Apprendre à skier au Printemps
2000*1045px

Apprendre à skier au Printemps

Direction la Rosière, où nous vous livrons tout ce qu'il faut savoir pour se lancer sur les pistes avec zéro stress !
Texte Sarah Pinton
Photos Guillaume Arrieta
Direction la Rosière, où nous vous livrons tout ce qu'il faut savoir pour se lancer sur les pistes avec zéro stress !
Texte Sarah Pinton
Photos Guillaume Arrieta
Cet article est une production skipass.com, réalisée avec le soutien de France Montagnes et La Rosière dans le cadre de l'opération Printemps du Ski les 5 et 6 avril 2019. Inès et Anaël ont été équipés par Elan, Colmar et Uvex pour ce reportage.

Il n'y a pas d'âge pour apprendre à skier ! Si beaucoup d'entre nous, skipasseurs, savent glisser depuis qu'ils savent marcher, tout le monde n'a pas eu cette chance. C'est pourquoi, en partenariat avec France Montagnes, nous avons décidé de dédier un reportage au ski débutant pour montrer à tous ceux qui n'osent pas franchir le cap qu'il est possible de s'y mettre en douceur, même à l'âge adulte. 

Le Printemps étant une période propice pour se lancer, nous sommes partis deux jours à La Rosière en compagnie d'Eugenie, Benjamin et leurs amis néophytes Inès et Anaël. A 24 ans, ce couple originaire d'Angers n'avait jamais vu la montagne sous la neige et ne pensait pas pouvoir skier un jour. Nous les avons suivis dans la découverte de ce sport afin de dresser un petit guide pratique pour toutes celles et ceux qui, comme eux, souhaiteraient tenter l'aventure. 

Zoom sur La Rosière

Pour ce reportage nous avons été accueillis par la station de La Rosière. Discrète station de Tarentaise, cette dernière est loin d'être dans l'ombre de ses voisines Tignes ou Les Arcs puisqu'elle bénéficie d'un ensoleillement optimal grâce à son orientation plein sud. Son altitude élevée, de 1850m au village à  2800m du sommet du Mont Valaisan, lui garantit un excellent enneigement jusqu'à la fermeture de ses pistes fin avril. L'hiver dernier, 11,30m de cumul de neige ont été relevés à 1870m. Du soleil et de la neige fraiche, que demander de plus ?

 A seulement 20min de Bourg Saint Maurice, la Rosière abrite un domaine skiable à cheval sur l'Italie : l'Espace San Bernardo. Relié à la Thuile dans le Val d'Aoste, il affiche au compteur 91 pistes pour 152km de glisse tous niveaux. L'expansion récente du domaine skiable sur le Mont Valaisan (2891m), avec la construction de deux télésièges et cinq pistes rouges, a permis également d'offrir un tout nouveau terrain de jeu pour les freerideurs et les randonneurs.


La vie en rose pour les débutants

La Rosière n'en reste pas moins une station adaptée aux débutants. Côté ski, la station propose majoritairement des pistes vertes et bleues avec quelques courts téléskis pour débuter, dont celui de Manessier, gratuit, ainsi que le tapis des Eucherts. L'orientation sud promet un apprentissage des virages parallèles sous le soleil : depuis les sommets Roc Noir (2330m) et Fort de la Redoute (2390m) les débutants un peu débrouillés trouveront leur bonheur avec de longues pistes bleues jusqu'à la station et pourront ainsi profiter du panorama à couper le souffle entre d'un côté le Mont Blanc et le Mont Pourri de l'autre.

De plus, ceux qui ne connaissent pas la montagne apprécieront l'architecture préservée tout en bois et pierre dans le respect de la tradition montvalezannaise. La Rosière demeure une station à taille humaine, où l'on prend vite ses repères et ses marques. Il est en effet possible de se déplacer uniquement à pied grâce à un chemin piéton très sympathique, en forêt, entre les Eucherts et le centre de la station. Enfin, les locaux partagent un certain sens de l'accueil et de la convivialité qui mettra en confiance les vacanciers fraichement débarqués. 

Nos apprentis skieurs

Laissez-nous vous présenter nos deux apprentis skieurs de 24 ans : Inès et Anaël, en couple depuis 9 ans et originaires d'Angers. Pour leurs études respectives, ils ont déménagés à Paris et s'y sont installés après avoir décroché leur premier emploi dans la capitale. Inès est ingénieure en électronique et informatique tandis qu'Anaël travaille dans l'audiovisuel. 

Quand nous leur demandons pourquoi ils n'ont jamais skié, ils nous expliquent qu'ils n'ont pas eu l'occasion d'apprendre plus jeunes car leurs parents ne skiaient pas. Inès développe : "Angers ce n'est pas forcément à côté des montagnes ; par exemple ma mère a commencé à skier l'année dernière à 50 ans".  

Durant ses études, Anaël rencontre Benjamin et Eugénie, deux annéciens passionnés de glisse et commence à envisager l'expérience même si les freins restent nombreux pour lui, "nous entendions beaucoup parler de ski par Eugénie et Ben quand ils rentraient chez eux le week-end mais nous avions peur que ça ne nous plaise pas, puis c'est un budget non négligeable !" raconte Anaël. 


Quand tu dis, à Paris, que tu n'as jamais skié on te regarde avec des gros yeux 

Inès

Pour eux, ce séjour à La Rosière n'est pas seulement une première fois sur les skis, il s'agit d'une première fois à la montagne tout court ! Les yeux grands ouverts, ils n'ont pas raté une occasion de s'émerveiller : "Nous n'avions jamais vu de nos propres yeux des panoramas pareils sauf en photo ou à la télé" avouent-ils, tandis qu'Inès ajoute "La montagne avec autant de neige, c'est magnifique". Il faut dire que la météo a joué en notre faveur en saupoudrant les sommets la veille de notre arrivée, un mois de Janvril comme on les aime !  

à gauche : Inès et Anaël, nos débutants, et à droite : Eugénie et Benjamin, notre couple annécien exilé à Paris

Ajoutez des photos (2020px)

Se laisser guider par un ami skieur

Partir skier seul pour la première fois ressort comme une aventure impressionnante aux yeux de nos débutants ! Ils ont sauté le pas grâce à leurs amis Eugénie et Benjamin. Skieurs depuis toujours, ce sont eux qui ont incité Inès et Anaël à prendre part à notre reportage. Eugénie confirme : "nous parlions depuis un moment de les emmener skier à côté de chez nous, au Semnoz par exemple, mais l'occasion ne s'était pas présentée jusqu'à aujourd'hui, quand j'ai vu l'article, je me suis dit : mais c'est NOUS que Skipass cherche".

"Pour une première fois au ski, à plus de 20 ans, je pense qu'il vaut mieux y aller avec des amis skieurs" commente Inès, "deux novices comme nous qui débarquent en station, qui ne connaissent rien, ni personne, ils seraient complètement perdus !" Anaël ajoute qu'il voit ça comme un monde différent, un environnement un peu déstabilisant et anxiogène pour un débutant. 

Devenir un skieur commence par savoir bien s'équiper, l'idéal reste de se faire prêter une tenue de ski. Certains sites comme Ski-Chic ou sites de location de particulier à particulier proposent de louer des tenues à des prix raisonnables.

Inès et Anaël ont pu compter sur les bons conseils de leurs amis durant toute leur préparation. Inès nous raconte qu'elle a posé plein de questions à Eugénie pour savoir comment s'habiller, savoir si elle allait avoir trop chaud ou trop froid : "elle m'a conseillé de mettre un cache-cou, des sous-vêtements de sport et des chaussettes de ski, sans elle je n'aurais pas su comment m'habiller, j'aurai cherché sur des blogs". Tous ces petits détails, qui sont des réflexes pour des skieurs débrouillés, ne le sont pas lorsque l'on débute. Anaël, par exemple, n'avait pas pensé à prendre de la crème solaire, "on pense avant tout au froid, pas au soleil" précise Inès, mais en montagne la réverbération de la neige est de l'ordre de 80% (contre 30% pour l'eau en comparaison). 


Tu ne sais pas comment t'habiller, si tu vas avoir trop chaud ou trop froid, les skis tu ne sais pas qui aller voir, c'est plein de petits détails comme ça...

Inès

S'équiper correctement, le premier challenge du débutant :

Ajoutez des photos (2020px)

Pour le matériel de ski, il faut laisser faire les professionnels en louant dans un magasin de ski. Ils vous aideront à choisir les skis, des chaussures et des bâtons à votre taille et adaptés à votre niveau. Pour débuter, le port du casque est recommandé, Inès et Anaël ont opté sans réfléchir pour le port d'un casque. 

 L'hôtel Hyatt Centric où nous étions, dispose de son propre ski shop (Skiset) juste à côté des casiers à ski, ce qui est très pratique et permet de gagner du temps. En deux temps, trois mouvements, Inès et Anaël étaient équipés et prêts à se rendre à leur premiers cours. Il est également possible de réserver en ligne son matériel dans les grandes enseignes (Skimium, Skiset, Sport 2000 etc.) à des prix avantageux mais au Printemps, pas de stress, les loueurs ne sont pas submergés et auront tout le loisir de vous renseigner.

Je ne pars pas tant que je n'ai pas ma flèche !

Anaël, déterminé, la veille de son premier cours de ski

Inès et Anaël ont pris au total deux matinées de cours de ski particulier avec l'ESF de La Rosière. Notre reportage s'est déroulé le vendredi 5 et samedi 6 avril, c'est à dire une semaine creuse juste avant les vacances scolaires. Les conditions au Printemps restent clairement idéales pour l'apprentissage du ski, Inès et Anaël ont pu débuter, au calme, pratiquement seuls sur les pistes vertes et les remontées. 

La prise en main du matériel

Nico, moniteur du premier jour (et ancien champion de saut à ski) commence par expliquer à nos débutants comment fonctionne leur matériel : la semelle, les carres, les fixations. Si c'est un vocabulaire familier pour tous skieurs, des novices ignorent tout le champ lexical relatif au ski. Par exemple, pour prendre la première fois le tapis, Nico demande de mettre les spatules en avant, la réaction de Inès est sans appel "C'est quoi les spatules ?". La prise en main du matériel et les termes associés restent donc une étape primordiale. 

Premières sensations de glisse

Les premières glissades de notre couple se font sur une courte piste, quasiment à plat après avoir emprunté un tapis débutant. "Essayez d'abord, expérimentez les premières sensations de glisse et après je vous expliquerai" commence par dire Nico. Bref, pas de stress. Arrivent ensuite les premières consignes techniques pour maitriser le chasse neige et bien appréhender la sensation de glisse. A leur grande surprise, les virages s'enchainent facilement, sans la moindre chute. Anaël avoue, taquin : "je n'avais pas peur mais j'appréhendais, je n'avais jamais glissé de ma vie. Ce n'est pas un mode de déplacement que tu utilises couramment".


Etape par étape, nos skieurs ont découvert la glisse... mais aussi à porter correctement leurs skis (ils ont été bien coachés sur ce point par nos soins).

Ajoutez des photos (2020px)


L'appréhension du téléski

A la fin de la matinée,  Anaël, très à l'aise, prend son premier téléski sans encombre et descend une piste verte plus pentue. Il nous confie qu'à la vue des tire-fesses il n'a pu s'empêcher de penser aux vidéos youtube où les mecs restent accrochés à l'arrivée,  "tu te demandes si ça va être toi l'abruti à qui ça va arriver" avant de conclure "Si c'est juste ça prendre un téléski, pas de souci !"

Après le cours, Nico nous explique qu'Inès et Anaël ne progressent pas au même rythme. Ancien sportif de haut niveau en Aviron, Anaël gagne en confiance plus rapidement que sa compagne, plus contemplative. Le moniteur insiste sur le fait suivant : pour ne pas créer de la frustration dans un couple ou dans un groupe d'amis, il est important que chacun évolue à son rythme et qu'il ne faut pas hésiter à suivre des cours (collectifs ou non) de niveau différent et se retrouver l'après-midi pour skier ensemble. 


Tout commence par le fameux chasse-neige, mais les premiers virages parallèles arrivent très rapidement ! 

Ajoutez des photos (2020px)

Seconde journée : vers l'autonomie

Pour la seconde matinée de cours, Inès et Anaël embarquent avec la dynamique Katy (encore une locale !). Très vite, nos skieurs remarquent que la neige est différente de la veille. Après la douce poudreuse, le vent et le froid ont oeuvré pendant la nuit, conséquence en début de journée la neige reste dure par endroit. Inès peine un peu en début de cours : "J'étais plus raide que le premier jour, j'avais l'impression de prendre trop de vitesse, j'ai même fait chuter Katy pour la première fois de sa saison" dit-elle en rigolant. Elle poursuit : "je n'étais pas rassurée après cette chute mais j'ai recommencé, Katy m'a bien guidée dans tous les virages". Le téléski n'est plus qu'une formalité pour notre skieuse, il ne pose aucun problème pour elle : "t'as le réflexe naturel de vouloir t'assoir mais en fait pas du tout" confie-t-elle amusée. A la fin du cours, Inès décide même d'y retourner seule et de descendre en toute autonomie la piste adjacente, elle commente fière d'elle "j'allais à mon rythme, c'était fluide et j'avais cette sensation de maitrise qui est hyper agréable". 



C'est rassurant de se dire : la piste est quasiment à moi, je suis juste avec la monitrice, je ne vais foncer dans personne. 

Inès

Le Saint Graal télésiège

Notre sportif Anaël expérimente aussi ses premières chutes sans encombre, "d'être tombé à plusieurs reprises en Paret la veille (voir plus bas), ça m'a fait un déclic, je n'ai plus peur de chuter" affirme t-il. L'heure est venue pour Anaël de prendre le télésiège, direction le télésiège des Eucherts sous l'oeil bienveillant de Katie, la monitrice. Elle lui donne un petit conseil pour l'arrivée qui fera bien rire l'équipe : "tu imagines que tu te lèves du canapé pour chercher une bière". La descente sur la piste bleue offre à notre skieur de nouvelles sensations de vitesse et d'adrénaline. Sitôt le cours terminé, la réaction de ce dernier est irrévocable "Je suis convaincu, je reviendrai skier ! Je trouve ça énorme les pistes que j'ai réussi à descendre au bout de 4-5h de cours. Je ne pensais pas en venant que j'en serai capable"

Anaël et Inès repartent avec en poche leur diplôme du "premier ski" mais surtout avec l'envie de revenir skier et de progresser encore davantage. Mission accomplie pour Eugénie et Benjamin, les moteurs de ce projet !

Les télésièges je n'avais vu ça que dans les films ! J'ai adoré profiter du paysage autour...

Anäel

Bravo à Inès et Anaël pour avoir relevé le défi ! Nous comptons deux nouveaux skieurs dans la communauté !

Ajoutez des photos (2020px)

Profiter de l'Après Ski

La montagne en hiver ou au Printemps est souvent réduite à la pratique du ski alors qu'il possible de profiter d'une multitude d'activités. Lorsque l'on est débutant, la fatigue se faire vite sentir, il est d'autant plus important d'y aller tranquillement. Nos apprentis skieurs ont apprécié la pause du midi, en terrasse pour se reposer (et enlever les chaussures de ski pour Anaël !). Découvrez plus bas quelques adresses aux pieds des pistes (plus pratique au début) qui nous ont séduits. 

Le Paret

Au printemps on prend son temps ! Les journées sont longues, ce qui permet de profiter de l'après-ski pour pratiquer d'autres activités en extérieur. Nos deux couples sont allés tester le Paret après la fermeture des pistes en compagnie d'un moniteur de l'école de ski Evolution 2. Le Paret c'est en quelque sorte l'ancêtre de la luge, les écoliers l'utilisaient pour aller ou revenir de l'école dans les villages en altitude. Du sommet de Roc Noir, 480m de dénivelé sur ce drôle d'engin attendent nos testeurs. Le Paret est vraiment accessible à tous, skieurs ou non, enfants comme adultes. La prise en main se fait rapidement, le Paret se dirige de manière très simple et ludique. Les chutes s'enchainent au ras du sol donc sans grand risque de se faire mal, c'est un déclic pour Anaël. Cette activité permet aussi d'admirer la lumière rasante sur les sommets !

Pause bien-être

Avant d'attaquer une nouvelle journée de glisse, quoi de mieux qu'un massage relaxant ? Direction le Spa La Rosière qui a ouvert ses portes l'année passée. Il propose une carte de massage à des prix très abordables, ainsi qu'un espace spa avec bains à remous, grotte de sel et sauna. 

Inès, Eugénie, Benjamin et Anaël ont également pu profiter du Summit Spa de l'hôtel Hyatt Centric pour regarder le coucher du soleil depuis le bains à remous extérieur installé sur l'une des terrasses. 

En résumé : pourquoi apprendre à skier au Printemps ? 

- Les journées sont plus longues, le soleil plus haut dans le ciel et les températures plus agréables.
- Le manteau neigeux est à son maximum à cette période de la saison.
- Il y a moins de monde sur les pistes et aux remontées, vous aurez le sentiment d'avoir "la station pour vous tout seul". Moins de stress quand on débute !
- Les prix sont plus attractifs avec de nombreuses promotions pour l'hébergement et la possibilité de réserver en dernière minute.
- Il y a l'opération Printemps du Ski ! Les stations proposent des packages débutants (cours / matériel / forfaits) à tarif réduit avec ou sans hébergement.

Nos coups de cœur à la Rosière

Les points forts d'après la Rédac : 

- Nous aimons son orientation sud pour profiter un maximum du soleil tout au long de la journée !

- Gros coup de cœur pour le panorama très ouvert sur la vallée de la Tarentaise, on se réveille face au Mont Pourri, on se couche avec un coucher de soleil magique en toile de fond. Au sommet du Mont Valaisan, on profite d'une point de vue à 360° avec le Mont Blanc trônant au Nord. 

- Nous avons apprécié la convivialité qui règne au sein de La Rosière : tout le monde se connait. La station a su garder un côté authentique. Partout nous avons été accueillis avec le sourire.

- Bien que nous n'ayons pas eu le temps d'y faire un tour, l'accès à l'Italie via le col du Petit-Saint-Bernard semble un plus non négligeable côté domaine skiable et gastronomique. Manger une pizza en Italie prend tout son sens à La Rosière ! 

- Modeste par sa taille, La Rosière se développe de manière raisonnée. Par exemple, toutes les constructions récentes, surtout du côté des Eucherts, ont respecté la tradition montvalezannaise en utilisant la pierre, le bois et la Lauze afin de préserver la beauté des lieux. 


Où séjourner ?

Pendant notre séjour, nous avons été accueillis par l'Hôtel Hyatt Centric La Rosière. La réaction d'Eugénie a été sans appel à la découverte de sa chambre : "elle est plus grande que mon appartement à Paris".

Premier Hyatt Centric d'Europe, l'hôtel a ouvert ses portes en décembre 2017 aux Eucherts, à La Rosière. Nos deux couples ont apprécié l'accès à 5min des pistes à pied ainsi que le ski room avec sèches-chaussures dans tous les casiers (un détail qui fait la différence croyez-moi !). Inspirée de la légende d'Hannibal et ses 40 éléphants qui auraient traversé le col du Petit Saint Bernard en 218 avant JC, la déco surprend et invite à l'exploration des lieux. L'Hôtel dispose également d'un spa "Le Summit Spa" (avec une piscine, un bain à remous en terrasse pour profiter du sunset) et deux restaurants.

Renseignements : hotellarosiere.com

offre tout compris (idéal pour les débutants) : location de ski, forfait et chambre à partir de 150€ par nuit.

L'Hyatt Centric La Rosière, un cadre privilégié face aux sommets

Ajoutez des photos (2020px)

Où déjeuner à proximité des pistes ?

Aux Eucherts, vous aurez le choix entre la charmante terrasse de L'Ancolie et la carte variée et goûteuse du Flocon. Un service irréprochable dans ces deux restaurants jusqu'à la fermeture de la station. A l'Ancolie, nous vous conseillons les Nems au reblochon en amuse-bouche ! Nos couples de testeurs ont craqué pour la fondue avec vue carte postale sur les montages. Si vous souhaitez faire une pause avec les spécialités montagnardes, faites un arrêt au Flocon pour déguster Pizza, salade et Poké Bowl ! 

Renseignements :
L'Ancolie 
Le Flocon

Où se détendre après le ski ?

Pour un après ski bien-être direction le Spa La Rosière. Rénové intégralement en 2018, cet établissement public propose un grand nombre de soins à des prix défiant toute concurrence ainsi qu'un accès Spa avec trois bains à remous, un sauna panoramique, une grotte à sel et un coin tisane.
Renseignements : Spa La Rosière
15€ de 10h à 16h 
20€ de 16h à 20h
Soins à partir de 30€


Où faire une descente en Paret ?

Durée : 1 heure. Départ à 16h30 de La Rosière, montée en Télésiège. Matériel inclus. Prévoir forfait remontées mécaniques (ski ou piéton).

12€ par personne

Infos pratiques

Prix du forfait

Forfait 4h La Rosière 33€.
Forfait journée Espace San Bernardo 45,50€.

Débutants : Tapis Lutins et téléski Manessier gratuits.

Accès

En train : Depuis Paris, pendre le TVG jusqu'à Bourg Saint Maurice (environ 5h) puis empruntez depuis la gare routière une navette pour La Rosière.

En voiture : Autoroute A43 jusqu'à Albertville, RN90 jusqu'à Bourg Saint Maurice puis RD1090 sur 23km jusqu'à La Rosière. Comptez 2h15 depuis Grenoble, 2h05 depuis Annecy et 1h50 depuis Chambéry.

Pas encore de commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.