Test Scarpa Maestrale RS 2 2018

4 tests Scarpa Maestrale RS 2.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 6,8/10

Chaussure alpine de rando

Avis sélectionné
Profil du testeur : 28 ans | 1,75m | 72kg | Expert | Marseille
Conditions du test : Froid polaire, Printemps, Poudre, Carreau, Croûte, Moquette, etc
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés de Skipass permettant à nos lecteurs de recevoir du matériel pour un test longue durée. Inscrivez-vous !
Test Privé : chaussures de ski Scarpa

Points forts

Précision, poids, débattement

Points faibles

très étroit

Pour info, je fais parti des heureux élus qui ont été choisi par skipass pour les tests privés.

Contexte du test:

J’ai toujours eu des sets pour la rando pas du tout adaptés (Scratch BC + marker Tour + Tecnica Dragon, ensuite Coreupt Banger + marker Tour + Tecnica Cochise). En bref un précurseur de la freerando, j’en chie pour monter et ensuite j’ai 4 virages sympas… Le temps ayant fait son œuvre, je me suis dit que quand même je devrais avoir du matos plus adapté. J’avais en tète de passer a du 100% low tech et avais déjà franchi le pas avec des movement Buzz + les cochise avec inserts. Déjà ces mieux et donc le besoin d’une vraie chaussure de rando se faisait sentir. Les tests privés sont donc arrivés à point nommé !

Je reçois donc les chaussures en décembre, nickel pour les faire à mon pied en janvier avant de partir en Colombie Britannique en février.

A première vue, la chaussure est très légère en comparaison de la Cochise. La semelle Vibram a Lair top aussi.

Une fois enfilée, je suis embête. La chaussure me serre vraiment le pied. Bon, je me dis que le chausson va se faire. Apres 2 jours de ski en station, ça me serre toujours autant au point que je retire les chaussures le midi. Merde ! Je vais finalement faire écarter la coque et thermoformer le chausson, et là ça va. Je peux enfin profiter de la gaudasse. Ça reste très près du pied mais il y a de la place pour les orteils alors que le talon est bien maintenu. Au fil de la saison, en discutant avec d’autres proprios, ils ont tous eu besoin aussi de faire écarter la coque !

J’ai exclusivement utilisé les chaussures avec des Throwdown 110 montés en Diamir Vipec

LE Test :

Concrètement j’ai utilisé les chaussures une 40aine de fois cette saison soit beaucoup plus que les Cochise. Au programme il y a eu de la station, de la rando à ski et un peu de portage.

Station :

Je trouve la chaussure très proche d’une chaussure alpine. Au niveau de la précision, c’est identique. Le maintien en skiant est très bon. On peut noter une différence par rapport au flex. Les maestrale sont rigides comme il faut par contre, à la différence des Cochise, le flex n’est pas aussi progressif. On appuie bien sur la languette, c’est bien dur d’un coup alors que sur les Cochise ce « point dur » arrive progressivement.

Perso je sentais une vraie différence entre les 2 si je passais d’une chaussure à l’autre sur 2 jours consécutifs. A chaque fois que je remettais la Cochise après la Maestrale, je me faisais la réflexion de comment le chausson de la Cochise est plus confortable. Dans l’autre sens je me faisais moins la réflexion.

J’ai pu freestyler et sauter quelques barres et les chaussures sont toujours bien.

Les réglages sont bien vus et permettent de vraiment bien trouver le serrage optimum. J’ai particulièrement aimé la bande crantée au niveau du coup de pied.

Rando :

Alors clairement, c’est une autre planète par rapport à la Cochise. La Maestrale est bien plus légère d’une part et surtout, le débattement plus important donne la sensation de marcher normalement. Je prends enfin du plaisir à la montée ! J'ai fait de 200m de D+ avec à 1000m de D+ et il est sûr que l'on peut faire plus avec sans problème.

Dans le descriptif de la chaussure, il est dit qu’il y aurait un système de guide pour le chaussage, j’ai trouve toujours aussi galère de chausser surtout avec de la neige un peu partout.

Pour la partie rando, il y a selon moi quelques points qui pourraient être améliorés.

• Le strap pourrait avoir en plus une boucle de serrage, cela éviterait d’avoir à retirer les gants pour pouvoir serrer le strap. J’ai bien vu qu’il y est écrit finger strap mais je n’y arrive pas, désole !

• Le levier de passage marche/ski. Bien qu’étant super fiable (sans passage non voulu d’un mode a l’autre), ce système de levier n’est pas du tout pratique dans des conditions de poudre et de grand froid. En effet, de la glace vient se forme dans l’encoche de fixation du levier et donc il devient ensuite impossible ou très complique de repasser en mode ski.

Portage :

La marche est très naturelle grâce à la semelle Vibram arrondie. De plus, la chaussure accroche bien dans les rochers.

Conclusion :

Probablement que je n’aurai pas acheté cette chaussure si j’avais pu la chausser en magasin vu le travail qui a été nécessaire sur la coque et le chausson pour que finalement elle me convienne. Clairement la chaussure est faite pour des gens avec les pieds fins (< 100mm).

Une fois à l’aise dedans, c’est une très bonne surprise. Au final je les ai utilisées bien plus que mes chaussures d’Alpin ce qui est plutôt un signe. Les bonnes qualités alpines de la chaussure font qu’elle peut s’utiliser comme paire unique pour quelqu’un faisant quelque chose comme 40% rando 60% station. Dans mon cas ou j’ai principalement voyage cette saison, je suis pleinement satisfait de la chaussure en paire unique même si une paire d’Alpine reste toujours appréciable.

Pour qui ?

Freerando qui a besoin de quelque chose de rigide à la descente

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire