Préparer sa randonnée

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Préparer sa randonnée

À pied, en raquettes, en skis, en splitboard, en paramoteur, les essentiels matériels et intellectuels du (néo)randonneur
Preparation
yrlab
Texte :
Photos :
Aurélien Labry, Nico, Nobrudude, Mat, Manu
Cet article est issu du mag communautaire skipass.com, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de montagne. Publiez la votre !

La randonnée n'a jamais eu autant la cote

Depuis le début de cette saison si particulière, j’ai rencontré de nombreuses personnes débutantes en ski de randonnée et/ou raquettes, taraudées par des questions typiques de novices. Certains se disent qu’il suffit d’une paire de ski doublée de peaux de "phoques" pour partir à l’assaut des montagnes.

Au fil des discussions, on se rend compte que ces néophytes sont certes bien équipés mais ne se sont pas formés à la sécurité en montagne et ne savent pas utiliser le matériel permettant de réaliser un secours. Nombre d'entres eux ne disposent pas du matériel de sécurité approprié. La montagne, c'est une culture voire une religion pour certains; il faut s'informer, s'équiper, se former, s'entraîner, partager, écouter.. pour découvrir et se faire plaisir et ce, sur le long terme.

Sans être un professionnel de la montagne, tout juste un amateur passionné et expérimenté, mon seul but réside dans le partage d'une synthèse non exhaustive des indispensables pour découvrir la magie des randonnées enneigées tout en réduisant leur facteur de risque.

Le matériel : indispensables et options

Avant tout, il est primordial de partir bien équipé : vêtements, sac à dos, outils et accessoires.

Objectif et matériel 

La liste du matériel à emporter ne sera jamais exhaustive. Course à la journée ou itinérante, les indispensables seront à compléter avec les outils et accessoires en lien avec l’objectif visé. Une balade en forêt ne s'appréhende pas de la même manière que l'ascension d’un sommet, même modeste, ou encore 3 jours en itinérance.

Les indispensables, à moduler selon la typologie de la randonnée :

  • Skis/raquettes et chaussures de randonnée (être intransigeant pour leur confort, primordial), peaux de phoques, couteaux,  bâtons
  • Veste et pantalon de montagne imperméables et respirants
  • Sous-vêtements techniques, chaussettes chaudes, couvre-chef
  • Paire de gants fins et une de ski chaude
  • Casque, lunettes et/ou masque, tour de cou, crème solaire
  • Eau, nourriture, couteau multifonctions, sac à dos
  • Détecteur de Victimes d’Avalanches (D.V.A.), pelle et sonde de 2m40; toujours contrôler l'état des piles et penser à éteindre ou mettre le téléphone en mode avion.
  • Lampe frontale, micro-pharmacie (avec notamment des pansements, une seule et unique ampoule peut rapidement tout gâcher), couverture de survie, briquet/allumettes et bougie chauffe-plat (permet de faire un point chaud sous sa couverture)
  • Adhésif en cas de de défaillance de peaux, attache-skis selon le portage du sac à dos
  • Système GPS bien chargé, carte au 1/25000 et boussole. Un altimètre aide bien aussi.

S’il y a une chose à ne pas laisser à la maison ou à la voiture, ce sont les couteaux : il peut toujours y avoir un passage où l'on peut les regretter. Concernant le pantalon et la veste, il vaut mieux disposer de larges ouvertures latérales pour aérer la bête lors des ascensions.

Le principe des trois couches reste d’actualité et le mieux est de partir avec une première couche chaude et se couvrir uniquement avec la veste avant d’attaquer la montée. La doudoune peut rester dans le sac. On dit qu’il faut avoir de petits frissons avant de démarrer la randonnée. La règle d’or étant d’essayer de ne pas transpirer, parce qu’une fois mouillé, on a froid !

En fonction de l’objectif et de la difficulté technique :

  • Piolet de ski-alpinisme, crampons ("crabes" pour les passionnés)
  • Baudrier, corde, kit de secours crevasses
  • Cordelettes, sangles, dégaines, mousquetons
  • Broches à glace..
  • Flasque de liqueur ?

Préparer et organiser son sac


Une fois le matériel sélectionné, il faut savoir comment on va l’organiser. Chaque chose a sa place et chaque place a sa chose. Le bon rangement sera plus pratique lors de la course et économisera de la fatigue/douleur. Pour moi, un volume de 25 à 30 litres est assez idéal pour caser tout le nécessaire le temps d'une course à la journée.

Avoir un sac ajusté à sa morphologie

Il est plus confortable d’avoir des rabats confortables au niveau de la ceinture. Ceux-ci doivent être bien placés au niveau des os de hanche afin de supporter la majeure partie du sac. Bien ajusté, on est d’autant plus libre de ses mouvements ! Comme disent les guidos, on porte avec les hanches, pas avec les épaules.

Bien répartir le chargement (Cf photo)

À commencer par la zone dorsale (A) du compartiment principal : il faut la réserver pour le matériel lourd comme crampons, dégaines, quincailleries, thermo de café.. Le matériel lourd ne doit pas être placé trop haut, sinon le sac à dos risque de danser. Quand un sac à dos est bien équilibré, il tient debout tout seul lorsqu'il est posé sur le sol. Toujours avoir son matériel de sécurité (tryptique DVA/Pelle/Sonde) accessible facilement et rapidement en fonction de votre sac. En cas de pépin, chaque seconde compte. Préférer les sacs avec emplacements prévus pour la pelle et la sonde. 

La zone avant (B) est plus destinée aux vêtements et affaires pas trop lourdes. Le rabat supérieur (C) offre souvent une grande poche qui permet de mettre les petites choses devant restant facilement accessibles. Lunettes de soleil crème solaire, mouchoirs, topo-guide, frontale, aliments énergétiques.. J’aime bien répartir avec les poches de la veste : ainsi, on enlève son sac un minimum de fois.

Toute la zone basse du sac (D) est à réserver pour les affaires légères comme la doudoune, le matériel de bivouac. Quand on a un accès par un zip, c’est quand même un gros plus pour accéder à un accessoire rapidement ! Personnellement, je prends une micro-pharmacie et une couverture de survie en fond de sac. J’y rajoute une mini-trousse de toilettes si c’est pour une ou plusieurs nuits.

Avant ou pendant la randonnée, on évite au maximum d’avoir des choses qui pendent sur le sac, il faut qu’il soit le plus compact possible en montée, comme en descente. Même quand il faut amener une corde, on la glisse sur le haut du sac ou fixe sous le rabat supérieur et stabilise les lobes avec les systèmes de fixations du sac.

Selon la conscience de chacun, pour le casque, soit il se trouve sur la tête soit il est bien rangé dans ou sur le sac.

Trouver, comparer les bonnes informations


T’as vu le B.E.R.A. ?

Le Bulletin d’Estimation du Risque d’Avalanche (Méteo France) est le communiqué quotidien par massif montagneux estimant donc les risques d’avalanches selon les orientations des pentes. Au-delà du chiffre caractérisant le niveau de risque, il donne de précieuses informations sur la nivologie en faisant la synthèse des derniers évènements météorologiques. En l'absence de remontées cette saison, ils ne sont pas aussi précis que lorsqu’ils sont nourris des informations quotidiennes remontant du terrain (pisteurs, professionnels,). 

Dixit l’Association Nationale pour l’Etude de la Neige et des Avalanches (A.N.E.N.A.), les questions à se poser : « quel niveau de risque est annoncé pour le massif, quelles pentes sont particulièrement concernées par un risque de plaque ou bien de purge spontanée ? Doit-on s’attendre à une évolution importante au cours de la sortie (chaleur, nouvelle chute de neige, transport par le vent ?). Comment est constituée la surface du manteau neigeux, etc. »

Il est préférable de comparer quelques météos surtout quand il s’agit de prévisions pour des montagnes. La situation du matin peut être bien différente de celle de l’après-midi, alors autant anticiper et choisir un itinéraire qui en tient compte. Une carte topographique au 1/25000 est importante pour préparer sa course (à condition de savoir la lire). Il existe même des cartes papiers en 3 D (à noter aussi le site GeoPortail, bien utile). Ceci peut bien compléter les topos de ski ou de raquettes. 

Ne jamais partir avec uniquement une trace GPS : en suivant, on réfléchit souvent moins et puis un téléphone peut si vite être sans réseau ou déchargé (exemple classique par grand froid). La boussole sert très rarement mais un jour de brouillard soudain, elle peut être bien appréciable et même sur une zone que l’on connaît.

Selon l’endroit de la balade, il est bien aussi de contacter un local comme un guide, gardien de refuge, service des pistes qui constituent souvent les meilleures sources d’informations.

L’équipe

Motivations, attentes, tous en phase ?

Pour certains, le bon nombre de personnes, c’est 2 car au-dessus, il y a un premier et un dernier. Pour d’autres, c’est 3 et en cas de blessé, un part chercher des secours et l’autre reste sur place. Ce qui est sûr, c’est que plus l’équipe est grande, plus le niveau technique risque de ne pas être homogène. D’autant plus important pour le franchissement de difficultés. Il faut aussi s’assurer que tous les membres de l’équipe possèdent bien l’équipement nécessaire en rapport avec l’objectif choisi.

Attention à bien connaitre ses partenaires et à se méfier de l’effet groupe qui pousse parfois à devenir irresponsables..

Les essentiels de la sécurité en montagne

1 - Bien tenir compte de la météo

Ne pas négliger la prévision la plus pessimiste. Le froid et le vent étant intimement liés, il faut bien regarder comment cela va souffler à différentes altitudes. Ainsi, pour une température réelle sous abri de -5°, avec 30 km/h de vent, on obtient -13 de température ressentie. Avec 50 km/h de vent, cela donne -15 !

2 - Bien préparer son itinéraire et son matériel

Cf Supra

3 – Savoir utiliser son matériel de sécurité : le trio D.V.A./pelle/ sonde.

Trop de pratiquants n’ont jamais fait d’exercices de recherche de victimes. Dans les Pyrénées comme dans les Alpes, nous avons des stations de ski équipées de parc à balises pour s’entraîner et se tester en mode recherche de victime. Il est aussi sympa de le faire en pleine nature lors d’une pause casse-croûte. Après les moyens de se former ne manquent pas : les guides, l’A.N.E.N.A., les formations organisées par les marques de ski… Une fois formé, entraîné, ben c'est comme pour tout, il faut maintenir un certain entraînement.

4 - Avoir une réserve d’eau suffisante

Autant en été, on peut arriver à s’en sortir avec des sources et encore, si on ne se trouve pas dans un désert minéral. Sur des montagnes toutes blanches, un approvisionnement sera plus compliqué à trouver. Il faudra veiller aussi à protéger la poche ou gourde en cas de froid bien négatif. Un guide m’a dit un jour : « Un litre par 1000 mètres de dénivelé positif ».

5 - Monter par là où on descend

En cas de doute sur la nature du terrain, de la découverte d’une nouvelle montagne, cette règle permet de repérer les dangers cachés et pouvoir anticiper la descente.

6 - Savoir renoncer

La journée est planifiée depuis longtemps, la fenêtre météo parfaite, la route est longue, le compte en banque est vide après l’achat de tout le matos: toutes ces raisons peuvent pousser à s’obstiner mais il faut savoir faire demi-tour parfois. C’est d’autant plus dur de faire marche arrière à l’approche de l’objectif visé : que du mental, comme pour la victoire !

7- Être attentif, interrogatif

Il faut observer, écouter son environnement et encore plus dans un environnement neigeux. Mieux vaut laisser son lecteur MP3 de côté et écouter sans cesse le silence de la nature, cela serait dommage ne pas entendre les douces sonorités du manteau neigeux.. S’interroger sur la situation actuelle ou à venir permet aussi d’anticiper et de décider le plus objectivement possible.

Les stations sont malheureusement fermées mais il ne faut pas oublier que la sécurité n’est pas la même que d’habitude. Le nombre de déclenchements préventifs plus que limité et les pistes peu ou pas damées font que la sécurité n’est pas bien supérieure à un endroit complètement sauvage. Il faut donc s’interroger même si on est sur un domaine skiable : des itinéraires, des raccourcis sont peut-être à éviter..

Il existe aussi de plus en plus de parcours de ski de randonnée en station.


8 - Ne jamais compter sur des secours en montagne

Même avec le smartphone dernier cri, il ne faut pas miser sur la disponibilité du réseau de son opérateur chéri. Quand je vois des traileurs faisant des gros sommets dans une journée et simplement avec short/tshirt/2 flasques de 400 ml et un sac à dos juste suffisant pour 3 barres énergétiques, je me dis qu’ils ont tort.

La dernière fois que j’ai déclenché un secours pour un randonneur bloqué dans un pierrier à 2700 m et avec une cheville entorsée, il a fallu une bonne heure et demie pour l’arrivée de l’hélicoptère..


9 – Sortir

C’est en sortant régulièrement en montagne que l’on connaît le mieux l’historique météorologique et donc nivologique. Après la synthèse des prévisions, on a déjà en tête les observations faites sur le terrain les jours précédents. La magie des réseaux sociaux nous permet aussi de lire des comptes-rendus de sorties presque à volonté ; c’est d’autant plus intéressant sur des secteurs que l’on connaît peu ou pas.


10 - Ecouter sa peur ou encore suivre son instinct 

Pour le coup, ce sont des choses propres à chacun et moins facilement maitrisables.


Après la préparation matérielle et intellectuelle, il vous reste encore de quoi (re)lire avec la préparation physique détaillée par profil, ça date un peu mais tout reste d’actualité :

La préparation physique pour les nuls 1/3

La préparation physique pour les nuls 2/3

La préparation physique pour les nuls 3/3


 Mieux vaut regretter une course qu’on n’a pas faite qu’une course qu’on a faite.

M. Adage

yrlab
Texte yrlab
"Ascensionner, sentir, écrire"
Henri Béraldi
10 commentaires
Max Tessier
Statut : Confirmé
inscrit le 29/01/11
Super article ! Un seul petit bémol au sujet du téléphone ! Quand on l'éteints, on s'expose au risque qu'il ne redémarre pas à cause du froid. Il est donc préférable de le laisser allumer, mais surtout pas en mode avion ! C'est le mode qui émet le plus d'ondes ! En fait, pour se "couper du réseau" le téléphone envoie des ondes "contraires". Le mieux étant de simplement couper les données cellulaires, comme ça on reste joignable, et en plus, on peut faire des photos !
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 03/01/16
Stations : 6 avis
Merci ! Article relu pourtant par des pro de la montagne: perso je préfère ne pas avoir le téléphone qui sonne pendant une course en montagne et le mode avion empêche pas d'appeler le 112.. L'ANENA rappelle d'avoir son téléphone au moins à 20 cm de son DVA en mode émission et éteint en mode recherche.
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Voyageonstop

inscrit le 24/02/21
Bien qu'étant plutôt adressé à des confirmés, j'ai trouvé pas mal d'informations pour ma prochaine et surtout première sortie de randonnée en montagne !! J'appréhende un peu, d'où ma recherche de la préparation optimale. Merci beaucoup.
yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 03/01/16
Stations : 6 avis
Merci! C'est une synthèse des "essentiels", plusieurs sujets pourraient être approfondis ;) Le plus important, c'est aussi de bien s'entourer pour des échappées enneigées :)
0
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Shoei
Statut : Confirmé
inscrit le 03/01/19
Wah l'autre hé il a oublié de dire que la pelle c'était pour tailler les kickers
yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 03/01/16
Stations : 6 avis
Je te laisse écrire "Préparer sa journée freestyle " ;)
0
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.