Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

X-Games - Finale du SuperPipe

la victoire de Simon Dumont en photos...
Saison 2003-2004
C’est selon nous l’épreuve reine des X-Games en ski freestyle : le Superpipe, qui avait vu le triomphe l’an passé de Candide Thovex (absent cette année en raison d’une blessure au genou) allie technicité et amplitude, le spectacle étant d’autant plus fort que, contrairement au slopestyle, il se déroule sous les yeux des spectateurs, du 1er au dernier saut. Et rendons aux ricains ce qui leur appartient : leurs Pipes sont les plus beaux du monde et l’Europe a énormément de travail avant de pouvoir fournir de tels terrains de jeu à ses athlètes. D’ailleurs, une remarque récurrent de la speakerine des X-games, limite condescendante pour le coup, était : “mais rendez vous compte qu’en plus Jon Olsson n’a même pas de Superpipe en Suède pour s’entrainer!!”.

Mais rentrons dans le vif du sujet : ils étaient 16 au départ et à l’issue des qualifications de la journée ce ne sont plus que 10 skieurs, les 10 meilleurs skieurs mondiaux de la discipline pour simplifier, qui se présentent à 19h pour la finale. Finale qui se tient pour la première fois de son histoire en nocturne, dans la station de Buttermilk située à 10 minutes d’Aspen.



Il est donc 19h, le soleil est bel et bien couché et si les mega projecteurs installés, dignes d’un stade de foot, fournissent une luminosité confortable, ils ne peuvent rien contre le froid qui se fait des plus piquants... L’organisation très rodée fournit des chaufferettes aux spectateurs, mais pas question de vin chaud, les X-Games sont bel et bien un “alcohol free event” et la maréchaussée très présente suffirait à décourager toute velléité de réchauffage au Genépi.
Mais si cette finale est en nocturne, c’est pour une bonne raison : elle est en effet retransmise en direct (et c’est une première également pour nos sports) sur ESPN, le plus gros network sportif américain. L’occasion pour les fans du Superbowl et autres sports de baballe d’écarquiller les yeux devant ces drôles de skieurs, qui en plus disent parfois des gros mots quand ils tombent... En revanche, ce qui était moins drôle, c’est que dans le cas présent, le direct signifiait l’obligation pour les athlètes de se plier aux contraintes de la TV, avec notamment d’interminables pauses Pub entre les runs... Dur quand il fait pas loin de –20 degrés... Bref, lorsque le dernier run de finale est interrompu pendant 15 mn alors que seule la moitié des riders est passé, on se dit que cela doit bien avoir une influence sur la concentration et l’émulation des riders.


Si le Superpipe de l’an passé avait été marqué la la performance de Candide Thovex, l’édition 2004 l’a été par celle de Simon Dumont, 17 ans, qui passe en un an du statut de quasi inconnu à celui de superstar. Et une superstar contrôlée par les radars à 22 pieds de haut (pas loin de 7m). Contrepartie de son amplitude, il chute lors des 2 premiers runs (la compétition enj comptait 3 cette année, chacun étant noté au meilleur de ses 3 runs) mais lorsqu’il passe le troisième, les juges, tous des riders au demeurant, décident de le sacrer en dépit d’une technicité moindre, devant Jon Olsson (le plus régulier et le plus propre) et le local Peter Olenik, déjà révélé par le Slopestyle.
Tanner Hall ne finit que 4ème après une 3ème manche très riche en rebondissements dans laquelle il avait repris la tête et croyait fort au doublé, pour ensuite se faire voler la place par Jon Olsson qui y croyait très fort aussi (et avait de quoi, son run était splendide et ample).

Au chapitre des regrets, on notera la 5ème place de Dave Crighton, pourtant lui aussi incroyable d’amplitude et de technicité mais pénalisé par de trop fréquentes chutes et erreurs alors qu'il tournait comme un métronome aux qualifs, et surtout la blessure de Phil Bélanger qui le prive d’une possible victoire tant il était stylé et aérien.

Conclusion : joli spectacle, un peu froid et longuet, du très beau ski mais un peu moins d'émotion que l'an passé... Le débat sur le format imposé par le Live est ouvert...

texte et photos : Guillaume Lahure/ skipass.com , toute reproduction interdite
Photos de jour : entrainement et qualifs
Photos de nuit : finales

1 commentaire
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.