Le Pic de Campbieil (3173 m) à ski

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

Le Pic de Campbieil (3173 m) à ski

Les "3000" à ski - EP 4
Randonnée à ski
yrlab
Texte :
Photos :
Aurélien Labry, Pierre M.
Cet article est issu du mag communautaire skipass.com, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de montagne. Publiez la votre !

La liste de 212 sommets pyrénéens de plus de 3000 m se divise en 129 sommets principaux (points culminants ou nœuds de jonction d'au moins 3 arêtes) et 83 sommets secondaires. Entre le pic Long (3192m) et la station de ski de Piau-Engaly, le pic de Campbieil (3173 m), 32ème de la liste, est une cime de choix pour le ski de randonnée. Comme la plupart des 3000 pyrénéens, il faut aimer les grandes bambées et ce, quel que soit l'itinéraire choisi. Pouvoir skier un sommet de cette envergure en différentes saisons est peut-être le critère que j'affectionne le plus.

Mai ski te plaît


Parmi les grandes classiques de fin de saison, la boucle des pics d’Estarragne (3006 m) et de Campbieil est une entreprise prisée pour les skieurs qui n’ont pas une caisse de poisson pané. Le cœur du massif du Néouvielle est le point de départ de cette course soumise à l’ouverture de la fameuse route des lacs permettant le chaussage des skis ou un court portage. C’est une des particularités des Pyrénées : il faut attendre la première voire la seconde quinzaine du mois de mai pour l’ouverture technique et administrative des routes et/ou sentiers carrossables permettant un parking à plus de 2000 m d’altitude. Pour le massif du Vignemale, c’est de la même patience dont il faut se doter !

Contexte

24 mai 2021 : Après une saison riche en dénivelé négatif positif et une longue attente, les autorités compétentes se sont enfin décidées à ouvrir cette chère D929. Quelques communications plus tard, je retrouve François-Luc, Manu et Mathieu en début de soirée au bord du barrage et du lac de Cap de Long (2160 m). La fraicheur à cette altitude n’attend pas les derniers rayons de soleil. Après une cuisine de camping, il est temps d’installer la tente alors qu’un autre binôme sera plus confort dans un bon véhicule aménagé et chauffé.

Après m’être dit qu’il me fallait vraiment renouveler mon duvet pour avoir un espoir de dormir un peu, le déjeuner se fait dans la voiture pour être au moins à l’abri de la petite brise glaciale. Avant que les constellations ne se perdent dans le jour, nous redescendons quelques épingles dans cette montagne granitique pour trouver notre point de départ (2079 m). La neige n’attend pas au bord de la route alors c’est portage et en route pour le vallon d’Estarragne. Les premières lueurs caressent les touffes de myrtilles déneigées dans un dédale de granit. Nous pouvons enfin chausser après une demi-heure de préchauffage et désormais, la pente se redresse progressivement jusqu’à un cirque. De là, c’est un couloir raide qui nous attend pour gagner le col d’Estarragne (2837m) sans difficultés. La vue sur le pic du Campbieil est la première récompense de la journée.

Périple

On n’est pas là pour acheter du terrain alors il nous faut basculer sur l’ubac en enclenchant le mode descente. Le carrelage pour descendre réveille bien les jambes jusqu’au replat où il faudra repeauter pour le premier 3000 de la journée. Les couteaux seront encore bien utiles pour certains passages notamment pour la dernière grimpette accédant au pic de Campbieil. Le vent s’étant renforcé dans la matinée, il a réussi à venir perturber ce parfait tableau monochrome. Les nuages commencent vraiment à entamer le panorama pourtant si parfait et sublime. Nous apprécions tout de même quelques belles perspectives avec les pentes plongeantes sur le domaine skiable de Piau -Engaly.

Traces sahariennes

Après un rangement rapide des peaux sous un vent tonique, il nous faut désormais descendre pour regagner la base du pic d’Estarragne. Sur cette face, la neige n’a pas bougé et reste bien dure alors prudence pour cette phase soutenue. Un petit repeautage et nous voilà sur l’Estarragne. Le ciel s’est à nouveau éclairci et après une dernière contemplation, place au dernier run via encore un bon couloir en neige transformée et bien sableuse. Les derniers virages tracent du blanc sur un fond jaune saharien et cela reste agréable à rider !

Avec un peu plus de 1700 mètres de dénivelé positif (13 km), nous sommes contents de retrouver les véhicules après une belle journée printanière permettant de faire durer la saison de ski en beauté.

Une hivernale ?

Avant l’ouverture de la route susmentionnée, deux itinéraires principaux autorisent l’ascension en plein hiver mais toujours avec une belle bambée ou une bonne bavante comme ils disent.

20 février 2022: A l’initiative de Manu et Pierre, nous nous donnons rendez-vous à la station de Piau-Engaly un dimanche matin à 6h30 histoire d’être en route en glisse avant les rayons dorés. Le programme ? Ce fameux sommet en remontant un couloir puis une longue arête pour descendre par un couloir Sud-Ouest des plus esthétiques. J’hésite mais pas trop longtemps.. 1700 d + au menu.

Nonobstant les 1h45 de route depuis Pau, ma ponctualité me fait rejoindre le binôme au sortir de leur tente. Il fait -4 °C, la lune brille presque de mille feux et des frontales se déplacent déjà dans les pentes. Sans tarder, nous commençons une remontée progressive du vallon surplombée de l’arête de Lentilla qui nous conduira encore une fois au pic de Campbieil. 

L'heure dorée


A 8 h, la pente se redresse sérieusement et la lumière d’or sublime à merveille les reliefs bordant le couloir à remonter. La fraîche couche de poudreuse est fine et demande les couteaux pour assurer un bon grip sur le carrelage enfoui. Le couloir de Gravaris, avec un bon 40 degrés sur 300 m nous fait sortir les crampons pour atteindre le départ de l’arête de Lentilla. L’altimètre indique alors 2880 mètres et il est temps d’attaquer cette crête dégarnie par endroit. Les skis et les bâtons sur le sac, c’est 2h de parcours en mixte qui nous attendent pour s’élever jusqu’à l’Antécime du pic du Campbieil (3157m). Cette saison, le vent a souvent été de pair avec les chutes de neige et donc, de nombreux sommets sont anormalement secs.

Avec cette météo parfaite, cette arête avec des parties exposées mais relativement facile nous a vraiment fait plaisir car à chaque pas, les points de vue sont superbes. La corde, au final, n'est pas sortie. Le massif du Mont-Perdu, les cimes du cirque de Gavarnie et l’immense glacier d’Ossoue du Vignemale campent un décor de rêve. Un bînôme en mode light nous étant passés devant dès le premier couloir, nous suivrons la trace après l’avoir faite les deux premières heures. 

Course collector


Après 5h30 d’ascension pour gagner l’Antécime du pic de Campbieil (3157 m), il est temps de ranger les crampons sous un vent assez froid qui invite à garder le casse-croûte pour plus tard.

Différentes descentes sont possibles mais après un peu d’analyse, c’est le superbe couloir Sud-Ouest (300 m, 40-45°) parfaitement lissé juste sous l’Antécime que nous choisissons. Les deux premiers barbus à s’élancer nous montrent une fine couche de poudreuse sur un fond trés dur. Moins il y a de grip, plus il faut être précis dans la conduite des skis ou du splitboard.. Faisant une pause dans le dernier tiers du couloir, nous voyons un espagnol parti en toboggan au milieu de la partie la plus raide. A près 100 m de glissade, il arrive à stopper sa chute et évite ainsi de jouer à la boule de flipper un peu en dessous de lui !

Sortis de cette pente majestueuse, nous apprécions une vraie pause avant de sortir à nouveaux les peaux et les couteaux pour les spllitboarders. Il nous faut désormais remonter au Port de Campbieil (2596 m) soit environ 250 m de dénivelé positif.

15h30, ce col appelé port comme souvent dans les Pyrénées offre une vue imprenable sur l’Envers du pic de Piau (2696 m), secteur de prédilection pour la freerando. Boucles serrées et sourire aux lèvres, nous savourons les dernières courbes avant de retrouver une partie des vacanciers venus s’évader en raquettes dans le gigantesque vallon. Une belle boucle de 16 km ! Les parkings sont pleins à craquer, juste le temps de trinquer autour d’une mousse, il est temps de reprendre la route avant le départ des cohortes de monchus !

Très belle course, c'est clair mais je suis rentré fatigué à la maison"

Pierre

2 saisons, 2 itinéraires pour ce pic incontournable en randonnée; c’est vraiment un sommet à connaître car les possibilités de montée comme de descente sont toutes autant attractives mais demande toujours une belle motivation.

yrlab
Texte yrlab
"Ascensionner, sentir, écrire"
Henri Béraldi

Article de la semaine du 1 mars 2022 avec Glisshop

Cet article a été sélectionné comme article de la semaine du 1 mars 2022


Jusqu'au mardi 26 avril 2022, notre partenaire Glisshop.com récompensera chaque semaine un article coup de coeur. L'auteur de l'article repartira avec 180 euros de bons d'achat Glisshop et skipass.

Retrouvez tous les détails ici

5 commentaires
raph.m
Statut : Confirmé
inscrit le 07/06/12
Matos : 9 avis
Belle ! Bien classe ce sommet, avec tellement de possibilités sur tous les versants, on s'en lasse pas !
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

NobruDude
Statut : Gourou
inscrit le 25/04/13
Stations : 19 avisMatos : 49 avis
Vraiment chouette :D :D et tu m'étonnes que tu avais un peu mal aux cuissots :P
yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 03/01/16
Stations : 6 avisMatos : 75 avis
Oui, un tiers du dénivelé en alpi, ça dérouille ! :)
0
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

NobruDude
Statut : Gourou
inscrit le 25/04/13
Stations : 19 avisMatos : 49 avis
D'ailleurs pour ceux qui ne connaissent pas, ce sommet est vraiment super à faire en rando l'été, en boucle par la val d'Estaragne et retour par Cap de Long, c'est superbe :)
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

kileou33
Statut : Confirmé
inscrit le 03/07/06
La route des lacs ouvre traditionnellement pour l'ouverture (de la pêche) des lacs de montagne fin mai. Ca devient tardif pour le ski ces dernières années effectivement
 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.