Test DPS Wailer 112RP 2012

5 tests DPS Wailer 112RP.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
DPS Wailer 112RP
l_mouse

Léger, maniable, amusant, mais que dans la poudre !

Profil du testeur : 35 ans | 1,79m | 77kg | Avancé
Taille testée : 178
Conditions du test : Durée : 10 jours (skis perso) | Météo : beau, nuageux, neige | Neige : dure, molle, trafole, poudreuse
J'ai pris les DPS Wailer 112RP 178 cm en version pure (carbone) et je les ai utilisés l'hiver passé.
J'ai choisi cette longueur et cette construction pour me simplifier la vie en rando. Avec des fixations Plum Guide, l'ensemble est incroyablement léger et la longueur ne dérange pas pour les conversions. L'énorme rocker aide à faire la trace dans la profonde par contre la largeur au patin n'est pas idéale en dévers sur neige dure. C'est inconfortable et je suis bien content de retrouver de la neige un peu plus douce. En général, c'est un ski qui n'aime pas la neige dure, glacée, soufflée. Oui, ce sont rarement des conditions agréables, mais le construction carbone rend le ski très "vivant" et réactif et n'absorbe pas du tout le terrain. Ca vibre beaucoup et je me suis demandé si j'avais fait le bon choix. C'est en allant dans la poudreuse que je me suis réconcilié avec ce ski. Tout devient tellement simple dès qu'il y a de la poudre. Il tourne facilement à toutes les vitesses sans forcer . Virages courts, virages longs, c'est hyper maniable. Pas besoin de réfléchir, en restant bien centré voire un peu en languette, ca va tout seul. J'ai pu tracer en toute confiance et je me suis rarement dit que j'aurais dû prendre plus long. Après je ne skie pas comme une brute avec ces skis (j'ai une autre paire pour envoyer plus fort) et je ne saute pas très haut/loin. Pour le freestyle, aucune idée, je n'ai jamais rien fait qui ressemble vaguement à une figure. Idem pour le switch, pas testé.
Pour finir un petit mot pour dire que ça passe sur piste pour autant que la neige ne soit pas trop dure sinon il faut un peu se battre pour tenir ses skis. Dès que c'est gelé, je ralentis à fond et je passe comme je peux. Le rocker tape beaucoup dès qu'on accélère un peu. Par contre, il est possible de tailler quelques courbes, mais 112 mm au patin ça fatigue.

Un ski à recommander en deuxième paire pour la poudreuse. C'est vrai qu'il y a des skis beaucoup moins chers et plus polyvalents, mais que c'est tellement bon dans la grosse pow !

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire
.