Test Marker Tour F12 EPF 2017

13 tests Marker Tour F12 EPF.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 7,7/10
skattom1969

Chamonix Zermatt possible!!

Avis sélectionné
Profil du testeur : 27 ans | 1,81m | 75kg | Avancé | Narbonne
Acheté : 140€ en ligne
Conditions du test : Tout type de conditions

Points forts

Polyvalence
Descente comme une alpine
Durabilité
Fluidité du mécanisme même par grand froid

Points faibles

Poids
Sa polyvalence peut en faire un défaut pour les puristes

Fixations utilisées sur deux saisons et montées sur des Line Sir Francis Bacon 2016


Changées et montées à la dernière minute dans un entrepôt secret à Sallanches. De là, naît une expérience qui va se dérouler sur deux saisons complètes. Une à Grand massif, l'autre à Serre Chevalier; toutes deux proposant des terrains de jeux différents.


Cette Marker F12 Tour EPF 2017 fait partie de ces fixations "hybrides", à la fois débrayage pour pouvoir monter avec des peaux et composée d'un combo butée/talonnière semblable à une alpine. Synonyme de "fixations à plaque", elles existent par un compromis montée/descente. En gros c'est censé être une alpine montée sur un rail. Normalement non prévue pour faire de gros dénivelés positifs (sauf si la condition physique est au rendez-vous). Elle doit également rester facile d'utilisation et pratique.

Le EPF (Extended Power Frame) concerne les points d'ancrage de la fixation qui se veulent élargis pour diminuer le risque d'arrachement (par bras de levier/torsion du ski) de la fixation, par forte sollicitation sur skis larges.

Le DIN (valeur de déclenchement à partir de la laquelle une force permet le déchaussement) est compris entre 4 et 12.

Cette fixation accepte les semelles alpines (norme ISO 5355) et randos (norme ISO 9523) en réglant la hauteur de la plaque de friction.


Première impression:

La fixation est plutôt bien finie, l'esthétique et la qualité ne marque pas de différences au premier regard par rapport à ces grandes soeurs, la Baron et la Duke. Les matières employées sont, certes, différentes mais le prix est aussi plus accessible. Le DIN est inférieur par rapport à ces dernières mais reste dans un fourchette très correcte (qui serre à plus de 12 déjà ?). On rappellera que la fixation n'est pas en papier carton et est censée faire son travail de sécuritéLe poids est présent; en même temps, nous sommes sur une fixation à plaque, pas étonnant. Un mécanisme permet, par simple traction, de faire coulisser l'ensemble de la fixation; de ce fait on passe donc de la position marche à descente et vice-versa. Rien de compliqué.


Le test sera exprimé en Alpin et en Rando plutôt que piste/hors-piste/freeride/freestyle/tricot


Alpin:

La fixation sur piste fait son travail. D'accord les puristes mettront des arguments en avant comme la "hauteur" de la fixation, ce qui va changer le comportement et la transmission des forces en courbe. Et ils auront raison. Mais pour 90% des skieurs et skieuses, c'est une alpine. La fixation est une freeski, on passe de la piste à la poudre au park dans la même journée. L'"élasticité" (c'est à dire la marge tolérée que la fixation est capable d'emmagasiner avant de déchausser) est importante mais m'a permis de déchausser quand il le fallait. Sur la seconde saison, je commençais à déchausser plus fréquemment mais je suspecte l'usure de mes anciennes chaussures (Salomon MTN S-Lab) quand même. J'ai donc augmenté la valeur de déclenchement (DIN) mais le risque de blessure augmente proportionnellement aussi. En park, ce n'est pas l'interêt mais pour y passer de temps en temps, pas de problème. En Backcountry, elle fera son travail tout aussi bien.


Rando:

La fixation est fonctionnelle, les changements de position de jours comme de nuits, à moins -2°C en station comme à -15°C le matin en sortant d'une cabane pour continuer l'itinéraire Chamonix-Zermatt, elle ne m'a jamais fait défaut en deux saisons. Pas une pièce cassée; et pourtant elles en ont vu. Des sorties supérieures à 1500m de D+, rail et loquet gelés à plus de 3000m sur un glacier. Pour ça, merci Marker. Elle m'a donnée la Banane. Des couteaux de la gamme Royal Family sont disponibles également. J'en avais une paire que j'ai utilisé en Suisse. La compatibilité est top et là aussi, le montage, une fois saisi, est un jeu d'enfant.


Conclusion:

Oui c'est un compromis qui n'a d'excellence ni dans l'un, ni dans l'autre. Oui elle fait son poids. Oui elle est haute. Mais je l'aime par sa polyvalence, sa solidité même après 100 jours de ski avec; et parce que j'ai saute avec, j'ai carvé avec, j'ai tiré dans la poudreuse avec. Elle m'a supporté tout ce temps ;)

Pour qui ?

Skieur qui souhaite avoir un compromis montée/descente et même du bon dénivelé si la condition physique est présente.
9/10
Facilité de chaussage
Facilité de réglage/compréhension du système
Style/Look
Finitions
Durabilité/solidité
Rapport qualité/prix
Changement de mode montée/descente

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire