Nostalgie des neiges d'octobre ... et de septembre #3

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Nostalgie des neiges d'octobre ... et de septembre #3

C'était pourtant bien parti...
BOOZ
Texte :
Photos :
Cet article est issu du mag communautaire skipass.com, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de montagne. Publiez la votre !

On peut skier en septembre?

Ben oui, c'est possible. Il y a même pas mal de skieurs spécialisés dans le ski à temps complet. Ils sautent de glacier en glacier, scrutent les chutes de neige d'été et ne lâchent rien.

Mais il est vrai que c'était beaucoup plus facile avant. Tignes il y a 10 ans ouvrait encore mi-septembre et il était fréquent de skier la Double M au début de l'automne sous une bonne pétée.

Ces derniers temps, le glacier tire une sale tronche en septembre et la station peine à ouvrir pour les vacances de la Toussaint...

Pourtant, cette année 2020, exceptionnelle à tous points de vue, nous a réservé une petite surprise: un avant-goût d'hiver en moyenne montagne alors que l'été venait juste de se terminer. 

Oui, en cette année 2020, en moyenne montagne, ça skiait en septembre!

Après une belle goutte froide bien arrosée, le weekend du 26/27 proposait aux braves qui étaient prêts une belle sortie qui sentait bon le blanc et le froid.

Le dimanche, flairant le bon plan, j'ai encapé en direction de mon jardin pour profiter de ce qui allait être le hold-up du weekend.

Aux petits 15 cm du bas succédait progressivement un bon 40 cm bien léger en haut, avec à la clé une possibilité de lâcher les chevaux sans toucher sur 300 m de descente. Tout ça sans la moindre trace.

Autant dire que j'en ai refait quelques-unes tellement le régal était inespéré. Cerise sur le gâteau, aucun autre brave n'a été croisé ce matin-là... 

Même les vaches n'en revenaient pas!

Evidemment, il fallait être sur la réserve sur la fin. Mais j'ai réussi à skier jusqu'en bas sans abîmer les skis cailloux. Merci les alpages!

La semaine suivante, rebelotte!

Sans surprise, tout ce qui était en dessous de 1800 m a fondu au début de la semaine suivante.

Mais il a à nouveau neigé avant le weekend, juste assez pour pouvoir retourner sur les lieux le samedi 2 octobre et reskier, cette fois de manière symbolique car il n'y avait pas plus de 25 cm au sommet.

Je n'avais pas rechaussé depuis mi-juillet. L'interruption aura donc cette année été très courte. Et de nos jours, il faut savoir ne pas faire la fine bouche et prendre ce qui se présente sans se poser de questions.

La suite de l'automne a continué sur cette lancée (voir Nostalgie #2 et #1), pour malheureusement s'arrêter de manière abrupte, confinée et sèche.

Et repartir de plus belle avant l'hiver? That is the question...

BOOZ
Texte, Photos BOOZ
My name is BOOZ, John BOOZ.
Pas encore de commentaire
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.