Test The North Face FutureLight Brigandine 2020

Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.

L'innovation ça a du bon!!!! No Bullshit, Futurelight ça marche!

Avis sélectionné
Profil du testeur : 35 ans | 1,80m | 85kg | Expert
Acheté : 750€ en ligne
Conditions du test : De la pluie à la peuf toute légère : on a tout fait
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés de Skipass permettant à nos lecteurs de recevoir du matériel pour un test longue durée. Inscrivez-vous !
Test Privé : veste The North Face FutureLight

Points forts

- le FUTURELIGHT!
- la respirabilité!!!
- sèche vite
- coupe articulée, finition, design
- durabilité (à part pour les crochets de la jupe pare-neige)

Points faibles

- déperlance
- poches peu accessibles avec des gants (moins d’intégration pantalon / veste que la Purist)
- Le système de crochets pour accrocher la veste au pantalon

Je rédige ce test dans le cadre des Tests Privés. Je remercie Skipass et The North Face de m'avoir donné l'opportunité de tester ce produit. Et même si la saison s'est terminée trop tôt à cause du Coronavirus, j'ai largement pu tester ce qu'elle avait dans le ventre ;-)

J'avais attribué un 10 à la Purist la saison passée. Mais elle est partie en SAV fin de saison... Je ne peux plus changer la note mais aujourd'hui elle aurait plutôt un 8. Le 9/10 est uniquement dû au système interface veste-pantalon. Pour moi, le reste est parfait.


L’avènement du Futurelight a fait grand bruit à ISPO début de l’année 2019.

Cette nouvelle technologie promet de révolutionner l’outdoor en proposant une membrane surpassant les qualités du Gore-tex, géant incontesté du marché.


FUTURELIGHT, C’EST QUOI?

TNF a crée un processus appelé NanoSpinning qui permet de créer une membrane toujours parfaitement imperméable, mais en revanche plus respirante. Cette membrane se veut aussi plus légère est plus stretch et adaptable en fonction des besoins de l’activité. (plus ou moins stretching, plus ou moins respirante etc).

Développée et testée pendant plus de 3 ans, Futurelight arrive avec l’ambition de rivaliser avec les marques historiques dans le domaine.

Tout ça à base de produits recyclés (90% de la matière de la veste), sans produits chimiques et en réduisant la consommation d’eau.

C’est Green? Bzzzz! (Ruby Rhod’s voice… le 5ème élément pour les plus jeunes… bref)

TNF comme de nombreuses marques d’ailleurs ne communique plus aujourd’hui sur les chiffres réalisés avec certains tests, tout simplement parce que ces tests sont très discutables quant à leurs protocoles. En revanche elle promet une membrane, fine, stretch, hautement imperméable et hautement respirante, dépassant les membranes concurrentes.


PREMIÈRE IMPRESSION

Waouh… Je ne dirais pas que la légèreté m’a spécialement bluffé pour une veste de freeride. Annoncée à 920gr, elle pèse en réalité 863gr (cf photo), soit à peine 80gr de différence avec la Purist de l’année passée).

(En revanche le côté LIGHT de la membrane est plus bluffant sur certaines vestes de la collection Summit ou flight que j’ai pu voir et essayer en magasin et là par contre c’est RÉVOLUTIONNAIRE).


Le toucher en revanche et vraiment très agréable. C’est vraiment très très fluide!!! on est à des années lumière de l’aspect cartonné de ma Gore-tex Pro… c’est tellement agréable de ne pas avoir ce froissement permanent dans les oreilles! Cela en est même un peu perturbant quand on est habitué aux vieilles membranes : on se demande si ça tiendra la route!

La couleur on aime ou on aime pas, moi j'aime bien le vert et on me repère facilement dans le brouillard.

La technologie Fuseform développée déjà dans les itérations précédentes de la Brigandine permet un tissage différents selon les parties du corps afin d’offrir plus de robustesse sur les zones de frottements (avant-bras, épaules par exemple) et plus de souplesse sur les zones qui bougent (aux coudes par exemple). Vous pourrez constater les différences de tissages sur certains gros plans. Cette technique permet des différences de densités sans coutures supplémentaires et sans soucis d’imperméabilité.

La coupe de la ligne Steep est une coupe que j’affectionne particulièrement et qui permet n’importe quel geste sans entraver le confort et la liberté de mouvement.

La capuche (réglable en profondeur et en hauteur) est compatible avec un casque, les poignets se règlent avec un velcro et le bas de la veste avec un élastique. Au bas des manches on retrouve un élastique qui permet de passer le pouce et de maintenir la manche en place (bien pratique pour les sessions carving).

On a 2 poches à gauche et à droite (avec un crochet pour les clefs dans chacune), et sur la poitrine : 1 grande poche à gauche (accueille facilement un talkie et le maintient à l’aide d’un élastique) et 2 à droite. Sur la manche droite on retrouve l’habituelle poche avec un emplacement pour le forfait et feutrine pour essuyer son masque. J’adore cette poche!

Sur le col, 2 ouvertures pour une ventilation supplémentaire ou pour accrocher le micro déporté d’un talkie-walkie.

À l’intérieur l’accessoirisation et la même que d’habitude : de larges empiècement en feutres sur le haut de la tirette pour un toucher tout doux contre votre menton, une poche filet à gauche et à droite (pour le masque ou les peaux) et une jupe pare-neige non amovible et toujours avec un sytème de crochet (que je n’affectionne pas) pour attacher le pantalon.


Malheureusement, toujours pas de double curseur sur la tirette centrale (alors que c’est le cas sur les photos du site).

C’est quand même beaucoup plus pratique quand tu dois faire un rappel ou même tout simplement quand tu vas vidanger ta vessie LOL



DE LA POUDREUSE ULTRA-LÉGÈRE À LA PLUIE : 10 JOURS DE TEST SANS PITIÉ

28-29-30 Janvier : la Tarentaise japonaise

2 nuits et 2 jours avec de la neige sans interruption! Au final près d’1m en 2 jours! Les 2 premiers jours on a enfilé notre tuba et on est allé testé la Brigandine en condition sèche. Impeccable, rien à redire, la neige glisse sur la veste, on est au sec malgré la quantité impressionnante de peuf. 3ème jour le soleil se pointe et on profite encore de la peuf en mode Bluebird. Que du bonheur.


Et puis c’est le drame : pluie dans la nuit du 30 au 31 jusqu’à 2300m… la belle poudreuse et remplacée par une neige lourde et collante. Tristesse…


1-2 Février : direction l’event Spot to Spot de Volcom : Avo sous la pluie

Alors pour faire simple… c’était 2 jours de perturbations sans discontinuer ici aussi… sauf que cette fois, c’était de la pluie! mais bon, on est pas là pour enfiler des perles, on est quand même sortis, et puis c’était l’occasion de tester l’imperméabilité de la Brigandine cette fois en condition humide!

Bon on a tracé ce qu’on pouvait entre 9h et 13h. Une fois la veste trempée et une bière en guise de pause de midi, on s’est rentrés à l’hôtel.

Vous trouverez en photo l’état de la veste et du fut’, autant dire que je mens pas quand je dis que c’était de la grosse pluie et un vrai temps de merde.

RESULTAT : une fois que la déperlance n’est plus au top, la membrane sature et évacue moins bien la transpiration. Une fois la veste trempée, la sensation de froid se fait plus sentir dû à l’humidité sur la veste. Mais je n’ai pas était mouillé à l’intérieur!

Comme on était avec des potes on a pu comparer : les mecs en Gore-tex avaient aussi leur veste trempée, et ils avaient un effet sauna sous leur veste. Les secondes couches des malheureux(ses) qui avaient pas de Gore-tex se sont retrouvées trempées. On était tout simplement dans les conditions les plus extrêmes que des membranes peuvent supporter.


Donc constat sans appel : le futurelight, c’est imperméable.

Et là, c’était en condition extrêmes et on arrive à un résultat similaire avec les membranes concurrentes : une fois que la veste est trempée, la membrane saturée par l’humidité évacue moins bien la transpiration, mais nous permet toujours d’être au sec!

CONTRAT REMPLI!



DÉPERLANCE MOYENNE

J’ai pu constater que la déperlance n’est pas son fort. Lorsqu’il pleut c’est pas la veste la plus efficace. Et j’ai constaté ça à d’autres reprises sur tous les shells un peu « stretch » sur d’autres marques (volcom, burton). J’imagine que c’est une contrainte techniques et que la déperlance se perd un peu au profit du côté stretch… dommage.


TISSU RESISTANT

J’ai pas changé mes habitudes, je n’ai pas cherché à épargné la veste : pluie en ville, randonnée en forêt, freeride avec des rochers par ci par là et quelques coudes sur la neige en carvant.

Rien à dire, la veste résiste merveilleusement bien, je n’ai aucune égratignure à déplorer!

La coupe athlétique et la souplesse de la veste rendent vraiment le ride agréable, on l’oublie à chaque instant.


UNE RESPIRABILITÉ INNÉGALÉE

Si vous ridez tranquillement dans le resort, vous ne vous rendrez pas vraiment compte du potentiel de Futurelight. C’est uniquement en mode actif que vous comprendrez son intérêt.

Avec mes anciennes Gore-tex, lors de randonnées il y a toujours un moment ou tu chauffes beaucoup et où le shell devient plus ou moins humide à l’intérieur. Cela ne m’est pas arrivé avec Futurelight.

No bullshit : CONTRAT REMPLI!

Maintenant, de là à la garder en montée quand il fait grand beau, non. On préfèrera toujours les ascension en odlo ou polaire, mais en revanche dès qu’il y a du vent elle est bienvenue, et on ne surchauffe pas.


ZIPS SOUS LES BRAS OU PAS???

À ma grande surprise, les zips sous les aisselles n’ont pas été gardés cette année sur la veste Purist. Peut-être était-ce par soucis d’alléger au maximum la veste. Les zips sont pourtant présent sur la brigandine et la A-Cad.

Et bien je pense qu’ils faut absolument les garder!!!

Même si j’ai moins ressenti le besoin de les ouvrir que sur mes vestes précédentes avec les hivers que nous avons ces dernières années, les températures ne sont pas très basses, on se prend parfois 5 à 10 degrés entre le matin et l’aprem et dans ces cas là, même si le futurelight respire bien, j’étais bien content de pouvoir ouvrir les zips les jours de grand beau ou lors des ascensions en randonnée.


DES POCHES EN PAGAILLE… OUI MAIS

Les poches sont nombreuses, et c’est super. Facilement accessibles avec un sac ou un baudrier. Mais certaines (les petites de la poitrine par exemple) ne permette pas d’atteindre aisément leur contenu et encore moins votre seconde couche lorsque vous portez des gants. Cela pourrait être amélioré par exemple si les tirettes intérieur étaient plus larges.

Je préférais les poches de la Purist qui avec ces grandes ouvertures permettait d’atteindre facilement l’intérieur ou la seconde couche.


À QUAND UN CHANGEMENT DE L’INTERFACE VESTE-PANTALON?

Bon c’est pas nouveau, et je ferai le même reproche à cette jupe pare-neige à propos des crochets qui permettent de relier le pantalon : non pas que les crochets détériorent le pantalon ou la veste (et pourtant on tombe bien plus souvent en snow qu’en ski).

Mais les crochets ne sont tout simplement pas très solides. J’en ai rapidement cassé 2 m’obligeant à passer par la case SAV…

De plus, ce système n’est absolument pas universel. Et là je ne vous parle même pas d’autres marques… mais au sein même de The North Face, plusieurs pantalons ne permettent pas d’utiliser ces crochets… Et là pour moi c’est un gros point noir : si tu choisis un système comme ça, tu l’intègres sur tout ta gamme pour les sports d’hiver histoire que tout soit compatible!

Mais en allant plus loin, c’est tout simplement un système qu’il faudrait abandonner tellement il est peu solide. Et cela au profit de système plus simples et plus durables (élastiques qui se fixe sur des passants comme chez Burton, Boutons pressions comme chez Norrona, Zip intégral comme chez Volcom…).

À mons sens c’est vraiment un gros point à corriger!


SAV

Comme stipulé plus haut, j’ai cassé 2 crochets sur la jupe pare-neige… m’obligeant à passer par la case SAV…

Pour avoir recouru 2x au SAV en 3 ans (un problème de tirette sur un pantalon il y a 3 ans, et les crochets de la jupe pare-neige (encore???) sur la Purist l’année passée), ils sont pas énervés niveau réactivité chez TNF...

Encore moins avec le Coronavirus qui chamboule toute notre économie. Donc il faudra que j’attende pour leur retour qui sera sans doute le même que l’année passée pour moi : soit ils font un avoir, soit ils changent la veste à neuf.

Et changer une veste à neuf pour ça, c’est une raison supplémentaire pour moi de changer ce système de crochet pour limiter la surconsommation!!!


LA CONCCURRENCE SUIT LE PAS

En discutant à ISPO... Gore-Tex a un peu mal pris l’avènement du Futurelight… et je ne serai pas étonné de ne plus voir de Gore-Tex sur les prochaines collections TNF qui se limiterait à ses innovation internes. Gore tente de rattraper le train la saison prochaine en proposant 3 nouvelles membranes : "GORE-TEX PRO Most Rugged", "GORE-TEX PRO Stretch" et "GORE-TEX PRO Most Breathable ».

La concurrence a vraiment du bon, ça pousse à ne pas rester sur ses lauriers ;-) et nous consommateurs on en ressort toujours gagnants! À voir ce que ces nouvelles membranes proposeront l’année prochaine…


ALORS, FUTURELIGHT OU GORE-TEX?

Et bien, la nouvelle membrane de TNF est incontestablement plus efficace que les membranes Gore Tex qu’on connait jusqu’à présent. Si vous ne faites pas vraiment d’activités poussées, vous ne vous rendrez peut-être pas compte de son plein potentiel.

Mais si vous bougez beaucoup, que vous montez vite en température et que vous transpirez pas mal, vous comprendrez tout son intérêt!!! Le prix étant le même que le Gore-tex, pour moi y’a pas photo : POURQUOI S’EN PRIVER?!



IS IT WORTH THE PRICE?

Les technologies et la robustesse (si on ne pense pas aux crochets de la jupe pare-neige) de la veste valent à elles seules le prix. Et c'est sans doute les pratiquants de randonnés et de ski-mountaineering qui justifieront un tel achat.

En revanche, si votre budget est limité, parce que 750€, faut les lâcher quand même... et que votre pratique s'oriente surotut sur de la piste et de la powpow dirigez-vous vers la A-cad (un peu plus lourde mais tout aussi efficace) ou la Purist.


Caractéristiques techniques :

- Coupe large et ergonomique

- Capuche attenante, réglable par cordon de serrage, compatible avec le port d'un casque

- Fermeture centrale zippée, un seul curseur

- Deux poches zippées au col pour micro radio ou ventilation

- Deux poches poitrines zippées diagonales à droite, dont une avec boucle d'attache radio

- Une poche poitrine zippée verticale à gauche avec boucle d’attache radio

- Deux poches mains zippées avec crochet clés ou accessoires

- Deux poches intérieures masque ou peaux

- Une poche intérieure zippée

- Une poche zippée Skipass avant-bras gauche, avec essuie-masque

- Ventilations zippées sous bras

- Poignets réglables par pattes Velcro

- Passes-pouce intégrée aux manches

- Jupe pare-neige stretch et articulée, fermeture par boutons pression

- Système de connexion veste-pantalon par crochets

- Bas de la veste réglable par élastique

- Poids : 920 g. L’ancienne version en Gore-tex était annonce à 950gr donc quasi pas de différence. MAIS PESÉE 863gr (la Purist de la saison 2018-2019 faisait 780gr voir mon test)

Composition : 

- Membrane FutureLight 3L

- Tissu : FuseForm™, 75D x 75D, 100% Polyester recyclé avec envers en tricot brossé, avec traitement déperlant DWR sans PFC.



J'écris ce test au moment du confinement pour lutter contre le Coronavirus... j'espère que vous allez bien si vous lisez ce test et qu'il en est de même pour vos familles!!! Prenez soin de  vous, restez chez vous!!!

Pour qui ?

Les freeriders, les riders-grimpeurs
9/10
Confort
Correspondance Taillant
Style/Look
Finition du produit
Solidité/Durabilité
Imperméabilité
Respirabilité/aération
Qualité des poches (nombre, emplacements, tissus)
Qualité de la fermeture éclair
Rapport qualité/prix

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire