Test Black Diamond Spark Pro 2018

4 tests Black Diamond Spark Pro.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 7,8/10
anor@k

Du sérieux pour les grosses conditions

Avis sélectionné
Profil du testeur : 50 ans | m | Avancé | Strasbourg
Conditions du test : Test en ski alpin et non en hors-pistes nécessitant des ascensions. Des températures plutôt clémentes de -15 à +5°C Du beau temps, de la neige légère, de la pluie forte.
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés de Skipass permettant à nos lecteurs de recevoir du matériel pour un test longue durée. Inscrivez-vous !
Test Privé : gants Black Diamond

Points forts

Chaleur
Étanchéité
Protection EVA

Points faibles

Manque de respirabilité
Pas de dragonnes
Coutures à voir dans le temps

Introduction

C’est un test long sur la durée... mais pas tant...

Après avoir été sélectionné, j’ai pu tester quelques fois ces gants dans les Vosges, les Alpes du Nord et Italiennes en période d’hiver 2018. J‘ai rencontré des météos souvent trop chaudes pour vraiment émettre un avis objectif, j’ai donc remis la rédaction de mon test au début de la saison suivante... puis, lors d’un déménagement au printemps, je les ai égarés :-/

Je les ai enfin retrouvés début février 2020...

Technologies principales

  • Goretex
  • Primaloft

Températures d'usage

  • -9°C à -26°C

Caractéristiques détaillées

  • Insert Goretex 100% imper-respirant
  • Membrane en cuir de chèvre plein
  • Fermeture velcro au poignet
  • Doublure XE intégrant une polaire ultra-douce
  • Isolation Primaloft Gold 170g
  • Rembourrage en EVA sur le dos de la main et les jointures offrant une protection accrue contre les chocs
  • Larges essuies-nez suédés
  • Paume, doigts et empiècement paume en cuir de chèvre
  • Coutures Kevlar
  • Pas de dragonne pour les maintenir au poignet

Impressions générales au déballage

Ça fait vraiment sérieux comme produit !

Tout respire la qualité de fabrication, tant le cuir utilisé, que son épaisseur, que les coutures (...).

Profil du testeur

Doigts longs et fins, plutôt frileux, sans maladie de Reynaud, mais qui a tendance à transpirer.

Taillant

Ils taillent plutôt larges et grands, dans le doute préférer prendre du M que du L.

Les enfiler

Bien qu’ils soient bien larges, il vous faudra un peu forcer pour y glisser la main, tout en tenant le gant de l’autre main et ce particulièrement les 1ers jours avant que le cuir ne se soit assoupli.

A l’usage, il devient rapidement difficile de les réenfiler après une pause-café, avec la transpiration qui va rendre la doublure interne plus serrée. C’est un des points qui me dérange le plus.

Sinon, une fois bien calé, le gant englobe totalement la main.

Les doigts

Ils sont vraiment larges ! Comme souvent, l'auriculaire est surdimensionné. Il ne faudra pas compter pouvoir manipuler des fermetures éclairs, ni manipuler de petits objets avec.

Le dos de la main

La protection EVA est bien rassurante, elle n'est pas là pour décorer mais bien pour amortir/protéger. Ça apporte un vrai sentiment de sécurité.

La fermeture velcro du poignet

Super large et super efficace ! On sent qu'on ne va pas les perdre, ni que la neige ne pourra passer (un peu comme des 916, une fois scratchés, tu n'as plus besoin d'y penser, sauf que ça fait "Scraaaatch" et non "Claaaac" ).

Les coutures

Proéminentes comme on peut le constater sur les photos ! Ça semble être du sérieux cette histoire de coutures en kevlar (j’y reviendrai au chapitre Durabilité)...

Usage

Une fois enfilés, scratchés, ça chauffe direct, on sent l’effet du Primaloft !

C'est à la fois leur avantage, ils ont quand même été conçus pour ça et c’est bien spécifié sur l’étiquette, mais avec nos hivers de moins en moins rudes, c’est également leur principal inconvénient pour moi. Le Goretex demeure un produit pas vraiment respirant, dès-lors la transpiration ou la chaleur feront immanquablement se condenser l’humidité dedans.

Pour le printemps, il faudra avoir une deuxième paire moins ambitieuse.

L'étanchéité est excellente, j’ai eu l’occasion de skier sous une forte pluie durant 3h, tout était gorgé d'eau, sauf mes gants :-)

J'avais un doute quant aux poignets courts, mais avec le scratch, ils passent bien sous la manche et ne laissent pas passer le vent. Par contre, pour bien assurer l'étanchéité gants-veste, il faudra avoir une veste équipée de manchons et les enfiler dessous, ce qui réduit d’autant l’espace pour y glisser sa main.

La prise des bâtons demande de bien serrer fort les doigts.

Les larges essuies-nez suédés, super doux, fonctionnent à merveille, pour le nez ou comme éponge masque quand il pleige ! Cependant par temps humides/givrés, il deviendra impossible de s’en servir sous peine de s’arracher le nez.

Comparés à d’autres paires de gants, ils donnent un sentiment de sécurité supplémentaire pour l’ensemble de la main avec le rembourrage EVA et le cuir épais. C’est un peu comme si on enfilait une veste avec une dorsale intégrée.

L’absence de dragonnes de sécurité pour les maintenir au poignet est un vrai manque sur les télésièges, comme on pouvait s’y attendre.

Durabilité

Après une 1ère petite saison d’usage, une des fameuses coutures kevlar s’est légèrement décousue (cf photo), laissant entrevoir la doublure interne, pouvant nuire à l’étanchéité de l’ensemble.

Pour le coup, ça n’inspire pas trop confiance quant à leur durabilité, mais je tends à penser que c’est vraiment un cas isolé (Edit: après vérification, c’est arrivé à un autre testeur !).

Après une nouvelle semaine de ski avec, aucun autre souci n’est apparu. La couture sera réparée maison.

Aucune marque d’usure du cuir des doigts ou de la paume n’est apparue.

J'imagine les conserver encore 10 ans !

Réflexion pour les freeriders

Ne pratiquant que du bord de pistes ne nécessitant pas d’ascension, je me permets quand même  1 ou 2 remarques à l’attention des grimpeurs.

Les poignets courts les 2 mains plantées dans la neige en ascension, ça ne me parait quand même pas l’idéal.

La dextérité n’étant pas optimum, il faudrait veiller à équiper les fermetures de son sac avec de petits boucles pour les manipuler plus facilement au sommet et éviter de devoir les enlever.

Conclusion

Ce sont des gants de construction indéniablement sérieuse, qui tiennent vraiment chaud. Ils conviennent bien à usage alpin, par contre, il faut les sortir par des températures vraiment négatives et au vu des températures clémentes rencontrées ces derniers hivers, c’est un élément à prendre en compte lors de l’achat. 

Pour qui ?

Pour tout skieur alpin ou freerider.

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire