Test autres/pas de marque Alpine Trekker

1 test autres/pas de marque Alpine Trekker.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Cl3m
Par Cl3m

Bien plus q'une p*t**n de légende

Avis sélectionné
Profil du testeur : 32 ans | 1,78m | 75kg | Confirmé / expert | Gap
Conditions du test : Tout, de l'été en ski sur herbe jusqu'à tout en hiver pendant plusieurs saison.

Points forts

C'est pratique et pas trop cher.

Points faibles

Tout.

On peut pas faire un test conventionnel pour un produit qui sort de l'ordinaire.

Si Dieu ne vous a jamais fait un petit bisou sur le front et mis une petite tape sur les fesse avant de vous envoyer balader en rando à ski alors c'est que vous n'avais surement jamais chaussé d'alpine trekker.

Là on était dans un autre monde, on avait le matos bien lourd d'alpin, les 18 serrées à fond (et encore un quart de tour en plus pour être sûr), les skis de 195 bien raide et des pompes d'alpin, probablement des Lange pro 130 coque étroite avec 0° d'inclinaison. Là dessus on ajoutait nos alpines trekker. Deux chars d’assaut pesant une demie enclume chacun qui venait nous percher 10cm encore au dessus de nos fix. Et c'était parti pour l'aventure.

c'est un test... OK. Mais déjà faut que je vous décrive l'engin, c'était un sacré bordel probablement sorti de l'esprit dément d'un ingénieur de l'URSS fan de ski et de tapette souri qui s'est fait virer après la catastrophe de Tchernobyl.

En gros c'était une fixation à plaque réglable en longueur qui venait se fixer comme une chaussure dans la fix d'alpin et dessus vous aviez une claquette avec un réglage sur le principe des crampons d'alpi du 20ème siècle et sur laquelle la chaussure venait se clipper comme pour des crampons auto justement.

Le dispositif était donc lourd, avec un énorme bras de levier, trop souple en torsion pour être en confiance dans les dévers ... en gros c'était du sport. Du vrai. Un truc de guerrier, un truc pour tous les Maximus Decimus Meridius, général des légions du grand empereur romain.

A la descente ça servait à rien, t'avais juste l'impression de skier avec un pack de bière dans le sac à dos... et ça, ça te galvanise. Avec ton matos de freeride pour envoyer comme un sanglier, mais tes cuisses déjà rôties jusqu'à l'os tu fais pas le fier, mais tu veux pas avoir trimballé l'équivalent d'un super tranker pour rien. Alors tu te chauffes à sauter et grace à tes trekkers qui te font une bosse en plein milieu de la colonne tu trouves de suite toute la motivation du monde à jamais plaquer sur le dos. (C'était ça le secret de Hugo Harrisson vous pensez?).

Autre point non négligeable, on pouvait très facilement s'en servir comme décapsuleur.

Aujourd'hui je skie en LT ... et parfois je regrette cette époque ou j'avais l’âme vaillante.

L'alpine trekker c'est ce qu'il te faut absolument quand t'as rien. T'es pas équipé, t'as pas de thune, t'as qu'une paire de pompe, tes palins sont montés en alpin alors c'est de ces put**n de char d'assaut dont ta besoin. Si t'as les organes pour alors elles feront le job.

Pour qui ?

Les jeunes ou les économes. En tout cas ceux qui ne peuvent pas faire autrement.
10/10

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire