Test Commencal Clash 2020

3 tests Commencal Clash.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 7,7/10
@BOULOU

Fun et accessible au quotidien

Commencal Clash
Avis sélectionné
Profil du testeur : 36 ans | 1,70m | 78kg | Avancé | Puteaux
Taille testée : 182
Acheté : 349€
Conditions du test : j’ai pu tester ce ski durant 12 jours par beau temps, températures positives, grand froid et jour blanc. Au niveau des conditions de neige, j’ai skié en poudreuse (30cm), neige de printemps et trafolle, sur piste damée, bosselée, verglaçée et en hors-piste.
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés de Skipass permettant à nos lecteurs de recevoir du matériel pour un test longue durée. Inscrivez-vous !
Test Privé : skis Commencal

Points forts

Prise en main
Maniabilité
Efficacité
Fun
Prix
Esthétique

Points faibles

Accroche et comportement sur piste dure et /ou verglacée

Cet hiver j’ai eu la chance d’être sélectionné pour tester le modèle 2020 du Commencal Clash, de la célèbre marque andorrane très connue dans le vélo. C’est le premier ski 100% Commencal, après quelques années de partenariat.

Selon la marque, l’esprit de ces skis est semblable au vélo : « l’excellence par la géométrie ». La promesse est de permettre aux skieurs intermédiaires et confirmés de s’amuser en toutes conditions.

Est-ce simplement une annonce marketing ou un coup de maître pour l’année 1 du Clash ?

Je vais vous donner ma vision dans ce test.

Conditions de test :

Malgré cette saison raccourcie, j’ai pu tester ce ski durant 12 jours par beau temps, températures positives, grand froid et jour blanc. Au niveau des conditions de neige, j’ai skié en poudreuse (30cm), neige de printemps et trafolle, sur piste damée, bosselée, verglaçée et en hors-piste.

Quelques détails sur les skis pour commencer :

J’ai reçu rapidement les skis suite à l’annonce des heureux élus, merci à Commencal et notamment Nico Brizin pour le suivi et la disponibilité. En bonus, les skis étaient livrés avec des fixations Tyrolia Attack 13.

De prime abord, au déballage, je me suis dit qu’ils ressemblaient aux Ripstick 106 en terme de shape et de côtes. On verra plus tard, si la comparaison va plus loin en terme de comportement.

Les tailles disponibles pour ce Clash sont 170,176,182,188 cm, avec un shape progressif. Les largeurs de patin respectives sont 99mm, 104mm, 106mm, 108mm.

J’ai testé le modèle 182 cm pour lequel le patin est de 106 mm et le rayon de 20 mètres.

Mes côtes spatules-patin-talon : 139-106-125.

Le poids de la paire nue se situe à 3,6 kilos. Soit à peu près le même poids qu’un Ripstick 106.

Le ski possède un cambre classique et un double rocker assez imposant surtout en spatule.

Sur les champs du ski, au niveau du patin, on peut lire l’inscription : « Where did bike park season go ? », comme pour rappeler l’ADN de Commencal.

Deux couleurs sont disponibles à l’achat sur le site Commencal, Light grey et Nardo grey. En clair, gris très clair ou gris foncé. Mes skis de couleur Light grey, sont vraiment réussis esthétiquement. La déco sobre et soignée ne laisse pas indifférent sur les pistes, surtout avec le logo massif Commencal sur les spatules. Les autres skieurs semblent se demander d’où sortent ces skis avec des stickers liés au vélo.

En action :

  • Piste

Pour me chauffer et mieux appréhender ce nouveau Clash, j’ai d’abord emprunté plusieurs pistes damées.

Dès les premiers virages, le feeling est bon et je me sens plutôt à l’aise. Je parviens aussi bien à faire des virages coupés que carver. Le passage de carre à carre se fait bien, sans forcer. Bien sûr, il est plus facile de virer avec des rayons moyens à longs, grâce au double rayon (18m et 22m). Mais avec un peu de technique, on arrive à tourner assez court et (presque) godiller comme un guide. Le renvoi en sortie de courbe n’est pas époustouflant mais tout de même présent. La maniabilité est très bonne et permet une bonne précision dans le déclenchement des courbes.

Sur neige dure, verglacée, très froide et artificielle, je dois dire que je n’étais pas trop à l’aise. Par manque de confiance, et de mauvais feeling, j’avais des difficultés à tenir ma courbe et préférait slidé en espérant que les skis tiennent. Pour moi, ce Clash souffre d’un déficit d’accroche et de confort dans ces conditions, la largeur du patin n’aidant pas non plus.

En neige de printemps, c’est un régal. Le ski est stable et ne prend pas en défaut, que l’on souhaite tirer tout droit ou tailler de belles courbes, il est présent et prêt à suivre le rythme que l’on souhaite lui imposer.

Sur pistes bosselées en fin de journée, le ski est fun et assez efficace même si à la base il n’y est pas prédisposé. Avec une peu de technique et de timing, ça passe. Je me suis bien amusé à ESSAYER de jouer à Perrine Laffont dans les murs.

Quelle que soit la vitesse, le ski est agréable et sain. Il n’y a pas de réactions aléatoires et hasardeuses. A haute vitesse, il y a peu de vibrations excessives ou de tremblement excessifs, comme j’avais pu rencontrer sur les Elan Ripstick 106.

Physiquement, pas besoin d’être un monstre pour s’amuser avec toute la journée. Cela correspond bien à la volonté de Commencal d’avoir un ski fun, et efficace, sans se prendre la tête ni se cramer les cuisses. Ce ski donne aussi l’envie de sauter tout ce qui passe devant ou sur les côtés. Bien équilibré en l’air, il donne la banane sur chaque trou et chaque bosse.

  • Hors-piste

En neige poudreuse, que je n’ai malheureusement trop peu pratiqué cette saison, ce Clash est très agréable et efficace. La maniabilité est très bonne grâce aux rockers massifs, cela permet d’enchainer aisément moyennes et grandes courbes. La portance et le déjaugeage sont aussi de très bonne qualité avec ce généreux patin de 106mm, de quoi affronter 20/30 cm très sereinement sans trop s’enfoncer et sans s’éreinter pour rester au-dessus. C’est plaisant, grisant, fun. On en redemande, ce Clash est efficace en poudreuse même à faible en vitesse.

Comme sur la piste, on peut s’amuser sans trop se fatiguer et juste vivre et ressentir ces sensations de glisse.

En trafolle, ce Clash garde son esprit fun et sécurisant. Ce n’est pas un panzer, mais il reste stable et absorbe la plupart des traces sans rechigner à condition d’être un peu plus présent physiquement. La spatule est là encore assez rigide pour ne pas provoquer de vibrations excessives, même si on sent quand même que l’on ne se trouve pas sur une piste damée. Dans ces conditions, on a envie de sauter chaque bosse et on se sent bien en sécurité quant à la réception.

Durabilité :

Le topsheet est solide et de bonne qualité. Après une dizaines de sorties, malgré des coups de carres, il est quasi intact. Seulement quelques marques légères apparaissent sur le côté du ski à un ou deux endroits.

Pour la semelle, j’ai dû procéder à un rebouchage au P-tex. En effet, un jour où la quantité et la qualité de neige étaient vraiment limites, j’ai déterré un caillou qui a bien marqué (voir photo). Mais je pense que ça aurait été le cas avec n’importe quel ski. Par la suite, dans des conditions neigeuses plus classiques, je n’ai eu aucun problème avec cette semelle.

En résumé :

Le Commencal Clash est bien né. Sain, instinctif, polyvalent, il procure rapidement beaucoup de plaisir dans la plupart des conditions, même si on vient de faire une demi-journée de skis piste-performance juste avant. 

Sur piste, il est très agréable, maniable et efficace. La vitesse ne l’effraie pas, la spatule et la construction le permettent. Le seul point faible que je souhaite mentionner est la tenue du ski sur neige très froide, gelée, verglacée. Dans ce type de conditions, je trouve ce ski peu à l’aise et pas très sécurisant. 

En hors-piste, et neige de printemps, le ski se révèle être particulièrement efficace et plaisant.

Pour moi, ce premier ski 100% Commencal est donc une réussite, même si il n’est pas infaillible. Annoncé comme Fun et Efficace, je valide, ces deux mots résument bien mon ressenti sur ces skis.

A noter, le prix de la paire de ski nue est seulement de 349 €, ce qui est vraiment en-dessous des standards de prix pour cette gamme freeride/backcountry au patin de 106mm. On est ici à environ 200 euros de moins qu’un Ripstick 106 par exemple. On est donc sur un très bon rapport qualité-prix.

Je conseillerais ce ski aux skieurs intermédiaires et confirmés qui souhaitent une paire polyvalente, comme paire de tous les jours ou pour ceux qui souhaitent combler un manque dans un quiver, avant tout fun mais efficace. Pour des skieurs experts, je pense que ce ski ne serait pas assez axé vers la performance pure.

Pour qui ?

Je conseillerais ce ski aux skieurs intermédiaires et confirmés qui souhaitent une paire polyvalente, comme paire de tous les jours ou pour ceux qui souhaitent combler un manque dans un quiver. Pour des skieurs experts, je pense que ce ski ne serait pas assez axé vers la performance pure.
8/10
Accessibilité & confort
Performance freeride
Performance freestyle
Aptitudes piste

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire
.