Test Mammut Barryvox S 2018

3 tests Mammut Barryvox S.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 9,7/10
olivier21

L'arme absolue pour se sortir d'une mauvaise passe...

Avis sélectionné
Profil du testeur : 33 ans | 1,72m | 68kg | Expert
Acheté : 350€ en magasin
Conditions du test : Tout temps, toutes neiges, tout terrain. À chaque fois moins de 5 min pour trouver la première victime

Points forts

Rapidité de prise en main, recherche facilité par la taille de l'écran et les animations qui y défilent et nous guide,...
Léger, partie anti-dérapante pour bien le tenir avec une seule main,...

Points faibles

Peut-être le mode "Pro" un peut plus dure à mettre en œuvre mais tout dépend du temps qu'on y met et des personnes mais pas forcément utile non plus pour la majorité des utilisateurs donc RAS

Le grand frère des Barryvox, le S, est le DVA qu'un professionnel aguerris peut avoir, comme le randonneur du dimanche formé au minimum à l'utilisation d'un DVA.

En effet, simple de prise en main (3 boutons pour naviguer dans les menus), les infos données sont claires et intuitives. Son large écran permet de ce laisser guider par l'animation en mode recherche durant toute la durée de celle-ci jusqu'à la recherche final. Direction à prendre, distance d'approche, invitation à sonder lorsque l'on est au plus près de la victime, marquage de victime lors de recherche de plusieurs ensevelies, tout y est.

De plus, le "S" voit sa portée passé à 70m en numérique et 95 en mode analogique. (Il est pourvu de 3 antennes) Un mode professionnel peut-être sélectionné (recherche Pro) pour avoir entre autre un signal sonore analogique qui permet de distinguer de manière fiable les "faux positifs" des "vrais signaux" comme lors de recherche multivictimes dans des zones très fréquenté en station de ski par exemple.

Étant moi même professionnel, je vous rassure le mode par défaut suffit amplement pour retrouver plusieurs victimes donc pour un seul ensevelie vous ne devriez rencontrer aucun problème SI vous vous entraîner très régulièrement car il n'y a qu'en pratiquant que vous réussirez à maîtriser votre DVA et pourquoi pas ensuite le passé en mode Pro avec recherche analogique pour comparer les situations.

Le mode "autosearch" comme le "Pulse" existe et il est fortement conseillé de l'activé afin que la commutation entre le mode "search" (réception) et le mode "send" (émission) se fasse en l'absence de mouvement important en cas par exemple de suravalanche ou, pour les plus tête en l'air, si on a oublié de repasser en mode émission (send). C'est au bout de 4 minutes que tout cela s'enclenche.

Également le mode test de groupe s'active lorsque l'on allume le DVA, toujours pareil, suivez les instructions en vous tenant à 1m du responsable du test et le participant et de 3m environs de chaque participants pour ne pas entravé le test.

Le test des piles ce fait également à l'allumage du DVA, le Barryvox S équipé de piles AAA alcalines tiens 300h en mode émission (send) par 10 degrés et 1h en mode réception (search) et 350h avec des piles lithium et 1h également en mode search. À partir de 40% avec piles alcalines et 30% piles lithium, il est conseillé de les changer. Perso, je les changes vers 60/50%.

Pour ce qui est de porter le Barryvox S, le "Barrymount", support sanglé sur soi sur la première couche de vêtement est bien fait, on ne le sent pas et l'appareil est bien harnaché et dans le harnais on ne peut faire l'erreur de le laisser en mode émission (send) comme dis plus haut, car l'interrupteur est en buté dans le support. Si vous préférer le mettre dans une poche, utilisez bien le leash que ce soit pour éviter de le perdre en skiant ou en recherche sur une avalanche. Le leash sert aussi sur le support harnais et permet de bien le prendre en main sans crainte de l'échappé et donne de la marge avec l'élastique lors de la recherche final au raz de la neige.

Difficile de faire tout le tour de l'appareil en quelques mots tant il est complet, avec le Barryvox S, si on rentre dans le détail, il peut paraître sophistiqué, une usine à gaz, (et encore, y a bien pire je pense) mais si on reste sur le mode de "monsieur tout l'monde", c'est sa facilité de prise en main quelque soit le niveau de l'utilisateur qui permet d'être une arme absolue dans la recherche de victime d'avalanche même si on préférerait ne l'utiliser qu'en entraînement.

Voilà ma contribution, alors même si le prix public conseillé est de 350€, je pense que la sécurité n'a pas de prix et son efficacité les vaux. Mais n'oublier pas d'associer à ce DVA, la pelle, la sonde, une bonne lecture du BERA, pourquoi pas un sac airbag,...allez j'arrête je fais du zèle. Bon ski à tous, et comme ils disaient...

Allez CIAO!!

Pour qui ?

Pour le commun des mortels qui s'entraînera régulièrement à son utilisation

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire