme ou changeante c.a.d. journée poudre mais où tu rencontres parfois certains couloirs ou bout de pentes béton à cause du vent/coulées. Dans ces conditions le ski et sa souplesse n’apporte pas entière sécurité surtout quand tu skies vite et que tu souhaites « casser » rapidement ta vitesse ; l’accroche sera moyenne et le ski aura tendance à « brouter » sur la carre au lieu de mordre correctement (j’ai pas vraiment trouver de meilleur mot pour décrire le phénomène, j’espère que vous comprendrez ce dont je veux parler !).

Même remarque sur des pentes dures et raide, le ski n’est vraiment pas plaisant à skier surtout dû à la largeur au patin je pense ; il accroche mais ce n’est pas le ski que je prendrais si y’a 100m de falaise en contrebas !!


En trafollé il fait le travail grâce aux rockers mais encore une fois je pense qu’un skie plus rigide serait plus agréable. Si je sais que c’est une journée où je vais faire 2 runs de poudre et le reste de la trafollé, je pense que je prendrai une autre paire quitte à perdre en portance dans la poudre mais pour gagner en efficacité sur la trafollé ; par efficacité je veux dire avoir moins mal aux cuisses ;) 

En Sapins/Forêt là encore la largeur au patin sait se faire oublier. Les changements de direction sont rapides/précis. Attention je me répètes mais si on se retrouve en sapins/forêt avec de la neige changeante (c.a.d. des passages dur, etc...) là le plaisir est un peu atténué...


Stabilité en l’air : je trouve le ski très stable en l’air et malgré son gabarit et on peut quand même tournicoter sans trop de mal. La largeur du ski fait que j’ai dû adapter mon approche des saut avec rotations type 360/540 pour arriver un peu plus jambes écartées et ne pas risquer d’entrechoquer ses lattes et se payer un bon gros désaxage-pied-tête ! Je n’ai pas le niveau d’envoyer des doubles ou des rotations au-delà du 720 mais j’aurai tendance à dire que leur poids/encombrement peut devenir un frein sur ce type de performances.

On se rend compte rapidement aussi qu’il ne faut pas avoir peur de replaquer « droit » (en poudreuse je parle). Là ou sur des skis plus fins on aura tendance à se mettre en arrière pour éviter un tomohawk, avec le Bentchettler il faut poser comme si on est en park. La largeur du ski fait qu’on s’enfonce beaucoup moins à l’impact (au début ca peut d’ailleurs être surprenant puisque l’impact freine moins et on garde beaucoup de vitesse en sortie de saut/drop/etc… !). Le gros rocker arrière a aussi l’effet inverse que si on réceptionne trop en arrière, on part rapidement en mode « le-gars-qui-glisse-sur-une-banane-dans-un-dessin-animé» (vous commencer à comprendre mon obsession pour le fruit jaune hein!)

Réception en switch : là je pense que c’est plus une limite dû au bonhomme ! Je ne pense pas être assez à l’aise pour rider en pow en switch sur de très longues distances. J’aime bien réceptionner en switch sur de petits sauts en poudre mais généralement ça se finit la tête dans la neige, alors que le ski avait bien fait le boulot de garder ma carcasse en surface grâce au gros rocker arrière ! Par contre le gros shape « banane » permet de se faire plaisir avec des nose-butter 360 même si y’a 20 / 30 cm de fraiche sans risquer de planter ! 


Sur piste : c’est clairement pas son programme bien que j’ai été surpris de la (relative) facilité de les tourner ; probablement dû aux énormes rocker qui réduisent la surface en contact avec la neige - Banana-on-Ice! Si la piste est travaillée, la neige bonne, ça passe tout seul. Par contre si on est sur du bleu/glace de mi-Janvier alors là on oublie : la conduite est désagréable dans les jambes, l’accroche n’est pas forcément bonne/sécurisante, on ski plus pour rejoindre/survivre jusqu'au télésiège que pour la performance piquets rouges/bleus !


Conclusion :

Aucun regret sur cet achat (8 saisons maintenant !! enfin 6 vu que deux ont sauté à cause d’une épaule en vrac…sur ces skis d’ailleurs !) mais si je devais refaire un choix aujourd’hui je pense que je prendrais un ski avec plus de rigidité en talon ou moins de rocker (vu que je n’exploite pas assez l’aspect switch en poudre) afin de plus sécuriser certaines réceptions de sauts/barres (enfin soyons honnête pour me laisser une plus grande marge d'erreur !!)

Ce n’est clairement pas un ski que je recommanderais pour paire unique, son programme est trop restreint, même si il excelle dans celui-ci (BackCountry, Powder Skiing) ! Par contre si tu veux une paire pour te mettre le smile les jours de grosse poudre, que tu aimes jouer /sauter avec le relief alors là fonce, ou du moins essaye au moins une fois ! 


Pour qui ?

Pour ceux qui ont plusieurs paires de ski dans leur carquois. Pour ceux qui aime sauter, utiliser le relief pour s'exprimer. Si vous préférez des lignes de freeride pures/engagées, je passerai mon chemin.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire