FWT : Marion triple championne du monde
2000*1045px

FWT : Marion triple championne du monde

Voici le récap de cette quatrième étape du Freeride World Tour, en Autriche à Fieberbrunn
Texte Loïc Giaccone
Photos FWT, J. Bernard, D. Daher
Voici le récap de cette quatrième étape du Freeride World Tour, en Autriche à Fieberbrunn
Texte Loïc Giaccone
Photos FWT, J. Bernard, D. Daher

Ce dimanche 8 mars a eu lieu la quatrième étape du Freeride World Tour en Autriche, à Fieberbrunn. C'était l'étape du "cut", à l'issue de laquelle seuls les riders qualifiés pourront continuer l'aventure non seulement à Verbier pour la finale, mais aussi lors du Tour de l'hiver prochain (les classements sont à retrouver en fin d'article)

Il s'est passé pas mal de choses, les snowboardeurs ont notamment couru deux fois pour rattraper leur retard dû au report de leur compétition en Andorre. Le highlight de la journée est la victoire de Marion Haerty en snowboard, qui lui permet de remporter "d'office", grâce à ses trois victoires cette saison, le titre de championne du monde de freeride. Et ce, pour la troisième fois ! 

Voici le récap de cette belle étape. 

Le replay complet

Pour ceux qui veulent tout voir, dans l'ordre : 18min snowboardeurs, 55min skieurs, 2h40 skieuses, 3h32 snowboardeuses, 4h07 snowboardeurs #2 (Andorre reprogrammée)

La face

La compétition avait lieu sur cette bonne vieille "Wildseeloder", avec deux départs, l'un à gauche du sommet, l'autre à droite (ce qui "fermait" le triangle haut de la face). Un peu avant la guerre :

Ajoutez des photos (2020px)

Les snowboardeurs, #1

Les snowboardeurs ont ouvert le bal pour leur premier run de la journée. Car toute la catégorie allait effectuer un second run après le passage des autres, afin de rattraper l'étape annulée d'Andorre.

Le local de l'étape Gigi Rüf a mis d'entrée la barre haute avec deux 360 et une belle double barre. Il ne sera dépassé que par l'américain Nils Mindnich, auteur d'un beau run très rapide avec un 360, un gros saut, un 180 et une grosse partie de la face en switch. L'américain et triple champion du monde Sammy Luebke complète le podium. 


Côté skieurs

On a vu du beau spectacle sur cette étape. Léo Slemett a attaqué avec un backflip de transfert dans le haut de la face, impressionnant mais manquant un poil de rotation : son crash a aussi été impressionnant. Ça aurait pu passer et ça aurait été beau. Il a l'air de s'en sortir indemne, mais avec un "no score"

Markus Eder, Wild Card du jour, est parti de l'autre côté de la face et a fait halluciner tout le monde : gros backflip sur le haut, 360 en sortie de couloir, et il envoie une sorte de lincoln sur un des sauts du milieu/bas de la face, qui malheureusement ne passe pas. Pareil, c'était parti pour scorer haut. 

Le premier "gros" run à scorer est celui du néozélandais Hank Bilous, qui se permet même le luxe de faire un bout de switch après un 180. Il prend la tête du classement. On notera le beau transfert de Tao Kreibich, mais aussi la "petite forme" de Kristofer Turdell. Puis le vainqueur de l'Andorre, l'américain Isaac Freeland, montera le niveau d'un cran et ravira le "hot seat" à Hank. Son "360 to gros saut" en haut de face est impressionnant.

Les riders s'enchainent et personne ne semble en mesure de détrôner ces deux-là. Jusqu'au néozélandais Craig Murray. Partant du départ de droite (en vue spectateurs), il enchaine un beau 360 de transfert to gros saut de la "barre Hausl" (du nom du rider autrichien), avant de filer pleine balle sur la congère à tricks de service. Sauf qu'il ne la prend pas comme les autres, mais dans un axe bien plus orienté vers la pente, en flatspin 360, et derrière il se contente de lever les jambes à mach 12 pour passer au-dessus des barres qui ne semblent pas le gêner. Après un littéral survol des "features" du bas de la face, ça paye : 96,67 points, il prend la première place. Ce trio formera le podium final côté skieurs. 


"Hécatombe" chez les skieuses

Le titre est peut-être un peu exagéré, mais c'est la sensation que laissait le début de la compétition, avec les trois crashs successifs de Jessica Hotter, Hedvig Wessel et Elisabeth Gerritzen. On y ajoutera le crash (effrayant mais sans gravité) d'Evelina Nilsson après un backflip en bas de face, et les deux "roule-boule" malencontreux de Juliette Willmann et Nadine Wallner dans la transition de milieu de face à droite, devenue assez chaotique avec les nombreux passages. Aucune de ces skieuses ne démérite : tous les runs étaient gros ou s'annonçaient gros. 

Au final, c'est l'italienne Arianna Tricomi qui en profite pour remonter sur le podium (avec un des 360 auxquels elle nous a habitués) et ravir le dossard doré de leader à Hedvig Wessel. Elle est suivie par la "vétérante" Jackie Paaso, solide sur la "barre Hausl", puis de Jacqueline Pollard


Marion Haerty, reine des neiges

C'est par ce titre qu'une dépêche AFP présentait la snowboardeuse à la veille de la compétition (très bonne interview que nous vous conseillons ; nous en publierons également une sur skipass.com très prochainement). Elle confirmera ce statut à Fieberbrunn, après une troisième place à Ordino Arcalis. Nous l'avons contactée pour lui demander de nous raconter ces deux étapes :

« Cette troisième place en Andorre m'a un peu secouée, j'ai eu une petite claque on va dire. Ce qui était très bien, parce que je pensais un peu trop "résultat" ce jour-là plutôt que de penser "ride", et je ne me suis pas trop amusée, je me suis mis la pression. Je n'ai pas su me mettre dans ma bulle avant la course, j'étais fatiguée d'un crash de la veille, donc pas la grande forme...
Après ça, je suis rentrée à la maison, je suis allée rider une journée au soleil, dans de la bonne neige, je me suis fait plaisir. Là je me suis dit que si ça ne marchait pas en Autriche ce n'était pas très grave, parce que je pourrai toujours continuer à faire du snowboard et m'éclater, ça m'a permis de relativiser. 
Résultat, je suis arrivée à Fieberbrunn hyper sereine. En plus c'est une étape que j'aime beaucoup, dans la face il y a du raide, il y a du mini-golf, on peut mixer différents types de ride, je me suis dit que ça pouvait bien marcher. J'ai vraiment essayé de rider avec de la fluidité, d'aller vite, de sauter plusieurs barres, d'aller un peu plus gros d'étape en étape. Et ça a marché !
Et là je vais pouvoir me lâcher à Verbier, ça c'est une super bonne nouvelle. Pour l'année prochaine c'est loin, on verra d'ici là (rires) ! »

Et voilà, avec le run gagnant ci-dessous, Marion signe trois victoires cette saison et comme l'année dernière, elle est couronnée "d'office" championne du monde de freeride avant même la finale à Verbier. Un grand bravo à elle pour ce troisième titre, amplement mérité. Un extrait de son entretien pour l'AFP

"Pour Marion, trouver sa place au milieu des garçons n'a pas toujours été facile. Les moqueries des copains quand on tente des figures et qu'on tombe, être celle qui dit non face à une pente quand tous les mecs veulent y aller, elle a connu. Et aujourd'hui encore, «c'est très dur d'acquérir la reconnaissance des siens au niveau masculin».
«Parce qu'on ne va pas faire les mêmes choses qu'eux, qu'on n'a pas toujours le même niveau, on ne va pas forcément avoir des félicitations, malgré tout le travail qu'on engage et même si on prend les mêmes risques qu'eux», souligne la snowboardeuse."


Les snowboardeurs, volume #2

Après leur premier run, les snowboardeurs sont retournés au sommet pour une seconde compétition, correspondant à celle qui aurait du avoir lieu en Andorre. 

Et décidément, c'était la journée de Nils Mindnich, qui signe sa deuxième victoire de la journée avec deux gros 360. Le suédois Cody Bramwell prend la seconde place en enchaine une belle ligne avec un 360, puis le transfert par-dessus le couloir du bas de la face (spécialité de Mickael Bimboes). L'américain Blake Hamm complète le podium. 

Ce n'était malheureusement pas la journée de Victor de Le Rue, qui avait prévu un premier gros run (trois 360), mais qui après une réception un peu limite se crashe en bas de face. Sur son deuxième run, il perd le contrôle dans le couloir de gauche (vue spectateurs). Cela lui coûte le lead, il est deuxième du classement général derrière Nils Mindnich. Tout va se jouer à Verbier.


Poursuivront l'aventure...

Nous perdons quelques frenchies dans les qualifiés pour Verbier (et pour le Tour de l'hiver prochain)... En effet Léo, Wadeck et Juliette ne passent pas le "cut". On croise les doigts pour des Wild Card !


Ajoutez des photos (2020px)

1 commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.