Test DJI MavicPro

4 tests DJI MavicPro.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 9,5/10
pioul

Le drone avec le meilleur rapport qualité prix

Avis sélectionné
Profil du testeur : 38 ans | 1,80m | 75kg | Avancé | Heyrieux
Acheté : 1200€ en magasin
Conditions du test : Beau temps de manière générale, air chaud comme plus froid, jusqu'à plus de 3000 m d'altitude et parfois avec un vent assez marqué.

Points forts

Compact
De nombreux modes de prise de vue
Un prix en baisse

Points faibles

Mode "follow me" perfectible

Contexte :

Je suis de près l’évolution des drones depuis déjà quelques années et leur utilisation pour réaliser des vidéos de sports d’action.

J’étais hyper enthousiaste à l’annonce de l’Hexo+, pour ceux qui connaissent, et j'avais précommandé le Airdog, un modèle équivalent qui avait l’avantage d’avoir des bras repliables. Face aux délais à rallonge j'ai finalement acheté un DJI Phantom 4, un super drone, mais trop encombrant pour l’utiliser facilement skis aux pieds. Je l'ai finalement revendu et remplacé par un DJI Mavic Pro à sa sortie !

Pour l’heure, le Mavic me semble le meilleur compromis pour réaliser des images de ski. Il est compact, léger, relativement rapide, résistant au vent dans la limite du raisonnable et doté de tout un tas de fonctionnalités et de modes de prise de vue.

Le matériel :

J’ai fait l’impasse dans un 1er temps sur le pack Fly More Combo, qui comprend 2 batteries supplémentaires et une sacoche de rangement, pour des raisons économiques, mais la réalité du terrain m’a finalement poussée à faire l’acquisition d’une 2ème batterie et de la fameuse sacoche.

Le Mavic Pro en lui-même est un drone à l’encombrement minimum une fois les bras repliés, à penne le volume d’une bouteille d’eau de 1 litre à titre de comparaison. Il se glisse donc facilement dans un sac à dos et ne se fera pas sentir plus que ça avec moins de 800 grammes sur la balance. Ce détaille a son importance quand on sait qu’il est obligatoire de déclarer son drone et de suivre une formation spécifique au-delà de ce poids. (Cette formation, qui se fait en ligne, reste intéressante malgré tout).

Ce drone se pilote à l’aide d’une télécommande, composée d’un pad avec 2 joysticks et qu’il faut relier à un smartphone via un adaptateur USB (compatible iphone, mico USB et USB-c). Cette configuration permet d’avoir un retour vidéo en directe de ce que vous êtes en train de filmer. Il est à noter que le drone peut également être piloté uniquement avec un smartphone, mais la précision et le répondant des commandes sont moindres et la distance d’évolution du drone se voit fortement réduite.

Le test :

Je vais commencer par ce qui pour moi revêtait le plus d'intérêt au moment où je me suis décidé à acheter cet équipement. La possibilité de me filmer seul, avec un système de suivi automatique, le fameux mode "follow me" !

Il faut savoir que ce mode repose entièrement sur de la reconnaissance visuelle, contrairement à d'autres solutions qui elles s'appuient sur des trackers GPS. Chacune de ces solutions ayant ses avantages et ses inconvénients.

Je fondais beaucoup d’espoir sur ce mode de prise de vue, malheureusement cette technologie n’est pas parfaite et on touche vite les limites du système lorsque l’on ski. Les premiers tests que j'ai effectués en trail (course à pieds) étaient très prometteurs, mais en ski, la vitesse plus rapide et la perte de dénivelé plus importantes posent rapidement problème. Le drone me suis, mais en restant à son altitude de départ, sans perdre de dénivelé donc, ce qui a pour conséquence de me voir rapetissé à l'écran, jusqu'à ce que je ne représente plus qu'un petit point au loin et que le système de reconnaissance visuelle me perde et que le suivi s'interrompt. Ce mode est donc plutôt adapté à des séquences courtes ou plus longues mais supervisées par une personne, ce qui perd de son intérêt.

Il est à noter tout de même que je n’ai pas refait de test récent avec cette fonctionnalité et qu’étant donné que des mises à jour régulières du logiciel sont proposées, il est possible qu’elle ait été améliorée dernièrement. Je vous dirais ça dans les commentaires lors du retour de la neige.

Pour le reste ce drone fait bien le boulot. Il est prêt à l’emploi en quelques secondes et la qualité d’image est excellente. Le rendu est vraiment sympa avec des angles de vue qui apporte un véritable plus, même si maintenant les vues aériennes se sont bien démocratisées et que l’originalité n’est plus vraiment là.

Si l’on veut rentrer un peu plus dans la technique, la caméra de ce drone permet de filmer en 4K jusqu’à 30 images/seconde et autorise des séquences ralenties avec un mode de prise de vue en Full HD 1080p à 96 images/seconde. Pour ma part, je film en 2K, ce qui est bien suffisant pour mon usage (diffusion sur les réseaux sociaux) et qui utilise moins de mémoire pour le stockage. De toute manière je réalise la plupart de mes montages vidéo sur mon smartphone, qui ne supporte pas les fichiers au format 4K.

Côté photos, on est sur un capteur 12 mégapixel qui enregistrer des clichés au format jpeg ou raw.

Pour l’autonomie, le constructeur annonce 27 minutes de vol, ce qui se vérifie un peu près à l’usage, même si en réalité on se limite plutôt à 20 minutes pour être sûr de pouvoir ramener le drone à bon port. Une 2ème batterie est donc quasiment indispensable.

En termes de performance le Mavic pro peut atteindre les 65 km/h en mode sport, mais dans cette configuration de nombreuses options de prise de vue ne sont pas disponible. Toutefois, même en mode classique, le drone se montre véloce et ultra réactif. C’est très rassurant au niveau du pilotage, mais ça peut être problématique si l’on veut obtenir des vidéos fluides, sans changement de direction trop brusque. Heureusement, les réglages de base sont facilement modifiables et tout est paramétrable pour peu qu’on fouille un peu dans les menus. Pour vous aider il existe de nombreux tutoriaux sur internet et sur Youtube en particulier.

Parmi les petits plus qui font de ce drone un appareil vraiment qualitatif, on peut citer la présence d’une fonction de détection automatique d’obstacle et vu le prix du machin c’est très appréciable. Sur cette version, la détection ce fait à l’aide de 2 petites caméras additionnelles, qui sont pointées vers l’avant de l’appareil. L’ensemble fait plutôt bien le boulot et vous aidera probablement à préserver l’intégrité de votre appareil, mais il faut bien garder en tête que ce système ne détectera pas des obstacles très fin comme des câbles ou autres branches fines et enfin, que cette détection n’est pas valable lors des travelings (déplacements latérals) et des marches arrières. A vous donc de bien appréhendez le relief et les obstacles environnants. (Petit conseil, prenez le temps de le faire avant même le décollage, car une fois absorbé par votre cadrage et le rendu que vous souhaitez obtenir, vous aurez tendance à omettre ce qui ce passe sur les côtés et derrière votre drone.)

Malgré cette sécurité, il m’est arrivé de crasher mon drone à 2 reprises, de quoi vous faire un retour également concernant sa solidité ! Concernant les crashs en eux même, mon drone a heurté un talus de neige à bonne vitesse lors du premier et il s’est abîmé dans des branches avant de retomber au sol lors du deuxième. Pour autant les dégâts ont été minimes à chaque fois et seules les hélices ont réellement été cassées. Heureusement, des hélices de rechange sont fournies de base et leur remplacement est extrêmement aisé. Lors de la 2ème chute deux des bras se sont repliés alors que les hélices tournait encore, ce qui a généré une légère entaille dans l’un deux, sans gravité pour autant.

Pour autant j’ai probablement eu beaucoup de chance et le mieux est très certainement de tout faire pour ne pas le crasher.

J’ai passé sur beaucoup de choses, des fonctionnalités très apréciables comme le « retour to home », les différents modes d’assistance à la prise de vue, les possibilités de réglage en vidéo comme en photos, mais il y a trop à dire et certains l’ont déjà fait bien mieux que je ne pourrais le faire. DJI est une marque reconnue et il existe de nombreux utilisateur de Mavic. Vous ne manquerez donc pas de trouver des tests détaillés et des forums pour répondre à toutes vos intérogations.

J’ai surtout essayé de m’attacher ici à vous faire part de mon retour d’expérience, et je reste à votre disposition dans les commentaires si vous voulez échanger

Conclusion :

En résumé, pour un usage avec pilotage ce drone est top et vous donnera des images d’action et de paysage magnifiques. Par contre le mode « follow me » est encore trop limité. La reconnaissance visuelle mériterait d’être couplée avec un traqueur GPS à mon humble avis.

Malgré la sortie de la 2ème génération de ce drone, les Mavic 2 pro et Mavic 2 zoom commercialisés depuis peu, je recommande toujours chaudement ce modèle.

En effet, si les petits nouveaux ont pour eux une qualité d’image supérieure, une détection des obstacles multidirectionnelle, une vitesse de pointe plus importante ou encore une autonomie en légère augmentation, le Mavic pro 1ère génération à l’avantage d’être plus léger, dispose d’une qualité d’image plus que satisfaisante et bénéficie d’un prix qui a été revu à la baisse.

Il représente ni plus ni moins à mes yeux que le drone avec le meilleur rapport qualité prix disponible actuellement.

A titre d’exemple voilà quelques vidéos que j’ai pu faire avec l’aide de mon Mavic pro :

https://www.facebook.com/LaCoopFreeride/videos/1346096392075706/

https://www.facebook.com/LaCoopFreeride/videos/1719476918070983/

Voici quelques photos :

https://www.instagram.com/p/BcKJNbMnEym/?taken-by=damien_freeskier

https://www.instagram.com/p/BeBDPuSHwIu/?taken-by=damien_freeskier

Et une qui n’a pas grand-chose à voir avec le ski, mais je l’utilise également beaucoup pour mes souvenirs de vacances :

https://www.instagram.com/p/BmVx9KiF2fA/

Pour qui ?

Pour les amateurs qui aiment faire de belles images
9/10

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire