Skipass
Dr Matos : la compatibilité chaussure-fixation
2000*1045px

Dr Matos : la compatibilité chaussure-fixation

Chaussures alpines, de rando, fixations à inserts, WTR, MNC... Qu'est-ce qui marche avec quoi ? Vous saurez tout !
Texte Loïc Giaccone
Texte Loïc Giaccone
Chaussures alpines, de rando, fixations à inserts, WTR, MNC... Qu'est-ce qui marche avec quoi ? Vous saurez tout !

"ISO 9523", "DIN compatible", "Rocker Soles", "WTR", "MNC", "Alpine Touring", "Low Tech"... Vous faites partie de ces gens qui oscillent entre le monde de l'alpin et celui de la rando, et vous vous prenez souvent la tête pour savoir si vous allez pouvoir utiliser vos chaussures et vos fixations ensemble ? Nous avons ressorti la machette du Dr Matos pour nous y retrouver dans cette jungle terminologique et savoir si la chaussure de vos rêves est compatible avec vos fixations, ou l'inverse... 

Déchaussage des fixations, normes, shapes des skis, retrouvez tous les dossiers du Dr Matos ici

Quelques rappels

Ajoutez des photos (2020px)

Concernant le fonctionnement des fixations, leur déclenchement et leurs réglages, vous pouvez vous replonger dans notre article du Dr Matos sur les fixations de ski. Ce dont il faut se rappeler, c'est que les fixations alpines et de randonnée à plaques (en anglais AT pour "Alpine Touring") déchaussent latéralement par l'avant. Lors de ce déchaussage, la semelle de la chaussure glisse sur une plaque de plastique de la fixation appelée AFD (Anti-Friction Device). 

Si vous avez aussi suivi l'article sur les normes et les standards de cette rubrique, vous savez que les semelles des chaussures de rando sont différentes des semelles des chaussures alpines. Cette différence de forme, de matière et de hauteur est à l'origine de la non-compatibilité des produits des deux normes entre eux. 

Attention : non-compatibilité ne veut pas dire qu'en pratique, ça ne marche pas. La différence n'est pas non plus énorme et il est possible de chausser une chaussure de rando avec une fixation alpine (en forçant sur l'ensemble). Cependant, à cause de la matière agrippante de la semelle et de la différence de hauteur, le déchaussage correct de la fixation aux valeurs "normales" décrites par la norme n'est plus garanti. De plus, il y a des forces et frottements supplémentaires, non prévus, aux zones de contacts chaussure-fixation qui peuvent endommager l'une ou l'autre.  

Les zones de contacts fixation-chaussure qui nous importent, le débord (21-22) et la semelle avec la plaque AFD (122), on y reviendra :

Ajoutez des photos (2020px)

Les différentes semelles de chaussures


Les semelles alpines, norme ISO 5355 

Ce sont les plus répandues dans nos stations de ski. La plupart des chaussures de course, de piste en général, de location et de all mountain répondent à cette norme.

Cette forme de semelle définie par les schémas ci-dessous permet de garantir que ces chaussures fonctionneront avec les fixations alpines répondant à la norme ISO 9462, également les plus répandues, que vous trouvez sur la plupart des paires de skis alpins.

C'est à cause de cette forme de semelle presque uniformément plate que la plupart des gens adoptent un style de marche particulier dans les stations, surtout sur un sol dur ou dans un escalier... 

Les contraintes de la norme alpine pour les chaussures adultes (à gauche) et enfants (à droite) :

Ajoutez des photos (2020px)

La norme décrit donc la forme de la semelle (presque plate, très légèrement relevée à l'avant) mais aussi la forme et la taille des débords. Les débords, ce sont les parties à l'avant et à l'arrière de la chaussure qui "dépassent" et qui permettent à la butée et à la talonnière de la fixation de maintenir la chaussure plaquée au ski. Enfin, la norme demande aussi une zone lisse sous l'avant du pied, qui permet à la chaussure de glisser sur la plaque AFD de la butée lors d'un déclenchement latéral. 

Quelques semelles répondant à la norme alpine ISO 5355 :

Ajoutez des photos (2020px)

Les semelles de randonnée, "Alpine Touring", norme ISO 9523

Les semelles de randonnée sont différentes des semelles alpines. Leur forme est plus arrondie, avec une sorte de rocker à l'avant, pour permettre un mouvement de marche plus naturel. Les débords et leurs hauteurs se retrouvent ainsi modifiés. De plus, la semelle doit être agrippante, avec des matières de style caoutchouc (Vibram étant une des marques les plus répandues, mais il y a aussi Pomoca, Skywalk, Chevron, et d'autres) pour pouvoir marcher en montagne sur la neige, les pierres ou la glace en diminuant le risque de glisser et chuter.

A noter que la norme ne s'intéresse pas aux inserts, tant que ceux-ci ne gênent pas le bon fonctionnement dans des fixations à mâchoires. 

Les contraintes de la norme Alpine Touring 9523 pour les chaussures de rando :

Ajoutez des photos (2020px)

Cette forme arrondie de semelle donne donc une hauteur plus élevée au débord avant, cette différence étant la principale cause de la non-compatibilité entre les deux normes, avec la semelle agrippante qui empêche la chaussure de sortir correctement lors d'un déchaussage d'une fixation alpine (semelle alpine à gauche, rando à droite, sur une même embase de Lupo) :

Ajoutez des photos (2020px)

Quelques semelles répondant à la norme ISO Alpine Touring 9523 :

Ajoutez des photos (2020px)

Les standards de marques, WTR, Grip Walk et Walk Soles, appartenant à la norme rando ISO 9523


Les semelles WTR :

Développées par Salomon et consacrées à la randonnée, les semelles WTR (pour Walk To Ride) sont aussi utilisées par Atomic, et plus récemment par Rossignol, Lange et Look. Ces semelles répondent à la norme rando ISO 9523 précédemment citée, elles ont donc une forme arrondie pour la marche. Mais elles possèdent aussi une plaque de plastique glissante sous le pied, comme les semelles alpines, qui permet un déchaussage dans des fixations qui acceptent les semelles WTR.

Ajoutez des photos (2020px)

Les semelles Grip Walk :

Ce tout nouveau standard est développé par Marker et arrivera bientôt sur le marché. L'idée est proche de celle du WTR, avec une semelle normée rando (ISO 9523) comportant des zones en plastique glissantes permettant à la chaussure de déchausser dans des fixations "Grip Walk" ou normées pour la rando. 

On trouvera les semelles Grip Walk sous la forme de semelles interchangeables pouvant être adaptées à la place de la semelle normale alpine. Certains modèles de chez Dalbello, K2, Nordica et Tecnica sont déjà compatibles avec les semelles Grip Walk. 

Ajoutez des photos (2020px)

Les semelles Walk Soles :

Un autre nouveau standard arrive cet automne sur le marché, développé par Head. Comme les deux précédents, les Walk Soles répondent à la norme rando ISO 9523 et pourront donc fonctionner avec les fixations qui acceptent cette norme. Elle fonctionneront également avec les fixations WTR, mais surtout avec la Tyrolia Attack 14 AT et ne seront disponibles qu'à la demande, pour certains modèles de chaussures de chez Head. 

Les semelles Walk Soles, norme ISO 9523 :

Ajoutez des photos (2020px)

Les semelles non normées ISO 5355 ou 9523

Quelques chaussures de randonnée ne répondent pas aux normes précédemment citées. Il s'agit des modèles exclusivement destinés à la randonnée et aux fixations à inserts. On retrouve donc des modèles ultra-légers (souvent les modèles de courses de ski-alpinisme), mais aussi des modèles plus orientés grand public comme les TLT6 et TLT7 de Dynafit. Ce fait est du à des débords plus petits, réduits au minimum voire inexistants pour la TLT7, dans le but de gagner du poids et augmenter le confort de marche en réduisant le bras de levier. Ces chaussures ne sont donc pas compatibles avec les fixations à mâchoires "classiques". Elles possèdent tout de même de courts débords pour pouvoir mettre des crampons. 

Scarpa F1 Evo à gauche, Dynafit TLT7 à droite (qui nécessite un adaptateur pour pouvoir utiliser des crampons) : 

Ajoutez des photos (2020px)

Les différentes fixations

Maintenant que vous avez une vue globale des différentes formes de semelles, voyons quels sont les différents types de fixations et les semelles qu'elles acceptent. 

Les fixations alpines, norme ISO 9462

Ce sont les fixations les plus répandues, que l'on trouve sur la plupart des skis dans toutes les stations de ski alpin. Leur déchaussage est prévu dans des plages de valeurs précises et testé dans différentes conditions (plus de détails ici), permettant une sécurité optimale lorsqu'elles sont bien réglées.

Elles fonctionnent avec toutes les chaussures qui répondent à la norme de chaussures alpines ISO 5355, la plus répandue.  

Quelques modèles de fixations alpines :

Ajoutez des photos (2020px)

Les fixations alpines acceptant plusieurs normes

Depuis quelques années, les marques proposent des fixations alpines qui fonctionnent avec plusieurs types de chaussures. On retrouve ainsi : 

  • La Warden MNC (pour Multi-Norm Certified) de Salomon qui accepte les deux normes de semelles, alpine ISO 5355 et rando ISO 9523 (dont les standards WTR, Grip Walk et Walk Soles).
  • La Tyrolia Attack 14 AT, compatible avec les deux normes alpine ISO 5355 et rando ISO 9523 (dont WTR, Grip Walk et Walk Soles). 
  • La Lord de Marker ainsi que les nouvelles Griffon et Jester de la saison 2016-2017, qui acceptent les deux normes alpine ISO 5355 et rando ISO 9523 (dont WTR, Grip Walk et Walk Soles).
  • Les STH² WTR, Look Pivot Dual WTR et SPX Dual WTR qui acceptent les chaussures alpines ISO 5355 ainsi que les semelles WTR, les semelles Walk Soles et normalement également les semelles Grip Walk, mais pas les autres semelles rando ISO 9523 "classiques", sans plaque de glissement intégrée.
  • Les futures fixations Marker "Grip Walk" fonctionneront avec les semelles alpines ISO 5355 et les semelles Grip Walk (mais pas avec les rando ISO 9523 et pas non plus avec les WTR).  

Concernant les standards WTR, Grip Walk et Walk Soles, nous avons préféré le préciser mais si une fixation accepte la norme ISO de randonnée 9523 des chaussures, de fait celle-ci accepte également ces trois standards. 


Les "multi-normes" :

Ajoutez des photos (2020px)

Pour pouvoir faire fonctionner ces fixations avec les différentes normes de chaussures, les constructeurs ont ajouté deux technologies dans les butées des fixations : un réglage vertical pour pallier la différence de hauteur entre les deux semelles, ainsi qu'une plaque AFD coulissante pour laisser sortir la chaussure, même si elle possède une semelle agrippante. 

Ajoutez des photos (2020px)

Les fixations de randonnée à plaque (ou chassis), norme ISO 13992

Les fixations de rando possèdent leur propre norme ISO 13992. Cependant, leur déchaussage possède les mêmes caractéristiques, avec les mêmes valeurs et les mêmes tests, que pour la norme alpine 9462. La différence réside dans le fait que leur système permet la marche avec le décrochage du talon.

Ces fixations fonctionnent avec les chaussures de randonnée normées ISO 9523, mais elles sont aussi compatibles, pour celles où nous avons pu le vérifier (Diamir, Marker et Tyrolia), avec la norme de chaussures alpine ISO 5355.

Concernant les fixations de Salomon et Atomic, les Guardians et Trackers, les premières générations estampillées WTR n'étaient compatibles qu'avec les chaussures alpines et WTR. Les dernières, "MNC" (Multi-Norm Certified), sont désormais compatibles avec les deux normes ISO de semelles. D'après leur fiche technique, les XM de Look ne sont compatibles qu'avec les chaussures alpines et WTR (ce sont des Guardian sous la déco de Look). 


Ajoutez des photos (2020px)

Le cas des fixations à inserts (ou "low tech")

Le système des inserts n'est pas normalisé. Il faut donc vérifier au cas par cas avec quel produits votre matériel est compatible.

Le "standard" Dynafit

La marque Dynafit a possédé le brevet de la technologie low tech pendant 20 ans, ce qui lui a permis de s'imposer sur ce marché et d'équiper désormais les autres marques (à ce sujet, l'interview de l'inventeur des low tech, Fritz Barthel). Elle a aussi fait certifier plusieurs de ses fixations selon la norme 13992. Cependant, Dynafit ne garantit le bon fonctionnement de ses fixations qu'avec des chaussures possédant des inserts Dynafit.

Cet hiver 2016-2017, la marque fournit des inserts pour les chaussures de neuf marques : Scarpa, Arc'teryx, Fischer, Hagan, Lange, Movement, Roxa, Scott et Tecnica. Dynafit fournit également des fixations à plusieurs marques : Fischer, Movement et Look. Il y a fort à parier que la marque autrichienne aimerait établir une norme de randonnée à inserts qui suivrait son standard, de plus en plus répandu. 

A gauche l'étiquette accrochée lors de l'achat de fixations ou chaussures Dynafit, à droite le cache "SEAL" qui garantit que les inserts proviennent de chez Dynafit :

Ajoutez des photos (2020px)

Quelques fixations issues des partenariats "OEM" (Original Equipment Manufacturer) de Dynafit :

Ajoutez des photos (2020px)

Les autres fixations et chaussures low-tech

De nombreuses autres marques fabriquent des fixations et des chaussures à inserts depuis que le brevet est devenu public. Sauf quelques exceptions détaillées ci-dessous, la plupart fonctionnent correctement entre elles. En cas de doute, il suffit de vérifier dans les données techniques : "compatible avec les fixations low tech", "fonctionne avec les chaussures à inserts", "marche avec les inserts de type Dynafit", etc. Cependant, aucune norme n'existe actuellement pour clarifier cette situation. 

Les cas particuliers des inserts

- L'insert arrière des Dynafit Beast 14 et 16 : la talonnière des Beasts ne possède pas la même forme d'insert que les autres fixations low tech, et elle nécessite un renforcement métallique sur la chaussure. Un insert spécifique à installer est donc fournit (voir les photos ci-dessous).

- La Marker Kingpin et les chaussures non normées : la Kingpin est une fixation low tech un peu particulière car elle possède une talonnière de type alpine, à mâchoire. Elle n'est donc compatible qu'avec les chaussures possédant des inserts à l'avant et un débord à l'arrière répondant aux normes ISO (rando 9523 mais aussi à l'alpine 5355 comme la Pinnacle par exemple, qui possède des inserts). Quelques chaussures non normées peuvent cependant être utilisées avec la Kingpin en leur ajoutant un adaptateur, notamment les Dynafit TLT 5 et TLT 6 (mais pas les TLT 7), ainsi que les Backland d'Atomic et la nouvelle chaussure d'Arc'teryx (à voir plus en détails dans le tableau ci-dessous).

- La future Diamir Tecton, fonctionnant sur le même principe que la Kingpin avec une talonnière à mâchoire similaire aux alpines, devrait être soumise aux mêmes obligations : le débord arrière est nécessaire au bon fonctionnement de la fixation. 

- L'insert arrière de la Trab TR2 : cette fixation un peu particulière possède deux lames de fer qui appuient sur le débord arrière de la chaussure pour la plaquer sur le ski. Cela permet une bonne transmission des forces, mais demande aussi un insert métallique spécifique. Seules quelques chaussures peuvent marcher avec cette fixation, la Scarpa Spirit RS, et les La Sportiva Sideral 2.0, Starlet 2.0 et Spitfire 2.0. 

Ajoutez des photos (2020px)

Conclusion

Si vous êtes arrivés jusqu'ici, bravo. Nous tenons à dire que cet article s'adresse à ceux qui veulent faire les choses correctement, en respectant les consignes des constructeurs, pour des montages optimaux de leur matériel. Evidemment, il y a toujours moyen de bricoler ou d'utiliser ensemble des choses qui ne sont pas faites pour, mais ce sera "à vos risques et périls", sachant que le travail originel des fixations est d'oeuvrer pour votre sécurité, notamment celle de vos genoux. Il y en aura toujours pour skier avec des chaussures de rando dans des fixations alpines en disant que ça marche très bien ! Jusqu'au jour où... 

19 commentaires

Tchak-Tchak

inscrit le 30/07/02
77 sujets, 7240 messages
Dommage de ne pas avoir plus creusé ce qui fait la différence entre les 1eres Guardian (et les Look) WTR VS les nouvelles qui sont MNC, dommage de ne pas avoir cherché à comprendre pourquoi la Pivot Dual est seulement WTR et pas MNC malgré sa plaque AFD mobile, pourquoi les la 2eme génération de Diamir FR (je sais ca date) étaient normées rando avec une plaque fixe (non coulissante) alors que les précédentes avaient une plaque mobile... Bref je chipote, mais j'ai beaucoup de mal à faire la différence entre le pipeau marketing et les vrais arguments techniques.
KillaWhale

inscrit le 05/02/06
27 sujets, 24K messages
J'ai creusé et posé des questions mais c'était déjà assez long comme ça... Grosso-modo il y a des histoires de pression sur la plaque AFD, pas seulement de glissement. Je ne vais pas m'amuser à dire aux gens "y a marqué ça sur la fiche technique mais vous pouvez l'utiliser quand même comme ça" donc je m'en suis tenu aux fiches techniques des produits actuellement sur le marché (et c'était déjà bien conséquent).

Et à ce niveau le marketing il est assez loin (les commerciaux et vendeurs ne vont pas aussi loin dans la technique la plupart du temps, je discute directement avec des chefs de produit voire des ingénieurs - non pas celui que tu penses).

Pour les analyses très poussées, je laisse ça à Lou Dawson, il a l'air d'avoir le temps ;)
4

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Tchak-Tchak

inscrit le 30/07/02
77 sujets, 7240 messages
Merci pour ta réponse, je comprends le point de vue. Après on peut se poser la question du public auquel est destiné ton article (très bien fait au demeurant). Pour du grand public, c'est vrai, pas grand chose à redire, c'est clair et simple, mais bon, il traine encore sur les forums quelques types un peu pointus (dont un qui clame que la STH2 et même la 916 sont compatibles rando ;) ) donc ça aurait pu mériter d'aller plus loin, ou alors on peut en effet se dire qu'on peut laisser ça à des sites plus spécialisées type wildsnow and Co, ça se défend. Enfin, bon, Lou Dawson, il a perdu toute crédiblité à mes yeux le jour où il a déclaré que tout ce qui pesait plus de 1.5kg n'était PAS une chaussure de rando :).
Sinon, juste comme ça, tu aurais peut etre aussi pu évoquer les nouvelles Tecnica Cochise DIN qui si j'ai bien compris sont norme alpine (avec une peu de caoutchouc pour marcher tout de même) + inserts Dynafit, je ne crois pas qu'il y ait beaucoup d'autres pompes du genre sur le marché (K2 Pinnacle peut-être, les Lupo je ne crois pas... ?)
KillaWhale

inscrit le 05/02/06
27 sujets, 24K messages
C'est dur de placer le curseur, ce genre d'article devrait être grand public mais en pratique, il n'y a que les spécialistes qui connaissent déjà la moitié voire tout qui vont y jeter un oeil pour vérifier que je n'ai pas écrit de connerie (ou pas trop)...

Les questions très précises comme les tiennes, je me renseignerai à l'occasion durant l'hiver et j'essaierai d'y répondre mais c'est tellement spécifique que ce sera plutôt sur le forum.

Pour les Cochise tu as raison : comme les anciennes elles sont vendues en semelles alpines mais désormais les inserts sont intégrés d'origine dans la coque, de la même manière que les Pinnacle (et un ou deux autres modèles je crois, je dois refaire le tour), alors qu'avant ils étaient dans les pads semelles interchangeables qu'on peut acheter à côté. Ce sont les seuls types de chaussures qui marchent sans modification avec la quincaillerie bizarre SI&I des frères Chickering Ayers du coup (système à mon sens intéressant mais obsolète par rapport aux low tech, ou du moins dédié à une extra niche de très gros bourrins avec une grosse caisse comme Heitz).
4

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Loïc Moulin

inscrit le 29/04/15
0 sujet, 5 messages
Bonjour, aux connaisseurs,
J'ai une question qui peux vous paraître conne,
Mais est-ce qu'avec des fix low-tech (type dynafit tlt radical (avec stop ski)) il est possible d'envoyer en freerando des sauts type freestyle (360, back, 540, ... etc) au niveau du déchaussage en cas de mauvaise recep comment ça se passe ?
Enfaite une fix à plaque déchausse comme une fix alpine mais une low tech elle déchausse comment lors des crashs ?

Merci de votre avis éclairé ????
KillaWhale

inscrit le 05/02/06
27 sujets, 24K messages
J'ai eu ton MP mais la messagerie bugue, tu peux écrire à redac@skipass.com je te répondrai par mail directement !
1

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Philippe Morfin

inscrit le 03/11/15
0 sujet, 0 message
Super article pour le noob que je suis. Petite question annexe : est-ce que pratiquer le ski sur pistes avec des fixations de rando pose un problème ? (La question sous-jacente étant : pourquoi ne pas avoir qu'une seule paire de fixations pour piste + rando ?)
KillaWhale

inscrit le 05/02/06
27 sujets, 24K messages
Eh bien plus ça va, plus les fixations de randonnée se rapprochent des alpines, plus cette question prend son sens...

A la base, rien n'empêche concrètement de n'avoir qu'une paire, équipée rando, pour tout faire (surtout que le shape du ski de randonnée "type" est proche du ski all mountain "type", dans les 90/95 au patin).

Certaines fixations notamment à plaques surélèvent la chaussure par rapport au ski, et/ou modifient le flex du ski. Ce sont deux des gros reproches qu'on leur fait.

Les fixations à inserts transmettent des sensations différentes et il est psychologiquement difficile pour beaucoup de skieurs d'avoir autant confiance avec elles qu'avec des alpines. Mais plus ça va, plus on s'habitue à skier sur des fixations à inserts, voire à vraiment apprécier ce feeling. J'ai passé 2 journées en station ce WE avec des low tech, ça ne m'a pas choqué ou empêché de faire quoique ce soit. Et c'était par choix, j'ai plein de paires alpines à côté...
1
Tchak-Tchak

inscrit le 30/07/02
77 sujets, 7240 messages
"La question sous-jacente étant : pourquoi ne pas avoir qu'une seule paire de fixations pour piste + rando ?" => la réponse la plus évidente est qu'un ski de rando reste un ski allégé au max et souvent plus fragile qu'un ski d'alpin (semelle plus fines, carres moins épaisses, noyau moins durable...) bref si tu skies un ski de rando comme un alpin, il va avoir une durée de vie sans doute plus faible... Un ski de randonnée, c'est prévu sur une journée pour monter 5 heures et skier réellement juste une heure à la descente, en mode souvent plus cool qu'en station. Si tu bourrines en station 7 heures par jour avec un ski de rando, j'ai peur qu'il soit rincé très très vite ! Par contre, niveau fix, comme dit précédemment, ça pose en effet de moins en moins de soucis. Par contre il te faudra aussi une paire de chaussures à tout faire, et comme pour les skis, les pompes actuelles rigides qui skient bien tout en pesant 3kg, bah leur plastique est assez tendre et je doute qu'elles supportent plusieurs saisons en station à bloc, 7 heures par jour, 50 jours par saison !
2

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Dechi

inscrit le 18/11/11
31 sujets, 7213 messages
Très bon article !
Je précise mon objectif avant de poser ma question : Pouvoir skier des Pivot ancienne génération (sans la plaque AFD coulissante) et des fixations à insert (Radical TLT2).

Donc si j'ai bien compris les semelles ISO 9523 touring et les semelles WTR qu'on peut mettre sur les Tecnica Cochise par exemple ne seront pas compatible avec des pivots ancienne génération ? Il faut absolument passer sur les semelles alpines.

Ou alors rechercher au niveau des nouvelles semelles grip to walk de Marker, ou les nouvelle Tecnica Cochise avec les inserts directement dans la coque avec des semelles alpines ?

Thx pour les éclaircissement ;)

Pour info les changements répété de semelle sur ce genre de chaussure fatigue vite les pas de visse donc je ne pense pas que ce soit un très bon plan (en plus d'être chiant !)
KillaWhale

inscrit le 05/02/06
27 sujets, 24K messages
Normalement non, ce n'est pas compatible (semelle rando ou WTR et fix alpine comme les anciennes pivots). Certains te diront que ça marche et c'est vrai, mais les valeurs de déclenchement ne sont plus les mêmes... C'est risqué quoi !

Si tu veux une pompe qui marche avec les anciennes pivots et dans les Radical sans avoir à faire de changement, les nouvelles Cochise livrée en semelle alpine mais avec inserts intégrés dans la coque, ou bien les Pinnacle de K2, effectivement, fonctionnent :-)

Et effectivement, les changement réguliers de blocs semelles, ça marche (en tout cas sur les Cochise), mais ce n'est pas l'idéal... Pas de vis, têtes des vis, etc...

Pour ma part je me suis résolu à avoir 2 paires de pompes, une "vraie" alpine/freeride (Pinnacle pour le coup) et une "vraie" rando (mais véner en flex, la Khion Carbone).
1

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Dechi

inscrit le 18/11/11
31 sujets, 7213 messages
Thx. Bien ce que je pensais.
Le souci c'est que quand tu as mis 2 ans avant de réussir à modifier ta chaussure pour pouvoir skier une journée complète sans avoir mal ben t'as pas envie d'en refaire une deuxième hehe ;)

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire