Test Dynafit ST Rotation 10 2019

3 tests Dynafit ST Rotation 10.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 6,3/10
nantraldam

Une bonne fixation free-rando solide et sécurisante

Avis sélectionné
Profil du testeur : 35 ans | 1,80m | 70kg | Avancé | Paris
Conditions du test : 3 jours de rando et 1 journée en station, tout type de neige excepté très dure

Points forts

Simplicité, fiabilité.
Efficacité en descente
Manipulation des cales de montée

Points faibles

Système d'accrochage des couteaux, trop dur à manipuler sans déchausser.
Pour pinailler, la nécessité d'utiliser plusieurs outils dont un tournevis Torx pour les réglages

J'ai testé les fixations Dynafit ST Rotation 10 sur 3 sorties ski de rando + 1 journée en station. Elles étaient montées sur des Black Crows Navis Freebird de 2019 (en 179cm). Ce sont des "concurrentes" directes des fixations G3 Ion 10 dont j'ai l'habitude sur mes skis K2 Wayback 96. Elles ont une butée arrière élastique (10mm de débattement) permettant un bon déclenchement que le ski soit faiblement chargé ou fortement fléchi.

Commençons par le commencement : le chaussage. J'ai trouvé le chauffage moins facile que sur mes G3 Ion 10 habituelles, où le système de guidage de l'avant de la chaussure est plus efficace. De plus, la mâchoire avant peut tourner assez facilement une fois qu'on a chaussé à l'avant, ce qui ne facilite pas le chaussage arrière pour le mode ski. Ceci étant dit, je n'ai utilisé les skis avec cette fixation que 4 jours, avec même pas 10 chaussages. Il est très probable qu'avec un peu d'habitude, le chauffage se fasse très naturellement. En tout les cas cet aspect ne doit pas être rédhibitoire pour ceux qui s'intéresse à cette fixation.

A la montée: la position du levier de la mâchoire avant entre le mode ski ou montée est évidente, pas de risque de se tromper et de croire que la fixation est verrouillée alors qu'on est en mode ski. Le passage en mode montée sur la butée arrière se fait en tournant la butée d'1/4 de tour vers la droite. Le sens est évident grâce à la position des cales de montée, mais sur la G3 Ion 10 à laquelle je suis habituée, on peut enclencher la butée arrière en mode montée en la tournant indifféremment dans les 2 sens. C'est un détail mais c'est pratique. Sur la Dynafit ST Rotation 10, la manipulation des 2 cales de montée est facile avec le bâton, pas besoin de se baisser pour les basculer à la main. J'ai apprécié le ressort des cales qui évite de ne les basculer qu'à moitié (ce qui m'arrive de temps en temps sur les G3): quand on manipule une cale, elle bascule franchement, que ce soit pour la mettre ou pour l'enlever. Le blocage des stop-skis en montée est également très efficace.

En fait, le seul reproche que j'ai à faire à cette fixation pour la montée, c'est la mise en place des couteaux. Il faut les enclencher latéralement dans une glissière à l'arrière de la mâchoire avant. Je trouve que la manip est super dure pour les mettre sans déchausser, et encore plus pour les enlever. Le système de clips de G3 est bien plus facile à manipuler, ce qui est un avantage important quand on a un peu trop tardé à sortir les couteaux et qu'on se retrouve pas super à l'aise pour les mettre... 

A part la mise en place/le retrait des couteaux, la Dynafit ST Rotation 10 est une super fixation. Bien sûr ce n'est pas la plus légère du marché (600g par ski), mais elle ne s'adresse pas à ceux qui cherche la grosse perf en montée. Elle est plutôt destinée à des randonneurs et free-randonneurs qui cherchent de la sécurité pour la descente.

A la descente: La particularité de cette fixation est évidemment la rotation possible de la mâchoire avant en mode ski. Je ne peux pas dire que j'ai vraiment testé cette caractéristique, mais il est évident que cela apporte une sécurité supplémentaire. En tous les cas, je n'ai subi aucun déclenchement intempestif, et ce degré de liberté en rotation de la mâchoire avant ne se fait pas du tout sentir en skiant, ça ne gêne pas du tout pour envoyer. Avec une plage de déclenchement DIN 4-10, ce n'est pas une fixation pour les free-randonneurs énervés qui skient à mach 12 et sautent haut et fort, mais c'est largement suffisant pour la grande majorité des pratiquants. Il vaut mieux respecter ses genoux que jouer à celui qui a la plus grosse...

Que ce soit en rando ou en station, je n'ai aucun aspect négatif à souligner sur le mode ski, cette fixation est top à la descente, en cruising comme à l'attaque (je suis bon skieur, avec un gabarit assez léger : 180cm et 70kg). 

Pour finir, les réglages: La butée arrière a une plage de réglage de +/-22,5mm. Evidemment ça ne va pas dans le sens de l'économie en terme de poids, mais ça a l'avantage de permettre de changer de chaussures de rando les yeux fermés sans se demander si les nouvelles chaussures seront compatibles avec la fixation. 

La fixation a 3 vis de réglages sur la butée arrière : 1 pour la longueur de la chaussure, 2 pour la raideur de la butée (en longitudinal et en rotation). Le réglage est facile, mais à condition d'avoir les bons outils, à savoir un très gros tournevis plat (pour la vis de réglage du ressort longitudinal), un petit tournevis plat (pour la raideur en rotation) et un tournevis Torx (pour la longueur). Ce serait tellement plus simple de pouvoir tout faire avec un seul tournevis cruciforme !

Pour qui ?

Les randonneurs à la recherche d'une fixation simple et assez légère, mais sans concessions sur la descente

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire