La Plagne : des flocons et des hommes 

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

La Plagne : des flocons et des hommes 

Tour d'horizon des métiers qui font vivre le domaine skiable de La Plagne H24 en saison
La plagne
Texte :
La Plagne
Photos :
Louis Garnier (sauf mention)
135 pistes de ski, 76 appareils de remontées mécaniques et des milliers de skieurs chaque jour… On s'en doute, tout ça ne roule pas tout seul. L'hiver, le domaine skiable se met en mode "fourmilière géante" à toute heure du jour et de la nuit, et quelles que soient les conditions météo. Pour cinq mois au moins, voilà ce qui attend tous ceux qui ont la vocation du flocon blanc. La plupart sont employés de la SAP (Société d'Aménagement de la Plagne) dont le mot d'ordre, "Satisfaire avec passion", résume parfaitement l'état d'esprit général.

Le flocon, il y a ceux qui le créent

En fait, il s'agit surtout de donner un petit coup de pouce bien ciblé à Dame Nature. On les voit peu nos nivoculteurs, non pas qu'ils se cachent mais leur travail se concentre en général sur la préparation du domaine skiable, notamment en amont de la saison. A l'automne, les voilà qui guettent le thermomètre, prêts à dégainer dès qu'une fenêtre météorologique se présente. 

Avec 600 enneigeurs répartis sur tout le domaine, ils ont pour mission de consolider le tapis blanc aux passages les plus empruntés des pistes. Et parce que quelques chiffres sont toujours plus parlants, sachez qu'à La Plagne, ils sont six "jardiniers des neiges", en charge de produire de quoi couvrir 179 ha, soit 34% du domaine skiable.

Et savez-vous d'où vient cette neige créée par nos soins ? Du ciel 😊. L'eau de pluie et de la fonte des neiges au printemps s'accumule dans les retenues prévues à cet effet. Le savoir-faire des nivoculteurs et la technologie des enneigeurs font le reste. Sans additif aucun.

Le flocon, il y a ceux qui le domptent

A la nuit tombée, après une bonne journée de ski, commence le ballet des dameuses, ces petites lueurs disséminées dans la montagne, qui accomplissent une incroyable besogne pendant que la station dort à poings fermés. Pas moins de 48 chauffeurs se relaient aux manettes de 30 engins de damage de 10 tonnes et 6,5 m de large chacun. On le sait, leur rôle est d'entretenir le manteau neigeux, mais on ne le soupçonne pas forcément : il s'agit d'un vrai travail de précision.

Pour votre confort et votre sécurité, la qualité des 225 km de pistes doit être irréprochable lorsque vous chaussez vos skis dès 9h. Autre particularité du métier de dameur : il s'effectue en solitaire. Imaginez-vous aux commandes d'une dameuse, de nuit et en pleine montagne (et parfois en pleine tempête), tel un sous-marinier au milieu de l'océan !

Bon à savoir et bon pour la planète : les dameurs sont formés à l'écoconduite et carburent au biocarburant. Après sept années de bons et loyaux services, les dameuses sont "rétrofitées" en interne et repartent pour cinq nouvelles saisons.

Le flocon, il y a ceux qui le surveillent

Les pisteurs secouristes sont une centaine d'anges gardiens que l'on identifie au premier coup d'œil grâce à leur tenue jaune. Pour eux, la journée commence tôt (parfois très tôt s'il a neigé dans la nuit). Après la vérification du balisage et du dégagement des pistes, le domaine peut ouvrir.

Bien entendu, la sécurisation est un peu plus longue si les conditions nécessitent un Plan d'Intervention de Déclenchement d'Avalanche (PIDA). Grâce aux pisteurs, rien n'est laissé au hasard et vous pouvez vous élancer sur les pistes l'esprit tranquille. Sachez-le également, en interlocuteurs passionnés et avisés, ils sont toujours ravis de discuter flocon et de répondre à vos questions.

Le flocon, il y a ceux qui l'étudient de près

Avec l'unique piste de bobsleigh française, c'est l'une des autres belles particularités de la station au bonnet rouge : La Plagne est la seule station de l'hexagone à bénéficier de l'expertise d'un nivologue à domicile depuis 33 ans. Le "Sherlock Holmes de la neige" a.k.a. Claude Schneider, prodigue quotidiennement une information locale et pointue en matière de météorologie et de nivologie. Chaque matin, de nombreux professionnels de la station attendent impatiemment son bulletin pour s'adapter aux conditions du jour et prendre des décisions clés.

Claude est également pompier et pisteur-secouriste, et son savoir n'a d'égal que sa gentillesse.

Article sponsorisé, rédigé en partenariat avec La plagne
Pas encore de commentaire
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.