Test Osprey Kode 2015

4 tests Osprey Kode.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 9,3/10
Bast03

Solide et polyvalent, idéal pour la journée

Avis sélectionné
Profil du testeur : 36 ans | 1,71m | 75kg | Expert
Acheté : 110€ en magasin
Conditions du test : 3 années de montagne, en hiver essentiellement

Points forts

Confort, résistance, accessoirisation

Points faibles

Les réglages de sangles qui traînent

Cherchant un remplaçant à mon Millet Vector 28, usé jusqu'à la corde et imprégné d'une odeur de saucisson un peu rance, ce sac Osprey Kode 22 présentait les caractéristiques essentielles répondant à mes attentes. 

Le choix d'un sac, ce n'est pas si facile : la forme, les réglages, l'accessoirisation, le volume...et même le style font de cet achat une vraie aventure. Choisir un sac, c'est choisir un compagnon de route. 


Cherchant un sac à la journée, le volume de 22L est idéal. Avec les 28L du Millet Vector, j'avais l'impression que le sac était parfois un peu grand. A la moindre aspérité du terrain, petite bosse, petits sauts, je sentais les affaires virevolter et tournicoter comme dans le tambour de la machine à laver. Avec ses 22L, le Kode est suffisamment grand pour emporter le matériel de sécurité, une gourdasse, une collation légère et 2-3 fripes de rechange. 

En passant le Kode sur le dos, j'ai senti l'osmose. Sa forme épouse parfaitement les contours de mon dos musclé. Une sangle de réglage poitrine (réglable en hauteur), une autre plus large pour la taille. La face arrière du sac est une matière assez rigide qui assure une bonne ventilation et qui empêche la neige de s'accumuler. Attention, ce n'est pas une dorsale. Les bretelles sont assez larges, confortables et réglables évidemment. Tous ces réglages permettent d'ajuster parfaitement le sac à votre morphologie, pour peu que vous ne soyez pas voûté comme votre mémé Micheline, ou physiquement proche d'une tortue ninja.


En ce qui concerne l'accessoirisation, tout y est : 2 poches a la ceintures et une sur le devant du sac. A l’intérieur, le sac se divise en un grand compartiment et un autre de taille moyenne. Une poche filet, une autre en polaire douce pour le masque. On peut mettre une poche d'hydratation et une "poche" sur la bretelle droite permet de mettre le tuyau à l'abri. Il fallait y penser !

Les skis (ou le snowboard) se portent de différentes manières (en A, en diagonale) et les nombreuses sangles sur le devant du sac permettent des excentricités. Pour les gros fats, seule la diagonale est possible. Globalement, le système est simple, facile à utiliser et rapide à mettre en place. Une fois harnaché, l'ensemble ne bouge pas et on s'adonner aux joies de l'ascension sans frayeur. 


Après 3 années de pratique en toutes circonstances (montagne hiver/été) et après l'avoir trimbalé dans pas mal d'endroits, le sac est en excellent état. Le fond a très bien résisté à l'usure. 


Le seul reproche à faire à ce sac, ce sont ces longueurs de sangle de réglage qui viennent parfois me fouetter le visage (sangle poitrine) ou qui traînent vers la taille. Ça ne vous est jamais arrivé de vous retrouver coincé sur un télésiège parce que la foutue sangle de taille est restée accroché là ou il ne faut pas? Moi si. Et c'est navrant.


Au final, un sac fonctionnel, confortable, solide, et qui possède l'essentiel pour une journée de montagne. Le tout dans un style sobre ne vous faisant pas passer pour Lulu l'escargot ou Quasimodo. 

Pour qui ?

Pour tout le monde ! (à part Quasimodo)

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire