Test Beal Gully 2017

3 tests Beal Gully.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 9,3/10
Prorider74

Légèreté, compacité, praticité

Avis sélectionné
Profil du testeur : 26 ans | 1,81m | 70kg | Expert | Grenoble
Acheté : 220€ en magasin
Conditions du test : Rappel verticaux, assurage main courante, sécurité d'un autre skieur

Points forts

Légèreté, compacité, fluidité

Points faibles

Diamètre fin

Même si je suis adepte du « si ça passe à pied, ça passe à ski », il reste des moments où c’est un petit peu trop limite, voire pas du tout possible (voir même ça ne passe pas à pied). Dans ces cas une corde dans le sac devient nécessaire, et si vous commencez à envisager des itinéraires de plus grande ampleur, totalement obligatoire!

A partir de là nous pouvons commencer à établir quelques spécifications requises pour la pratique en ski. La corde se doit d’être une vraie corde dynamique, pour un possible assurage à la montée. Il faut également de la longueur pour parer à toutes les éventualités. 50m est un minimum pour les grand itinéraire, préférer 60 si vous comptez skier dans le massif du mont blanc. Et bien entendu vu qu’on parle de ski, et donc de corde dans le sac, il faut qu’elle soit légère. La résistance est dans ce cas mis un peu en retrait, la corde servant principalement en rappel la recherche d’une corde résistante dans la durée au course d’arête ou aux multiples chutes n’est pas dans les priorités.

Fort de tous ces arguments, le choix s’est donc porté sur la Gully de Beal. Corde à double et jumelable en poupée de 50 ou 60m, elle possède un diamètre extrêmement fin de 7.3mm ce qui porte le poids à un ridicule 36g au mètre, soit à peine 1,8kg la poupée de 50m (soit moins que 30m de corde de randonnée Simond). La compacité est par conséquent importante et permet de faire rentrer facilement 50m dans l’ABS de 25L avec le reste du matos ou les 100m dans un HeliPro DLX.

Bien entendu qui dit extrême d’un côté (poids, diamètre) dit forte contraintes de l’autre. La première d’entre elle est la nécessité d’utiliser des descendeurs spéciaux (type microjul) qui sont les seuls à avoir un pouvoir freinant sur des cordes de si petit diamètre. Les quelques sorties réalisés avec des collègues équipé de reverso4 classique montrent la nécessité absolue d’un machard pour réguler la vitesse de descente, sous peine de finir bien mal en point à l’arrivée. Qui dit finesse et légèreté dit aussi fragilité. Les différents tests parmi les alpinistes soulignent le caractère relativement fragile de la corde, mais sans excès.

Pour finir on notera la couleur orange bien flashy d’une des deux bobines (vert également flashy pour l’autre) permettant de bien la distinguer à distance. Cela ne peut pas faire de mal.

En conclusion : une corde parfaitement adapté à la pratique du ski, extrêmement légère et compacte on n’hésite pas à partir avec une poupée dans le sac pour parer à toutes les éventualités. Il ne faut cependant pas négliger le caractère extrême de la finesse de cette corde, notamment par rapport aux matériels d’assurage que l’on va utiliser.

PS : sur les photos, la corde noir est une Jocker 9.1mm de 80m, déjà réputée comme une corde difficile à assurer en simple brin en escalade.

Pour qui ?

Le skieur/randonneur cherchant une corde de rappel polyvalente, extrêmement légère mais sachant appréhender les limite inhérentes à un tel produit.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire