HARD ATTACK, le film mythique...

Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages



Salut à tous

A la demande quasi-unanime des snowboarders alpins qui fréquentent le forum (ils sont 3 ou 4... :) ) je crée le topic officiel du film Hard Attack sortit en 1994. Je cite messire sur un autre topic, en le remerciant pour cette parfaite introduction que j'aurais pas osé écrire moi-même:

"j'en profite pour dire que ca serait sympa que tu fasses un post dédié à Hard Attack avec l'histoire de cette vid qui a marqué bcp de monde...y compris aux US dans la communauté "alpin"....en racontant le pourquoi du comment et les anecdotes si il y en a! Merci :) et j'ai perdu la VHS donc si tu as une version propre ca serait magique!"


En préambule à l'attention des jeunes qui s'égareraient sur ce topic je précise qu'à une époque lointaine le snowboard alpin a été jeune et rebelle (si, si...). Avant que de consternants besogneux ne l'enferment dans une utilisation exclusivement carvesque sur piste, avec si possible des piquets en travers pour se battre contre. Ce film avait la modeste ambition de montrer qu'il est possible de s'amuser avec des chaussures de Goldorack, ce d'autant plus que tout ce qu'on perd en aisance on le gagne en vitesse.

Allez, je mets la vidéo et après je raconte:

https://www.youtube.com/watch?v=9PPy1-PkLUs

Rappel du contexte: nous sommes en 1992, et le snowboard entame sa 2° grande mutation. Après les années poudreuse/footstraps/ailerons (1980/85) et les années alpin/asymétrique/Vitelli débarque des US la tendance softboots qui va s'installer durablement. En particulier sous l'influence de la mythique vidéo "Snowboarders in exile" sortie en 1990 ou Damian Sanders et ses potes vont grandement aider à développer l'identité skate/freestyle qui sera celle du snowboard la décennie suivante.

Mais sur le terrain on en est pas encore là: les 2 communautés cohabitent d'autant plus facilement qu'on considère faire le même sport, et que le programme est le même pour tout le monde: faire le con avec ses potes, à base de poudreuse et de jumps chaque fois qu'on en trouve, entrecoupées de conduites plus ou moins vittelisées sur la piste. Les planches sont encore très proches, à des années-lumière de l'hyper-spécialisation de chaque discipline qui suivra: les coqueuses sont directionnelles et capables de performances très correctes sur piste (rien d'autre que des all-mountain actuelles), et les plaqueuses sont encore larges avec des angles raisonnables qui leur autorisent aussi des prestations très correctes ailleurs que sur piste. Rien d'autre que des freecarves actuelles, sans la spatule arrière qui apparaitra un peu plus tard sous l'influence des coques.

Il est d'ailleurs assez amusant de constater que la superstar absolue de "Snowboarders in exile" Damian Sanders ride avec des plaques, ce qui lui permet des amplitudes largement supérieures à ses potes sur les modules encore approximatifs de l'époque sans lui empêcher un style à faire pâlir d'envie bien des coqueux. Le stance ridicule avec lequel on ride à cette époque limitant la gêne des hardboots en ce domaine.
Mais ce sera l'ultime soubresaut: dans la lignée de"Snowboarders in exile" vont débarquer une flopée de vidéos sur le même modèle ou les plaques seront définitivement bannies. Sanders lui-même virant sa cuti dès le 2° opus sortit l'années suivante "Critical conditions" en commençant à rider avec des coques, ce qui coïncidera de manière assez troublante avec la fin de sa carrière express même si il y a peut-être d'autres raisons que j'ignore...

A cette époque je suis saisonnier aux Arcs, ou je partage mon temps entre petits jobs, beaucoup de ride et des débuts dans la vidéo. Plaqueux acharné moi-même je contemple la tendance s'installer avec d'autant plus de consternation que je suis convaincu qu'il est possible de faire des choses tout aussi spectaculaires avec des plaques, il suffirait pour ça de trouver des riders avec un niveau suffisant...

Et puis un jour je rencontre Anthonin Lieutaghi par connaissances communes. Il effectue un service civil comme moniteur de ski à l'Auberge de Jeunesse de Seez et court en championnat de France de snowboard alpin à un niveau honorable sans être exceptionnel. Par contre en freeride il déchire tout: une énergie débordante combinée à un équilibre naturel exceptionnel et peaufiné à l'école de cirque Annie Fratellini, et un sens du spectacle inné lui permettent des prestations sans aucune commune mesure avec l'ensemble de ses semblables.

Dès que je le vois je me dis qu'il est l'homme parfait pour venir à la rescousse de l'alpin. Mais à ce moment je ne suis pas encore vraiment décidé: outre le fait que je n'ai aucune idée de la façon dont on produit et surtout distribue un film, je reste sensible aux éternels pisse-froid de l'humanité qui m'assurent que le snow alpin est mort et enterré, et que si je veux vendre des cassettes il est indispensable de faire un film de freestyle comme tout le monde. Ca sera bien la dernière fois de ma vie que je les écouterai...

On commence donc à tourner dans des conditions d'autant plus amateur que je n'ai pas d'idée précise sur l'utilisation finale, juste une forte adhésion personnelle au style et une certitude qu'il y aura toujours quelque chose à en faire. On tourne pendant sa pause de midi en mangeant un sandwich sur le télésiège, quand il peut se libérer il nous rejoint sur des sessions jumps que j'organise pour des clients, et je l'accompagne sur quelques courses ou on profite du laps de temps entre son passage dans les piquets et la proclamation des résultats pour engranger des images au hasard des conditions rencontrées sur place...

En fin d'hiver je dispose d'un stock suffisant pour produire un petit 8 minutes que je distribue à quelques dizaines d'exemplaires sans autre ambition qu'en faire profiter les amis et l'aider à démarcher les sponsors. Et quelques jours après je reçois un appel d'Eric Gros, big boss d'Hawaï Surf à Paris, qui me dis "j'ai vu ton film, je voudrais bien des cassettes pour les vendre dans mon shop". Un peu interloqué je lui réponds "mais il n'est pas prévu pour être vendu, il fait que 8mn, y'a même pas de couverture et j'ai pas les droits sur la musique". Et il me répond "c'est pas grave, envoie-moi 10 cassettes et en les vendant un peu moins cher que les autres je suis sûr que je les vends".
Je m'exécute sans trop y croire, et une semaine après il me rappelle en me disant "j'ai vendu toutes les cassettes, j'en voudrais bien 10 autres".

C'est là que j'ai vraiment compris qu'il y avait un potentiel et que j'ai donc décidé de produire mon film l'année d'après, en y consacrant une 2° saison de tournage.

La 2° saison a été un peu plus pro: Anthonin avait finit son service civil et était plus disponible, et on a pu organiser plusieurs journées complètes de tournage. Avec parfois d'autres riders comme Christophe Ségura et David Ruel. Mon principal soucis étant de tenir sur la durée, chose pas évidente à priori:
- Les standards d'époque directement issus des films de ski des années 70 imposent des films d'une heure et demi, constitués pour bonne partie d'interminables interviews nasillardes que tout le monde passe en accéléré pour rejoindre les séquences de ride. J'ai donc décidé que mon film à moi ne comporterait que du ride et des âneries rigolotes, tout autant pour s'éviter de le regarder la zappeuse à la main que pour que tout spectateur tombant sur n'importe quelle partie soit accroché immédiatement.
- Je ne dispose que d'un rider vraiment vendable, les autres assurant des prestations certes intéressantes mais pas suffisantes pour l'effet coup de poing que je veux absolument.
- La tendance trash d'époque "impose" un montage hyper cut qui s'accorde parfaitement avec l'objectif d'intensité extreme, mais limite d'autant la durée totale.
- Mes rushes sont pourris d'erreurs de débutant en vidéo, qui imposent encore d'y couper au plus court dedans pour ne garder que les parties ou l'action fait oublier les errements techniques.

Au final le film est donc une compilation de tout ce que j'ai pu engranger dans ma jeune carrière ayant plus ou moins de rapport avec du snowboard alpin. La partouze de chiens d'ouverture j'y suis tombé dessus lors de mon tout 1° film de séminaire d'entreprise aux Arcs. La séquence avec la nana en string est un photo-shoot pour les cartes postales sexy très en vogue à l'époque. Et la session softboots avec Axel Pauporte provient de la mythique "Kébra Classic" du 14 juillet 1994 à Tignes dont j'assurais la couverture vidéo. Avant de me dire que je pouvais utiliser les images pour faire un parallèle hard/soft, ce qui était d'autant plus raccord qu'Axel a toujours été le plus alpins des coqueux, un des rares pros à utiliser des steps-in.
Le plus gros regret concerne l'absence du jump d'hélicoptère qui fait la couverture, personne ne m'ayant prévenu de son organisation pour un poster Newlook (magasine sexy/homme moderne aujourd'hui disparu).
Et pour rendre à César ce qui lui appartient, le titre n'est pas de moi. J'avais prévu d'intituler le film Anéantis, en clin d'oeil au snowboard à coques qu'il était supposé anéantir. C'est Frank le boss d'X-trème vidéo qui en assurait la distribution qui suggèrera Hard-Attack plus international à son sens. Il avait parfaitement raison.

Voilà pour l'essentiel. En dépit de tous ses défauts qui m'arrachent les yeux aujourd'hui le film remplira une bonne partie de ses objectifs:
- Connaitre un certain succès dans le monde entier
- Nous rapporter un peu d'argent
- Et surtout nous ouvrir à tous les 2 de multiples portes pour nos avenirs respectifs.

Il demeurera d'autant plus mythique que ce sera un one-shot: la suite envisagée n'existera jamais, tout autant pour cause d'emplois du temps respectifs désormais bien chargés que parce que la jeunesse s'enfuyant aussi j'ai rapidement compris qu'il n'y aurait pas moyen de faire mieux en terme d'action. Et Anthonin passera lui-même aux coques vers 1996...

Mais du coup le film se vendra pendant plusieurs années. Il tournera en boucle au pub branché de Tignes pendant 10 ans, ou j'ai entendu parler d'un habitué tellement fans qu'il le connaissait par coeur et annonçait à chaque séquence ce qui allait se passer dans la suivante!

Par contre pour ce qui est d'enrayer la montée en puissance des coques, ça sera franchement raté... Mais 25 ans après j'y crois toujours, et d'autant plus que les jeunes actuels redécouvrent les joies du carving après avoir contemplé toute leur vie les conduites approximatives de leur vieux c... de père dans ses coques. Reste plus qu'à leur faire comprendre que pour ça on a jamais rien inventé de mieux que des plaques. En plus pour eux ça devrait être moderne, ils en ont jamais vus... :)

https://www.skipass.com/forums/sports/snowboard/freeride/sujet-142372-2.html

En conclusion je précise que tout ce que j'ai pu dire sur l'époque n'a aucune prétention scientifique et ne relève que de mes souvenirs personnels. Tous ceux qui ne l'ont pas vécue exactement de la même façon et souhaitent apporter des précisions ou des contradictions sont fortement invités à le faire, ça enrichira le sujet. Et si certains ont encore des questions, aucun soucis: radoter sur sa jeunesse disparue c'est ce que préfèrent tous les vieux croutons... :)

Bon ride à tous, quelles que soient vos préférences. Et vive le snowboard !!!
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
Un petit up pour LA vidéo qui a tout changé, je suis pas raciste...

Notez le style en plaques sur la photo de couverture, franchement on se pose des questions... :)

https://www.youtube.com/watch?v=2JYhM_HtKKs&t=1696s
mickdubois
mickdubois
mickdubois

inscrit le 06/10/19
29 messages
putain merci merci la tu m'a fais rêver! Ce film a formaté ma vie de rider et mes envies de snowboarder débutant. Je suis tomber sur lui a tignes sur la rouge qui descend du glacier, et je me suis dit;alors que je débuté "UN JOURS JE FERAI DES COURBES COMME CA"
Tu aurais pas le nom, le lien de la video d'antonin lieutaghi quelque année après celle ci ou il saute avec des drapeaux dans les mains aux arcs je crois. je ne me souviens plus du nom ni de la date.
merci.
quik3113
quik3113
quik3113

inscrit le 04/04/18
18 messages
Roo snowboarder in exile , je me souviens l'avoir vu et je rêvais de ça. Les pipes qui était accessible à tous, c'était la bonne époque ça! Maintenant soit y a plus de pipe, soit il font 15m de haut et tu sors pas la tête du mur! C'était vachement plus fun que tous ces rails et ces box (mauvaise foi inside, je suis juste nul là dessus!)
Par contre sur hard attack les stances de nain et les angles de fou!!
Moi j'ai commencé le snow en 98 je pense donc les coques rigides, c'était déja la fin!
alithear
alithear
alithear
Statut : Confirmé
inscrit le 02/05/19
107 messages
interessant a lire en tout cas.
Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
mickdubois ( 5 nov.) disait:

putain merci merci la tu m'a fais rêver! Ce film a formaté ma vie de rider et mes envies de snowboarder débutant. Je suis tomber sur lui a tignes sur la rouge qui descend du glacier, et je me suis dit;alors que je débuté "UN JOURS JE FERAI DES COURBES COMME CA"
Tu aurais pas le nom, le lien de la video d'antonin lieutaghi quelque année après celle ci ou il saute avec des drapeaux dans les mains aux arcs je crois. je ne me souviens plus du nom ni de la date.
merci.

Merci pour le commentaire, ça fait plaisir... :)

Par contre désolé mais je vois pas du tout la vidéo dont tu parles. Antonin a été très sollicité après, il a tourné dans pas mal de choses et j'ai pas tout vu.
chatnoir
chatnoir
chatnoir
Statut : Confirmé
inscrit le 13/07/06
165 messages
Photos : 1 photos du jour
Putain, c’est bon et flippant de revoir ça. J’ai l’impression que c’était hier.
euskaladejo
euskaladejo
euskaladejo
Statut : Confirmé
inscrit le 28/04/08
7551 messages
Merci pour le partage.
ramtsv
ramtsv
ramtsv
Statut : Confirmé
inscrit le 26/11/12
246 messages
Merci pour le film Cool-attack, pas vraiment ma génération et j’ai toujours fait du ski donc ça ne me rappelle aucun souvenir particulier mais ça donne bien envie de rider
aegir_98
aegir_98
aegir_98
Statut : Confirmé
inscrit le 26/11/03
1016 messages
Matos : 1 avis
Enorme !
J'ai presque envie de décrocher le Nitro du mur du garage où il sert d'étagère, d'y remonter les Eymery violette et verte dessus et de dépoussiérer les Burton !

Nan j'déconne ! :D

Mais merci pour le partage !

F.
Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
quik3113 ( 5 nov.) disait:

Par contre sur hard attack les stances de nain et les angles de fou!!

Tellement d'accord avec ça que c'est la principale chose que j'ai modifié sur mes planches alpines newschool...

Chaque fois que par curiosité je me remets dans cette épouvantable position tire-bouchonesque je suis horrifié d'avoir pu rider comme ça pendant 15 ans avant de me poser des questions. Qu'est-ce qu'on est c... quand on est jeune! :)

https://www.skipass.com/forums/sports/snowboard/freeride/sujet-142372-2.html
Message modifié 1 fois. Dernière modification par Cool-Attack, 06/11/2019 - 12:15
jeankiski
jeankiski
jeankiski
Statut : Confirmé
inscrit le 24/03/05
9219 messages
aaaahhh, merci, j'avais été un des 1ers à réclamer cette vidéo, ayant une pauvre version toutes pourrie récupérée je sais plus trop où...
moi, j'ai lâché le ski pour le snowboard en 1997 et j'ai aussi eu quelques années en plaque avant de passer à mi-temps aux coques à partir de 2001-2002.
j'ai pas dû y retoucher depuis 2012/2013 je dirais mais j'ai conservé les stigmates : des angles de vieux, des coques/boots assez rigides et des planches bien directionnelles.
je m'en vais la regarder encore une fois.
le fab
le fab
le fab
Statut : Expert
inscrit le 26/11/99
4554 messages
Matos : 5 avis
Cool-Attack ( 6 nov.) disait:

Chaque fois que par curiosité je me remets dans cette épouvantable position tire-bouchonesque je suis horrifié d'avoir pu rider comme ça pendant 15 ans avant de me poser des questions. Qu'est-ce qu'on est c... quand on est jeune! :)

Con peut être pas ... A l'époque le matos alpin était très orienté performance, plutôt que plaisir
Il me semble que board alpine de compèt aujourd'hui sont tjrs très étroites ...

Mais ça n'empêche qu'il y avait des bonnes board (entre autre Lacroix que l'on voit bien dans ton film)
Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
le fab ( 6 nov.) disait:

A l'époque le matos alpin était très orienté performance, plutôt que plaisir

Pile-poil ce que je disais: fallait vraiment être c... pour perdre autant en plaisir pour des performances dont on avait aucun besoin... :)

Mais pour relativiser un peu à la réflexion, la position tire-bouchonesque devient de plus en plus fatigante en vieillissant, donc forcément plus jeune on y pense moins.
le fab
le fab
le fab
Statut : Expert
inscrit le 26/11/99
4554 messages
Matos : 5 avis
Cool-Attack ( 6 nov.) disait:

Pile-poil ce que je disais: fallait vraiment être c... pour perdre autant en plaisir pour des performances dont on avait aucun besoin... :)

Argument qui marche aussi pour le débat soft boots / hard boots amha ;)
Message modifié 1 fois. Dernière modification par le fab, 06/11/2019 - 18:22
Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
Sauf que moi j'éprouve beaucoup plus de plaisir avec des hards qu'avec des softs pour des raisons qui n'ont rien à voir avec de la performance: ça sert strictement à rien de faire des tranchées en écrasant de tout ton poids une board sur un rail, mais p****n qu'est-ce que c'est bon!
mickdubois
mickdubois
mickdubois

inscrit le 06/10/19
29 messages
la tranchée il y a rien telle... que même les skieurs on voulu faire pareil
Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
jeankiski ( 6 nov.) disait:
j'ai conservé les stigmates : des angles de vieux, des coques/boots assez rigides et des planches bien directionnelles.

Franchement y'a pas tout à jeter: tu gardes précieusement les planches directionnelles; tu vires ces consternantes coques soit-disant rigides qui réussissent le prodige de faire horriblement mal quand tu veux un peu d'appuis parce qu'il faut les serrer comme une bourrique sans jamais procurer un vrai appuis d'alpin qui n'existe qu'avec des plaques; et tu vires l'angle de vieux qui fait disparaitre les sensations originelles du surf des neiges et ses appuis en travers au profit des conduites du ski en ligne, en twistant horriblement un corps qui n'a vraiment plus besoin de ça.

Et avec tout ça tu fais comme moi du vieux- Taghi, une seconde jeunesse dans la vieillesse... :)
mickdubois
mickdubois
mickdubois

inscrit le 06/10/19
29 messages
Cool attack, tu est un intégriste des plaques lol!!! tu peux me dire pkoi en boarder cross tout le monde n'a pas des plaques, et pkoi le peu de rider qui en utilisent ne gagne pas haut la main. je ridais en plaque à l'époque et je serrai comme un âne, autant que mes boots bien raides aujourd’hui. le midi je ne retirais même pas les raichle pour rentrer dans mon appart. regarde X.delerue, il ride avec les pompes dessérés, et pourtant il est loin de se trainer...
jeankiski
jeankiski
jeankiski
Statut : Confirmé
inscrit le 24/03/05
9219 messages
ouvrir les angles avec des HB, j'ai jamais pu et je comprends pas en fait.
La flexion est axiale et pas latérale, et donc en ouvrant son pied arrière, ça devient inconfortable en HB...enfin pour moi.
jamais pu descendre sous les +15 pour ce pied arrière.
Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
mickdubois ( 7 nov.) disait:

Cool attack, tu est un intégriste des plaques lol!!! tu peux me dire pkoi en boarder cross tout le monde n'a pas des plaques, et pkoi le peu de rider qui en utilisent ne gagne pas haut la main. je ridais en plaque à l'époque et je serrai comme un âne, autant que mes boots bien raides aujourd’hui. le midi je ne retirais même pas les raichle pour rentrer dans mon appart. regarde X.delerue, il ride avec les pompes dessérés, et pourtant il est loin de se trainer...

Pile-poil dans toutes mes convictions, t'as pas finis de me lire... :)
Dans l'ordre:

- Personne ne met des plaques en boarder parce que l'association plaques/angles de tarés est inscrite tellement profondément dans les esprits que personne n'a pensé a enlever l'angle. Jamais un coqueux n'a envisagé de revenir à des plaques, c'est même plutôt le sauve qui peut général dans l'autre sens... Et tous les alpins qui s'y sont essayé l'ont fait avec leur matos d'alpin sur lequel ils n'ont aucun équilibre: planches trop étroites plus trop d'angle, un désastre. Et l'équilibre c'est la clé du boarder, tout autant pour pas se mettre sur le toit dans les bastons que pour rattraper les réceps hasardeuses de jumps en paquets et déclenchés en plus sur l'angle de la courbe précédente.
C'est bien plus important que l'appuis dans des virages relevés...

C'est d'ailleurs justement en regardant les premiers boarders à l'époque ou le plateau était à peu près 50/50 que j'ai pensé à enlever l'angle: après avoir contemplé des coqueux sans appuis face à des alpins sans équilibre, je me suis dis que la meilleure solution ça serait un mix des 2 en enlevant l'angle des plaques. Avant de m'apercevoir qu'en plus du coup je retrouvais mes premières sensations de snowboard totalement oubliées depuis l'angle.

- Je n'ai pas dit que les hardboots n'étaient pas inconfortables, juste que pour le prix de l'inconfort au moins tu as un vrai appuis alpin. Contrairement à des softs trop serrées ou tu as l'inconfort sans jamais avoir l'appuis d'alpin.
Et au passage avec des chaussons conformable bien tassés par quelques saisons ça reste dur mais c'est pas le bagne non-plus, et pas plus inconfortable à mon sens que vriller ses pieds désespérément pour trouver un peu de tenue.

- Quant-à Delerue, aïe... Je dirai juste que personnellement je n'adhère pas du tout à cette tendance directement issue du FWT qui veut qu'on choisisse systématiquement les pentes les plus engagées parce que c'est ce qui impressionne le chaland. Et dans lesquelles on ne peut rien faire d'autre que se laisser dégouliner droit dans la pente la planche en travers en gérant la vitesse juste par son inclinaison et envoyer de temps en temps de pauvres "courbes" déclenchées d'un grand coup de rein, et dont le but n'est que de faire pivoter la planche le plus vite possible pour retourner la poser en travers sur l'autre carre.
Après ça reste respectable pour son engagement et sa maitrise, mais en matière snowboardesque c'est le contraire absolu de toutes mes conceptions. Et il n'y a aucun besoin d'appuis pour rider comme ça, c'est même plutôt néfaste quand tu te fais chablater dans des pentes à 60% avec un sac de 20kg sur le dos...
le fab
le fab
le fab
Statut : Expert
inscrit le 26/11/99
4554 messages
Matos : 5 avis
Cool, t'as peut être pas trouvé ton bonheur en coques, mais on peut aussi avoir des vrais appuis avec ... Certe pas sur de la glace, mais sur de la bonne neige ça tranche très très bien
Re regarde les vidéos de korua (qui représentent bien l'esprit snow pour moi) avec des coques (probablement pas très rigides) et des boards courtes et larges ...
Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
le fab ( 7 nov.) disait:

Re regarde les vidéos de korua

J'ai re-regardé. Et j'ai re-vu certes de belles courbes en snowboard, mais toujours avec une position alpine toute vrillée dont je ne veux plus entendre parler et des conduites de ski. Je trouve même que ça empire la façon dont ils poussent systématiquement sur l'épaule pour accentuer le rentré de genoux et avoir en permanence les épaules face à la spatule, surtout en front. Mais c'est normal, c'est la clé des gros appuis en coques: on est beaucoup plus puissant en poussant sur une planche qui est sous le corps que quand on est en bascule.

Le problème fondamental c'est que ça reste des conduites de ski et pas de surf des neiges... En plus de la position contre-nature épuisante.
Message modifié 1 fois. Dernière modification par Cool-Attack, 07/11/2019 - 21:29
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
jeankiski ( 7 nov.) disait:

ouvrir les angles avec des HB, j'ai jamais pu et je comprends pas en fait.
La flexion est axiale et pas latérale, et donc en ouvrant son pied arrière, ça devient inconfortable en HB...enfin pour moi.
jamais pu descendre sous les +15 pour ce pied arrière.

C'est parce qu'il faut modifier les réglages dans la tête en même temps que sur la planche... Effectivement ouvrir le pied arrière en continuant à rentrer le genoux c'est horriblement inconfortable. Mais si tu te fais violence dans la tête en pensant que désormais tu rides en travers et non-plus en ligne, ça change tout.

C'est d'ailleurs rien d'autre qu'un retour aux sources: au début quand on a remplacé les footstraps par des plaques Emery, on a gardé les angles 0/45 des footstraps et ça marchait. Mais forcément après avoir tourné les épaules ça marche plus.

Je suis sûr qu'en lui demandant gentiment euskaladejo viendra poster une photo de sa planche en hardboots ou on le voit parfaitement...

https://www.youtube.com/watch?v=lfwkD0kWHis&t=12s
jeankiski
jeankiski
jeankiski
Statut : Confirmé
inscrit le 24/03/05
9219 messages
je le redis le pied arrière en HB avec un angle ouvert, je ne comprends pas vue le sens de flexion d'une HB.
en fait, faudrait peut-être une HB en plaque sur le pied avant et une SB en coque derrière ?
euskaladejo
euskaladejo
euskaladejo
Statut : Confirmé
inscrit le 28/04/08
7551 messages
Dans ma banque d'images j'ai que la planche home made par un pote qui est au garage complètement délaminée.
Me souviens plus des angles mais je crois avoir reduit un peu plus pour proche du zéro.

J'avais calé les fix pour compenser un grand stance rapport à ma taille.
Fix av avec plus d'angle que derrière.

Une des rares tofs que j'ai en action...
Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
jeankiski ( 8 nov.) disait:

en fait, faudrait peut-être une HB en plaque sur le pied avant et une SB en coque derrière ?

Beuh, ça me rappelle Sylvie Paget qui ridait avec une chaussure de ski devant et une de snowboard derrière sans jamais avoir fait école...

Idem pour les raichle d'époque avec 2 paires de languettes de couleur et de rigidité différente ou on était supposé mettre la molle derrière et la dure devant. Jamais été convaincu, en plus du look de clown! :)
le fab
le fab
le fab
Statut : Expert
inscrit le 26/11/99
4554 messages
Matos : 5 avis
Moi j'aimais bien les languettes roses et vertes ...
LeKeke
LeKeke
LeKeke
Statut : Confirmé
inscrit le 09/09/10
421 messages
Moi aussi. Je changeais suivant le programme du jour, poudreuse ou carving.
Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
euskaladejo ( 8 nov.) disait:

Me souviens plus des angles mais je crois avoir reduit un peu plus pour proche du zéro.

euska, 20 ans d'avance... :)

Par contre le calage avant j'en ai jamais voulu: vive le pied avant bien à plat pour une parfaite lecture tactile du terrain!
Et bien sûr avec des chaussures à plat, et non ces sinistres horreurs biseautées qui ont largement contribué à l'extinction de l'alpin.
euskaladejo
euskaladejo
euskaladejo
Statut : Confirmé
inscrit le 28/04/08
7551 messages
Elles ont vécu une vie biseautée avant que je les fasse ressemeler vibram.
Et finir en lambeaux!!
Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
A l'attention de ceux qui ne l'auraient pas apprécié à sa juste valeur je remets la couverture de "Snowboarders in exile" avec Sanders EN PLAQUES !!!

Si ça c'est pas du snowboard jeune et rebelle... :)



le fab
le fab
le fab
Statut : Expert
inscrit le 26/11/99
4554 messages
Matos : 5 avis
Cool-Attack ( 9 nov.) disait:

Si ça c'est pas du snowboard jeune et rebelle...

C'était ! ;)
Cool-Attack
Cool-Attack
Cool-Attack

inscrit le 15/03/19
725 messages
Personnellement je trouve que ça le reste beaucoup plus que de consternants freestyleurs tourbillonnant tristement dans des snowparks sur des plateaux à fromage rebaptisés snowboards, même si ils ont des fixations à la mode... Ou des vieux schnoks redécouvrant avec émerveillement le carving en coques, sauf qu'ils sont obligés de retrouver les pires positions alpines des années 80, en en faisant beaucoup plus encore dans le tordu pour rattraper le peu d'angle et le maintien inférieur des coques. C'est ballot... :)

Photo typiquement intemporelle parce que tout est parfait, y'a rien à jeter: le trick, le style et SURTOUT SURTOUT l'attitude. On dirait Sid Vicious en train de hurler "No future", et franchement ça ça a jamais pris une ride.
Message modifié 1 fois. Dernière modification par Cool-Attack, 09/11/2019 - 19:12